Ink book

  • Dans sa préface, Martin Page nous prévient, le Traité des excitants modernes est un texte drôle.
    Balzac y " présente les condamnés à mort comme cobayes à l'usage des savants. On y apprend beaucoup de choses, fausses ou inventées, et cela est rare car on oublie de nous enseigner les beaux mensonges sous leur vrai jour ; mais peu importe ! les papilles gustatives de la littérature sont incapables de juger de la vérité : elles ne sont sensibles qu'au goût ". Passant à son crible de consommateur et de critique l'eau-de-vie, le café, le thé, le tabac et, plus inattendu dans cette liste, le sucre, Balzac nous révèle les pouvoirs cachés de ces substances, qui viennent palier les défaillances de l'homme de plume et de l'homme tout court.
    La loi nous oblige toutefois de préciser qu'il faut user de ce petit livre avec modération.

empty