• Le mouton n'était pas mal, avec sa laine et ses bêlements plus vrais que nature - les voisins n'y ont vu que du feu. Mais il arrive en fin de carrière : ses circuits fatigués ne maintiendront plus longtemps l'illusion de la vie. Il va falloir le remplacer. Pas par un autre simulacre, non, par un véritable animal. Deckard en rêve, seulement ce n'est pas avec les maigres primes que lui rapporte la chasse aux androïdes qu'il parviendra à mettre assez de côté. Holden, c'est lui qui récupère toujours les boulots les plus lucratifs - normal, c'est le meilleur. Mais ce coup-ci, ça n'a pas suffi. Face aux Nexus-6 de dernière génération, même Holden s'est fait avoir. Alors, quand on propose à Deckard de reprendre la mission, il serre les dents et signe. De toute façon, qu'a-t-il à perdre ?

  • "Je voyais maintenant que c'étaient les créatures les moins terrestres qu'il soit possible de concevoir. Ils étaient formés d'un grand corps rond, ou plutôt d'une grande tête ronde d'environ quatre pieds de diamètre et pourvue d'une figure. Cette face n'avait pas de narines - à vrai dire les Martiens ne semblent pas avoir été doués d'un odorat - mais possédait deux grands yeux sombres, au-dessous desquels se trouvait immédiatement une sorte de bec cartilagineux. [...] En groupe autour de la bouche, seize tentacules minces, presque des lanières, étaient disposés en deux faisceaux de huit chacun. Depuis lors, avec assez de justesse, le professeur Stowes, le distingué anatomiste, a nommé ces deux faisceaux des mains."

  • Comment risque de réagir un robot programmé pour un environnement lunaire dès lors qu'il se retrouve égaré sur Terre ? Un robot peut-il mentir à un procès pour préserver les intérêts de son utilisateur ? Le docteur Susan Calvin, robopsychologue, dialogue avec les androïdes pour faire la lumière sur ces étranges affaires. Et découvre davantage de défauts de programmation chez l'homme que chez ses fidèles créations...

  • 1948, fin de la Seconde Guerre mondiale et capitulation des Alliés. Vingt ans plus tard, dans les États-Pacifiques d'Amérique sous domination nippone, la vie a repris son cours. L'occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre. À San Francisco, le Yi King, ou Livre des mutations, est devenu un guide spirituel pour de nombreux Américains, tel Robert Chidan, ce petit négociant en objets de collection made in USA. Certains Japonais, comme M. Tagomi, dénichent chez lui d'authentiques merveilles. Tandis qu'un autre livre, qu'on s'échange sous le manteau, fait également beaucoup parler de lui : Le poids de la sauterelle raconte un monde où les Alliés, en 1945, auraient gagné la guerre...

  • Les hommes ont disparu depuis si longtemps de la surface de la Terre que la civilisation canine, qui les a remplacés, peine à se les rappeler. Ont-ils véritablement existé ou ne sont-ils qu'une invention des conteurs, une belle histoire que les chiens se racontent à la veillée pour chasser les ténèbres qui menacent d'engloutir leur propre culture ?
    Fable moderne, portrait doux-amer d'une humanité à la dérive, Demain les chiens est devenu un classique de la littérature. Il est ici publié dans une nouvelle traduction, avec l'épilogue ajouté ultérieurement par l'auteur et une postface de Robert Silverberg.

  • C'est désormais sur la lointaine planète Solaria qu'Elijah Baley et R. Daneel Olivaw vont exercer leurs talents d'enquêteurs. Sur ce monde, les hommes n'acceptent plus de se rencontrer physiquement mais se « visionnent » par le truchement de projections télévisées. Or, un meurtre a été commis, un meurtre apparemment impossible puisque aucun Solarien n'aurait assez de courage pour s'approcher d'un de ses compatriotes. Qui plus est, tout semble indiquer qu'un robot est impliqué. Absurde ! Les Lois de la robotique interdisent à ces êtres artificiels de causer le moindre tort aux hommes...

  • En arrivant sur Aurora, Elijah Baley sait qu'il va au-devant de sa plus périlleuse mission. Il doit découvrir qui a tué Jander Panell, le robot positronique le plus sophistiqué jamais créé, une créature atteignant un degré d'« humanité » inédit. Or, le seul être capable de commettre un tel crime n'est autre que son propre concepteur, le Dr Fastolfe. Fort heureusement pour Baley, R. Daneel Olivaw, désormais l'unique robot humaniforme encore en activité, reprend du service pour le seconder.

  • La SF est créatrice de mondes, mais les mondes créés par Philip K. Dick ont la particularité de s'effondrer très vite. Cela vaut pour le monde réel comme pour les mondes artificiels. D'ailleurs est-il encore possible de les distinguer les uns des autres ? Qu'est-ce qui nous assure que nous n'évoluons pas dans des mondes faux, aussi artificiels qu'un parc d'attractions - avec entrée payante ? Et si ces mondes sont créés de toutes pièces, qui en contrôle les apparences ? À qui appartiennent-ils ? Dans quel but sont-ils produits ? En nous bombardant de réalités artificielles, ne cherche-t-on pas à nous voler le monde - et notre rapport au monde ? Si tel est le cas, comment lutter contre ces entreprises de dépossession ?

  • Bienvenue dans le futur, ou plutôt dans une multitude de futurs : celui où un savant découvre l'anti-gravité, celui où le plus puissant des ordinateurs se fait clouer le bec, celui où un extraterrestre vient révéler à l'humanité une vérité qu'elle n'est pas prête à entendre... Autant d'événements susceptibles de bouleverser l'évolution de notre civilisation humaine, autant de possibilités de voir nos créations dépasser les limites que nous leur avons imposées. Et si nous n'étions plus maîtres de notre destinée ?

  • Ils ont fui la terre depuis des siècles et fondé une civilisation de l'espace qui évolue dans l'univers sans jamais se fixer sur une planète : les Stelléens, rebelles devenus pacifistes, n'ont qu'un ennemi, puissant et impitoyable, qui les menace avec de plus en plus d'âpreté. C'est dans l'une de leurs cités qu'est recueilli le soldat Tinkar, Terrien tombé dans le vide après la panne de son vaisseau : déconsidéré parce que perçu comme un vulgaire « planétaire », étranger à ce monde qui a inventé une singulière démocratie, il comprend néanmoins que ses connaissances pourraient être d'une utilité cruciale pour ses sauveurs. Au contact de cette civilisation et notamment de quelques femmes intrépides, le militaire rigide va peu à peu laisser poindre en lui une humanité qu'il ignorait. Dans ce roman qui mêle aventures trépidantes, imaginaire flamboyant et réflexion nuancée, Francis Carsac anime un héros déchiré entre aspiration à l'ordre et besoin de liberté : livre d'une époque certes, mais histoire qui résonne encore fortement à nos esprits inquiets. Un classique de la science-fiction française.

    Francis CARSAC (1919-1981), de son vrai nom François Bordes, est une légende de la SF. Après un long séjour en Indochine, il entreprend des études de géologie, imposant son nom dans le domaine de la paléontologie en dirigeant un des plus grands centres de recherche sur la préhistoire. Il entame jeune une carrière d'écrivain de science-fiction : plus de 20 nouvelles et 6 romans parmi lesquels Ceux de nulle part, Terre en fuite et Pour patrie l'espace, rivalisant avec les grands noms américains.

  • Le cours du temps s'est inversé. Les morts se réveillent dans leurs tombes, rajeunissent, et finissent par réintégrer une matrice maternelle. Les cigarettes se reconstituent lentement dans les cendriers, et les vêtements sales du matin sont devenus propres le soir venu. Sebastian Hermes dirige un vitarium, une société spécialisée dans le repérage et l'extraction des morts revenus à la vie. Lors d'une mission de routine, il tombe par hasard sur la dernière demeure de l'Anarque Thomas Peake, le célèbre leader religieux. Malheureusement pour Sebastian, cette découverte attise bien de convoitises. Le conseil des Oblits, les Udites, le Vatican : tous veulent mettre la main sur le prophète. Mais dans quel but ?

  • Auteur de best-sellers adaptés au cinéma ( Jurassic Park...), Michael Crichton, le pionnier du thriller scientifique d'anticipation, n'avait pas dit son dernier mot ! La Menace Andromède est la digne suite de La Variété Andromède, son premier roman publié en 1969. En 1967, un microbe extraterrestre a failli anéantir l'espèce humaine. L'exposition accidentelle à cette microparticule - nommée la Variété Andromède - a décimé la quasi-totalité d'une petite ville de l'Arizona. Pendant cinq jours, une équipe de scientifiques d'élite a oeuvré sans relâche pour sauver le monde d'une épidémie aux proportions sans précédent...
    Mais des décennies ont passé. L'humanité pensait être sauvée, quand un drone détecte une anomalie au beau milieu de la jungle brésilienne. Une " chose " protéiforme dont les composantes ne sont pas sans rappeler celles de la Variété Andromède... Dépêchée en urgence, une nouvelle équipe de spécialistes sait que le temps lui est compté. La bactérie mutante grossit et gagne du terrain sur la forêt amazonienne. Jusqu'à potentiellement détruire toute forme de vie sur Terre. La menace Andromède est de retour !

  • " La vision de Hao Jingfang est à la fois sensible et grandiose, rigoureuse et délicate, une étude compatissante de la fragilité humaine face au progrès implacable. Sans perdre la foi en la suprématie de la Raison, ses histoires nous rappellent que la seule chose qui changera le monde est la Passion. " - Ken Liu

    Le futur tel que vous ne l'avez jamais lu. À travers douze nouvelles d'une rare sensibilité, Hao Jingfang explore l'humain face à un avenir incertain.
    L'insondable profondeur de la solitude, c'est celle de l'individu confronté à la marche inéluctable du temps et de la civilisation, de l'évolution et de la technique, de l'aliénation et du pouvoir. Sa fragilité et sa détresse, ses désirs et son besoin de résistance, ce sont les nôtres, nous les partageons universellement, et Hao Jingfang les éclaire d'une plume délicate et compatissante.

  • Le talent de Joe Fernwright pour reconstituer d'antiques objets brisés confine à l'art. De ses doigts habiles, il redonne vie au passé comme personne. Mais dans ce monde moderne où l'on n'accorde plus guère d'attention aux belles choses, les commandes se sont raréfiées, et Joe se laisse lentement glisser sur la pente de l'amertume et du désoeuvrement. Quand un mystérieux client lui demande de prendre part à une expédition visant à restaurer une cathédrale immergée sur une lointaine planète, l'occasion est trop belle pour ne pas la saisir...

  • Le héros de ce roman d'avant-guerre veut connaître l'ivresse des grands voyages interstellaires, il se retrouve plongé dans une aventure bien plus exaltante : rencontrer, par un jeu de passe-passe romanesque, le jeune homme qu'il fut. Et assister incrédule, inquiet, ennuyé, à toutes ses avanies sans être écouté par ce paltoquet qui croit avoir toujours raison... Jouant des possibilités du merveilleux scientifique, Henri Duvernois, habile et talentueux romancier très apprécié en son temps, peut illustrer des hypothèses psychologiques qui sont aussi drôles que troublantes. Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait...

    Henri Duvernois (1875-1937) de son vrai nom Henri Simon Schwabacher, rencontre le succès avec ses nouvelles psychologiques avant de s'imposer comme un des grands dialoguistes du cinéma d'avant-guerre et un dramaturge couru. Ses romans sont tous des best-sellers, jusqu'à ce dernier opus, paru un an avant sa mort dans lequel l'écrivain chenu se tourne vers sa jeunesse avec émotion et malice. Un écrivain auquel Gide reconnaissait un public qui n'était pas pour lui et qui aurait mérité la postérité.

  • L'humanité démissionnaire a remis son destin entre les mains de Vulcain III. Mi-dieu, mi-machine, Vulcain III administre la vie de tous et de chacun depuis son bunker enterré sous les montagnes suisses. On lui pose des questions sur toutes sortes de sujets, du plus trivial au plus complexe, et il répond invariablement juste. Mais ça, c'était avant. Car depuis quinze mois Vulcain III reste muet, si bien que les ingénieurs chargés de sa manipulation en sont venus à inventer les réponses... et à diriger le monde à leur corps défendant.

  • Surgissant au Nord de la France, la maladie bleue s'attaque aux métaux qu'elle détruit impitoyablement et se répand dans l'Europe avant de gagner le monde entier. Engendrant un chaos sans nom qui révèle les pires penchants de l'espèce humaine, cette apocalypse inattendue va réveiller une humanité endormie, la pire qui se déchaîne, et la meilleure qui va trouver une occasion de rédemption. Politique, satirique, saisisant dans sa peinture des moeurs et des comportements, La mort du fer impressionne par sa capacité à nous emporter dans une fable réaliste et sa volonté de nous édifier sans cesser d'être littéraire. Un petit chef-d'oeuvre inconnu du roman d'anticipation.

    Serge Simon Held (S.S.Held) est un illustre inconnu qui ne s'est pas remis de l'échec de son premier roman La mort du fer, paru chez Fayard en 1931. Appartenant au petit monde des ingénieurs, il se fera tout de même remarquer par des critiques et sélectioner par le jury du prix Goncourt, ce qui n'est pas banal pour un esprit a priori peu enclin aux songeries. Son livre fut traduit en anglais puis disparut des mémoires, connu des seuls spécialistes pointus du roman d'anticipation.

  • Tyrann

    Isaac Asimov

    L'empire galactique des Tyrannis comprend des dizaines de mondes, dont la Terre. Or c'est sur Terre, justement, que Biron Farrill, le fils d'un de leurs principaux opposants qu'ils ont assassiné, recherche un document mythique qui pourrait mettre fin au règne des despotes. Quand on attente à sa vie, Farrill doit cependant fuir pour se rendre sur Lingane, la seule planète où s'organise la résistance contre Tyrann. Là, il entend parler d'une mystérieuse planète, sur laquelle une armée de rebelles attendrait de reconquérir la galaxie...

  • La visite de l'accélérateur de particules atomiques aurait pu se terminer beaucoup plus mal pour ceux qui s'y trouvaient lorsqu'est survenu l'accident. Jake, Marsha et les six autres victimes semblent s'en être tirés avec seulement quelques contusions. Pourtant, après cela, les choses ne sont plus tout à fait les mêmes. La réalité se détraque imperceptiblement, au point de se plier aux terreurs et aux fantasmes les plus secrets des huit protagonistes. Parviendront-ils à sortir de ce labyrinthe de cauchemars inconscients ?

  • En franchissant le Mur, Rigg et ses compagnons croyaient avoir laissé le pire derrière eux. Mais c'est un monde inconnu, effrayant et trompeur qui les attend de l'autre côté. Même ceux sur qui ils pensaient pouvoir compter se révèlent peu fiables, prompts à les manipuler, et les risques qu'ils encourent sont énormes. Une seule certitude : s'ils veulent avoir un avenir, il leur faudra changer le passé...

  • Propulsé en 1940 à Londres par le professeur Dunworthy sans la moindre préparation, John Bartholomew intègre la brigade des veilleurs du feu, ces héros qui ont sauvé la cathédrale Saint-Paul des bombes allemandes... À cette époque, de nombreux Londoniens se réfugiaient dans le métro, dont plusieurs stations portent aujourd'hui encore de bien curieux stigmates... Et tandis que d'autres vont chercher la mort beaucoup plus loin, sur les rives antiques du Nil, certains accueillent en eux la présence des dieux à têtes d'animaux pour en faire un commerce fort lucratif... Voici quelques-uns des thèmes abordés dans ces neuf nouvelles et courts récits primés - parmi lesquels « Les veilleurs du feu », préquelle au roman Black-Out et au cycle temporel -, qui donnent à voir un aperçu complet des talents de conteuse de Connie Willis.

  • Leo Runcible, agent immobilier d'une petite bourgade du Comté de Marin en Californie, se heurte quotidiennement aux préjugés racistes et bigots de ses concitoyens. À la suite d'une dispute avec l'un de ses voisins, Leo retrouve des ossements humains qui pourraient être ceux d'un homme de Neandertal. Il voit là un moyen d'attirer les curieux dans le secteur et peut-être ainsi de faire monter les prix de l'immobilier. Malheureusement pour ses affaires, la présence de ces os relève d'une réalité nettement plus sordide...

  • L'épitaphe de l'authentique Nicolas Eymerich, dominicain nommé Inquisiteur Général d'Aragon en 1357, évoque sa personnalité

  • Parvenu à l'âge des choix et des bilans, cet âge où l'on ne peut plus mentir à la vie, le réalisateur Simon Cadique entrevoit un sujet qui pourrait devenir son oeuvre. Un film vérité sur deux figures injustement oubliées de l'histoire, deux fils de la paysannerie picarde qui dans les années 1900 se transformèrent en arpenteurs des airs et en industriels de la modernité, deux frères, les frères Caudron, dont les avions qu'ils fabriquaient à mesure qu'ils les inventaient, et qui portaient leur nom, s'envolèrent à l'assaut du XXe siècle sur les plages de la baie de Somme.

    Mais comment être certain d'apprécier sans la trahir l'atmosphère faite de neuf et d'ancien qui régnait en baie de Somme un siècle plus tôt ? À quoi pensaient les frères Caudron en bricolant leurs machines ? À quoi pensaient les badauds endimanchés qui regardaient s'élever du sable biplans, biplaces et autres aéroplanes ?

    Simon sait combien le temps rend chaque époque irrémédiable à l'autre. Mais le temps a sa propre histoire et cette fois, il en a décidé autrement. Amitiés, richesses, souvenirs, amours : toutes les cartes sont en passe d'être rebattues. Car, dans un ressac digne des plus grandes marées, ce sont les époques elles-mêmes qui viennent se percuter à l'embouchure de la Somme.
    Dans ce roman où, entre enquêtes et aventures, les lumières de la baie de Somme apparaissent comme une suite de peintures, où la sensualité des plats et des vins de différents âges traverse les époques, où les rencontres et les possibles galopent sur des paradoxes de la physique moderne, Philippe Curval élabore un tableau subtil et mouvant, dessinant la rencontre des hommes et d'une nature que le temps n'a de cesse de réinventer.
    Dans une petite école d'Hafnafjordur, entre une falaise arpentée par les fées et un champ de lave hanté par le passé, se noue un drame cosmique aux fantastiques implications. Où est passé Elliot, le très vieux concierge muet et autiste, à la veille d'une dernière kermesse?? Comment a-t-il réussi à quitter une chambre sans fenêtres, fermée de l'intérieur?? Bracken, le professeur de dessin parti à sa recherche, va mettre au jour un impossible secret, écho des plus vieux mythes islandais, où absurde, poésie et terreur se confondent dans le mystère d'un dangereux cache-cache.

empty