• One of Victor Hugo's finest works, Les Miserables is a monumental classic dedicated to the oppressed, the underdog, the laborer, the rebel, the orphan, and the misunderstood. Les Miserables is a rich, emotional novel that captures nothing less than the entirety of life in nineteenth-century France. This great humanitarian work encourages compassion and hope in the face of adversity and injustice. It is also an historical novel of great scope, and provides a detailed vision of nineteenth-century French politics and society.  Sensational, dramatic, packed with rich excitement and filled with the sweep and violence of human passions, Les Miserables is not only a superb adventure, but a powerful social document. The story of how the convict, Jean-Valjean, struggles to escape his past and reaffirm his humanity, in a world brutalized by poverty and ignorance, became the gospel of the poor and the oppressed.Optimized for Kindle devices and featuring Panel Zoom facility.From its beginnings in the 1940's to today, Classics Illustrated continues to encourage a love of reading and adventure in youthful minds through beautifully-illustrated comic book adaptations of the world's most beloved stories by the world's greatest authors.A collection of Classics Illustrated books is an inviting start to any young person's library.

  • Ce beau livre reprend les passages les plus emblématiques du Roman de Renart, adaptés de l'édition de 1861 de Paulin Paris et richement illustrés à partir de différents manuscrits médiévaux conservés au département des Manuscrits de la BnF, rarement ou jamais reproduits. Le goupil surmonte tous les coups du sort grâce à sa ruse et à sa verve, des armes redoutables pour piéger les sots. Le comique du Roman de Renart repose sur une satire implacable et jubilatoire de la société médiévale : mépris des vilains et des curés de campagne, méfiance envers l'ordre féodal et la justice royale. Le coupable en réchappe toujours... Le lecteur qui s'amuse du ridicule des dupes devient complice du scélérat. Les miniatures qui viennent illustrer le texte évoquent, par leur abondance, leur trait volontairement naïf et leurs personnages stylisés à l'extrême, l'univers de la bande dessinée. La préface a été dessinée par Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou, auteurs de la série De Cape et de Crocs publiée chez Delcourt (qui reprend les aventures d'un goupil, Armand de Maupertuis, et d'un loup, Don Lope de Villalobos y Sangrin).

  • Souvenez-vous. Les ferrets de la reine Anne d'Autriche, le duc de Buckingham, les perfidies de Richelieu, le siège de La Rochelle. Et, vingt ans après, l'autre cardinal, la Fronde, l'Angleterre de Cromwell, l'exécution de Charles 1er...
    Cette Histoire-là est inoubliable. Elle reste dans nos mémoires, revivifiée pour l'éternité par la présence des héros d'Alexandre Dumas, ces trois mousquetaires qui sont quatre - " tous pour un, un pour tous " -, par la magie de ces romans où vibrent, à l'infini, dans le fracas des chevauchées et des épées, la fougue de la jeunesse, le goût de l'aventure, la force de l'amitié, la nostalgie du temps qui passe, la mort qui rôde, aussi, portée par les vents contraires des grands événements.


    C'est le théâtre qui avait fait d'abord la gloire de Dumas. On découvrira ici La Jeunesse des mousquetaires qu'il adapta pour la scène en 1849.

  • Été 1865, Saint-Pétersbourg. Écrasé par la pauvreté, le jeune Raskolnikov doit abandonner ses études. Arpentant la ville, désorienté, il se croit appelé à un grand avenir et, dédaigneux de la loi morale, fomente le meurtre de sa logeuse, une vieille usurière. Mais en réalisant ce " songe monstrueux ", il sombre : les conséquences de son acte le rongent. Jusqu'à ce qu'il finisse par se rendre et accepter la condamnation, seule voie de rédemption pour lui.
    OEuvre majeure de la littérature russe, Crime et Châtiment est le roman de la déchéance humaine, Raskolnikov son témoin incarné. Écrivain de la conscience et du doute, Dostoïevski offre, avec cette plongée troublante dans la psyché d'un criminel, une vibrante réflexion sur la dualité de l'Homme, son mystère, et les possibles lueurs de son salut.

  • La guerre et la paix est une oeuvre mythique de la littérature russe et universelle, une vaste fresque historique et familiale, modèle de ce que seront les grandes sagas du xxe siècle.
    Sur le fond des grands événements du début du xixe - la campagne de 1805-1806 et austerlitz, celle de 1812-1813, borodino et l'incendie de moscou - s'inscrivent les chroniques de deux familles appartenant à la noblesse russe, les bolkonski et les rostov et, au centre, le comte pierre bézoukhov, avec lequel l'auteur s'identifie. des chroniques faites d'amour et de haine, d'interrogations sur la vie et la politique, traversées par les passions et les doutes.

    Traduite pour la première fois en français, cette version originelle de la guerre et la paix - il y, eut plusieurs éditions souvent différentes du vivant de l'auteur - se fonde sur l'édition publiée dans "l'héritage littéraire" par l'académie des sciences de l'urss. elle permettra aux initiés de mieux connaître les systèmes de pensée et de création artistique de tolstoï. par ailleurs, les réflexions philosophiques allégées, le rythme rapide, l'action resserrée, propres à tenir le lecteur en haleine sans rien ôter à la richesse littéraire, devraient renouveler l'intérêt pour ce chef-d'oeuvre.

  • Le Coran

    Anonyme

    C'est vers l'an 610 de notre ère que Mahomet, retiré dans une grotte du mont Hira, a vécu la Révélation. L'archange Gabriel se manifeste à lui et lui ordonne de «réciter». De ce verbe vient le mot Coran, qui signifie «récitation», «lecture». La Parole de Dieu est «dictée» au Prophète en arabe, langue à la fois riche et complexe dont la musique et les sonorités font sens.
    La traduction de Jean Grosjean se distingue par le soin extrême apporté au style ainsi que par la fidélité au sens ; en outre, elle restitue le souffle poétique du Coran dans sa beauté sacrale.

  • Oeuvres complètes

    Baruch Spinoza

    • Bouquins
    • 14 Février 2019

    " Prince des philosophes ", selon Deleuze, " moment crucial de la pensée moderne ", selon Hegel, Baruch Spinoza (1632- 1677) est considéré comme le philosophe le plus dérangeant du XVIIe siècle. Héritier dissident de Descartes, il décida de suivre la raison jusqu'au bout et élabora ainsi une philosophie radicalement neuve, aux conséquences révolutionnaires. Ce volume permet d'accéder à l'intégralité de ses écrits dans les traductions originelles de Charles Appuhn, depuis Les Principes de la philosophie de Descartes jusqu'au chef-d'oeuvre qu'est l'Éthique, en passant par le Traité politique, le Traité théologico-politique, le Traité de la réforme de l'entendement, le Court Traité, les Pensées métaphysiques et la correspondance. Outre la rigueur métaphysique préfigurée par le Court Traité et accomplie dans l'Éthique, on voit ici se déployer une réflexion de grande envergure et aux directions multiples. Politique d'abord : Spinoza traite du droit naturel, du contrat social, de la nature des régimes et des États, comme de la place des affects dans l'élaboration d'un champ social. Théologique ensuite : il teste une nouvelle méthode littérale de lecture de la Bible, en attribuant à l'interprétation une portion congrue. Morale enfin : le philosophe interroge les thèmes de la liberté, du bien et du mal dans leur existence même. Autant de domaines où s'affirme la volonté de n'obéir qu'à la raison et d'en accepter les verdicts et les principes. Nul n'a mieux défini que Spinoza ce que signifie philosopher : " Ne pas rire, ne pas déplorer, ne pas haïr, mais comprendre. "

  • Voyages en Italie

    Stendhal

    Il faut emporter ce livre avec soi pendant le voyage à Rome, aucun guide touristique d'aujourd'hui n'est aussi riche que celui-ci, et conclure avec Stendhal après un laps de temps forcément plus court, puisque hélas aujourd'hui, «le grand tour» n'est plus de mise: «On s'ennuie quelquefois à Rome le second mois du séjour, mais jamais le sixième, et, si on y reste le douzième, on est saisi de l'idée de s'y fixer».
    Les Promenades dans Rome (2 tomes) suivi de « Rome, Naples et Florence » (2 tomes) formant le carnet de voyage en Italie de Stendhal, enfin publiées en version intégrale électronique d'après le manuscrit original de chez Delaunay paru en 1829.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • Le Râmâyana

    Vâlmîki

    Cet ebook bénéficie d'une mise en page esthétique optimisée pour la lecture numérique.




    « Ce poème, unissant en lui l'équité, l'amour et le bien, est plein de variété ; il embrasse une foule de sujets ; pareil à la mer qui porte les perles, il contient en lui l'essence du monde. » Friedrich von Schlegel.



    Le Râmâyana signifie le parcours de Râma, ce texte fondamental de l'hindouisme est un poème sanscrit attribué au sage Vâlmîki. Il nous conte la naissance et l'éducation du prince Râma, la conquête de Sita, son épouse et leur exil (Râma est le septième avatar du dieu Vishnou). Ce texte est considéré aujourd'hui encore par beaucoup d'indiens comme un véritable livre de développement personnel à lire et à relire sans fin.


    Cette oeuvre majeure s'adresse à tous ceux qui souhaitent s'initier et découvrir l'Inde, sa culture, ses croyances, ses traditions et ses rites.

  • Oeuvres complètes

    Tacite

    Né en Gaule Narbonnaise, le plus grand des historiens romains a vécu entre la seconde moitié du Ier et le début du IIe siècle. Une période sombre durant laquelle se succèdent à la tête de l'Empire des souverains fous et sanguinaires, comme Tibère, Caligula et Néron, et des empereurs plus respectueux de la morale et du peuple, tels Vespasien, Titus et Domitien.
    Historien, Tacite l'est à part entière. Il s'appuie sur des informations vérifiées, évitant les deux écueils principaux qui menacent la relation exacte des faits : la flatterie et la haine du pouvoir. C'est aussi un portraitiste admirable de précision et de vitalité, un moraliste au patriotisme intransigeant qui dénonce les turpitudes des empereurs comme celles de la plèbe, un conteur dont les évocations de la Rome antique restent inégalées.
    Tacite s'est mis tardivement à la composition littéraire, vouant d'abord son talent à l'art oratoire. L'oraison funèbre qu'il consacre à son beau-père, La Vie de Julius Agricola, est un véritable manifeste politique contre le régime. Dans le Dialogue des orateurs, il traite des problèmes de fond et de forme liés à l'exercice de l'éloquence. Ces premières oeuvres et la suivante, De la Germanie, ont pour trait commun une analyse riche et documentée de l'histoire de son temps ; les trois livres sont présentés ici dans de nouvelles traductions de Catherine Salles. Suivront Les Histoires et Les Annales, sommes fondamentales dans lesquelles transparaissent les deux préoccupations majeures de l'auteur : la dégénérescence du pouvoir impérial et la menace étrangère aux frontières.
    Cette édition des oeuvres complètes de Tacite témoigne de la vigueur et de la puissance stylistiques d'un écrivain que Racine et de Gaulle, notamment, considéraient comme un de leurs maîtres.

  • Pierre Jean Jouve, Adieu Franz Kafka, Cahiers divers Michel Butor, Salonique Pierre Gascar, La Petite Place Philippe Jaccottet, La Vue et la Vision Jean Grenier, Les Grcves Documents :
    Armand Robin, TPocme pour Adultes, d'Adam Wazyk, a paru le 21 ao"ut 1955 ´r Varsovie...t Adam Wazyk, Pocme pour Adultes Chroniques : recherches :
    Maurice Blanchot, La Confession dédaigneuse Chroniques :
    Marcel Arland, Élias Chroniques : le roman :
    Dominique Aury, Le Démon de la Justice Chroniques : le théâtre :
    Jacques Lemarchand, Histoire de Vasco Chroniques : les arts :
    Francis Ponge, Germaine Richier Chroniques : la musique :
    Pierre Boulez, La Corruption dans les Encensoirs Notes : la poésie :
    Louis Bolle, Majestés et Passants, par Jean Grosjean (Gallimard) Pierre Oster, Chants royaux, par Yanette Delétang-Tardif (Seghers) Notes : les essais :
    Dominique Fernandez, La Psychanalyse, par Clara Thompson (Gallimard) Roger Judrin, Sartre par lui-meme, par Francis Jeanson (Éditions du Seuil) Notes : le roman :
    Georges Perros, L'Emploi du Temps, par Michel Butor (Éditions de Minuit) Odile de Lalain, Un Homme estimable, par Jean Bloch-Michel (Gallimard) Jacques Lemarchand, Car pour Rome, par Alain Le Breton (Gallimard) Élisabeth Porquerol, Boulevard, par Robert Sabatier (Albin Michel) Notes : lettres étrangcres :
    Georges Anex, Aller-retour New York, par Henry Miller (Guilde du Livre) - Mon ami Henry Miller, par Alfred Perlcs (Julliard) André Pieyre de Mandiargues, La Sparviera, par Gianna Manzini (Mondadori) Odile de Lalain, Minuit ´r Serampore, par Mircea Eliade (Stock) Notes : les spectacles :
    Jean Texcier, Le Cirque de Pékin Notes : les arts :
    André Pieyre de Mandiargues, Klee ´r Berne De tout un peu :
    Pierre Oster, Essai sur Paul Valéry, par Jacques Charpier (Seghers) - Amour et autres Visages, pat Philippe Jones (Les Lettres) Roger Judrin, Lettre ´r un jeune Rastignac, par Michel Déon (Fasquelle) - Le Fait démographique français et ses conséquences, par Jean Daric (Cahiers des Amis de la Liberté) - La Vie d'artiste, par Jean Oberlé (Denoël) - Bilan littéraire du XXe siccle, par R.-M. Albércs (Aubier) - L'Allemagne en cage, par Jean Davidson (Le Seuil) Odile de Lalain, L'Amour vagabond, par André Fraigneau (Plon) - La Petite Anglaise, par Renée Massip (Gallimard) Jacques Randalle, Cet Enfant émerveillé, par Hubert de Luze (Correa) - La Ligne droite, par Yves Gibeau (Calmann-Lévy) Roger Judrin, Le Train pour l'Océan, par Silvain Reiner (Gallimard) - Le Soleil dans la poche, par Hans Ruesch (Calmann-Lévy) - Confidence antipathique, par Léon Weinigel (Denoël) Janine Béraud, Poliakoff (Galerie Bing) Les revues :
    Albert-Marie Schmidt, La philosophie de Guy de Maupassant Jean Pfeiffer, Les grâces de Jean Cocteau Gaëtan Picon, La pensée de Maurice Blanchot Jean Guérin, Divers Le temps, comme il passe :
    Charles-Albert Cingria, Salut aux Lacs Marc Bernard, Le Camarero Maurice-Jean Lefebve, Le Songe de Lascaux

  • Cioran, Les dangers de la Sagesse Alfred Kern, La Transhumance Pierre Oster, La Grande Année (Fragments) Roger Judrin, Le deux de cur Jean-Pierre Richard, Les partis pris de Ponge Marc Bernard, La Corrida Chroniques :
    Alain Bosquet, Audiberti, burlesque et mystique Robert André, Les reves de Thomas de Quincey Jean-Louis Curtis, La ballade du pauvre tueur Marcel Schneider, Herbert von Karajan André Berne-Joffroy, Franges pour un dossier Fautrier Notes : poésie et littérature :
    Jean Follain, Le Festin d'attente, par Marcel Thiry (André de Rache) Roger Judrin, Cahiers de Lorient, par Alain (Gallimard) - Jacques Chardonne Notes : lettres étrangcres :
    André Miguel, Les voies physiologiques de Rozanov Roger Blanzat, Vartananc, par Ténénig Démirdjian (Stock) Jean Lebrau, Mon ami le blizzard, par Gregory Marton (Stock) Robert André, La prochaine fois, le feu, par James Baldwin (Gallimard) - Personne ne sait mon nom, par James Baldwin (Gallimard) Notes : les spectacles :
    Willy de Spens, L'Ébouriffé, par Josep Carner (Gallimard) - Les Noces de Psyché, par Christian Liger (Gallimard) Jean Bastaire, Dreyer Raymond Bellour, Charade, de Stanley Donan Notes : les arts :
    Janine Béraud, Picasso (Galerie Louise Leiris) Jean Pie Lapierre, Entretiens avec dix-sept peintres non figuratifs, par Jean Grenier (Calmann-Lévy) Frank Dunand, Bellmer (Galerie Daniel Cordier) André Miguel, Itinéraire plastique, approche d'un langage spécifique, d'Albert Ayme Lu et vu :
    Philippe Jaccottet, Soleil taciturne, par Théo Léger (Mercure de France) Gilbert Vincent, Sabine, par André Pieyre de Mandiargues (Mercure de France) - Le temps d'un soupir, par Anne Philipe (Julliard) - De A ´r Z, par Agncs Nanquette (Gallimard) - Aucune trace, par Léon Arega (Gallimard) André Miguel, Via Poussicre, par Jean Luissel (La Fenetre Ardente) Claude Michel Cluny, La Nasse, par Paul Schallück (Casterman) Willy de Spens, Les enfants de Dieu, par Petar Segedin (Calmann-Lévy) Gilbert Vincent, Bernard Buffet (Galerie David et Garnier) Frank Dunand, Couleurs en mouvement, d'Andrée Dantu (Galerie de Beaune) Roland Recht, 19e Salon des réalités nouvelles (Musée d'Art moderne) André Berne-Joffroy, Repentir ´r propos de la Grande Sinopia de Simone Martini Le temps comme il passe. Notes :
    Georges Perros, Le grand pocte Le temps comme il passe :
    François Lescure, Quatrains Paul Morand, Sur le voyage Michel Deguy, De l'abus en l'art de citer Georges-Henry Gourrier, Prcs de la rivicre d'Urroz Textes :
    Henri Béhar, Sur la dernicre manifestation du Théâtre Alfred Jarry Antonin Artaud, Lettres ´r Roger Vitrac

  • La Petite Dorrit
    Charles Dickens
    Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.
    La petite Dorrit a vu le jour dans une prison où son père est enfermé, avec toute sa famille, après avoir fait faillite.
    La petite Dorrit se dévoue pour les siens, notamment en travaillant pour Mme Clennam. C'est chez cette femme étrange qu'elle rencontrera Arthur... Mais des biens ignorés vont rendre les Dorrit subitement très riches. La petite Dorrit saura-t-elle garder sa modestie et son humilité ? La vie sera-t-elle devenue si belle ?
    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • « L'histoire est une science difficile, condamnée à n'atteindre que par des chemins malaisés une vérité toujours relative. [...] N'empêche que l'histoire est un besoin profond de l'humanité pensante et que, si elle n'existait pas, il faudrait l'inventer. » L'objectif du livre de Charles Samaran est simple : « proposer les meilleures définitions possibles de l'histoire, dire comment elle est née et s'est développée depuis l'Antiquité dans la conscience des hommes. Dégager ensuite les notions de temps et de lieu sur lesquelles elle se fonde. »

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty