• Bonheur, empathie, mindfulness, résilience : apprenez l'art de raisonner avec les émotions !135. C'est le nombre d'émotions différentes que nous, êtres humains, sommes capables de distinguer selon les travaux du psychologue Phil Shaver, menés il y a trente ans. Et c'est bien la
    capacité à reconnaître cette palette d'états affectifs qui constitue la toute première composante de l'intelligence émotionnelle. Popularisée par le célèbre psychologue Daniel Goleman en 1995, cette idée a
    redéfini la notion même d'intelligence. Au point que le quotient émotionnel, ou QE, rivalise aujourd'hui avec le QI !
    Les émotions sont essentielles, y compris en entreprise, et ce titre vous lance un ambitieux défi :
    être plus conscient, plus heureux, plus empathique et plus résilient. Points de vue, conseils et travaux de recherche vous permettront de vous constituer une
    boîte à outils pratiques, et de vous interroger sur
    votre vie professionnelle intérieure - et celles des autres - en conjuguant psychologie, management et neurosciences.
    Ce livre audio fait partie de la collection
    Les Cahiers de la HBR. Vous pouvez y retrouver des publications incontournables sélectionnées par la
    Harvard Business Review.
    Des outils indispensables pour développer vos connaissances en management !
    Harvard Business Review, marque d'exception dans le domaine du management, est une véritable référence pour les cadres et les dirigeants dans la gestion de leurs principales problématiques.
    Les plus grands spécialistes mondiaux du leadership, de la stratégie, du marketing et de l'innovation se sont donné rendez-vous dans cette collection exceptionnelle de
    livres audio, clairs et vivants. Grâce à eux, vous aurez bientôt toutes les cartes en main pour rencontrer le succès professionnel, travailler avec sérénité, et toujours agir avec un temps d'avance.
    Table des matières :Chapitre 1 : Mindfulness

    " Vivre est un ensemble de moments, rien de plus "
    Développez votre agilité émotionnelle
    Cultivez l'intelligence positive
    Ne laissez pas le pouvoir vous corrompre Chapitre 2 : Bonheur
    " Synthétiser le bonheur est l'aptitude de chacun "
    Créez une performance durable
    Découvrez le pouvoir des petites victoires
    Acceptez le contrecoup du bonheur Chapitre 3 : Empathie
    " Eprouvez l'émotion de l'autre est une reconstruction mentale "
    Contrôlez les limites de l'empathie
    Gérez votre culture émotionnelle
    Faites de vos ennemis des alliés Chapitre 4 : Résilience
    " Avant tout, reconnaître la douleur "
    Maîtrisez les mécanismes de la résilience
    Apprenez à riposter
    Sachez tirer des leçons des critiques Les articles "Contrôlez les limites de l'empathie" et "Faites de vos ennemis des alliés" figurent également dans le tome Empathie de la collection Harvard Business Review.Contributeurs :Shawn Achor, Teresa M. Amabile, Sigal Barsade, Alison Beard, Christina Congleton,Diane L. Coutu, Susan David, Shannon Dunlap, Sheila Heen, Adi Ignatius, Dacher Keltner, Steven J. Kramer, Charlotte Laurent, Gardiner Morse, Olivia A. O'Neill, Christine Porath, Jeffrey A. Sonnenfeld, Gretchen Spreitzer, Douglas Stone, Brian Uzzi, Andrew J. Ward, Adam Waytz

  • Chaque jour, nous recevons une quantité d'informations et notre cerveau peine à les traiter de manière rationnelle. Comment discerner alors les messages de notre intuition au milieu de toutes ces informations ? Que nous invite-t-elle à retenir et vers quels choix nous dirige-t-elle pour prendre les bonnes décisions ?
    C'est la question la plus courante au sujet de l'intuition car il est souvent difficile de faire le choix entre intuition et raison. Dès qu'une pensée sort un peu du cadre habituel, elle peut être sabotée par plusieurs autres, plus rationnelles ou raisonnables, pour la ramener dans le « droit » chemin.
    Avec l'intuition, la prise de décision se fait avec plus de légèreté et de paix intérieure.

    /> C'est la voie que propose ce livre : ne pas s'épuiser à réfléchir mais développer une écoute fine de ses ressentis et des messages de l'intuition, de manière ludique et tranquille.

  • Le processus de mondialisation ouvre des possibilités inédites, mais suscite aussi des menaces pour l'être humain et l'ensemble de l'écosystème, provoquant ainsi un repli souverainiste dans un monde de plus en plus « déboussolé ». Quelle place, donc, pour un humanisme juridique au sein de la gouvernance mondiale ? Mireille Delmas-Marty confronte au récit de l'effondrement celui de la mondialité, communauté de destin unie et solidaire dans sa pluralité. Au croisement des droits nationaux et du droit international, elle revisite trois voies qu'elle avait explorées près de dix ans auparavant : résister à la déshumanisation, responsabiliser les acteurs globaux et anticiper les risques à venir. Ponctuée de nouveaux commentaires, et relue sous l'angle d'une « boussole des possibles », cette leçon de clôture prononcée en 2011 se révèle d'une actualité saisissante.



  • « L'action politique et sociale doit être ­animée par une vision de la société future et par des jugements de valeur explicites, qui doivent ­découler d'une conception de la nature humaine. Si l'esprit humain était dépourvu de structures innées, nous serions des êtres indéfiniment malléables, et nous serions alors parfaitement appropriés au formatage de notre comportement par l'État autoritaire, le chef d'entreprise, le technocrate et le comité central.
    Ceux qui ont une certaine confiance dans l'espèce humaine espéreront qu'il n'en est pas ainsi. Je pense que l'étude du langage peut fournir certaines lumières pour comprendre les possibilités d'une action libre et créatrice dans le cadre d'un système de règles qui reflète, au moins partiellement, les propriétés intrinsèques de l'organisation de l'esprit humain. »
    Ce livre réunit onze textes de Noam Chomsky pour la plupart inédits en français. Offrant un large panorama de ses idées, il fait apparaître le fil qui relie son socialisme libertaire à son oeuvre de linguiste et à son anthropologie : notre irrépressible besoin de liberté est inséparable de la créativité illimitée du langage qui fait de nous des êtres humains. Chomsky montre comment l'école et l'université pourraient éduquer à autre chose qu'à l'obéissance, les intellectuels de gauche jouer un autre rôle que celui de commissaires du contrôle des esprits, et les mouvements civiques et sociaux imposer des réformes radicales. C'est en héritier des Lumières et de la tradition rationaliste que Chomsky pense et intervient.

  • Ce volume rassemble les principales études consacrées par Étienne Balibar à la philosophie de Spinoza, dans son rapport intrinsèque à la politique. Partant de la thèse que Spinoza avait reprise de Tacite (la « crainte des masses »), il aboutit à une interprétation renouvelée des modes de communication et des genres de vie, que résume la triple explication du Nom divin : Dieu c'est la Loi, Dieu c'est l'Homme, Dieu c'est la Nature. Pour accomplir cette transition, il faut parcourir plusieurs espaces théoriques : la construction de la démocratie comme limite des régimes étatiques, où s'exprime la puissance de l'être en commun ; l'ontologie du transindividuel, qui affirme le primat de la relation sur l'être isolé ; enfin la constitution du sujet comme une conscience recherchant l'intelligence des affections de son propre corps. Cette enquête permet alors d'approfondir la conception de l'anthropologie philosophique que l'auteur défend dans le cadre du débat contemporain sur l'actualité du spinozisme.

  • Une première tentative de reconstruire la raison, considérée comme base permettant de revendiquer l'égalité et de combattre l'injustice
    Dans beaucoup de milieux intellectuels, y compris à gauche et à l'extrême gauche, la raison est aujourd'hui traitée comme une ennemie. Instrument au service de l'État et du Capital, des polices, des bureaucraties et des technocraties, de la Science qui ne serait que technoscience, de l'Occident et de l'impérialisme, elle signifierait contrôle des corps et des esprits, exclusion et enfermement, écrasement des identités et des différences, ethnocentrisme et colonialisme, productivisme et destruction de la nature et de la Terre...
    Certes, la raison et l'universel ont servi de paravents à toutes sortes d'horreurs et d'oppressions. Mais les irrationalismes politiques et religieux en ont « justifié » bien d'autres. Et comment dénoncer l'injustice, revendiquer l'égalité et le respect des différences, comprendre la place de l'espèce humaine au milieu des autres et sur la Terre, sans s'appuyer sur la raison ? Pas une Raison supérieure, surplombante et totalisante, censée justifier l'ordre établi ou le cours de l'histoire. Mais la raison commune qui est en chacun, cette capacité de demander pourquoi et comment, de chercher ce qui est vrai et ce qui est mieux.
    Ce dossier veut ouvrir quelques pistes pour contribuer à l'immense projet de reconstruire la raison, notamment à travers une réévaluation critique de l'idée de « progrès » dans un dialogue avec Jacques Bouveresse, une analyse des modes de pensée irrationnels voire religieux dans l'extrême gauche française, une réflexion sur l'héritage des Lumières à partir de la dichotomie entre Lumières radicales et modérées mise en évidence par les travaux de Jonathan Israel, ou encore une confrontation avec le rationalisme mal connu de Hayek, aussi puissant philosophiquement que discutable dans ses principes et ses conséquences.

  • Cet ouvrage collectif constitue le quatrième volume des « Cahiers Castoriadis ». Envisager conjointement la praxis et l'institution conduit au coeur même du travail de Castoriadis, permettant ainsi de le saisir dans sa dimension la plus novatrice, laquelle ne va toutefois pas sans risques. Son originalité tient pour partie à sa capacité à affronter sans fard l'aporie que manifeste le rapprochement de ces deux notions.

  • Que sait-on des émotions et pourquoi s'intéresser aux émotions ? Elles mettent en jeu ce qui nous importe dans nos existences. De nombreux travaux se sont chargés de revaloriser les émotions. Existe-t-il dans nos activités cognitives un domaine non-conceptuel ? Comment concilier émotions et rationalité ? Quelle relation entre émotions et jugements de valeurs ? Les émotions permettent d'adopter une attitude nouvelle par rapport à la normativité et à la rationalité axiologique. La définition des objectifs des émotions est ajustable en fonction des révisions de nos croyances et de nos préférences. Notre époque qui accepte les incertitudes est plus réceptive à l'idée d'une relation entre émotions, valeurs et révision.

  • C'est par l'injuste que nous entrons dans le domaine de la justice, disait Ricoeur. Or, partout, depuis Sidi Bouzid jusqu'à Wall Street, en passant par la place Tahrir et celle de la Puerta del Sol, ceux qui sont victimes de l'injustice crient leur souffrance. Plus que des attentes, ils manifestent des exigences de justice sociale. Mais la justice sociale est-elle possible ? Est-elle réalisable ? Les réponses des théories contemporaines de la justice sont insatisfaisantes. Ainsi que l'a montré Sen, elles se déchirent entre des approches idéales qui s'enferrent dans des considérations vaines sur la société parfaitement juste et des approches comparatives qui proposent une pluralité de critères d'évaluation sociale qui peuvent être contradictoires entre eux.
    Feriel Kandil se ressaisit de la question en portant l'éclairage sur les conditions de possibilité de la justice sociale, qui sont aussi ses conditions de réalisation. Pour ce faire, elle s'appuie sur les travaux de Paul Ricoeur et d'Éric Weil. Une approche renouvelée de la justice est ainsi proposée, qui considère la justice sociale non pas seulement, à la manière de Rawls, comme une vertu des institutions, mais également comme une propriété de la bonne action publique, c'est-à-dire de celle qui contribue au bien-vivre ensemble dans des institutions justes.

  • Pendant longtemps, Canguilhem fut considéré non seulement comme un grand historien des sciences mais aussi, à la suite de Bachelard, comme le philosophe de la rationalité épistémologique. Or les questions de la maladie et de la santé développées dès 1943 présupposent, au fondement d'une telle rationalité, une philosophie première dont dépend l'épistémologie critique.
    Cette philosophie réside dans la relation construite par Canguilhem entre vie et norme d'une part, vie et connaissance d'autre part. La vie est création de normes, il n'y a pas une normalité, vitale ou sociale, mais des formes de vie multiples, déterminées et comprises à divers titres par l'appartenance des individus à une société. Comment la critique d'une normalité unique permet-elle d'aboutir à une reformulation philosophique de l'être-en-vie, tant biologique que social, c'est l'entreprise souveraine qui commande le livre de Canguilhem, sans cesse repris et remanié, Le normal et le pathologique, dont nous proposons la relecture.

  • Quand l'Histoire et le surnaturel s'entremêlent, il y a de quoi être déconcerté ! Qui pourrait imaginer la relation entre James Bond et John Dee, mage d'Elizabeth I au XVIe siècle ? Celle du vaudou avec le jazz ? Ou celle de Conan Doyle, le « père » de Sherlock Holmes, avec les fées ?De la Rome antique, où dialoguer avec l'au-delà était monnaie courante, au récent projet américain d'espionnage Star Gate sur la vision à distance, l'Histoire abonde en faits surprenants : tour à tour tragiques comme le sort réservé aux sorcières de Salem, étranges tels les dons de Maître Philippe, un Lyonnais à la réputation de guérisseur qui précéda Raspoutine auprès de la dernière tsarine de Russie, ou insolites, comme les mystérieuses conversations des soeurs Fox avec les morts.Archives en main et l'esprit curieux, Vivianne Perret retrace dans ces pages d'étonnantes histoires où le surnaturel a influé sur le cours des événements, quitte à détruire quelques mythes au passage.

  • Sous les formes diverses du mandat divin, de la raison naturelle, du contrat social ou du consensus populaire, toujours le droit se prévaut de sa rationalité. Comme si, pour assurer sa légitimité et sa vérité, le discours juridique devait s'ancrer en quelque absolu. Mais ce « bien-fondé » ne traduit-il pas plutôt une dérive fantasmatique, une invocation magique, un débordement de la logique par le mythe ? Telle est la question que pose ce livre qui, pour analyser l'intrication de la raison et du mythe dans le droit, étudie tour à tour la nature du raisonnement du juge, le statut de la logique juridique et la question du fondement de la validité de la loi. Sans doute la pensée juridique se montre-t-elle divisée sur chacune de ces questions essentielles : la logique du droit est-elle formelle ou argumentative, affaire de syllogisme ou de prudence ? La validité du droit est-elle positive ou méta-positive, affaire de pouvoir ou d'idéal ? L'ouvrage s'attache cependant à montrer que ces controverses n'entament jamais les dogmes de l'impérativité et de l'intelligibilité du droit et que se trouvent ainsi préservées l'obéissance et la croyance dont la loi se soutient. Cet « impensé », qui travaille tant la dogmatique juridique que la philosophie du droit, est progressivement éclairé à l'aide d'une pratique interdisciplinaire qui s'appuie sur les enseignements de l'epistemologie, de la théorie du texte et de la psychanalyse. Il apparaît en définitive que la force de la loi ne réside point tant dans sa rationalité, que dans la fascination qu'elle suscite, le transfert dont ses auteurs font l'objet et le rituel dont s'entoure sa mise en oeuvre. Cristallisation théorique qui opère le blocage de la pensée, violence pratique qui ramène l'aléa du social-historique sous les catégories du texte juridique.

  • Découvrez toutes les techniques efficaces pour étendre votre influence, utiliser votre force de persuasion, et emporter l'adhésion.
    Prendre des décisions, c'est indispensable et c'est le lot quotidien des cadres, managers ou directeurs... Mais encore faut-il que la mise en oeuvre suive !
    Pour mettre toutes les chances de votre côté, la
    Harvard Business Review vous propose son Essentiel pour convaincre, qui vous donnera les clés afin de
    gérer pouvoir, influence et persuasion au sein d'une organisation. Ce condensé de savoir managérial, fruit du travail de Kathleen K. Reardon et Richard Luecke, vous permettra de développer les compétences nécessaires afin de
    convaincre vos auditeurs, quels qu'ils soient : exploiter les différentes sources de pouvoir,
    asseoir sa crédibilité, remporter l'adhésion... sont autant de compétences que vous développerez à l'écoute de ce
    guide concret et opérationnel.
    Ce livre audio fait partie de la collection
    Les Références de la HBR, qui vous permet de
    renforcer votre
    savoir-être et votre
    savoir-faire professionnels grâce la méthodologie des experts de la prestigieuse Harvard Business School.
    Harvard Business Review, marque d'exception dans le domaine du management, est une véritable référence pour les cadres et les dirigeants dans la gestion de leurs principales problématiques.
    Les plus grands spécialistes mondiaux du leadership, de la stratégie, du marketing et de l'innovation se sont donné rendez-vous dans cette collection exceptionnelle de
    livres audio, clairs et vivants. Grâce à eux, vous aurez bientôt toutes les cartes en main pour rencontrer le succès professionnel, travailler avec sérénité, et toujours agir avec un temps d'avance.
    Table des matières :

    L'importance du pouvoir
    Les sources du pouvoir
    L'influence
    Stratégies d'influence
    Convaincre
    Faire une présentation percutante
    Pouvoir, influence, persuasion : quid de l'éthique ?Kathleen K. Reardon est professeur de management et des organisations à l'université de Caroline du Sud. C'est une autorité sur les questions de persuasion, négociation, et efficacité professionnelle.
    Richard Luecke est titulaire d'un MBA de l'université de Saint Thomas (Etats-Unis). Il a écrit plus de 30 ouvrages et divers articles pour la Harvard Business Essential.

  • Les travaux de Raymond Boudon intéressent la théorie des organisations et ce, à plus d'un titre. En premier lieu, parce qu'ils montrent que les organisations ne constituent pas des réalités qui seraient indépendantes des individus qui la constituent mais comme le souligne Bourricaud, « qu'elles sont des formes sociales construites par agrégation des choix individuels » (1989, p. 2011). Derrière l'opacité de l'organisation il y a toujours l'individu. En second lieu, les travaux de Raymond Boudon, notamment ceux consacrés à la rationalité, nous permettent de mieux comprendre le comportement des acteurs à l'intérieur même des organisations, ce qui les pousse à agir comme ils le font et à adhérer à certaines croyances.

  • Pensée traditionnelle et rationalité scientifique sont destinées à s'entrecroiser dans les allées de la modernité et du développement. D'abord parce qu'en Occident nous croyons qu'il existe une rationalité alors que la science est aussi une croyance - et non seulement le champ des techniques expérimentales - et qu'après tout l'irrationnel est toujours là, prêt à surgir. À ce titre il est aussi important de comprendre le fondement de la science que celui des croyances pour que cesse la suprématie de l'une sur l'autre au nom d'un universel culturel et technique qui invaliderait et appauvrirait, sans doute, cette autre "richesse", celle des nations dans leur différence.

  • Loin de confirmer l'image courante d'un rationalisme à bout de souffle ou inadapté au temps présent, l'oeuvre de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) révèle, au contraire, une pensée originale, quoique trop méconnue. C'est pourquoi la publication dans la revue Lumières des Actes du colloque de Bordeaux consacré aux « principes de la raison dans la pensée de Leibniz », permet d'interroger la rationalité moderne « à la racine », soulignant l'apport décisif des principes de l'architectonique leibnizienne, tout en prolongeant l'hommage mondial rendu à l'occasion du tricentenaire de la mort de ce véritable Universalgelehrter.
    La mise en perspective de toutes les études réunies dans ce volume fait apparaître la profonde unité de la raison, comprise comme enchaînement ou « liaison des vérités », capable d'intégrer aussi bien la démarche d'explication causale des phénomènes naturels que l'analyse de la foi et de ses « mystères ».
    Nous retrouvons ainsi la même rationalité à l'oeuvre dans le traitement non seulement des questions scientifiques, de l'optique à l'arithmétique, de la détermination des indiscernables jusqu'à la définition de la nature de l'espace et des corps, mais encore des questions métaphysiques, de la définition de la cause, de la substance ou des fondements de la vérité, par exemple, jusque dans les débats iréniques sur la foi et l'unité des Églises.
    Sans prétendre épuiser ces sujets, ce recueil en donnera un large aperçu, éclairé des dernières avancées de la recherche et de l'édition.

empty