• Cette somme d'interventions au fil des circonstances montre la face cachée de l'oeuvre du grand philosophe français de réputation internationale : une magistrale façon inactuelle de traiter de l'actualité.
    Pourquoi Dieu sans l'être ? Que nous dit Éros sur l'amour et le don ? Qu'est-ce que la Révélation ?
    Que signifie philosopher aujourd'hui au regard de la Bible et de la théologie, de la poésie et de la littérature ?
    Pourquoi faut-il en finir avec la métaphysique ? Comment repenser Descartes et Husserl, réviser Nietzsche et Heidegger, relire Levinas et Derrida ? Quelle langue neuve peut dire l'invisible, l'inouï, l'inattendu ?
    Qu'est-ce que le nihilisme ? En quoi éclaire-t-il l'époque ? Où va le monde ? Où en est l'Église ? Que penser du déclin de l'Amérique, du réveil de l'islam ? Quel avenir ont la France et l'Europe ?
    Pourquoi l'Évangile reste-t-il plus que jamais d'actualité ?
    Telles sont, parmi d'autres, les questions de Paul-François Paoli auxquelles Jean-Luc Marion a consenti à répondre au cours de cette libre conversation comme le siècle n'en connaît plus guère.
    De la rue d'Ulm et de la Sorbonne à l'université de Chicago et à Rome, de l'aventure de
    Communio à l'engagement antitotalitaire, sur fond de rencontres et de portraits, d'enjeux et de combats, ce sont la clé d'une destinée et la fabrique d'une pensée qui, ici, se dévoilent. Celles du philosophe français vivant le plus lu, le plus commenté et le plus traduit au monde.
    Une démonstration éblouissante de l'intelligence en acte. Une invitation, surtout, à l'espérance. Un antidote au malaise contemporain.

  • Thomas d'Aquin et le marché : vers une économie humaine Nouv.

    Le pape François n'a rien inventé ! Depuis toujours, le message social de l'Église est réfractaire à la domination de l'argent et à l'injustice du marché. Une philosophie dont saint Thomas d'Aquin a donné le grand exposé, plus que jamais d'actualité. Un document brûlant, préfacé par un économiste dissident d'aujourd'hui. La théologie n'a-t-elle rien à dire en soi sur l'économie ? Et si, à l'heure de la globalisation financière, de la marchandisation du monde et du creusement abyssal des inégalités, c'était exactement le contraire ?
    À preuve le retentissement planétaire de
    Tous frères du pape François. Or, cette encyclique découle du message social que tient l'Église depuis 2 000 ans. Un message dont l'interprète majeur demeure saint Thomas d'Aquin.
    Un scolastique médiéval, l'auteur de la Somme de théologie pour penser autrement l'économie ? Et si, à l'heure du matérialisme, du consumérisme et de l'injustice, la véritable révolution était d'abord d'ordre spirituel et éthique ?
    Liant les modèles d'hier et les problèmes de demain, mettant en dialogue saint Thomas et Marx, Ricardo, Keynes, Friedman, Stiglitz ou encore Piketty, ce livre détonnant montre l'actualité d'une sagesse qu'il est urgent d'écouter : il existe aussi une écologie de l'économie.

  • Le premier traité de psychologie écrit au Moyen Âge par le grand philosophe Maïmonide. Un texte précurseur qui s'apparente à un véritable guide de « développement personnel ».
    Le Traité des Huit chapitres occupe une place particulière dans l'oeuvre de Maïmonide. Premier traité de psychologie, ce texte précurseur - rédigé en arabe en 1168 - s'apparente à un véritable guide de « développement personnel ».
    Conciliant sagesses juives, grecques et arabes, ce philosophe, talmudiste et médecin, invite à « écouter la vérité d'où qu'elle vienne ». Curieux de toutes les formes de connaissances, il s'attache à conceptualiser la vertu. Qu'est-ce qu'un homme juste ? Comment exercer son libre arbitre ? Pourquoi a-t-on besoin d'humour, d'imagination, de contemplation ? Comment soigner les maladies de l'âme ?
    Avec cette nouvelle traduction, Ariel Toledano nous propose une version contemporaine et commentée de ce Traité. Elle nous ouvre l'accès à la modernité de ce texte majeur. Une véritable initiation à une éthique de vie intérieure.

  • Le meilleur des thomistes contemporains livre ici la meilleure introduction à la Sommede théologie. C'est tout le talent pédagogique d'une vie d'enseignement que l'on retrouve dans cet exposé proprement initiatique : Saint Thomas pour les nuls.
    Saint Thomas d'Aquin, intellectuel de haut vol, réconciliateur de la foi et de la raison, théologien connu toujours étudié, passe pour un auteur difficile à lire. Familier de son oeuvre, Jean-Pierre Torrell s'est donné pour tâche d'en faciliter l'accès et de la mettre ainsi à la portée de tous.
    La biographie et l'oeuvre de Thomas sont étroitement mêlées. Les difficiles années de sa jeunesse trouvent leur écho dans certains de ses ouvrages. Ses deux périodes d'enseignement à l'université de Paris et leurs polémiques révèlent un redoutable débatteur et tissent aussi la toile de fond de certains livres marquants. Il est au centre de tous les mouvements intellectuels de son époque, et sa
    Somme de théologie comme sa
    Somme contre les Gentils, rédigées au gré des courts loisirs que lui laissaient de longs voyages et une lourde mission d'enseignant, continuent à exercer leur influence aujourd'hui. Cette découverte de l'homme jette une lumière nouvelle sur son oeuvre.
    Alerte, précis, limpide : un livre de divulgation indispensable.

  • Qui est Jésus ? Dieu ? Homme ? Messie ? Sauveur ? Sage ? La question a déchiré les premiers siècles. Entre dogmes et hérésies, en est sortie la foi de l'Église. Une épopée que raconte ici son meilleur spécialiste. Quel est le sens de la foi en Jésus Christ ? Le questionnement autour de l'identité du Jésus de la foi traverse l'histoire de l'Église et en dessine même le visage. Depuis les graves controverses du passé jusqu'aux grandes études christologiques de notre temps, la raison tente de percer un mystère divin. Ce livre dresse un panorama historique du cheminement des hommes qui cherchent à dire Dieu et récapitule les mille et une représentations de Jésus dans l'histoire. Des Pères de l'Église aux auteurs médiévaux, d'Irénée de Lyon à Nicolas de Cues en passant par Augustin et Thomas d'Aquin, ce sont les grandes intuitions de l'intelligence humaine qui sont ici présentées, ainsi que les nouvelles approches lors de la Réforme protestante ou dans le cadre des échanges avec la philosophie moderne. Une fresque monumentale qui fait aussi la part belle aux théologiens européens du xxe siècle comme aux penseurs contemporains d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie qui ouvrent la christologie à l'universalité.

  • Le dialogue de l'amour trinitaire : perspectives ouvertes par Dumitru Staniloae Nouv.

    Dieu est amour. Mais comment cet amour est-il éternellement vécu par les trois personnes de la Trinité ? C'est derrière le rideau de fer, dans l'enfer communiste, que s'est élaboré la plus étonnante vision théologique sur ce point du XX e siècle. Une découverte passionnante. Le dialogue de l'amour trinitaire. Perspectives ouvertes par Dumitru Staniloae Existe-t-il un dialogue entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit ? Un tel questionnement ne cherche-t-il pas à appliquer une réalité humaine à la transcendance divine ?
    Pour explorer ces questions, Anne-Sophie Vivier-Muresan reprend les perspectives ouvertes par Dumitru Staniloae, l'immense théologien roumain, acteur majeur du renouveau de la pensée orthodoxe au xxe siècle.
    Elle prolonge la réflexion par une mise en regard avec les avancées récentes de la théologie catholique et un approfondissement des Écritures.
    Une invitation à avancer dans la compréhension du mystère de la vie divine.

  • Par delà le choc des émotions, les scandales qui affectent l'Église réclament une critique de fond sur leurs vraies causes : six théologiens majeurs rompent avec la langue de bois et posent ici les plus dérangeantes questions.
    L'omerta sur les abus sexuels dans l'Église est levée. Mais comment l'Église s'empare-t-elle de cette question ? Et quel peut être l'apport de théologiens accompagnant des personnes victime d'abus ? Ils sont cinq à identifier ici la responsabilité spécifique de la théologie et de ce qui doit évoluer en elle " au coeur de la crise ". Ils pointent du doigt les sujets sur lesquels l'Église doit se repositionner dans son enseignement afin de prévenir les dérives.
    Quand la foi est source de manipulations, quand le silence augmente la gravité des fautes, quand l'autorité d'un ministre ordonné par l'Église justifie les plus graves désordres, quand la formation des prêtres élude ces problèmes... Tout est passé en revue pour offrir une réponse courageuse.
    Un livre choc.

  • Une bombe à retardement : c'est ainsi que l'on peut qualifier les catéchèses de Jean-Paul II sur la théologie du corps. Grâce à cette édition sans précédent, ces réflexions détoneront de nouveau. Les audiences générales qu'il donna entre 1979 et 1984 dispensaient le plus vaste enseignement jamais délivré par un pape sur un tel sujet dans toute l'histoire de l'Eglise. En plus d'une traduction entièrement révisée, cette édition est augmentée d'une introduction permettant d'apprécier l'importance de cette doctrine novatrice, du plan établi par Jean-Paul II dans son manuscrit rédigé en polonais avant son élection ignoré jusqu'à sa mort , et d'un texte inédit, retrouvé dans les archives de l'archevêché de Cracovie, rédigé en français, le mémorandum de Cracovie. Cette méditation révèle une pensée audacieuse mais profondément fidèle à l'esprit du christianisme, qui place au plus intime de nos vies la démesure de l'amour divin, et prouve s'il en était besoin que l'Eglise offre autre chose qu'une morale rigoriste et dépassée.

  • Préfacé par le Grand Rabbin de France, ce petit livre est né d'une rencontre de l'auteur, prêtre spécialiste de la liturgie, avec la communauté juive de Tours. Il y montre l'influence de la liturgie juive du Temple sur les rites de la messe catholique.








  • Dans sa "théologie du corps", Jean-Paul II a exploré avec génie le plan de Dieu sur l'amour et le corps humains. Ses enseignements limpides ont apporté une véritable révolution sexuelle. Pourtant, ce trésor reste encore méconnu de la grande majorité des chrétiensTraduction du bestseller de Christopher West vendu à 200 000 exemplaires. L'objectif de ce livre est de présenter la théologie du corps de manière simple et accessible à tous.

  • Plus de trente ans après que Jean Paul II a achevé d'en dispenser l'enseignement à travers les audiences générales, La théologie du corps fait l'objet d'une large redécouverte. Des initiatives de plus en plus nombreuses font connaître cet enseignement qui s'avère d'une grande actualité et auquel le pape François fait de très nombreux emprunts dans son exhortation Amoris Laetitia. Réalisé à partir des indications de Jean Paul II lui-même dans la version intégrale, cet abrégé met à la portée d'un vaste public la substance de la pensée des catéchèses sur la théologie du corps tout en respectant une totale fidélité au texte original. Yves Semen, auteur de l'édition critique française, répond ici aux besoins des lecteurs en leur offrant une présentation plus accessible notamment avec un lexique d'une centaine de termes et expressions.

  • Dieu est Dieu nom de Dieu ! Et non pas son avatar trop humain, sentimentaliste et compassionnel. La sortie de crise pour l'Église passe par le retour à la transcendance et au mystère. Polémique, et appelé à la susciter, ce grand livre est aussi un merveilleux voyage théologique.
    Dieu est Dieu, et non pas son avatar trop humain, sentimentaliste et compassionnel.
    La sortie de crise pour l'Église passera par le retour à la transcendance et au mystère ; par le renoncement à la démagogie pour la théologie ! C'est la grande idée d'Augustin Pic dans ce livre original et stimulant.
    Pour regagner les hommes de plus en plus indifférents, l'Église tend à prêcher une synthèse entre ce que Dieu est véritablement et ce que le monde actuel voudrait qu'il soit. Dès lors, on redéfinit les contours de la morale, on donne le primat à la conscience individuelle, on relativise la loi naturelle. Tout semble permis : d'un Dieu offrant un amour inconditionnel (ce qui est vrai), on en vient à une sorte d'amour sans conditions (ce qui est faux), où la loi divine tend à n'être plus qu'un stimulant idéal, voire à disparaître comme loi.
    Contre pareilles dérives, mais sans jamais tomber dans les jugements sommaires ni dans le rigorisme, Augustin Pic essaie de penser le Dieu de la foi. Un Dieu absolu, qui demande expressément qu'on l'écoute et qui ne transige pas avec son amour. Il y va de l'homme, prunelle de ses yeux, tel qu'il le veut de toute éternité.
    Au-delà de sa dimension polémique, appelant la polémique, ce grand livre est un merveilleux voyage théologique.

  • « Si nous voulons apprendre de première main qui était Moïse et quelle a été sa vie, il nous faut recourir à la lecture du récit biblique. Les autres sources n'entrent pas sérieusement en ligne de compte. Nous ne disposons pas ici du moyen le plus important en d'autres circonstances pour obtenir la vérité historique : la possibilité de comparer les récits. Ce qui est préservé de la tradition d'Israël concernant les débuts de son histoire est contenu dans ce livre unique ; des peuples avec lesquels Israël est entré en contact au cours de l'exode d'Égypte en Canaan que ce livre relate, aucun fragment d'une chronique remontant à cette époque n'a été conservé, et dans la littérature ancienne de l'Égypte on ne peut trouver aucune allusion à ces événements. Mais le récit biblique lui-même diffère essentiellement dans son caractère de tout ce que nous sommes portés à considérer comme une source historique utilisable ; les événements qu'il rapporte ne peuvent pas s'être passés, tels qu'ils sont rapportés, dans le monde humain avec lequel l'histoire nous a familiarisés. La catégorie littéraire dans laquelle notre pensée historique doit les ranger, c'est la légende, et quand on parle de celle-ci, on admet généralement qu'elle est incapable d'engendrer en nous la représentation d'une succession de faits. » Martin Buber Martin Buber (1878-1965) est considéré comme l'initiateur de la philosophie juive moderne. Il a consacré la plus grande partie de sa vie à recueillir et à traduire les récits, les légendes et les chroniques hassidiques. Deux autres textes importants, Les Récits hassidiques et La Légende du Ball-Shem ont également été traduits en français. Léon Chestov, Robert Misrahi ou encore Théodore Dreyfus lui ont consacré des biographies intellectuelles.

  • En théologie, il y a trois à quatre ouvrages véritablement révolutionnaires par siècle. En voici un ! Qu'en est-il des genres, de l'Église et de ses sacrements ? Un ouvrage visionnaire, courageux, promis au plus dur débat. Un événement.
    Un même baptême pour les hommes et pour les femmes, un seul Dieu, une seule foi. Pourtant, la part masculine de l'Église a souvent peur des voix féminines. Interpellée par celles-ci, qu'est-ce que l'Église a entendu ou a cru entendre ? A-t-elle bien écouté ? Les réponses esquissées sont-elles à la hauteur du cri ? À partir de là, comment progresser ?
    Prêtre italien animé d'un esprit de discernement, Luca Castiglioni interroge ici la notion de genre : a-t-elle sa place en théologie ?
    À la lumière des interprétations historiques, après un diagnostic sur la manière dont l'Église a conçu la condition des femmes et leur prise de parole, Luca Castiglioni sollicite les ressources de la foi chrétienne, des textes de la Genèse et du Cantique des cantiques aux discours de saint Paul et aux récits des relations de Jésus avec les hommes et les femmes. Se dégagent alors de grands défis pour l'Église, y compris l'accès à des ministères consacrés pour les femmes.
    Une étude novatrice.


  • Ameer Jajé retrace dans cet ouvrage les origines historiques, mythiques et théologiques des cérémonies propres au chiisme, l'une des principales minorités de l'Islam.


    C'est de la succession du Prophète, et des événements tragiques qu'elle a entraînés, que datent les divergences principales au sein de l'Islam entre sunnites et chiites, au coeur des conflits meurtriers qui secouent le Moyen-Orient aujourd'hui encore.


    L'auteur enquête, particulièrement en Irak, sur les célébrations spectaculaires de l'Ashura (actes d'auto-flagellation, lamentations collectives), qui commémorent chaque année la mort du petit-fils du prophète Mahomet assassiné au VIIe siècle.

  • Par-delà l'accumulation des siècles et des doctrines, Jésus de Nazareth peut-il être notre contemporain ? Comment s'y retrouver parmi les divers portraits du Jésus de l'Histoire ? Y a-t-il un gouffre entre le Christ de Paul, le Jésus des Synoptiques et le

  • L'Europe de la paix peut-elle être un lieu vide de toute spiritualité ? Loin de la fausse querelle sur ses " racines chrétiennes ", l'un des grands théologiens d'aujourd'hui montre comment le Vieux Continent a besoin d'un christianisme réinventé pour trouver une nouvelle jeunesse. Dans ses discours devant le Parlement européen et le Conseil de l'Europe, le pape François n'a pas hésité à esquisser l'image d'une Europe blessée, qui traverse une profonde crise de confiance et d'espérance. Le christianisme est, lui aussi, concerné par cette crise : sa force d'inspiration semble être affaiblie.
    Comme l'Europe, il se trouve devant l'alternative : dissolution ou réforme. Christoph Theobald relève ce défi, le prenant pour point de départ d'une traduction contemporaine du croire, espérer et aimer, offert par la tradition biblique et chrétienne. Il se laisse guider par la question : comment témoigner aujourd'hui d'une espérance commune et comment laisser advenir une confiance mutuelle ? Ses réflexions le conduisent à comprendre l'être chrétien comme une manière de vivre selon une sainte hospitalité, susceptible de produire de la confiance, d'engendrer de l'espérance et d'offrir à une Europe blessée une nouvelle force de vie.

  • Le drame de notre époque, c'est qu'elle a cru qu'en faisant taire les religions et les croyants elle aurait la paix. Elle a pensé que l'étude historique des dogmes et des pratiques allait neutraliser le potentiel de violence des religions. Or c'est le con

  • Impassible, Dieu ? Lointain, distant, indifférent ? Ou, au contraire, le Dieu de la Bible serait-il celui qui sent et qui ressent ? Après le cerveau émotionnel, voici un traité du coeur intelligent.

    Dieu a choisi non seulement de parler la langue des hommes, mais aussi de se faire l'un d'entre eux. Pour s'adresser à l'humanité en sa condition réelle, Dieu a fait sienne la chair humaine, affectivité incluse. Le Dieu biblique est sujet d'émotions : jalousie, colère, regret, joie, etc. Pourtant, un Dieu incorporel paraît de soi inapte aux émotions. Ce Dieu émotif est-il simplement une projection humaine ? Le Dieu biblique tombe-t-il sous la critique ? Cet ouvrage trace un itinéraire anthropologique, littéraire et théologique. Pour interpréter les émotions de Dieu, il faut d'abord entrevoir la signification des émotions et des passions humaines. Il convient aussi d'explorer les scénarios bibliques dans lesquels interviennent les émotions de Dieu. Celles-ci deviennent alors les indices d'un engagement total. Amour, joie, espoir, colère, regret et tristesse sont ici envisagés de façon sémantique ou narrative, non seulement comme des notions à élucider, mais aussi comme les traits d'un Dieu en action.

  • « Heureux les invités au repas du Seigneur. » Tous les dimanches, les chrétiens sont conviés à participer à la messe pour y vivre l'Eucharistie. Mais cinquante ans après Vatican II, son intention et sa mise en oeuvre sont-elles satisfaisantes ? Les fidèles les plus assidus savent-ils réellement ce que signifient les prières, les gestes, les chants dont la messe est ponctuée ? Pour Paul De Clerck, qui se livre ici à une exégèse et à un commentaire approfondis de la messe réformée, c'est le poids de nos conditionnements anciens et non la liturgie qui nous empêche d'y adhérer entièrement, et d'en comprendre le sens profond. Ce livre contribue à donner un nouvel élan à la liturgie de l'Église, à en montrer l'intérêt, à en déployer la dynamique, à en faire gouter la saveur, bref à nourrir la vie des chrétiennes et des chrétiens. Une méditation profonde et novatrice, qui éclaire d'un jour véritable le rite dominical.

  • L'un des plus grands lecteurs du thomisme nous fait entrer dans la lecture d'un génie théologique s'appliquant au livre le plus érotique de la Bible. Actuel ! Les commentaires scripturaires, les sermons et les autres oeuvres de Thomas d'Aquin (1225-1274) comportent de nombreuses références au Cantique des cantiques, ce poème inspiré qu'il voit comme une prophétie célébrant les noces de Jésus-Christ et de l'Église. Les versets relatifs au bien-aimé lui permettent d'évoquer les perfections physiques et morales du Christ et d'illustrer les " mystères " de sa vie. Quant à la figure de la bien-aimée, elle renvoie simultanément à l'Église, à la Vierge Marie, toute belle et sans tache, et à chaque âme fidèle, pour qui le Cantique marque l'aboutissement d'un itinéraire spirituel qui culmine dans la charité parfaite.
    À travers l'usage qu'il fait des citations du Cantique, saint Thomas laisse entrevoir quelque chose de sa " spiritualité " : l'attention à la dimension affective, amoureuse de la vie spirituelle, plus marquée qu'on ne le pense chez un théologien parfois jugé trop " intellectuel " ; le lien intime entre charité parfaite, contemplation et prédication, et une tension omniprésente vers la pleine communion du Ciel.

  • Pour découvrir la cathédrale qu'est la Somme de théologie de saint Thomas d'Aquin, rien ne vaut une visite en compagnie d'un guide passionné. Une telle promenade permet de mieux connaître Thomas, un théologien animé par la bienveillance, contemplant ce qui en l'homme porte l'image de Dieu. Dans sa conception de la vie morale, il espère toujours que l'attrait du bien conduira chaque être humain vers la contemplation de Celui qui est son créateur. À l'aide de nombreuses citations, d'exemples et de synthèses claires sur les différents concepts, Jean-Marie Gueullette nous introduit à la théologie de l'amitié avec Dieu.

  • Du choeur de Notre-Dame de Paris à l'église Saint-Sulpice, l'église de pierres est une image du Royaume. Mais elle raconte aussi les âges, les hommes, leurs cultes et leurs cultures. Un voyage fascinant.
    Mettre l'architecture et la liturgie en dialogue, et prendre au sérieux l'architecture sacrée comme lieu théologique : tel est le propos de cet ouvrage, à partir de trois églises post-tridentines françaises.
    Cette opération présente un triple intérêt : méthodologique pour les théologiens qui peinent à faire de la théologie à partir de corpus non textuels, historique et documentaire pour les historiens de l'architecture, et pour tous, théologiens, pasteurs et architectes engagés dans la réflexion sur l'espace liturgique 50 ans après Vatican II. Il se présente, ainsi que l'écrit l'architecte Jean-Marie Duthilleul dans sa préface, comme une " pierre de fondation " afin de penser des espaces sacrés... pour aujourd'hui.
    Préface de Jean-Marie Duthilleul

  • Comment entrer dans le mystère de la Trinité ? Comment ce coeur insondable de la foi chrétienne peut-il illuminer l'existence de tout homme ? Comment, enfin, le mystère qu'est Dieu peut-il nous éclairer sur l'énigme de l'humain ? Reconnu par ses pairs comme l'un de ceux qui ont redonné un nouveau souffle aux études trinitaires, Emmanuel Durand nous offre ici l'ouvrage le plus clair et le plus pédagogique sur le mystère du Dieu un et trine. De l'ambiguïté des représentations de la Trinité, du rapport délicat entre le Dieu des chrétiens et le Dieu unique du judaïsme, des implications concrètes de la foi trinitaire sur notre conception de l'amour humain, de l'Église, de nos communautés, de notre rapport à l'autre, etc., telles sont les grandes questions qu'aborde l'auteur de manière simple et claire. Pour tous ceux qui veulent approcher du mystère qui est Dieu.

empty