• Crac

    Jean Rolin

    "Entre Lawrence et moi, il y a au moins ceci de commun qu'à un peu plus d'un demi-siècle de distance, nous avons passé l'un et l'autre une partie de notre enfance à Dinard."
    De là à vouloir partager avec le futur Lawrence d'Arabie quelque chose de plus, et à partir sur ses traces, aujourd'hui, parmi les forteresses croisées du Moyen-Orient...

  • Comment s'est formée l'entité libanaise ? Quelles sont les dix-huit communautés religieuses ? Pourquoi le cèdre est-il le symbole du Liban ? Le pays est-il toujours en guerre avec Israël ? Pourquoi les conflits régionaux pèsent-ils si fortement sur le territoire ? Le Hezbollah contrôle-t-il la vie politique ? Pourquoi la population s'est-elle soulevée en 2019 ?

    Le Liban moderne, issu des bouleversements qui ont suivi la Première Guerre mondiale et l'effondrement de l'Empire ottoman, présente une grande singularité aujourd'hui menacée. Bâti sur un pacte fondateur multiconfessionnel, le système libanais inclut dans son gouvernement des représentants des différentes communautés. Cette particularité est à la fois sa richesse et sa faiblesse. Après une âpre reconstruction aux lendemains de la guerre civile, le pays peine à rebondir. La complexité de sa construction est d'autant fragilisée que son économie est en panne, sa classe politique divisée et corrompue et que sa jeunesse proteste contre le manque d'avenir. Terrain d'affrontement privilégié des ambitions contradictoires au Moyen-Orient, ce petit pays aux larges promesses se trouve à un tournant inédit.

    Xavier Baron présente en 100 points clés toute la complexité du Liban et décrypte, à la lumière de son histoire, les nombreux défis politiques, sociaux, économiques et régionaux qu'il doit affronter s'il veut conserver son ambition d'exception culturelle dans une région traversée par la violence.

  • Tsipora, douze ans, vit avec ses parents, son grand frère Uriel et sa petite soeur Deborah dans leur ferme non loin de Jérusalem, au temps du roi Salomon (près d'un millénaire avant J.-C.). Sa vie paisible est rythmée par les tâches domestiques, et par les visites à la famille pour les fêtes. Mais Tsipora, dont le nom signifie « l'oiseau », préfère se promener, jouer, et suivre son père et son frère, plutôt que de rester à la maison ou de se marier, comme les autres filles. Elle picore, bavarde, toujours prête à s'envoler !
    Un jour, elle fait la rencontre d'Ezra, un jeune homme en fuite. Dans la région, l'hospitalité est un devoir sacré, aussi elle n'hésite pas à le cacher et le nourrir. Il ne leur faut pas longtemps pour s'apprivoiser, et bientôt Ezra lui confie son secret : il veut aller à Hébron, ville refuge qui le protègera du vengeur de sang, car s'il se cache, c'est parce qu'il croit avoir tué un homme... Que s'est-il vraiment passé ? Tsipora est bien décidée à découvrir la vérité, et à protéger son ami. Ezra a des yeux si doux qu'il ne peut pas être coupable... Alors elle se tourne vers son père, un juge sage et bon, qui connaît toutes les lois de son peuple. Lui saura faire ce qui est juste, même s'il s'agit d'une histoire compliquée impliquant deux hommes, un puits et un âne.

     


    Une voix radieuse de toute jeune fille vive, impulsive, pleine d'humour et de douceur innocente. Le portrait d'une héroïne qui prend les choses en main et assume son rôle protecteur.


    Un roman à la lisière du conte, qui permet d'en apprendre plus sur les traditions juives de l'époque, depuis la vie quotidienne et la cuisine jusqu'aux lois et à la religion, en passant par le mariage, la signification des prénoms, les coutumes...

  • La guerre

    Eric Delbecque

    • First
    • 24 Janvier 2019

    Les guerres d'hier, d'aujourd'hui et de demain enfin décryptées !Depuis quelques années, le terrorisme met en péril l'équilibre des puissances : le faible est désormais capable de meurtrir le fort. Pour comprendre les enjeux de cette guerre asymétrique permanente, il est essentiel de revenir sur l'histoire de la guerre. Comment les forces armées, dotées de moyens de plus en plus sophistiqués, se sont professionnalisées au fil du temps ? Qu'est-ce qu'une guerre de l'information ? Que sont les nouveaux visages de la guerre Chronologiquement, ce livre fait la lumière sur l'univers de la guerre, qui, aujourd'hui plus que jamais, est un sujet incontournable.
    Découvrez :
    o L'homme " guerrier " depuis la préhistoire
    o La guerre, expression du nationalisme
    o Les grands conflits mondiaux
    o Les zones sous tension permanente

  • La chute de l'URSS a partiellement éloigné Moscou du monde arabe de 1991 aux années 2000. Durant cette décennie, la Russie s'est effacée de la scène internationale et l'influence russe dans cette zone a nettement diminué. Or, à partir de l'arrivée au pouvoir en 1999 de Vladimir Poutine, ce dernier entreprit méthodiquement de refaire de son pays une puissance mondiale. En Méditerranée et au Moyen-Orient plus qu'ailleurs, Moscou cherchera de nouveau à peser sur le destin de la région. Dès les débuts des printemps arabes et suite à l'intervention occidentale en Libye pour renverser Kadhafi en 2011, le Kremlin se lança alors dans une politique proactive. En effet, échaudé par l'affaire libyenne, où les Russes se sont sentis floués, ils vont d'abord en Syrie, soutenir diplomatiquement Assad aux prises avec un soulèvement populaire qui dégénérera très vite en guerre civile. Puis, le 30 septembre 2015, les forces militaires russes interviendront directement dans le conflit syrien. Alors que plusieurs observateurs prédisaient un nouvel Afghanistan pour Moscou et son inévitable échec dans sa politique moyen-orientale, force est de constater qu'il n'en fut rien. Aujourd'hui, en 2019, que cela nous plaise ou non, et par suite de ses succès militaires et diplomatiques en Syrie, la Russie est devenue incontournable. Elle reste le maître du jeu et est même à présent le nouveau «juge de paix» de la région vers qui tous les grands acteurs, Israéliens, Égyptiens, Saoudiens, Iraniens, Turcs et autres, se tournent à présent. Dans Poutine d'Arabie, Roland Lombardi nous explique comment et pourquoi nous en sommes arrivés là...

  • À la veille du 8 Mars 1979, Khomeiny appelle les femmes à se voiler dans les lieux publics. En signe de protestation, les Iraniennes envahissent par milliers les rues de Téhéran et d'autres grandes villes du pays : elles refusent de renoncer à leur liberté. En France, Simone de Beauvoir prend position en leur faveur au nom de l'universalité des droits des femmes.

    Dès les années 1960, l'écrivaine est connue des milieux iraniens francophones. Dans les années 1970, ses écrits commencent à être traduits en persan. Pourtant, sa pensée reste confidentielle. Aujourd'hui, les choses ont bien changé. Son image sert de médium à une jeunesse éprise de liberté pour dire à la fois son vécu, ses rêves et ses désirs.

    Dans notre voyage en Iran, sur les traces de Simone de Beauvoir, nous plongerons au coeur des questions que l'islamisme nous pose sur l'identité culturelle et religieuse dans son rapport au social et au politique. Questions brûlantes de notre époque où les mouvements néoconservateurs puisent leur force dans l'exacerbation des appartenances identitaires.

    La diabolisation de la liberté et de l'égalité est au centre de leur propagande.

  • « Les Trente Honteuses » sont l'histoire des relations entre la France, Israël et le Liban, durant une période qui s'étend de la fin de la guerre d'Algérie (1962) à la fin de la guerre civile libanaise (1990). Mais elles sont aussi, l'histoire des trente années qui ont finalement creusé le tombeau de l'influence française dans le monde arabo-musulman en général. Issu de la thèse universitaire soutenue en 2015 à l'IREMAM (Institut de Recherches et d'Etudes sur les Mondes arabes et musulmans) d'Aix Marseille Université, il est le premier ouvrage d'un spécialiste qui mette en perspective la politique arabe de la France et les relations franco-israéliennes notamment au travers de la guerre du Liban (1975-1990).

  • Explosions en série dans les centres atomiques iraniens, virus informatique, lutte contre les trafiquants d'armes en haute mer, assassinats au coeur du Hamas et du Hezbollah : les services secrets israéliens ne cessent de faire parler d'eux. Cette nouvelle grande enquête dévoile les succès et les revers du Mossad ces dernières années, comme l'élimination du chef militaire du Hezbollah en plein coeur de Damas ou le « Dubaigate », meurtre d'un cadre du Hamas qui tourna à la déconfiture.
    Pour la première fois, sont ici détaillés les liens étroits du Mossad avec les services de renseignement français et leur rôle conjoint dans certaines opérations. L'ouvrage retrace aussi les relations complexes entre le Mossad et d'autres grands services occidentaux (CIA, MI6, BND), entre coopération technique, échange d'informations et espionnage mutuel... ce qui explique certaines phases de tension.
    L'auteur révèle aussi les étonnants réseaux du Mossad dans les milieux d'affaires internationaux et l'on découvre la double vie d'un grand producteur hollywoodien, mais aussi celles de financiers et de marchands d'armes ou de technologie, secrètement au service d'Israël. Les coups tordus se pratiquent désormais dans les milieux feutrés de la finance : détournement de fonds occultes, guerre de fausses monnaies...
    Enfin, l'enquête revient sur le rôle du Mossad dans les bouleversements en cours au Moyen-Orient tels que la crise diplomatique avec la Turquie et les révolutions arabes, qui ont emporté certains informateurs précieux pour le Mossad au sein des régimes renversés.
    Un livre somme pour tout savoir sur les guerres secrètes d'aujourd'hui.

  • Au tout début du XXe siècle fut inventé ce « Moyen-Orient » qui aujourd'hui semble se défaire dans le sang sous nos yeux. Or, c'est du côté des Indes que l'on doit chercher l'origine de cette construction géographique, du côté des Indes parce que le « Moyen-Orient » est alors conçu comme l'ensemble des territoires gardant l'approche de l'Empire anglo-indien face aux menaces ottomanes, russes, françaises et allemandes. Mais cette invention ne peut se comprendre à la lumière des seuls enjeux politiques et économiques de l'âge des impérialismes. Elle procède d'une lente genèse qui eut, à partir de 1809, pour cadre l'aventure britannique dans le Golfe Arabo-Persique.L'impérialisme britannique et anglo-indien, actif tout au long du XIXe siècle dans les eaux et sur les rivages de la péninsule Arabique, de la Perse et du nord de l'océan Indien, est au coeur de l'ouvrage de Guillemette Crouzet. Par la violence mise en oeuvre contre des « pirates » accusés de perturber la libre circulation des biens et des hommes, par une politique systématique de traités conclus avec les pouvoirs locaux, par des grandes entreprises cartographiques marquant symboliquement une prise de possession spatiale, par une lutte acharnée contre des trafiquants d'esclaves qui légitimait les patrouilles de croiseurs de Sa Majesté, par le grand projet de création d'un route rejoignant par l'Euphrate la Méditerranée, Londres, Bombay et Calcutta imposent leurs règles, avançant peu à peu du détroit d'Ormuz jusqu'au Koweït. Dans ce contexte, les flux commerciaux, licites et illicites, augmentent, et le Golfe participe à une mondialisation croissante de l'économie ; ce sont alors autant de trafics de perles, de dattes, d'armes, autant de réseaux marchands et de connections multiples avec des espaces plus ou moins lointains qui se découvrent.Guillemette Crouzet le souligne, certes l'or noir n'est pas encore exploité mais le Golfe Arabo-Persique a déjà acquis une centralité stratégique minorée jusqu'à présent par les historiens. Il s'ensuit que si le « Moyen-Orient » protège le « joyau de la couronne britannique » que sont les Indes, dans la géopolitique mondiale de la fin du XIXe siècle il est déjà en voie de s'autonomiser...

  • Profitez de la chair en faisant bonne chère ! Moutarde au ginseng, cuisses de grenouilles, huîtres ou chocolat...

    Parce que les aphrodisiaques donnent subtilement aux plats une touche coquine pour éveiller tous nos sens, voici 140 recettes concoctées (et testées !) par deux passionnées de cuisine - plats faciles pour cuisiniers nuls, plus élaborés pour amants intrépides ou amoureux transis... Elles initient aux secrets des mets et des philtres qui pimenteront vos soirées voluptueuses en tête-à-tête et réveilleront vos ardeurs - entrées, plats, douceurs, boissons et recettes-choc pour après l'amour, mais aussi petits poèmes, anecdotes ou dictons fripons.

    Et n'oubliez pas : "Mieux vaut une grosse gourmande, qu'une maigre picoreuse !"

  • Comment tout comprendre sur l'alimentation biologique ? s'amuser en découvrant un univers de goûts extrêmement riche et varié ? apprendre à réaliser des plats gourmands, bons pour la santé et bio ? En bref, comment s'informer, mais également développer la palette des goûts et les talents culinaires de nos enfants (trucs et astuces, recettes...). Manger Bio... Pourquoi ? Pour qui ? Comment ? Natacha et Béatrice vous font découvrir une mine d'informations sur la cuisine biologique (écologie, nutrition, ingrédients bio...). Une première ! Vous y trouverez aussi : 14 fiches (infos et guides pratiques) sur les aliments bio de base (les farines bio, les sucres bio, les pâtes bio, les laits végétaux, les huiles bio, les graines...). 62 recettes très faciles, équilibrées, inratables et gourmandes pour initier les petits chefs bio, y compris des recettes pour se régaler malgré les intolérances et les allergies alimentaires (oeufs, produits laitiers de vache, gluten). Un livre joyeux et ludique, destiné aux enfants, mais qui séduira tout autant les parents désireux de s'initier à la cuisine bio.

  • Nasredine le Hodja est un personnage du Folklore traditionnel du Moyen-Orient du XIIIème siècle, revendiqué depuis l'Afrique du Nord jusqu'à la Chine, en passant par l'Egypte, la Syrie et la Turquie.
    Il est connu sous différents noms : Djoha, Goha, Mulla, Nasredine, Afenti...
    Toujours facétieux, il nous fait sourire, voire rire, par sa naïveté feinte ou son sens de l'absurde ; il tourne en dérision l'arrogance, l'orgueil, la vanité et la bêtise des puissants et des riches aussi bien que des ignorants qui s'ignorent !
    Illustrations de Sofiane Mekki.
    Ce conte a été joué plus de 1000 fois par Kamel Zouaoui depuis sa création.

    Editions Tangerine nights

  • Le sort des « disparus » et des harkis à l'issue de la guerre d'indépendance de l'Algérie, la guerre civile au Yémen, la guerre des Six-Jours en Égypte, « Septembre noir » en Jordanie et le conflit armé du 6 octobre 1973, appelé « du Kippour » ou « du Ramadan ».
    Délégué du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Marcel Boisard a été engagé sur le plan humanitaire dans nombre de conflits qui ont ensanglanté le monde arabo-musulman, durant la seconde partie du XXe siècle.
    Négocier avec les autorités politiques et militaires des belligérants pour l'application des Conventions de Genève, prêter secours aux populations civiles, veiller au bon traitement des prisonniers de guerre et improviser pour aider des victimes en tous genres, autant de missions réalisées dans l'urgence et avec peu de moyens. À l'avant-poste de ces opérations, l'auteur relate des anecdotes riches en enseignement et rappelle des faits historiques quelquefois passés sous silence. Les événements évoqués se révèlent toujours d'actualité tant ils préfigurent les enjeux et les conflits contemporains.
    Chercheur, enseignant, conseiller économique de pays en développement, délégué du Comité International de la Croix-Rouge (CICR), Directeur général de l'Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche (UNITAR) et Sous-secrétaire général des Nations Unies, Marcel A. Boisard, titulaire d'un Doctorat de l'Institut Universitaire de Hautes Études internationales, est l'auteur d'ouvrages publiés chez Albin Michel et aux Presses de l'UNESCO et de l'ONU, ainsi que de nombreux articles parus dans des revues spécialisées et des journaux d'audience internationale. Son précédent ouvrage, « Une si belle illusion », est paru en 2018 aux Éditions du Panthéon.

  • · Qu'est-ce vraiment que le MIT, le service du renseignement turc ?
    · Quel est le rôle joué par le MIT dans la stratégie néo-ottomane de Recep Tayyip Erdogan ?
    · Est-il autorisé à « liquider » des opposants à l'étranger ? Quelle a été son implication dans l'assassinat des trois militantes kurdes du PKK à Paris en 2013 ?
    · Comment fonctionne-t-il ? Quelles sont ses méthodes ?
    · Quelles sont son histoire et son origine ?
    · Quelles sont ses opérations au Moyen-Orient, en Afrique, aux États-Unis, en Europe et finalement comment opère-t-il dans l'Hexagone ?
    Ce livre apporte des réponses à ces questions importantes pour mettre en pleine lumière ce qu'est le MIT qui se dissimule derrière un immense voile de secrets.
    Lorsqu'Erdogan accuse Macron d'être « en état de mort cérébrale » et que la marine turque cible des frégates françaises au large de la Libye, comprendre le fonctionnement du renseignement turc devient une nécessité urgente pour les élites politiques françaises, mais aussi pour le citoyen curieux...
    Un livre éclairant pour mieux comprendre la politique agressive du néo-sultan Erdogan.

    « Ce livre est un ouvrage essentiel pour comprendre le fonctionnement des services spéciaux turcs et surtout, pour deviner comment leurs compétences professionnelles sont mises à profit par le pouvoir du président Erdogan pour qu'il puisse parvenir à ses fins. »
    Alain Rodier
    ex-officier supérieur du renseignement français
    Directeur de recherche au CF2R

  • Cet ouvrage explore les grands enjeux actuels pour mieux comprendre les relations internationales, les conflits, mais aussi les enjeux de pouvoir qui coexistent dans un environnement mondialisé. Il étudie la géopolitique des grandes puissances mondiales ainsi que les principaux foyers de conflit actuels.
    Au travers de l'exploration des nouveaux enjeux géopolitiques mais aussi des nations qui ont fait l'actualité, l'ouvrage fournit un panorama du monde qui permet de mieux comprendre son évolution.
    C'est un outil utile aux étudiants et candidats aux concours administratifs autant qu'à tous ceux qui désirent mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent.

  • Ouellette s´approprie deux mythes de la mythologie grecque, un sujet inhabituel pour le théâtre franco-ontarien. À travers ceux-ci il pose un regard critique sur notre société.

    Dans «Iphigénie en trichromie» il reprend le mythe que l´on connaît de la princesse qui doit mourir pour que les vents se lèvent, permettant à la flotte achéenne de se rendre à Troie afin de libérer Hélène. Tout au long de l´histoire, il privilégie une perspective féministe. Dans cet univers, la reine domine le roi, mais des forces agissent dans l´ombre pour renverser la situation et mener à l´avènement d´un nouvel ordre social.

    Dans «La colère d´Achille», l´auteur transpose l´histoire à notre ère moderne. Hatch [Achille] devient un mercenaire américain, à la solde d´une compagnie supranationale à l´oeuvre dans un pays du Moyen Orient.

    «Iphigénie en trichromie» a été créée le 27 septembre 2006, dans une coproduction du Théâtre du Nouvel-Ontario (Sudbury) et du Théâtre la Catapulte (Ottawa). «La colère d´Achille» a f ait l´objet d´une lecture publique le 18 décembre 2005, à la Nouvelle scène (Ottawa).

  • Ce recueil se présente en deux parties : la reprise, d'abord, des "Chants du Karawane", originalement paru en 1993 (Elais Publishing House), suivie de la partie qui donne son titre au recueil : « Un moment Anne ».
    Depuis une relation mythique à ses origines, la poète trouve à se recueillir et à s'épanouir auprès de la poète Anne Hébert - forgeant son identité québécoise et francophone à ses mots et images. Depuis cette double force - égyptienne et québécoise, arabe et francophone - la poète élève une voix assumée, celle déjà présente dans les "Chants du Karawane", c'est-à-dire du rossignol.

empty