• Le prince

    Machiavel

    Ecrit il y a plus de vingt-cinq siècles, l'Arthashâstra propose une véritable doctrine de l'État, moderne, bienveillant et efficace. Kautilya, surnommé le Machiavel indien, porteur d'un conservatisme éclairé y défend autant le bien-être du peuple que l'autorité de son Roi. De cet immense traité, Jean-Joseph Boillot a extrait, traduit et adapté les grands principes de la bonne gouvernance. Parfaitement intemporelles, les questions qu'il aborde sont parfois même d'une étonnante actualité. Comment choisir ses ministres et mettre à l'épreuve leur moralité ? Comment assurer la sécurité des biens et des personnes ? Quel soin porter aux finances publiques et en prévenir les détournements ? Quelle place accorder à la justice ? Qu'est-ce que la souveraineté de l'État ? Alors que les grandes démocraties occidentales souffrent d'une profonde crise de gouvernance, que leurs dirigeants et leurs programmes ne sont plus capables d'enrayer la montée des populismes, le citoyen trouvera peut-être un peu de réconfort et le politique un peu d'inspiration à la lecture de l'un des plus grands traités de l'Inde ancienne.

  • « On me pose très souvent la même question depuis que j'ai été nommée première danseuse étoile noire américaine à l'American Ballet Theatre. Et maintenant ? [...] Le plus souvent, lorsqu'on m'interroge sur mes projets pour l'avenir, je hausse les épaules, souris, et réponds : "répéter". Les annonces de nomination se font de manière inattendue et elles ne se basent sur aucun modèle défini, cependant il était normal que j'apprenne la mienne dans le studio où j'ai passé tant de temps ces dernières années depuis que j'ai intégré la compagnie de l'American Ballet Theatre en 2000. [...] La nouvelle fut une surprise totale. [...] j'ai fondu en larmes. Comment aurais-je pu réagir autrement quand mon plus grand rêve venait juste de se réaliser? » Misty Copeland « Bouleversant et éloquent. » The New York Times « Son histoire est un modèle pour toute personne - homme ou femme, noire ou blanche - qui s'évertue à poursuivre un rêve malgré les nombreux obstacles apparents. La grâce avec laquelle elle atteint le sien est un exemple pour tous. » Booklist Traduit de l'anglais (États-Unis) par Johan-Frédérik Hel-Guedj Illustration de couverture : Kevin Mazur/Getty Images

  • Un royaume sans héritier, ce n'est pas du goût du roi ! Aussi, le jour où la reine lui donne enfin une fille, il organise une grande fête pour le baptême de l'enfant. Tout à sa joie, il oublie d'inviter sa soeur. Mal lui en prit ! Car cette sorcière se venge d'une manière bien particulière : en privant l'enfant de son poids.
    Tout à la fois conte de fées et roman d'apprentissage, cette histoire, écrite par l'un des plus grands auteurs du XIXe siècle, vous entraînera dans un univers teinté d'humour et de situations étranges, mais bien plus sérieux et profond qu'il n'y paraît.
    Auteur écossais méconnu de nos jours, George MacDonald jouissait d'une grande renommée à son époque. Il a servi de mentor à Lewis Carroll (Alice au pays des merveilles) et a été pris pour modèle par C. S. Lewis (Narnia) et J. R. R. Tolkien (Bilbo le hobbit, Le Seigneur des anneaux), entre autres.
    Roman traduit en français par Christine Bolbec. Ebook illustré par Sofiane Chabane.

  • Machiavel

    Marcel Brion

    Cinq siècles après sa mort, Nicolas Machiavel (1469-1527), philosophe italien de la Renaissance, est le plus controversé des théoriciens de la politique moderne. Était-il un homme cynique ou un penseur humaniste ? Né dans une Florence dominée depuis quatre générations par la toute-puissance des Médicis, Machiavel accomplit diverses missions diplomatiques qui le mènent de la cour de petits potentats à celles de César Borgia, de Louis XII et de Maximilien Ier de Habsbourg. En démasquant les recoins obscurs de l'âme humaine derrière les paravents d'idéalisme, il expose dans un court traité, Le Prince, ses conceptions politiques où l'effi cacité l'emporte sur la morale. Dans l'Italie morcelée de son temps où royaumes et principautés passent de main en main au gré des combats, des alliances qui se nouent et se dénouent, Machiavel appelle de toutes ses forces un « Prince » capable de faire régner l'ordre, l'unité et la paix, au prix même de certaines cruautés et fourberies.

  • La Dernière Guerre a ravagé les Cinq Royaumes.Soixante ans plus tard, la paix est encore fragile. Dans le Royaume de la Terre, cinq adolescents mènent une vie tranquille, loin de soupçonner les mensonges qui tissent leur existence.Pourtant, ils découvrent bientôt qu´ils sont sensibles au Wyrd, l´essence de la magie. La loi ne souffre pas d´exception : ils doivent rejoindre le Sanctuaire, l´école des Chevaliers. Propulsés dans un monde dont ils ignorent les codes, méprisés par l´élite qui fréquente l´académie, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Et lorsqu´ils deviennent la proie de créatures qu´ils sont les seuls à voir, bien entendu, nul n´accepte de les croire.Loin de là, dans le Royaume de la Nuit, le prince Memnon affronte son pire ennemi. Son frère. Pour le vaincre, Memnon n´hésitera pas à livrer le Royaume de la Terre au puissant Empire du Feu.Le sort des Cinq Royaumes est lié aux mystères du Sanctuaire...

  • Le sixième et dernier volet de la "saga" du Prince Éric où sont enfin résolues des énigmes jusqu'ici demeurées en suspens.
    Le récit débute le jour de la naissance d'Éric et d'Yngve. Il s'achève sur le retour auprès des siens du corps d'Éric mortellement blessé en Lorraine. On retrouve les principaux personnages des précédents récits, toujours présents aux côtés du Prince de Swedenborg.
    Ainsi régna le Prince Éric est le couronnement d'une histoire qui depuis plus de 50 ans n'a cessé d'enchanter les jeunes... et les adultes.

  • Un prince musicien, une princesse paresseuse, des oiseaux racistes... mais aussi Taos sur le chemin de la fontaine d'or, quelle histoire !
    Que le lecteur prenne garde, il pourrait se retrouver nez à nez avec la terrible ogresse Thaghioula...à moins qu'il n'ait affaire à la cruelle Bali Boudour !
    Dans son enfance, Geneviève Buono a vécu en Kabylie des moments intenses. La beauté des paysages, la vitalité d'une nature inviolée et le chaleureux accueil des habitants ont marqué à jamais son imaginaire.
    Note de l'éditeur : Un soin tout particulier a été apporté à la conception de cet ouvrage en ajoutant des dessins conformes à la tradition berbère et en remplaçant dans les lettrines, notre alphabet latin par le caractère correspondant dans l'alphabet tamazigh.

    Editions Tangerine nights

  • Nagura claqua des mâchoires. Malgré la crainte que lui inspirait Meghan, il brûlait du désir de la rejoindre. Pour obéir à ses Maîtres, bien sûr, mais surtout pour assouvir sa vengeance. Ses crocs le démangeaient tant il avait envie de les plonger dans la gorge de la mortelle responsable de son état.
    Sa déception fut immense lorsque l'entrée de la caverne s'effondra d'un seul bloc, ne laissant plus paraître qu'un amas de pierres et de poussière, cimetière de sa vengeance.

    L'épopée de la reine Meghan et du prince Keldric s'acheve en apothéose dans ce tome final.

  • Senarath est un bâtard.
    Jamais il n'approchera la couronne de son père. Évoluant dans un monde fardé de soieries, de belles paroles et de traîtrises, son existence même est un blasphème pour le Royaume.
    Asservi par une dette de vie envers son oncle, le Roi, qui l'a pris sous son aile, son destin dans l'ombre des héritiers semble tout tracé.
    Mais un nouveau chemin s'ouvre à lui, semé de mystères et d'embûches, lorsqu'il sauve par inadvertance un Elodrin, une créature puissante, vestige d'une race disparue.
    Rapidement, les mages se déplacent et s'approchent, cherchant par tous les moyens de s'approprier ses nouveaux pouvoirs. Partagé entre ce nouveau lien et son devoir envers son Roi, Senarath est déchiré.
    Il va pourtant devoir faire des choix pour son avenir et la sauvegarde de son royaume.
    #Magie #Trahison #Prince #Guerre #MM
    ---
    J'ai franchement adoré cette lecture. J'ai trouvé l'intrigue vraiment bien menée. On nous distille les infos au compte-goutte, mais de façon judicieuse. Les pièces du puzzle se mettent place tout du long du roman et Senarath est complètement impuissant. - Émilie, lectrice du comité

  •  Qui ne connaît pas les contes de Perrault ? C'est comme les fables de la Fontaine, un patrimoine quasi originel.  Mais ce qu'on connaît, c'est les histoires. Comme infiniment reprises, déclinées, racontées. Quand ce n'est pas remplacées par les adaptations filmiques, parfois chargées de tout le merveilleux de l'enfance.  Mais, comme dans la Fontaine aussi, c'est ce creuset de la langue française au 17ème: comme Racine, comme Bossuet, comme Sévigné ou un peu plus tard Saint-Simon. La langue s'aventure dans des terrains neufs, s'y ébroue, et ne peut y tenir que par ce parfait équilibre, cette respiration. Elle découvre qu'ici, dans ce terrain neuf, elle entre en possession de son bien - mais elle ne reconnaît plus sa propre peau, sa propre forme.  Perrault a écrit en prose (on rassemblera bientôt ici les contes en prose), et en vers. Un conte de facture peut-être plus classique, où se forge l'outil: Griselidis. Et Peau d'Âne.  Dans Peau d'Âne, on retrouve les figures sans lesquelles il n'y a pas le conte: la gueuse à la fin épouse le prince.  Mais ceux qui lisent Saint-Simon savent bien la dimension et le déséquilibre que prend, au temps de Louis XIV, le mariage forcé. Les Mémoires du "petit duc" sont remplis de ces récits pathétiques, vies sacrfiées.  Perrault attaque ici. Non seulement on va marier la fille du Roi de force, mais c'est son père qui veut l'épouser. Débordement de l'ordre: l'inceste s'ajoute à l'autorité imposée. Il n'y a pas de recours, que se détruire: Peau d'Âne, en gagnant ce nom, construit sa destruction.  C'est ce qui rend si beau le vers, sa coupe, sa syncope. Depuis combien de temps n'avez-vous pas lu Peau d'Âne ?  Et si vous préférez écouter, version audio (26') à télécharger...
     

  • " pour un prince, donc, il n'est pas nécessaire d'avoir toutes les qualités susdites, mais il est tout à fait nécessaire de paraître les avoir.
    J'oserai même dire ceci : si on les a et qu'on les observe toujours, elles seront néfastes ; si on paraît les avoir, elles sont utiles. ".

  • Le jeune prince Adréïn rêve à une vie aventureuse, loin de l´étiquette du château et de son père, roi autoritaire. Un jour, son coeur s´enflamme pour Elde, une belle Natish du clan nomade et, combattant pour la sauver, la blesse mortellement. Rongé par la culpabilité, il refuse le funeste sort, dérobe une machine volante expérimentale et vole vers une source d´éternité légendaire située en territoire ennemi.

    Ezekel surnommé le Spectre, un ambassadeur venu prévenir une guerre avec le père du prince, y voit une opportunité. Il se lance sur les traces d´Adréïn. Le souverain signera le traité de paix s´il sauve son fils.

    Dans cette quête pour la vie, Ezekel croise à nouveau la route de Chakal, le sorcier dément qui veut sa mort. L´Initié sera des dangers, le pire de tous.

    Deux héros que tout oppose - l´inexpérience à l´habileté, l´esprit chevaleresque au cynisme triomphant - unissent leur force devant un mal qui les dépasse tous. Une aventure trépidante, loin des clichés, riche en trouvailles, aidée par une écriture efficace, serrée et en relief.

    Le début de ce livre a été approuvé par le comité de lecture d´un des premiers forums francophones d´écriture pour la fantasy.



    Avec son épouse Orlane, Alexandre Bordzakian anime une association d´arts équestres tournée vers le western et la fantasy. Il donne de son temps libre pour aider les jeunes plumes dans un comité de lecture des littératures de l´imaginaire.

  • Après 500 ans de paix qui ont vu prospérer les hommes, la reine Alvira a rompu le Pacte Sacré, et l'armée du Drackenmaar chevauche à présent vers Velcania.
    Meghan, princesse du Drackenmaar, se retrouve bientôt prisonnière de Keldric, prince de Velcania. Deux héritiers que tout sépare et que la destinée condamne à s'opposer l'un à l'autre.

    Mais les dieux n'ont pas dit leur dernier mot...

    Romance, action et aventure sont au rendez-vous de ce petit chef-d'oeuvre d'Heroic Fantasy. Plongez-vous dans cette épopée à l'écriture irréprochable, et découvrez la farouche princesse Meghan dont la force de caractère pourrait bien faire basculer le destin de l'Empire du Dragon.


    Cette version non-payante vous offre les 17 premiers chapitres du livre, soit environ 200 pages en format numérique.



    Commencez à rêver, découvrez vite la bande-annonce du livre !

    Http://youtu.be/YrGgHPjlwgc

  • « Qu'est-ce qu'un Hôtel à la fin du Moyen Âge ? », se demandait Ferdinand Lot en 1958. Près d'un demi-siècle plus tard, la question demeure. L'auteur tente d'y répondre en étudiant l'Hôtel des ducs d'Orléans, ces parents pauvres de la recherche historique, au XVe siècle. S'intéresser à leur entourage était un excellent moyen d'approcher au plus près ces oubliés de l'histoire : l'Hôtel prospère ou s'appauvrit avec le prince qu'il sert dans un même cycle de vie. Pour autant, cet ouvrage ne se veut pas une étude des d'Orléans mais bien celle de l'institution à leur service et des hommes qui la peuplent. Donnant de l'Hôtel une définition large, l'auteur a voulu mesurer l'importance politique d'une institution que l'on a trop longtemps cantonnée au seul rôle domestique. Indispensable pour saisir la réalité multiple de l'Hôtel, l'analyse prosopographique d'un groupe constitué de plus de 1 700 officiers est complétée par une étude biographique de tous les détenteurs de l'office de chambellan, choisi parmi les très nombreux offices relevant de l'Hôtel (plus d'une centaine, aussi variés qu'écuyer d'écurie, gardien d'ours, galopin de cuisine ou échanson...). Véritables éminences grises du prince, les chambellans incarnent à eux seuls cette mutation qu'a connue l'institution au cours du XVe siècle et prouvent que, loin d'être une entité figée, aux traits immobiles, l'Hôtel vit, évolue, se transforme au fil du temps et des besoins princiers. Ce livre est la transposition d'une these soutenue en décembre 2001 auprès de l'Université Paris I par Elizabeth Gonzalez, agrégée et docteur en histoire.

  • Il était une fois, et c´est bien assez, un petit prince qui n´était jamais content de ce qu´il avait. Chaque jour, il exigeait de nouveaux cadeaux, encore plus gros, encore plus grands, encore plus colorés et encore plus étincelants. Il aimait tellement tout ce qui brille, tout ce qui est luxueux et tout ce qui est rare qu´on l´appelait prince Blingbling. Ce prince avait beaucoup de jouets mais pas d´amis.
    Qui voudrait jouer avec un gamin aussi insupportable ?

  • L'année même de son avènement en 1515, François Ier entre dans l'Histoire avec éclat, la victoire de Marignan lui valant aussitôt le glorieux surnom de Roi-Chevalier. Son règne fertile en événements majeurs ? guerres d'Italie, duel contre Charles Quint, début de la Réforme ? se place sous le signe d'un nouvel art de vivre suscité par la Renaissance : il devient le protecteur des arts, s'entoure de créateurs de génie tel Léonard de Vinci, transforme la vieille royauté capétienne en monarchie quasi absolue, se montre un diplomate avisé et un législateur perspicace.
    Humain avant d'être roi, tolérant par nature, il incarne à la perfection la France de la première moitié du XVIe siècle, alors la plus riche et la plus peuplée des nations de l'Europe.

  • Jeune seigneur, Nigel vit avec sa mère dans la précarité, en conflit avec le monastère voisin qui a réduit à peau de chagrin les propriétés héritées de son père. Mais les débuts de cette guerre, dont on ne sait pas encore qu'elle durera cent ans, vont lui donner l'occasion de s'engager dans l'armée du roi Édouard, pour guerroyer dans les possessions anglaises sur la terre de France. Nigel s'illustrera contre des pirates, lors de la traversée, dans des combats en Bretagne, avant de rejoindre le roi en Guyenne. Tournois, ripailles, embûches seront son quotidien, ainsi que de nombreux exploits. Exploits sans lesquels il ne pourrait rentrer au pays pour y retrouver sa dame qui l'attend.

empty