• Comme un ciel en nous Nouv.

    Si l'on s'en tient aux faits, l'auteure passe la nuit du 7 au 8 mars 2020 au musée du Louvre, section des Antiques, salle des Cariatides, avec un sac en bandoulière dans lequel il y a, entre autres, une barre de nougat illicite. Les faits, heureusement, ne sont rien dans ce livre personnel, original, traversé d'ombres nocturnes et de fantômes du passé, de glissades pieds nus sous la Vénus de Milo, ce livre joyeux et mélancolique, qui précise vite son intention : « Je suis venue ici cette nuit pour redevenir la fille de mon père. »Quel père, en fait ? Celui, biologique, né en 1951 dans un village du Monténégro, alors une partie de la défunte Yougoslavie, qui vient à Paris par amour, par fuite, pour voir le Louvre, une ville dans la ville, un père qui ne sait pas bien parler le français et voit tout en noir et blanc. Celui, plus probable, le père exilé à qui l'on a dit que « sa fille ne parlera jamais français », l'esthète-pilleur qui se promène l'air de rien avec sa fille Jakuta au Louvre, et lui demande, lui transmet en héritage : « Et toi, comment t'y prendrais-tu pour voler la Joconde ? ». En effet : comment ?  Même si l'auteure exprime que « la honte vous rassemble bien mieux que le reste », il serait aisé, après la lecture, d'affirmer que l'amour, celui réciproque d'un père pour sa fille unique, vous rassemble et vous tient debout. Comme la Vénus de Milo, les siècles durant. 

  • La saisie en 2016 d'une Vénus attribuée au maître de la Renaissance Lucas Cranach, de la collection du prince de Liechtenstein, révèle un scandale comme le monde de l'art n'en a jamais connu. L'un après l'autre, des tableaux passent sous le microscope de laboratoires américains et européens, dont plusieurs ont déjà été déclarés des faux modernes. Brillantes contrefaçons d'un maître faussaire ? authentiques chefs-d'oeuvre du passé ? ou tout simplement honorables copies d'époque ?
    Pendant cinq ans, à travers la France, l'Italie, le Royaume Uni et les Etats-Unis, Vincent Noce enquête pour retracer l'origine de ces tableaux et cela le conduit à la rencontre d'un homme retiré en Emilie, Giuliano Ruffini. Il proclame son innocence, mettant en cause marchands, experts, conservateurs et historiens d'art. Vrais ? Faux ? chacun des protagonistes livre sa part de vérité dans une affaire passionnante qui ébranle tous les fondements du marché et de l'histoire de l'art.
    Journaliste, écrivain, correspondant de The Art Newspaper à Paris et consultant éditorial de la Gazette de l'Hôtel Drouot, Vincent Noce a été pendant vingt ans critique d'art et journaliste d'investigation au service culture de Libération.

  • Dans les allées de Versailles t.1 ; Filou, chien royal Nouv.

    Alors que les demoiselles Aglaé, Pascaline, Acanthe, Clémence et Pauline sont chez leur marraine, un brouhaha résonne dans les couloirs. Un redoutable "filou" se serait introduit dans le château de Versailles et tout le monde le cherche.Les demoiselles se réfugient dans leur chambre. Là, elles découvrent un petit chien King Charles dont le collier est en émeraudes. Elles comprennent que c'est lui, le fameux Filou, et qu'il appartient à Louis XIV en personne.Le roi charge alors les demoiselles de le surveiller. Mais les fillettes vont vite découvrir que Filou ne fait que des bêtises. Et personne, évidemment, n'ose gronder le toutou royal ou lui mettre une laisse. Comment vont-elles pouvoir s'en sortir avec un chien si désobéissant ?

  • Premières lectures. Pour enfants dès 6 ans.
    Mystère dans le plus grand musée du monde... Un tableau de maître a disparu au musée du Louvre. Hercule Carotte démarre tout juste l'enquête mais, déjà, le tableau est revenu à sa place ! Qui a bien pu le voler ? La liste des suspects est longue...
    Les Premières Lectures niveau 2 accompagnent les enfants en CP et CE1, avec  :
    - Une vraie intrigue, découpée en chapitres pour faire des pauses.
    - Un petit dico pour enrichir son vocabulaire.
    - Des bonus pédagogiques et ludiques pour prolonger la lecture en s'amusant.

  • « Tout a commencé avec une liste de tableaux griffonnée par un cousin que je connaissais à peine.  Sur ce bout de papier, des chefs-d'oeuvre impressionnistes, Renoir, Monet, Degas, exposés aujourd'hui dans les plus grands musées du monde, qui ont tous appartenu un jour à mon arrière-grand-père, Jules Strauss.Je ne connaissais rien de sa histoire, ni de sa collection disparue. Ces quelques mots notés à la hâte allaient changer ma vie, me conduire du Louvre au musée de Dresde, des archives de la Gestapo au Ministère de la Culture.Pendant trois ans, avec pour tout bagage ma curiosité et un goût prononcé pour les énigmes, je me suis lancée sur la trace de mes ancêtres, à la recherche de Jules Strauss, et d'une histoire qui ne m'a pas été transmise. Que s'est-il passé en 1942 ? Que restait-il de sa collection lorsque l'appartement familial fut perquisitionné par les nazis ?Je ne suis pas historienne de l'art, j'ai simplement voulu mener une enquête, policière et sentimentale, sur les traces de ma famille, juive, spoliée. »Un témoignage personnel où l'émotion grandit page après page : le lecteur accompagne Pauline Baer de Perignon dans ses découvertes, ses batailles, ses déceptions, et une forme de réconciliation. La démarche qui fonde ce récit, de l'Occupation à aujourd'hui, soulève des questions nombreuses et complexes : que faire des oeuvres qui ont traversé le chaos de l'Histoire ? Comment agir, lorsqu'on est simple citoyen, face à des législations sourdes ? Que comprendre du silence des générations qui nous ont précédé ?Enfin, et surtout, que nous transmet une oeuvre d'art à travers le temps, par sa grâce et sa fragilité ?Un premier livre captivant et nécessaire.

  • Belphégor

    Arthur Bernede

    Un fantôme tue dans Paris... Mais pas n'importe où : à l'intérieur même du Louvre ! C'est en effet dans le département des Antiquités orientales que l'on découvre le corps inanimé d'un gardien, tombé juste à côté de la statue renversée du dieu des Moabites nommé Belphégor. L'inspecteur Ménardier prend en charge cette enquête qui s'annonce peu banale mais s'agace de l'intrépidité d'un jeune journaliste fort ambitieux qui entend résoudre le mystère avant lui.
    Paru en feuilleton dans les colonnes du Petit Parisien du 28 janvier 1927 au 28 mars 1927, le roman obtient un immense succès critique et public. Il est simultanément adapté au cinéma par Henri Desfontaines sous la forme d'une série en quatre épisodes.
    En 1965, c'est Claude Barma et Jacques Armand qui reprennent l'intrigue d'Arthur Bernède pour en faire l'un des fleurons de la fiction télévisuelle française.
    Arthur Bernède (1871-1937) est un auteur de roman populaire. Très prolifique, il publiait ses livres en feuilleton alors même que leurs adaptations sortaient dans les salles de cinéma. La plus célèbre de ses séries reste Belphégor.

  • Timoté et ses copains visitent le Musée du Louvre ! Timoté est un petit lapin qui, au fil des albums, partage sa vie avec ses copains et sa famille.
    Aujourd'hui, avec Lili et son papa et Maxou, ils visitent le Musée du Louvre.
    Ils découvrent la pyramide de verre, croise " La victoire de Samothrace " et la célèbre " Joconde ". Ils s'interrogent devant les célèbres " Saisons " d'Arcimboldo et " Le Tricheur à l'as de carreau ". Ils admirent l'imposant portrait de Louis XIV et celui de l'Infante Marie-Thérèse et s'amusent devant " Saint Georges et le Dragon ".
    En bonus, 4 pages de jeux pour se souvenir de cette belle visite.
    Un album en partenariat avec le Musée du Louvre.

  • Le château de Fontainebleau est méconnu au regard de ses splendeurs et de ses richesses. Au coeur d'une immense forêt, magnifique terrain de chasse, il a été résidence royale ou impériale un demi-siècle avant le Louvre et cinq siècles avant Versailles. Chaque époque, presque chaque règne, y a laissé son empreinte. Le château a été une des grandes scènes où se sont joués tantôt le drame et tantôt la comédie du pouvoir.

    C'est ici que François Ier accueille Charles Quint, que Louis XIII est baptisé, que Louis XIV révoque l'édit de Nantes, et que Louis XV épouse Marie Leszczynska. «Voilà la vraie demeure des rois, la maison des siècles», s'exclame Napoléon Ier, qui tente d'y rétablir la vie de cour, avec ses divertissements fastueux, chasses à courre, bals, concerts, en compagnie de Joséphine, d'abord, de Marie-Louise ensuite. C'est là que, vaincu, l'Empereur signe le 6 avril 1814 son abdication et qu'il fait ses adieux à sa garde. On doit à Louis-Philippe la salle des Colonnes et la galerie des Assiettes, et à Napoléon III un nouveau théâtre ; l'impératrice Eugénie y installe un Musée chinois. Résidence présidentielle, le château n'en finit pas d'être l'objet de toutes les convoitises.

    Amoureux du château dont il est le président, Jean- François Hebert, avec la complicité de l'historien Thierry Sarmant, nous offre à travers les dates clés de Fontainebleau mille ans d'histoire de France.

  • Le Louvre, c'est tout un monde. L'aborder par un dictionnaire, qui plus est amoureux, c'est aussi bien parler des conservateurs que des architectes, des peintres et des sculpteurs que de leurs oeuvres. C'est aussi évoquer les lieux souvent magiques d'un musée à nul autre pareil.
    Le Louvre est une machine à remonter le temps où il suffit de parcourir quelques centaines de mètres pour traverser les siècles. On entre par la Pyramide et l'on se retrouve en un instant aux pieds des solides tours bâties par Philippe Auguste. Feuilleter ce Dictionnaire amoureux, c'est découvrir ou redécouvrir avec un oeil indiscret des générations d'artistes et d'oeuvres d'art. C'est aussi apprendre comment Dominique Vivant Denon a inventé un musée moderne. Qui mieux que Pierre Rosenberg pour découvrir et aimer un lieu magique, une authentique "ville d'art" dans la ville ? "L'homme à l'écharpe rouge" prend le lecteur par la main pour lui raconter tel peintre, lui décrire tel tableau, lui glisser anecdotes et détails piquants...Cet ouvrage est une invitation à un vagabondage érudit et curieux à travers le plus grand musée du monde.

  • Cinq ans après les événements de Delphine et le piège infernal, Gabrielle et sa mère, la ténébreuse Comtesse de Renvers, sont devenues les « fournisseurs en chocolat » de Louis XIII et de sa cour. Riches et confortablement installées au Louvre, elles profitent de leur héritage.De son côté, Delphine, qui a vécu aux Amériques avec la Tour-Guingois, revient en France. À 16 ans, elle est désormais méconnaissable et bien décidée à se venger. Elle parvient à s'installer au Louvre grâce au baron de Malingreux. Mais Delphine osera-t-elle aller jusqu'au bout de son geste pour se débarrasser de celles qui lui ont tout pris ?

  • Paris, 1861. À la recherche d'un sujet, un peintre se heurte à ceux qu'il aime : une maîtresse impérieuse, une soeur excessive, un ami écrivain à l'affût de ses faiblesses. Tous lui dérobent une part de sa vie qui se défait. Car il va mourir. Et c'est le dos au mur qu'il choisira de peindre la Mort même. Paris, 1982. Alors qu'une légende s'est forgée autour de l'artiste trop tôt disparu, le tableau réapparaît. Cette oeuvre fascinante, au sens mystérieux, devient immédiatement l'objet de féroces rivalités entre musées et marchands. Dans une quête passionnée, un jeune amateur cherche à en retracer la genèse. Véritable héros du roman, le tableau parcourt bientôt un étrange circuit, du fatras d'un brocanteur jusqu'à l'Élysée où François Mitterrand l'examine avec perplexité, en transitant par une salle de ventes aux enchères où intérêts commerciaux et frénésie des collectionneurs se donnent libre cours. Qui déchiffrera le message du peintre qui voulait interroger la Mort ?

  • TOME 2 : Ce dictionnaire est « dédié à tous les Parisiens et amis de Paris et faisant connaître toutes les voies passées et présentes, publiques et privées de cette Capitale : allées, avenues, boulevards, chaussées, chemins de ronde, cités, couloirs, cours, enclos, galeries, hameaux, impasses, passages, places, ponts, ports, quais, rues, ruelles, sentes et sentiers, squares et villas, avec leurs tenants et aboutissants, leur longueur et leur largeur, l'année où elles ont été ouvertes, les différents noms qu'elles ont portés ainsi que la raison de ceux-ci. On y trouvera l'historique de tous les établissements civils et religieux : abbayes, chapelles, cimetières, collèges, couvents, églises, hôpitaux, hôtels et maisons célèbres, palais, prisons, séminaires, temples et théâtres que ces rues ont desservis depuis l'époque de Lutèce jusqu'aux temps présents avec l'histoire des personnes connues qui les habitèrent et les anecdotes qui peuvent s'y rattacher. »

  • Ils sont devenus célèbres, et ils ont tous été des enfants. Ils signent Blaise, Wolfgang, Victor, Franz, Charlotte, Sigmund et ne sont pas encore Pascal, Mozart, Hugo, Liszt, Brontë, Freud. Une sélection d'une centaine d'auteurs parmi lesquels des écrivains, compositeurs, peintres, scientifiques...

  • Étude de la place de Paris en tant que thème poétique dans la littérature française, en prose ou en vers, des Lumières à la seconde moitié du 19e siècle. L'analyse chronologique est complétée par de nombreux index identifiant les thèmes, les images, les comparaisons géographiques, les personnes et les lieux associés à la Ville lumière.

  • Conçu pour le bicentenaire de la naissance de Jean-François Champollion (1790-1832), Mémoires d'Égypte est l'hommage le plus brillant rendu par la communauté scientifique européenne au génial déchiffreur des hiéroglyphes de l'Égypte antique. Seize auteurs, parmi les plus reconnus en Europe, restituent la place de Champollion dans l'histoire de l'égyptologie. Génial certes, fascinant bien sûr, Champollion fut aussi un formidable initiateur qui, après sa mort trop tôt survenue, éclaira le travail de générations d'égyptologues. Près de deux cents documents, puisés aux sources les plus diverses et pour beaucoup inédits, rappellent que l'égyptologie, si elle est devenue - grâce à Champollion - une science rigoureuse et exigeante, reste plus que jamais - grâce au même Champollion - colorée de l'incomparable lumière romantique, magique presque, que dégage encore et toujours la civilisation de l'Égypte antique.

  • Voici un livre consacré aux femmes, originaires du Centre Val de Loire qui ont connu une destinée exceptionnelle. Certaines sont des gloires nationales : Jeanne de France, reine puis religieuse ; Claude de France qui donne sept enfants à François 1er avant de mourir à vingt-cinq ans ; Marie de l'Incarnation, ursuline, pionnière au Canada ; Berthe Morisot, peintre impressionniste ; des favorites plus connues que les reines, comme Agnès Sorel et Antoinette de Maignelais, Marie Touchet et sa fille Henriette d'Entragues, Gabrielle d'Estrées, Louise de la Vallière... D'autres furent célèbres en leur temps : Ermentrude, première reine de France ; la marquise de Sablé et son salon littéraire ; Madame Guyon et le quiétisme ; Mademoiselle de Blois, fille de la Montespan et de Louis XIV, épouse du régent et ancêtre de Louis-Philippe. Ce livre fait revivre plusieurs femmes, un peu oubliées dans les livres d'histoire, mais qui forcent l'admiration : deux Saintes au Moyen Âge ; Renée de France, duchesse de Ferrare, protectrice des calvinistes ; pendant la Révolution, Anne Quatresault, une fille du peuple, devient « artilleur » de la République alors que Jeanne Élisabeth Bichier des Âges fonde « Les Filles de la Croix » ; au XXe siècle s'illustrent deux écrivains, Marguerite Audoux et Raymonde Vincent, prix Fémina en 1910 et 1937 et une cantatrice Mado Robin, « la voix la plus haute du monde ». Dans une région aux multiples châteaux, il était impossible de passer sous silence quatre femmes qui, si elles ne sont pas nées dans le Centre, y ont vécu en modifiant le cours de l'histoire et en écrivant des chefs-d'oeuvre : Jeanne d'Arc, Anne de Beaujeu, Diane de Poitiers... George Sand. Que de lieux dans le Centre Val de Loire évoquent leur destin hors du commun !

  • Un panorama qui se veut exhaustif concernant l'art du XXe siècle : tous les acteurs de l'art (artistes, mouvements), tous les lieux, les principaux historiens d'art, les critiques, les grands collectionneurs...

  • Alors qu'elle travaille au Louvre, Elfi découvre que La Paix ramenant l'Abondance de la célèbre portraitiste de Marie-Antoinette, Élisabeth Vigée Le Brun, a disparu...
    Pas seulement du musée mais bien de la conscience collective. C'est comme s'il n'avait jamais existé. Aussi, lorsqu'un ami scientifique qui oeuvre pour un laboratoire secret à Monaco, lui propose de tester un incroyable voyage dans le temps, Elfi y voit aussitôt l'opportunité de percer le secret de la disparition du tableau.
    Propulsée, en compagnie d'Inès, en plein coeur du XVIIIe siècle, elle n'aura que quelques heures pour résoudre des énigmes dont dépendent à la fois leur destin et leur survie dans le turbulent Paris de l'époque, avec Élisabeth Vigée Le Brun en personne, mais aussi dans le Versailles de la dernière reine de France...
    Les deux aventurières du XXIe siècle devront échapper à de multiples dangers, notamment à une menace sourde que semble tisser un ennemi invisible et rétablir une vérité entre ombres et lumières.
    Sauront-elles tirer leur épingle du jeu et revenir indemnes de cette aventure extraordinaire ?

  • Le temps des rois

    Denis Voignier

    Rencontrer les mousquetaires du roi Louis XIII, visiter le Louvre du XVIIe sècle, le château de Versailles et ses fabuleux jardins, c'est le souhait de François et Julie qui se lancent dans cette aventure.
    Mais comme de bien entendu, ce voyage ne pouvait se dérouler sereinement.
    Emprisonnés, pris en otage, accusés d'une tentative d'assassinat sur la personne du Roi Soleil lui-même, nos deux héros vont vivre des moments difficiles.
    Sauront-ils, une fois encore, se tirer de ces situatons très délicates ?
    Un beau voyage auprès de Louis XIII et Louis XIV et une magnifique visite du Louvre et de Versailles !

  • Apolline Lenoir est conservatrice au musée du Louvre et prépare une exposition qu'elle espère être le point d'orgue de sa carrière, consacrée aux « Femmes d'exception ». Adoptant un angle original, elle souhaite mettre en lumière non seulement les modèles, mais également les artistes et s'intéresse donc à l'existence de chacune. En parallèle, elle expérimente quelques bouleversements dans sa vie personnelle, peut-être pour mieux embrasser féminisme et féminité...
    Marie-Cécile Daniel est diplômée du premier cycle de l'École du Louvre. Sous sa plume, les oeuvres nées du génie de Raphaël, Rubens, Van Dyck, Elisabeth Vigée Lebrun ou encore l'Anguissola prennent vie. Tout en nuances et tendresse véritable pour l'art pictural, « Femmes éternelles » est une ode à la Femme, à tous les âges de son existence.

  • Le recensement de près de 600 collections avec, pour chacune d'entre elles : son adresse, ses modalités d'accès, les domaines couverts, la date de fondation, l'informatisation, ainsi que les réseaux et les personnes à contacter.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty