• Hôtel Berlin 43 Nouv.

    Hôtel Berlin 43

    Vicki Baum

    Écrit en anglais par l'auteure exilée et scénariste à Hollywood, ce roman est publié en 1943 aux États-Unis, l'auteure le traduit en allemand ensuite et il sera publié en 1947 à Amsterdam puis dans les années 70, cette fois avec des coupes. Il paraît en France dans les années 50 à partir de la version américaine. Notre nouvelle traduction de l'anglais, fidèle au style de l'auteur, lui rend son charme et son ironie.
    1943, dans un palace à Berlin.
    Poussés par le rationnement et les bombardements, tout ce que la ville compte de diplomates, de généraux, d'hommes d'affaires ou de héros du champ de bataille se retrouvent dans ce lieu au luxe suranné, comme dans un ultime refuge. La comédie humaine se poursuit jusqu'à l'absurde, et les dignitaires fatigués cherchent les étoiles qui pourraient continuer d'entretenir leurs rêves de victoire ; au milieu de tous ces hommes brillent Tilli, une femme facile mais désargentée, et Lisa Dorn, égérie du Führer pour qui la foule envahit encore chaque soir le théâtre.
    C'est elle que va rencontrer Martin Richter, l'étudiant révolté, le téméraire opposant au régime, poursuivi par la Gestapo. Guidée par lui, elle va ouvrir les yeux sur la réalité et la barbarie du nazisme, puis l'aider dans sa folle aventure et sa fuite éperdue, jusqu'à succomber à son charme...
    Tandis que les bombes font vaciller les vieux murs, l'étau se resserre autour de cet amour naissant, symbole de liberté en ce lieu où chacun règle ses comptes et s'apprête à acquitter le prix des exactions commises pendant la guerre.
    Roman d'anticipation, le livre raconte avec un réalisme surprenant ce que personne, en Allemagne, n'aurait osé imaginer.

  • Toute l'épopée de la house music racontée en bande dessinée ! Et non seulement relatée en images mais enseignée : ce genre inclassable n'aura plus de secret pour vous. Vous saurez comment est né le maxi disco, vous pourrez répéter partout ce que le break doit au uprock, on ne vous la fera plus jamais avec le bass drum. Kool Herc mixait sans casque ? Bien sûr ! New Order serait le chaînon manquant entre la pop et la dance ? Évidemment ! Depuis les seventies'nuits musicales du Loft à New York avec le dj David Mancuso et le Gallery de Nicky Siano jusqu'au Palace à Paris en passant par tous les dance-floors, une véritable fresque musicale se déplie sous nos yeux, en vignettes, en chansons, au son d'une disco enfiévrée, à coups de synthétiseur et de rythmes érotico-endiablés. Personnages dégingandés de cette scène époustouflante, tous les grands acteurs à l'origine des musiques électroniques défilent comme autant de stars ou de héros oubliés, se déchaînent sur les pistes les plus pailletées, inventent un genre nouveau et une manière inédite de diffuser la musique ! Le rythme haletant des vignettes retrace à grandes enjambées les influences, les inspirations et les destinées sans que le dessin ne perde en précision. Le lecteur se faufile dans les clubs new-yorkais et s'invite comme par effraction au Palace.

  • Rudolf Kesselbach, richissime et ambitieux roi du diamant sud-africain, est cambriolé et assassiné, la carte d'Arsène Lupin est découverte et tout indique que Lupin, qui a fait le mort depuis l'affaire de l'Aiguille au point que beaucoup ont cru à sa mort, cette fois n'a pas seulement neutralisé et volé sa victime, il a aussi versé le sang...
    Suivi de 813, les trois crimes d'Arsène Lupin : suite aux évènements du premier tome, Arsène Lupin se retrouve enfermé à la Santé tout en poursuivant son enquête...

    Maurice Leblanc a conçu "813" comme la dernière aventure d'Arsène Lupin. Le roman est moins "léger", les morts violentes s'enchaînent et si Lupin est toujours sûr de lui, il trouve un adversaire qui a souvent un coup d'avance : un certain L...M... qui serait l'assassin de Kesselbach.



    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • Trois mois ont passé depuis l'affaire de New-York... et Axelle s'ennuie ferme ! Alors quand un photographe de mode prometteur se fait agresser sur les rives de la Tamise, comment résister à cette nouvelle affaire ?
    Avec une mystérieuse photo pour seul indice, notre mannequin-détective préféré tente de faire la lumière sur le passé tourmenté du créateur de mode.
    Mais entre défilés, castings et paparazzi, difficile de mener l'enquête. Le beau Sébastien ne sera pas de trop pour aider Axelle à contrer les sombres desseins de l'agresseur, et pour l'arrêter avant qu'il ne soit trop tard...
    Titre original : Deadly by design.

  • Sur le point de commencer son stage dans un palace new yorkais, Alicia Townsend fait la connaissance de Jake Blanchard, copropriétaire de plusieurs clubs très privés.
    Un jeu du chat et de la souris s'établit entre eux. Plus elle le repousse, plus il est attiré par la jeune femme. Plus il la veut. Son côté dominateur l'effraie et l'attire tout à la fois.

    Qui sortira vainqueur de ce cache-cache sensuel et érotique ?

  • Nouveau guide impertinent d'une sélection d'établissements de luxe en Europe : palaces, restaurants, bars.

  • Septième édition d'un petit guide décalé d'établissements européens de luxe...





    Prière d'insérer à l'édition 2021 : "31 vs 37 Promenade des Anglais





    .





    Le Negresco, à Nice, aurait dû devenir notre meilleur choix en Europe - n'en déplaise aux (ir)responsables touristiques français qui se sont arrogés le droit de décréter ce qu'est un palace malgré leur mauvais goût atavique allant de pair avec leurs envies obsessionnelles de spas -, et on aurait parlé de l'hôtellerie (pas cette fois de la restauration) puisque séjourner dans un hôtel c'est d'abord y dormir ; probablement un des derniers grands hôtels européens indépendants en France, ce logis semblait pourtant vouloir résister encore malgré une singulière pandémie qui lui a fait casser des prix pour pas grand chose puisqu'il ferma "jusqu'à nouvel ordre" durant cette mauvaise saison ; ainsi lui est-il réservé ici de figurer aussi à part de ce nouvel, mais ultime, inventaire revisité



    ...




    Alors, juste de l'autre côté des jardins, il y a pour finir ce palace beaucoup plus ancien - où la suite avec tout le reste pourrait bien valoir celles d'à côté -, actuellement dénommé West End."

  • On n'a pas écrit grand choses pour défendre les Cancres. Dans le dictionnaire,les Intelligents habillés en vert avec une jolie Epée sur le côté ont traduit le mot "Cancre" par élève paresseux... Non ! Le Cancre n'est pas paresseux, c'est un pauvre gosse seule dans sa classe, un rêveur, solitaire, voyageur, distrait, sans défense.


    Pourtant le Cancre, dans une salle de classe, est indispensable. Il est le seul qui puisse mettre le prof en valeur. C'est dans sa direction que partiront les bons mots, les remarques désobligeantes, sans oublier les retenues, les pages d'écriture à faire à la maison.


    La récréation n'est pas pour lui un moment de détente, pire. Il doit subir la cruauté de ces petits camarades... L'Ecole de la République n'aime pas les écoliers qui voyagent pendant les cours. C'est comme ça que l'on devient Cancre-Buissonnier. Vous découvrirez le parcours exceptionnel de Jojo à travers le monde si particulier des Palaces. Malade et livré à lui-même pendant la guerre, sans aucune éducation, cafetier-plongeur, commis débarrasseur, directeur de restaurant, patron, ce cancre deviendra professeur au Lycée Hôtelier de Biarritz... un comble ! Et aussi Meilleur Sommelier de France 1962.


    Mais ! Comment il a fait ...?


    (Enfin ! la bonne question)   

  • Nouveau petit guide impertinent d'une sélection d'établissements de luxe en Europe : palaces, restaurants, bars... In 2015 worst hotel Normandy Deauville, best hotel Gresham Palace Budapest !

  • En Asie, le grand hôtel est directement lié au voyageur étranger. Il correspond à un temps non seulement de modernisation urbaine mais aussi d'ouverture et de relation avec les Occidentaux. C'est donc un lieu de rapport de forces économiques, d'importation de techniques modernes et de comportements nouveaux, un lieu enfin de confrontation culturelle. Objet urbain importé de l'Occident, le grand hôtel s'impose néanmoins comme marqueur des sociétés urbaines asiatiques. Il invite ainsi à reconsidérer les oppositions classiques entre la tradition et la modernité, l'identité asiatique et l'occidentalisation. Différentes générations de grands hôtels coexistent aujourd'hui dans les métropoles développées d'Asie que sont Tôkyô, Séoul, Hong Kong, Shanghai ou Pékin. Nombreux sont leurs atouts pour attirer les clients locaux et étrangers : ils s'appuient sur l'évocation de temps magnifiés et révolus, ou au contraire sur la modernité et le renouveau qu'ils incarnent ; ou bien ils jouent de leur double identité occidentale et asiatique ; enfin, ils offrent des services spécifiques (bar de nuit, salle d'exposition, centre de conférence...). Deux démarches sont ici suivies : une comparaison de l'usage asiatique du grand hôtel - et de ses temporalités - avec celui en Europe et en Amérique du Nord ; puis, l'analyse des modèles urbains venus d'Occident non pas sous l'angle de la seule importation mais aussi sous celui d'une histoire proprement asiatique de l'occidentalisation. À partir d'un objet singulier, cet ouvrage propose une interrogation sur la ville dans ses dimensions spatiale, sociale et de représentation. Il porte en particulier sur les sociabilités urbaines en Asie aujourd'hui, et il est issu d'une réflexion commune entre architectes, historiens et géographes, tous spécialistes de l'Asie orientale.

empty