• Cet ouvrage nous invite à découvrir et comprendre ces philosophes dont seuls des fragments d'oeuvre nous ont été transmis. Selon Nietzsche et Heidegger ces philosophies constitueraient la véritable tradition philosophique aujourd'hui perdue.

  • Le mot islam, qui désigne au sens propre une attitude religieuse de soumission à Dieu, caractérise la révélation monothéiste prêchée par Mu-hammad (ou Mahomet) en Arabie au VIIe siècle, et répandue au cours des temps sur toute une partie des terres habitées. Il s'applique aussi à la communauté formée par les adeptes de cette foi, et à la civilisation qui en est issue.
    Loin des idées fausses qui ont longtemps imprégné le monde non-musulman, cet ouvrage se propose de dégager les principes fondateurs du Coran et ceux de la Loi islamique. Quels sont les mouvements, la philosophie, les institutions, mais également l'activité intellectuelle et artistique que l'islam a produits ? Une synthèse essentielle à la compréhension du monde d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

  • S'il s'écoule plus d'un siècle entre 1337 et 1453, bornes chronologiques traditionnellement retenues à propos de la « guerre de Cent Ans », cette expression approximative a le mérite de présenter immédiatement le principal caractère du conflit opposant la France et l'Angleterre : son exceptionnelle longévité.
    Une telle durée contribue largement à la complexité de ces temps d'hostilité, dont cet ouvrage s'attache à clarifier les causes, décrire les grandes phases, et exposer les conséquences, sans les isoler de leur cadre historique plus général.

  • Au XVe siècle, lorsque les Espagnols découvrent les Hautes Terres du Guatemala ou la péninsule du Yucatàn, il y a déjà près de sept siècles que s'est éteinte la splendeur classique maya. Les cités, en ruines, dévorées par la forêt tropicale, ne seront redécouvertes qu'à partir du XIXe siècle.
    Au-delà du cliché d'un empire dont le peuple, tantôt laborieux et pacifique, tantôt cruel et sacrificateur, se serait dédié à la seule contemplation des astres, cet ouvrage fait le point des connaissances sur cette grande civilisation mésoaméricaine.

  • « Si la jouissance se divise en dix parties, la femme en a neuf et l'homme une seule. » Ainsi s'exprime Tirésias que les aventures mythologiques ont successivement conduit à être homme et femme. La négation, le refoulement dont la sexualité féminine a été l'objet à travers les âges et les cultures sont inséparables des représentations dangereuses et démesurées qui l'accompagnent. « Femme tu es la porte du diable » écrit Tertullien.
    Ce qu'il est convenu d'appeler la « libération sexuelle » a principalement concerné les femmes. À ce bouleversement des représentations sociales de la sexualité correspond-il une transformation psychique équivalente ?

  • La phobie, peur irrationnelle d'une situation sans danger manifeste, nous concerne tous. Chacun a connu sa ou ses phobies et a pu les perdre ou les garder. Peur des souris ou des araignées, vertige, claustrophobie, peur de rougir, phobies scolaires soulèvent la menace d'une angoisse gênante et parfois panique. Elles contraignent à des manoeuvres d'évitement ou à des conduites « contre-phobiques », mais elles marquent aussi le caractère et influencent les relations sociales, amoureuses, tout comme l'ensemble de la vie psychique.

  • Droits au respect de la vie, de l'intégrité physique et du domicile ; droits à la sûreté, d'aller et de venir ; libertés d'opinion, de conscience et de religion, d'expression, d'enseignement ; libertés de réunion, d'association, syndicale, droits et libertés politiques, droit de grève ; droit de propriété, droit à l'égalité (et son corollaire, l'interdiction des discriminations), etc.
    Au-delà de leur aspect hétéroclite, les droits et libertés fondamentaux expriment un ensemble de principes objectifs, de valeurs collectives d'une société. Mais pourquoi et comment regrouper ces droits et libertés ? Quels sont les critères permettant de définir leur « fondamentalité » ? Quels en sont les sources et les titulaires ? Comment, surtout, les garantir ?

  • Le rire serait le propre de l'homme. À regarder les singes, on se prend à en douter. Il évoquerait la joie, une forme de légèreté. Mais ne parle-t-on pas de « rire nerveux » ? Il se déclencherait de manière impulsive, comme un réflexe ; pourtant, là encore, rien n'est moins sûr... Alors que l'on vante ses bienfaits - la valeur des thérapies par le rire, par exemple -, les préjugés attachés à cet acte essentiel semblent demeurer intacts.
    Qu'est-ce que le rire ? Pourquoi rit-on ? Et de quoi ? À travers la psychanalyse, la physiologie, l'éthologie, la littérature, la philosophie, l'anthropologie, cet ouvrage analyse toutes les facettes du rire. Pour rire en connaissance de cause !

  • La diversité ethnoculturelle n'est pas nouvelle : c'est une donnée de base de l'histoire humaine. La nouveauté réside dans l'idée d'une nécessaire prise en compte par l'État de cette diversité qui caractérise la population. Dans un monde globalisé, le besoin de réévaluer le lien entre liberté individuelle et culture d'appartenance se fait pressant. Mais comment prendre en compte les différences sans induire des inégalités ?
    Parce qu'il engage les conceptions et les pratiques contemporaines de la citoyenneté, le modèle multiculturaliste d'intégration correspond bien à un véritable changement de paradigme dont il faut apprécier le sens, la portée, la valeur et les risques. Au travers de la question du multiculturalisme, c'est en fait le devenir de l'État démocratique qui est interrogé.
    />

  • Le dessin d'enfant attire le regard. Face à lui, néanmoins, on reste trop souvent perplexe car on ne dispose pas de clés d'analyse rigoureuses concernant son interprétation, son évolution, son exécution et ses altérations normales ou pathologiques.
    Largement illustré, destiné aux parents, aux enseignants, aux étudiants comme au simple curieux, cet ouvrage explore la psychologie du dessin d'enfant. Il en précise les cadres de lecture qui permettent une compréhension aisée et approfondie de cet art enfantin.

  • Une génération a passé depuis la légalisation en France de l'interruption volontaire de grossesse, le temps d'en faire un véritable droit des femmes. Pourtant, comme par crainte des polémiques, parler concrètement de l'avortement aujour-d'hui semble presque tabou. Sait-on, par exemple, que plus de la moitié des IVG sont aujourd'hui médicamenteuses ? Qu'elles peuvent être réalisées à domicile ? Que, chaque année, en France, près de 12 000 mineures y ont recours ?
    Accompagner les femmes et les jeunes filles en demande d'IVG reste essentiel. Il ne s'agit pas seulement de faire en sorte que l'acte médical se passe au mieux - trop souvent, lorsque « tout se passe bien », plus rien ne se dit. Accompagner les femmes, c'est bien sûr les informer sur les différentes étapes qu'elles vont traverser. C'est surtout veiller à ce que la parole leur soit donnée avant, pendant comme après.

  • La sexualité a une particularité qu'elle ne partage avec aucune autre activité humaine, celle de pouvoir s'emparer de la langue entière, de sexualiser n'importe quel mot, n'importe quelle phrase, quand bien même la situation ne s'y prête pas, au risque de provoquer le rire ou la honte. Sans parler de la langue qui « fourche » et profite d'une proximité phonétique pour faire scandale, le temps par exemple d'un célèbre lapsus qui transforma l'inflation en fellation.
    Les mots de la sexualité sont souvent eux-mêmes des mots sexuels, avec toute leur crudité et leur éventuelle brutalité. Baiser, par exemple, est à la fois la désignation d'un geste (le baiser) et un mot-acte, en lui-même porteur de la violence sexuelle.
    Du plus pastel, « fleur bleue », au plus criard, « fist fucking », ces 100 mots sont ceux de la vie sexuelle. Cerner ce vocabulaire est moins l'occasion de définir ce que chacun connaît que d'interroger le sens (historique, sociologique, religieux, esthétique, psychanalytique...) des faits et gestes de notre sexualité.

  • Événement mytique, inscrit au Panthéon des gauches, le Front populaire (1934-1938) a laissé des traces profondes dans la société française. Ces quatre années, tiraillées entre espoir et désenchantement, présentent une densité rare : à la séquence politique incarnée par la figure de Léon Blum et la lutte antifasciste s'ajoute un mouvement social d'une ampleur remarquable, mais aussi un foisonnement culturel sans précédent.
    Cet ouvrage relate l'histoire d'une époque fondatrice qui, depuis quelques années, s'est beaucoup enrichie, notamment grâce à l'ouverture et à l'analyse d'archives nouvelles : celles des banques suisses, celles de Moscou, et peut être plus encore celles des départements qui révèlent avec quelle intensité ce Front populaire a été vécu jusque dans chaque village de France.

  • Les cinq républiques d'Asie centrale qui sont devenues indépendantes en 1991, lors de la dissolution de l'URSS, sont des créations du système soviétique. Pourtant, bien qu'elles aient surgi entre 1924 et 1936 d'une volonté de rupture, et malgré les vicissitudes internes souvent dramatiques qui ont ponctué leur histoire, ces républiques ont réussi à perdurer et à se créer une légitimité.
    Quelles références identitaires font aujourd'hui des républiques d'Asie centrale un ensemble homogène ? En analysant les origines du nationalisme qui constitue leur soubassement idéologique, cet ouvrage donne au lecteur la clef des enjeux géopolitiques majeurs dans cette région du monde.

  • Au début de 1947, dans le désert de Juda, un jeune berger recherchant une brebis, découvre une grotte renfermant des jarres fermées dans lesquelles se trouvent de rouleaux de peau "manuscrits". Les nombreuses fouilles entreprises ont permis de recenser onze grottes desquelles ont été extraits plus de huit cents manuscrits. L'histoire de ces fouilles et des découvertes archéologiques est relatée dans cet ouvrage par un spécialiste ayant participé à cette aventure. Il en expose le résultat et à partir des découvertes archéologiques, décrit la communauté de Qumrân qui a composé cette bibliothèque.

  • Comment une entreprise s'y prend-elle pour agir sur sa clientèle afin de la pousser à acheter ses produits ? Grâce au marketing, combinaison d'éléments apparemment disparates mais en réalité interdépendants, qui composent l'organisation de ceux qui ont quelque chose à vendre. Cette méthode peut parfaitement être employée par toute organisation humaine : candidat à une élection, administration, ville, syndicat, université... Le présent ouvrage se propose d'analyser la stratégie générale du marketing, en la rapportant à un marché, à un produit et à un environnement. Il permet ainsi de mieux comprendre une réalité qui occupe une place grandissante dans nos sociétés contemporaines.

  • Quel est le sens d'un projet urbain pour peu qu'on le considère dans sa globalité ? Expression d'une politique particulière, mais aussi d'une culture spécifique, celui-ci touche, par son réalisme même, aux innombrables problèmes soulevés par un territoire et sa population. Il est donc à la croisée des chemins de diverses disciplines, ne prend tout son sens que dans leur interaction tout en concernant directement la vie quotidienne de tout un chacun, qu'il habite une grande ville, une banlieue ou une zone rurale.

  • Le tai chi chuan (ou Taijiquan) est un art martial qui trouve ses fondements dans la philosophie chinoise et, en particulier, dans les notions de taiji, de dao, de yin et de yang. Réduire le Taijiquan à une pratique gymnique douce tout comme tenter de le rapprocher d'un sport de combat ne permet pas de rendre compte de la richesse de cette discipline. En revanche, se pencher sur l'histoire du Taijiquan, en comprendre les caractéristiques propres, les notions sur lesquelles il se construit, la manière dont il s'enseigne, ouvre la voie à une autre approche. Spirituelle et concrète, cette pratique devient alors un art de vivre autant qu'un art martial, art dans lequel de l'extrême lenteur naît une puissante énergie tournée vers l'intérieur.

  • À notre époque, où l'évolution rapide des moeurs et des mentalités pose aux familles, aux éducateurs et aux chefs d'entreprise des problèmes de communication, il est important de s'interroger sur une nouvelle possibilité d'« être en relation », qui serait vécue par les partenaires comme une incitation au dialogue. Comment surmonter les difficultés que chacun rencontre à établir des rapports harmonieux avec son entourage ? Quelles sont les causes des conflits qui entravent trop souvent le travail en commun ?
    Cet ouvrage livre quelques clés permettant de mieux comprendre la complexité du système d'interactions régissant les relations humaines, ainsi que des solutions au problème délicat de la formation psychologique des responsables sociaux.

  • « La Bretagne, en un mot comme en cent... La Bretagne, ou les Bretagne ? Il y a tant de Bretagne, celles de la Manche et de l'Atlantique, celles de la côte et de l'intérieur (l'Armor et l'Argoat), celles du passé et d'aujourd'hui, celle du granit et celle de nos évasions... »
    De mot en mot, Patrick Poivre d'Arvor dessine les visages de la Bretagne. Il en détaille la nature et le paysage, en esquisse les horizons lointains, en restitue les odeurs, les saveurs et les sons, en dévoile l'imaginaire et les croyances, en raconte l'histoire et les héros.
    De Chateaubriand à Tabarly, de l'Ankou aux résistants de l'île de Sein, de Brocéliande au Gwenn ha du, de Montparnasse au rase-cailloux, voici 100 mots pour dire la Bretagne, et autant d'invitations au voyage.

  • Chacun, dans un régime démocratique, croit savoir ce qu'est un citoyen. Mais peu d'entre nous sauraient exposer les droits et devoirs inhérents à ce statut. Définir la citoyenneté est plus délicat encore. L'auteur de ce livre éclaircit ainsi opportunément les enjeux d'une notion qui est au coeur des représentations que nous avons de la démocratie. Après un bref historique, il offre une analyse des valeurs attachées à l'idée de citoyenneté, avant d'en examiner les modes d'exercice er de s'interroger sur la dynamique propre de cet idéal : d'abord étroitement associé au développement des nations modernes, il doit prendre en compte maintenant les réalités européenne et mondiale.

  • Une enseignante bousculée par des parents dans une école d'un quartier « pourtant » calme, des élèves abattus dans un pays qui n'est « pourtant » pas les États-Unis. Les réactions politiques se multiplient : discours de soutien aux victimes ou de dénonciation des auteurs de violence, lois, circulaires, plans de lutte réaffirmant l'impératif de fermeté face aux élèves violents. Depuis le début des années 1990, s'est ainsi imposée dans le débat public l'évidence d'une violence croissante à l'école. Une évidence à interroger.
    En se penchant sur les formes de violence présentes à l'école et leur évolution, cet ouvrage invite à analyser ce que le mot « violence » recouvre, ce qu'il dit de nos conceptions de l'enfant et de l'adulte, de l'école et de son rôle dans la société. Il fait un état des lieux documenté sur la situation actuelle et éclaire les enjeux d'une politique éducative dans ce domaine.

  • Réfléchir sur l'énergie, c'est d'abord se pencher sur une histoire des besoins des hommes : besoin de chauffage, d'éclairage, de force motrice et de mobilité. Ces besoins sont aujourd'hui satisfaits à 80 % par trois grandes énergies fossiles, non renouvelables et polluantes : le pétrole, le charbon et le gaz naturel. Les pollutions qu'elles engendrent attaquent un bien commun à tous les habitants de la planète : notre climat.
    Au travers de 100 mots, cet ouvrage présente les types de ressources énergétiques, explicite les enjeux économiques et géopolitiques liés à l'énergie, analyse les marchés de l'énergie, et identifie les acteurs institutionnels et économiques du secteur. Il permet de mieux mesurer à quel point la gestion du couple énergie/climat est une question stratégique pour notre futur.

  • Avec les textes de
    J.-P. Abadie o Y. Alléno o A. Arnal o J.-M. Baudic o A. Bauer o C. Bébéar o C. Béchade o O. Bellin o F. Biasolo o D. Bisetto o G. Blanc o P. Bocuse o M. Bras o É. Briffard o Y. Camdeborde o B. Campanella o F. Cerutti o M. Chabran o M. de Champérard o Mme Chapel o J. Chibois o G. Choukroun o B. Cirino o A. Clémot o M. Colagreco o C. Colliot o C. Constant o J. Coussau o C. Coutanceau o H. Darroze o G. Delage o F. Delahaye o Y. Delpech o C. Denaux o A. Ducasse o S. Duchiron o J. Dumas o A. Dutournier o D. Elena o P. Feraud o É. Frechon o F. Gagnaire o P. Gagnaire o A. Gauthier o P. Gauvreau o G. Goujon o É. Guérin o M. Haeberlin o K. Haïdar o F. Hal o P. Hardy o A. Heerah o W. Hocquet o X. Isabal o A. Lallement o N. Le Bec o J. Le Divellec o C. Le Squer o W. Ledeuil o L. Lévy o D. Loiseau o É. Loubet o R. Marcon o G. Margeon o T. Marx o N. Masse o J. Maximin o C. Moret o M. Mori o J.-L. Nomicos o B. Oger o B. Pacaud o A. Passard o G. Passédat o A. Pegouret o L. Petit o A.-S. Pic o J.-F. Piège o L. Plantier o J. L. Pourcel o D. Rathgeber o E. Renaut o J. Robuchon o O. Roellinger o M. Roth o L. Salomon o R. Sammut o G. Savoy o T. Schwartz o F. Simonin o A. Souliac o Y. Thuriès o J. Thorel o B. Toursel o M. Trama o M. Troisgros o D. Van Laer o A. Westermann o B. Witz o D. Zuddas.

empty