• Née en Vendée dans les années vingt, orpheline à sept ans... Son destin est tout tracé : elle sera épouse et mère, soumise à la volonté de Dieu.
    Sa vie, déjà difficile, devient un véritable calvaire quand on la marie, trop jeune, à un homme sournois et cruel. Comme il est d'usage dans la France de cette époque, ses souffrances resteront muettes, étouffées par le conformisme social et la rigueur religieuse. Face aux épreuves, elle opposera toujours une force extraordinaire - puisée dans l'amour total qu'elle porte à ses treize enfants et dans sa foi absolue en Dieu.
    En retraçant cet itinéraire, proche par bien des côtés d'un chemin de croix, Yves Viollier a surtout voulu rendre hommage au courage et à la détermination dont savent souvent faire preuve les êtres humains les plus démunis.

  • Jeune et beau gabarier, Hugo, élevé par un père aimant mais taciturne, a toujours cru que sa mère était morte en le mettant au monde. Mais la réalité est tout autre. Lorsqu'il découvre la vérité, le jeune homme voit sa vie prendre un chemin qu'il était loin d'avoir soupçonné. Il va de mauvaises surprises en amères déceptions, se sent trahi à la fois par la personne la plus importante de sa vie et les ombres malveillantes du destin. Et son coeur tourneboulé l'empêche de voir que l'amour et le bonheur sont si près de lui qu'il n'a qu'à tendre la main pour les cueillir.

    Mais celle qui l'aime - et que lui ne voit pas - a la patience et la foi. Elle le sait: un jour, elle et lui, ces deux enfants du Pas du Loup, seront ensemble à jamais, comme les deux âmes soeurs qu'ils sont et ont toujours été.

  • Avec les Nuls, le Pays Basque n'a pas fini de vous surprendre !
    Vous êtes basque de coeur, d'origine ou d'adoption ? Vous pensez bien connaître cette région à l'identité forte, au coeur des turbulences de l'Histoire, ou vous voulez la découvrir ? S'intéressant à la fois aux Basques du Nord (Pays Basque français) et aux Basques du Sud (Pays Basque espagnol), ce livre est fait pour vous ! Qui étaient les premiers Basques ? Découvrez l'histoire d'un peuple et d'une région, à cheval sur les Pyrénées. Partez en voyage dans le temps, au Moyen Âge, sur les pas des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, dont les chemins confluaient vers le Pays Basque. Faites le premier tour du Monde avec Juan Sebastiàn Elcano. Suivez les chasseurs de baleine, les pirates et corsaires basques. Venez déguster quelques pintxos (tapas), accompagné d'un verre de txakolin. Qui a dit : "Je ne sache pas d'endroit plus charmant et plus magnifique que Biarritz." ? Victor Hugo. Partez à la découverte d'un peuple à l'identité (et au caractère!) forte, et d'une langue parlée actuellement par plus de 600 000 personnes. Appréhendez le Pays Basque aujourd'hui : son économie, sa politique, sa nature encore préservée, etc.Loin des clichés et des stéréotypes du béret, du jambon, de la partie de pelote et des bombes d'ETA, découvrez ou redécouvrez le pays des Euskaldun : "ceux qui parlent le basque". Dans ce livre :
    L'histoire du Pays Basque, des origines à nos jours
    Le tour du Pays Basque de Bayonne à Pampelune; de Mauléon à Bilbao
    Les traditions, les spécialités culinaires
    Les rudiments de la langue vivante la plus ancienne d'Europe
    Et bien d'autres choses encore !

  • Voici un livre consacré aux femmes, originaires du Poitou et des Charentes, qui ont connu une destinée exceptionnelle. Certaines sont des gloires nationales : Aliénor d'Aquitaine, reine de France puis reine d'Angleterre ; Marguerite d'Angoulême, « la perle des Valois », reine de Navarre et femme de lettres ; Madame de Montespan et Madame de Maintenon, favorites du « Roi Soleil ». D'autres furent célèbres en leur temps : Adélaïde, épouse d'Hugues Capet, reine de France en 987 ; Ala ou Agnès de Poitou, impératrice d'Allemagne en 1043 ; Éléonore Desmier d'Olbreuse, la « Grand-mère de l'Europe » Ce livre fait revivre plusieurs femmes, un peu oubliées dans les livres d'histoire, mais qui forcent l'admiration : Françoise d'Amboise, duchesse de Bretagne puis carmélite ; les Dames des Roches et leur salon littéraire au XVIe siècle ; Henriette Aymer de la Chevalerie et la « Grand Maison » ; Léodile Béra dite André Léo romancière, journaliste, féministe et communarde aux côtés de Louise Michel ; Yvonne Brothier, cantatrice internationale... Et aussi deux Résistantes - Édith Augustin et Hélène Nebout - patriotes exemplaires ; des Saintes et des Abbesses du Moyen Âge ; Jeanne des Anges, la « possédée du diable » et Marie Besnard « la bonne dame de Loudun » Ce livre, qui rappelle la légende de la fée Mélusine, évoque aussi les femmes de lettres célèbres du XXe siècle : Claire Sainte-Soline et Marguerite Gurgand, originaires du pays mellois, Geneviève Fauconnier née à Barbezieux, prix « Fémina » pour son roman « Claude » exemple unique en France d'un frère - Henri - et d'une soeur - Geneviève - obtenant coup sur coup le « Goncourt » en 1930 et le « Fémina » en 1933 !

  • Disons que nous sommes tantôt à la fin des années 20, tantôt au début des années 30. Vous arrivez dans un village d'une quinzaine de foyers, village situé au beau milieu d'une forêt, village où on ne parle à peu près que le patois, où le français ne s'apprend qu'à l'école. Vous ne faites que passer et n'y comprenez rien. Vous y séjournez quelque temps et commencez alors à comprendre. Vous y demeurez, et voilà que peu à peu dans la toile du langage vous distinguez qui est qui, quels sont les fils qui relient les uns aux autres, ainsi tissant un réseau de plus en plus complexe - et d'autant plus complexe qu'il est le fait d'âmes simples.

  • Enfant, Renée rêvait d'échapper au sort cruel réservé aux "filles de boches ". Arrivée maintenant à la cinquantaine, elle croit pouvoir se réapproprier sa vie tout entière en restaurant le magnifique logis de Tourtras qui donne à perte de vue sur l'immense ciel de la Charente. Mais elle ne se doute pas qu'elle a rendez-vous avec son destin. Elle va réveiller un passé terrible, lourd de secrets douloureux et de haines inexpiables... Yves Viollier tient le journal de cette femme qui veut se reconstruire avec une volonté farouche, contre toutes les oppositions et les violences d'aujourd'hui et d'hier.

  • L'Histoire des Comtes de Poitou d'Alfred Richard - ancien archiviste du département de la Vienne -, éditée pour la première fois en 1903, est fondamentale pour la connaissance de l'histoire du Poitou et de l'Aquitaine des Xe, XIe, et XIIe siècles. Et pour mieux comprendre l'épopée de ces comtes qui devinrent les plus puissants seigneurs du royaume des Francs - ducs d'Aquitaine, ducs de Gascogne, et même, comtes de Toulouse, un court temps - avant d'être sacrés, au XIIe siècle, reines et rois d'Angleterre. Cent ans après cette première et aujourd'hui - introuvable - édition, voici une troisième édition en quatre tomes de ce grand oeuvre de l'Histoire « régionale » qui réjouira tous les amateurs et tous les chercheurs. Les trois « Guillaume » (VIII, IX, X suivant la terminologie « ducale » d'Aquitaine), en moins de cent ans, donne un éclat brillantissime au Poitou et à l'Aquitaine, à la fois politique et militaire mais aussi littéraire avec le premier troubadour (Guillaume IX).

  • Au coeur du Poitou médiéval, Arnaud de Beaulieu, lors d'une chasse au loup, échappe à un traquenard. Pendant sa convalescence, son palefrenier et frère de lait lui dévoile le secret de sa naissance. Il lui affirme connaître l'auteur de l'assassinat manqué. Il s'agirait de Joceran, son neveu, qu'il n'a pas revu depuis des années. Au même moment, alors que l'amour courtois enflamme les imaginations des troubadours réunis autour d'Aliénor d'Aquitaine, les Lusignan fomentent la conspiration des Aquitains. Poitevins, Angoumois, Saintongeais, Limougeauds, Périgourdins et Gascons s'unissent pour recouvrer leur indépendance et renverser la tyrannie du roi d'Angleterre Henri II de Plantagenêt. Rapts, trahisons, complots et tournois se succèdent.

  • Avoir un âne dans son pré ? Un rêve pour beaucoup. Mais encore faut-il savoir s'en occuper...Ce livre est là pour vous aider à vous lancer dans cette grande aventure. Il vous donne les pistes pour choisir votre âne dans les meilleures conditions, pour le loger, bien le nourrir, l'entretenir et aussi l'éduquer.Car un âne ne se dresse pas ! Il s'éduque. Votre compagnon devra apprendre à rester immobile, à marcher tranquillement à côté de vous, à votre rythme, pendant une randonnée. Il pourra aussi vous aider dans vos travaux au jardin.

  • Parmi les grandes collectes de contes du domaine français, celle de Léon Pineau a toujours fait référence depuis la parution, en 1891, des Contes populaires du Poitou et, en 1893, du Folklore du Poitou.
    Fils de paysans poitevins, Léon Pineau a livré, en toute intégrité, ce qu'il a trouvé en menant son enquête aux lieux mêmes où il avait vécu enfant. Il s'est efforcé de transcrire avec le plus de rigueur et de sensibilité possible ce qui lui avait été transmis d'enfance. Le parler poitevin, restitué avec authenticité, donne l'impression d'entendre le conteur, qu'il évoque Racapet, le diable, la douce Finon-Finette, la Cendrouse ou la chèvre et ses petits chebitous cabriolant sur la route de la foire de Bernendouille...
    Avec ces contes, depuis longtemps devenus introuvables, nous remontons aux sources de la tradition populaire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Paisible capitale depuis des siècles d'une de nos régions de France de l'ouest, Poitiers s'est pourtant retrouvée à trois reprises être le champ de bataille de l'Europe : 507, 732, 1 356. Pour autant, seule la victoire de Charles Martel sur les Arabes reste encore présente à nos mémoires. Dates, lieux, effectifs, création d'un mythe national, enjeux et conséquences des batailles dans la formation du royaume de France, ce petit volume a la prétention de répondre à toutes ces questions.

  • C'est au moment même où se déclare à Paris la célèbre « affaire des poisons » que la petite ville de Montmorillon est secouée par une affaire d'empoisonnement à la Maison-Dieu. L'auteur, à la fois historien, enquêteur et chroniqueur judiciaire, va nous raconter une histoire, certes truculente et pittoresque, mais dont les détails sont le fruit d'une recherche scientifique rigoureuse. Voici un étonnant récit qui nous plonge dans la France d'Ancien Régime où l'empoisonnement, à l'arsenic notamment, nourrit toutes les craintes, les angoisses et les phantasmes.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le conte populaire est un conte oral traditionnel et communautaire. Il a longtemps régi la création et la circulation des histoires. C'est en fait la littérature de nos ancêtres, il a présidé les veillées de nos campagnes depuis la nuit des temps jusqu'aux années 1950. Il a aujourd'hui presque disparu. Fort heureusement, depuis le XIXe siècle, quelques érudits passionnés de notre folklore ont pris soin de transcrire ces contes, ce qui leur a permis de venir jusqu'à nous malgré le profond bouleversement de nos sociétés rurales, qui a rompu la transmission séculaire de ces contes par le bouche-à-oreille. Quelques familles ont su faire subsister cette tradition jusqu'à la fin du XXe siècle malgré la disparition des veillées. D'infatigables collecteurs ont poursuivi jusqu'à nos jours l'oeuvre de leurs prédécesseurs du XIXe siècle. Tout au long de ces pages, vous découvrirez ces récits authentiques qui faisaient le charme des veillées d'autrefois, et l'âme des campagnes : les contes animaliers, les récits sur le diable, tantôt dupé, tantôt triomphant et réellement terrifiant, ou encore les aventures merveilleuses et féeriques, de celles qu'on racontait volontiers aux enfants...

  • De toutes les fées dont le souvenir soit vivant, Mélusine est peut-être la plus populaire et la plus sympathique. Fée très française, elle a pour berceau Lusignan, dans la vieille terre de Poitou, et son influence bienfaisante s'étend à toute la région de l'Ouest : outre la « forteresse nommée de son nom » , elle y a élevé Vouvant, Mervent, Parthenay, La Rochelle, Châtelaillon, Niort, et autres lieux. De nos jours encore, que de travaux on lui attribue!
    Son caractère ne dément pas son origine. Mélusine diffère entièrement des dangereuses fées bretonnes, des Viviane, des Morgane, belles et perfides amies de Merlin, de ces créatures d'égoïsme exalté, de passions mobiles et d'ambitions démesurées, qui voulurent être des « surfemmes ». Mélusine, aussi belle, aussi tragique, leur est supérieure non seulement par ses vertus morales, mais aussi par la puissance de ses dons intellectuels... Faut-il voir en Mélusine un personnage historique, par exemple la reine Sibille, reine de Jérusalem, femme de Gui de Lusignan ; ou ne reste-t-elle qu'une pure création de l'imagination ? La légende aurait-elle (ce qui est plus probable) fixé, en les grossissant, des traits empruntés à une ou plusieurs personnes? Autant de problèmes à résoudre...
    Nous possédons de la légende de Mélusine deux versions dont la principale et la plus ancienne, en prose, est due à Jean d'Arras, clerc du duc Jean de Berry, qui commença son récit à la demande de ce prince, en 1387. Quelles sources a utilisées Jean d'Arras, nous l'ignorons, on sait seulement qu'il a eu entre les mains d'« anciennes chroniques ». La version qu'on va lire suit d'assez près le texte de Jean d'Arras; mais il a fallu alléger ce récit, fort long, de plusieurs épisodes ne se rattachant que de très loin à Mélusine, ou ne s'y rattachant pas du tout. Pour l'illustration, elle est tirée d'anciennes éditions datant de la Renaissance.
    La présente édition reprend le texte et les illustrations de l'édition originale de 1927, parue chez Boivin & Cie.

  • Jean Besly naquit près de Niort en 1571. Ses études le menèrent à Poitiers et Toulouse et il embrassa la carrière d'avocat. Il fut même député aux Etats Généraux de 1614. Mais sa relative célébrité vient de son grand oeuvre qui est sans conteste l'histoire des Comtes de Poictou et ducs de Guyenne auquel il consacra toute son existence. Il poursuivit quarante années durant ses recherches : avant lui, l'histoire des comtes de Poitiers était à peine connue, tout n'était que confusion et chaos. Il fut le premier à établir la chronologie et la biographie des comtes de Poitou. Son récit, naïf et pittoresque, rappelle souvent la manière de raconter de Froissart. La mort l'emporta à l'âge de 72 ans (1644), et c'est son fils qui se chargea de l'édition de l'histoire des Comtes de Poictou en 1647.
    L'actuelle édition est la troisième qui reprend, entièrement recomposée, celle réalisée en 1840 par le libraire-éditeur Robin à Niort pour le compte de la Bibliothèque Poitevine.

  • « L'histoire d'une ville, qui n'a pas été capitale d'une province, est d'habitude assez insignifiante et assez monotone. Il n'en est pas ainsi pour Niort, qui possède des annales dramatiques d'un haut intérêt. Dans les temps les plus anciens, nous trouvons les premiers habitants des bourgades destinées à devenir la ville de Niort, adonnés à la pêche. Puis vient la culture des vignes, très répandue aux environs de Niort pendant le moyen âge. Enfin, la population se consacre au commerce ; la ville devient le grand entrepôt de l'Ouest ; par la Sèvre, elle touche à la mer, et la navigation prend une extension qui lui donne l'importance d'un port maritime. Le commerce l'avait enrichie, et l'avait mise en contact avec ces populations libres et indépendantes des Flandres. Elle en avait pris le caractère remuant et énergique, aussi était-elle très attachée à ses privilèges municipaux. C'est Aliénor qui a donné à notre ville la première charte municipale ; mais longtemps avant cette reine, Niort jouissait de droits précieux qui lui ont laissé ce fier sentiment de liberté que nous voyons subsister à travers les siècles... En écrivant l'histoire de Niort, nous avons essayé de retracer les événements dont cette ville a été le théâtre, et de montrer sa transformation à travers les siècles. Nous avons aussi cherché à reproduire le caractère de la population, les divers sentiments qui l'ont animée, les passions politiques et religieuses qui l'ont si profondément agitée. Nous avons aussi tenu à enregistrer ou à analyser tous les documents de l'Hôtel-de-ville qui offraient un certain intérêt. Nous avons pu ainsi reconstituer, en quelque sorte, la vie communale de notre cité. C'est principalement vers ce but que nos efforts ont tendu... » (extrait de l'Introduction, édition originale de 1880).
    Léopold FAVRE (1817-1891), historien, membre de la Société des Antiquaires de France, a publié de nombreux ouvrages historiques ainsi qu'un Glossaire du Poitou, de l'Aunis et de la Saintonge.
    Ouvrage indispensable et passionnant pour connaître l'histoire de la ville et de la commune de Niort. Nouvelle édition, entièrement recomposée : une «première» depuis l'édition originale de 1880.

  • De juillet à août 1789, la Grande Peur marque l'entrée des masses paysannes sur la scène de la Révolution. H. Diné nous fait assister, grâce à des extraits d'archives, à la progression de la rumeur et aux rassemblements spontanés d'hommes en armes.

  • Une balade dans un univers entre réel et imaginaire, où l'homme flirte avec la mer, source de toutes ses joies et de toutes ses peines.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 1837-1900 - Les Charrier, enfants de petits paysans, sont obligés de quitter la terre familiale. Gagés chez les autres, ou trimant sur leur borderie, ils affronteront crânement misère, intolérance, méchanceté, humiliation ou sorcellerie pour essayer de retrouver le bien ancestral... Ainsi, sous la plume de Mme Chevalier, vont vivre plusieurs générations au pays de la Petite Église, en ce pays « dissident » où les bouches sont closes mais les coeurs grands ouverts, où les yeux sont noirs mais les âmes limpides. Encore un témoignage sur la vie paysanne, direz-vous ! Mais l'authenticité de celui-ci le rend bouleversant : l'auteur, Jeanine Picard-Chevalier, paysanne à la retraite, s'est nourrie d'une tradition orale familiale très riche, remontant jusqu'aux guerres de Vendée. Il faut dire que le pays, entre Vendée et Deux-Sèvres, fut au coeur de la « Guerre de Géants » et des problèmes politiques et religieux qu'elle engendra. À travers ce document d'une rare qualité ethnographique, c'est tout le Bocage Bas Poitevin qui se livre à vous, dans sa rudesse physique, sa profondeur religieuse et la richesse de sa langue et ses traditions. J.-R.

  • 1939-1984 - Les arrière-petits-enfants de Michel Charrier et de sa soeur Jeanneton grandissent sur la terre de leurs ancêtres. Après avoir vécu leur jeunesse sous l'occupation, ils se sentent tiraillés dans un monde rural en pleine mutation ; ils devront tendre toute leur énergie pour s'adapter à l'évolution des moeurs, garder la terre du Pas-de-Pierre, tenter de préserver la cohésion familiale... Ainsi, sous la plume de Mme Chevalier, vont vivre plusieurs générations au pays de la Petite Église, en ce pays « dissident » où les bouches sont closes mais les coeurs grands ouverts, où les yeux sont noirs mais les âmes limpides. Encore un témoignage sur la vie paysanne, direz-vous ! Mais l'authenticité de celui-ci le rend bouleversant : l'auteur, Jeanine Picard-Chevalier, paysanne à la retraite, s'est nourrie d'une tradition orale familiale très riche, remontant jusqu'aux guerres de Vendée. Il faut dire que le pays, entre Vendée et Deux-Sèvres, fut au coeur de la « Guerre de Géants » et des problèmes politiques et religieux qu'elle engendra. À travers ce document d'une rare qualité ethnographique, c'est tout le Bocage Bas Poitevin qui se livre à vous, dans sa rudesse physique, sa profondeur religieuse et la richesse de sa langue et ses traditions. J.-R.

  • Quand on évoque la notion de coutume, on pense souvent à celles de nos aînés, mais c'est sans remarquer qu'autour de nous des habitudes, des manières de vivre, consacrées pour certaines par l'usage local, sont encore légion.

empty