• Violence de l'État, violence terroriste, violence des cartels de la drogue, la violence s'est globalisée, démultipliée et a envahi la sphère littéraire latino-américaine depuis vingt ans. Le réalisme atroce a remplacé le réalisme magique de la seconde moitié du XXe siècle. Vargas Llosa écrit Lituma en los Andes alors que la guerre contre le Sentier Lumineux prend fin en 1992. En 2006, Santiago Roncagliolo triomphe avec Abril rojo, mais sa représentation de la violence et du pouvoir ne sont sans doute pas aussi neutres que le lecteur éloigné du Pérou pourrait le croire en suivant les pas du juge d'instruction Félix Chacaltana, sorte de Candide au pays de la terreur. L'allégorie est choisie a contrario par le Mexicain Yuri Herrera pour montrer comment l'homme devient un loup pour l'homme dans Trabajos del reino.
    Les outils classiques de l'analyse littéraire, la réception des oeuvres au moment de la publication, l'apport théorique de la sociologie et les ressources de l'ethnologie contribueront à l'étude minutieuse de ces romans dans leurs contextes respectifs, au-delà d'une lecture au premier degré. La transfiguration littéraire du pouvoir et de la violence sera le fil rouge de cet ouvrage conformément à la thématique proposée aux agrégatifs.

  • Lima, années 80. Alors que l'Etat et la guérilla du Sentier Lumineux se livrent une guerre sans merci, Elsa, une jeune militante communiste, est soumise aux viols et à la torture des militaires. Parmi eux, Bioy, jeune caporal tétanisé par ce déchaînement de violence.
    Lima, années 2000. Bioy est désormais à la tête d´un des gangs les plus violents de la ville, au service des cartels de la drogue et du crime organisé. Ses anciens collègues de l´armée sont en prison ou en fuite aux Etas-Unis.
    Vingt ans se sont écoulés qui ont plongé le Perou dans l´abîme, et c´est le récit de cette chute que ce roman nous livre à travers les destins croisés de Bioy, d´Elsa, d´un flic infiltré et d´un étrange garçon assoiffé de vengeance.
    Intrigue tentaculaire, récit à la chronologie chaotique qui mêle le passé au présent et emprunte à des formes aussi diverses que l'écriture cinématographique ou le blog, Bioy forme un puzzle romanesque qui déploie toutes les facettes de la violence, de l´horreur et la déchéance humaine et tente sans relâche de répondre à cette question : l'idée même de rédemption a-t-elle encore un sens ?
    En plaçant la violence et la question de la banalisation du mal au coeur de son livre, Trelles Paz s'affirme comme l'une des voix latino-américaine les plus prometteuses du roman noir.

    Diego Trelles Paz est né à Lima en 1977. Journaliste, écrivain, critique (cinéma et musique), scénariste, et universitaire, il est notamment connu en Amérique latine pour ses réflexions sur le roman policier et ses recherches sur l´écrivain chilien Roberto Bolaño. Il est l´auteur de plusieurs livres. Bioy est son premier roman traduit en français.

empty