• Égypte, 1165 av.-J. C.
    Dans un village du delta du Nil, Sény, un jeune garçon de quatorze ans, se prépare sans enthousiasme à devenir médecin et à succéder à Paser, son père. La visite inattendue d'Imenher, chambellan au palais royal de Pi-Ramsès, vient bouleverser sa vie. Le haut fonctionnaire lui révèle que Paser n'est pas son père. Il l'emmène pour parfaire son éducation et lui promet de lui révéler l'identité de ses parents. Mais très vite le mystère qui accompagne sa naissance s'épaissit. Plusieurs crimes sont commis, qui semblent liés à sa nouvelle existence.
    Avec l'aide de Néféret, la nièce d'Imenher, Sény prendra tous les risques pour mettre au jour les terribles secrets qui embarrassent l'entourage de Pharaon. Intrigues, complots, empoisonnements... Des eaux troubles des canaux au palais royal, Sény apprendra que les crocodiles et les hippopotames ne sont pas les seuls dangers à éviter lorsqu'on s'intéresse de trop près aux arcanes du pouvoir.

  • Un album qui présente les sites et les monuments et permet de mieux comprendre leur histoire, mais aussi celle des hommes qui les ont bâtis, de se rendre compte de leur signification spirituelle et la manière dont ils s'inséraient dans la vie quotidienne. Enrichi d'une chronologie des dynasties des pharaons, d'une liste des différents dieux égyptiens et grands archéologues du XIXe siècle.

  • Après douze ans de règne, Néfertary cède le trône d'Égypte à son fils Ramsès. Elle reprend possession du palais et de l'orphelinat de Thèbes que lui avait offerts son père vingt ans auparavant. Lorsqu'elle invite ses anciens pensionnaires, elle apprend qu'ils ont disparu et va remuer ciel et terre pour les retrouver et châtier les responsables de leur disparition. Une vie de reine ne va pas sans embûches.
    Suite de « Néfertary princesse rebelle », paru aux Éditions du Panthéon en 2017, ce nouveau roman nous emporte dans le temps sur les pas d'une femme face à son destin.
    Passionné par l'histoire de l'Égypte antique, Robert Laval est également l'auteur de « Thoutmès prince d'Égypte », en 2016 et « Horus un justicier au grand coeur », en 2017.

  • Cet ouvrage invite le lecteur à découvrir les récits des explorateurs du XIXe siècle : Burckhardt, Belzoni, Champollion, David Roberts, Lepsius, etc. qui, grâce à leur énergie et leur curiosité permirent de sortir de leur linceul de sable les joyaux de pierre édifiés au coeur de la Nubie et tombés dans l'oubli pendant près de deux millénaires. Hélas, à peine exhumés, ces temples, reflets de l'esprit religieux des anciens Égyptiens, risquaient, par une honorable volonté de modernisme, de disparaître, définitivement noyés sous les eaux du lac Nasser. En effet, le barrage d'Assouan, chef-d'oeuvre de la technologie moderne, allait inonder la Nubie égyptienne et une grande partie de la Nubie soudanaise, faisant disparaître les traces de la présence des rois d'Égypte. Heureusement, grâce à un réflexe de survie, quelques voix s'élevèrent, faisant prendre conscience au monde que la disparition de ces temples serait, pour l'humanité, la perte irrémédiable d'une partie de sa mémoire. Comment ne pas rendre hommage à l'U.N.E.S.C.O. qui, en 1960, lança pour une durée de vingt ans le plus grand projet archéologique de tous les temps : la campagne de sauvegarde de la Nubie, programme d'une ampleur et d'une ambition à la mesure des pharaons qui ont laissé leur nom à Philae, Kalabcha, Amada, Ouadi es-Seboua, et notamment des architectes de Ramsès II qui, 13 siècles avant J.-C., conçurent les temples d'Abou Simbel pour la gloire de l'Éternel.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce volume rend compte d'une partie des résultats recueillis en illustrant les trois priorités de la mission : le réexamen des découvertes et secteurs anciens, l'étude du tell dans son ensemble, la mise en valeur et la protection du patrimoine tanitique.

  • Un essai sur les diverses techniques d'investigation médicale qui ont permis d'étudier de nombreuses momies de pharaons.

  • « Le Nil est le berceau de la civilisation égyptienne », « La femme égyptienne jouissait d'un statut égal à celui de l'homme », « Les pharaons étaient adorés comme des dieux », « Akhénaton est l'inventeur du monothéisme », « L'Egypte pharaonique est la plus ancienne des civilisations », « L'art égyptien n'a pas évolué pendant trois millénaires »... Revenant sur les origines de l'égyptomanie, Dimitri Laboury confronte la réalité historique de la civilisation égyptienne aux nombreux fantasmes qu'elle a engendrés.

  • Présente les pharaons égyptiens de l'Epoque archaïque (3000-2635 av. J.-C. à la période Gréco-Romaine (333 av. J-C. - 395 ap. J.-C.).

  • Pourquoi le sphinx de Guizeh représente-t-il un lion à tête humaine ? Que disent réellement les temples d'Abou Simbel, et pour quelle raison Ramsès les a-t-il placés à cet endroit précis ? Comment la Grotte Sacrée de la Vallée des Reines est-elle gardée par une vache et un hippopotame ? Pourquoi le lotus symbolise-t-il la renaissance, et le papyrus le monde des disparus ? Comment le Nil - et son inondation annuelle - a-t-il profondément façonné les mentalités ? Pour comprendre l'esprit de l'ancienne Égypte, il faut tenir compte de l'environnement naturel de ses habitants. L'aridité du désert rocheux, l'apparente monotonie du cycle de son fleuve, et le sol peu généreux furent dominés - et utilisés avec bonheur - par ce peuple attentif au moindre soupir de la nature. Sensible à l'appel du divin, il sut tirer un enseignement profond de tous les signes. Christiane Desroches Noblecourt propose un parcours personnel et passionnant au coeur du système de pensée des Égyptiens. À l'aide de cent cinquante illustrations, elle raconte avec un constant souci de pédagogie comment ces hommes et ces femmes, témoignant d'une grande richesse créatrice, aboutirent à l'élaboration de nombreux mythes à partir d'une nature qui leur " parlait " et qu'ils savaient écouter.

empty