• Albert Londres, figure emblématique et historique du journalisme de terrain, couvre au quotidien les étapes du Tour de France et découvre ainsi la souffrance et les douleurs que s'infligent les coureurs, à une époque où la Grande Boucle n'avait rien d'une partie de plaisir. Bien au contraire c'est d'un véritable combat, d'une guerre avec ses blessés et ses dommages collatéraux, dont Albert Londres se fait ici le témoin.

    Extrait :
    - Vous n'avez pas idée de ce qu'est le Tour de France, dit Henri, c'est un calvaire. Et encore, le chemin de Croix n'avait que quatorze stations, tandis que le nôtre en compte quinze. Nous souffrons du départ à l'arrivée. Voulez-vous voir comment nous marchons ? Tenez...
    De son sac, il sort une fiole :
    - Ça, c'est de la cocaïne pour les yeux, ça c'est du chloroforme pour les gencives...
    - Ça, dit Ville, vidant aussi sa musette, c'est de la pommade pour me chauffer les genoux.
    - Et des pilules ? Voulez-vous voir des pilules ? Tenez, voilà des pilules.

  • Y a-t-il encore un Français pour gagner le tour de France ? Nouv.

    Depuis 1985, le drapeau tricolore n'a plus jamais flotté en haut du podium d'arrivée du Tour de France cycliste.
    Quelles en sont les raisons ? La concurrence accrue, le fléau du dopage, le manque de moyens, le manque de talents, etc. ? Comment est-ce possible au pays de Louison Bobet, Jacques Anquetil, Bernard Hinault, Laurent Fignon et tant d'autres ?
    En revisitant l'Histoire du Tour, et en analysant les époques et les champions, Éric Richard se propose d'explorer les raisons de ce mystère, et de résoudre l'énigme ! Car l'heure est venue de croire de nouveau aux chances françaises. Les résultats de ces dernières années l'attestent : la fin de la page blanche est peut-être pour bientôt, et il est sans doute né, celui qui écrira un nouveau chapitre tricolore dans l'histoire du Tour de France. Et peut être est-il déjà sur la route de son futur exploit...
    Avec la participation des derniers vainqueurs du Tour de France : Lucien Aimar, Bernard Thévenet et Bernard Hinault.
    Eric Richard, journaliste à La Nouvelle République du Centre-Ouest dont il a été le chef du service des sports, a couvert près de quinze Tours de France. Il a co-écrit avec Sylvain Chavanel, le livre autobiographique, Toute une histoire, toute mon histoire, paru chez Mareuil Éditions en 2018.

  • Le Tour de France est l´un des trois plus grands spectacles sportifs au monde. Depuis sa naissance en 1903, l´épopée de la Grande Boucle suscite la ferveur populaire, bien au-delà du bord des routes qu´elle emprunte et des frontières de l´Hexagone.
    Étapes de légendes, cols mythiques, héros du bitume, saga du peloton, affaires de dopage, exploration de la caravane, cet ouvrage propose, dans la roue des coureurs, la myriade d´histoires grandes ou petites, drôles ou tragiques, qui ont fait celle du Tour. Mêlant destins individuels, vie quotidienne des « forçats de la route », enjeux sportifs, économiques, politiques ou technologiques, ce livre raconte aussi un pan de notre histoire collective.

  • La roue tourne

    Williams Exbrayat

    Pour David, un cycliste talentueux, mais malchanceux, la victoire lui échappe depuis belle lurette. Pourtant, au détour d'une course de prestige, il se retrouve en position favorable pour la gagne. Mais voilà, cela ne plaît pas à tout le monde. Gagner ou pas, telle est la question !

    Dompteur de livres en bibliothèque, Williams Exbrayat a décidé de vivre encore plus dangereusement en écrivant des nouvelles et des romans. Au programme, un privé qui cogne avant de réfléchir dans Chiennes fidèles et Chasse à l'épaulard et une galerie de personnages foutraques et avinés dans Ma vie sera pire que la tienne, un récit noir, ovniesque et déjanté.

  • Le Marquis des stades est un hommage aux champions autant qu'aux sportifs amateurs. Cyclistes, boxeurs, footballeurs, Tristan Bernard témoigne ici, avec humour parfois, de l'admiration qu'il avait pour les athlètes de tout poil ! Tristan Bernard (1866-1947), fut de toutes les aventures intellectuelles de son époque. Auteur des Pieds nickelés, proche de Léon Blum, Marcel Pagnol ou Jules Renard, il est de la première rédaction de L'Humanité (1904) avant de contribuer aux débuts du Canard enchaîné en 1917.

  • A chaque étape du Tour sa chronique du jour : exploits, portraits de coureur... On n'a jamais mieux écrit l'amour du cyclisme et de la Grande Boucle. Dans la roue d'Antoine Blondin, un Tour de Force littéraire

  • À bientôt 50 ans, Rodrigo Beenkens est et reste au fil des années l´incontestable journaliste sportif francophone préféré des téléspectateurs. S´il jongle entre football (il a couvert six phases finales de Coupe du Monde et cinq Euros de foot) et cyclisme, le Bruxellois a pris la succession de Théo Mathy en 1990 et commente depuis avec brio le Tour de France et la plupart des classiques cyclistes pour la RTBF.


    Après 21 Tours de France à son compteur, des milliers d´heures d´antenne en direct, des dizaines de milliers de kilomètres parcourus, le moment est venu pour le commentateur de jeter un oeil dans le rétroviseur et de se remémorer les grands moments, les belles rencontres et les anecdotes qui ont jalonné ses Grands Boucles.


    De Franck Baudoncq, son collègue de la RTBF avec qui il a partagé ses premiers Tours, à Albin Delsault, son chauffeur attitré et homme de confiance, en passant par les illustres consultants avec qui il a partagé le micro, la voiture et la table (Lucien Van Impe, Michel Dernies, Mark Uytterhoeven, Claudy Criquiélion, Alain Bondue, John Lelangue, Cédric Vasseur et bien entendu le plus célèbre de tous Eddy Merckx), Beenkens nous fait visiter les six coins de l´Hexagone.


    Au-delà des exploits sportifs, des défaillances, des victoires belges, des coups de gueule et des coups de mou, il nous livre un témoignage humain de son métier. La vie en commun tout au long de trois semaines intenses, les parties de franche rigolade, les anecdotes du voyageur mais aussi ses bonnes adresses gastronomiques et sentimentales, du Périgord à la Savoie. Un récit tout au long duquel il s´attarde sur quelques coureurs croisés lors de ses vingt et une années : Frank Vandenbroucke, Lance Armstrong, Miguel Indurain ou Philippe Gilbert.

  • Le 7 juillet 2020, pour la première fois de l'histoire de l'épreuve, les coureurs cyclistes du Tour de France passeront de l'île d'Oléron à l'île de Ré ! Un véritable événement pour les Rétais, et plus particulièrement pour les résidents de la maison de retraite La Marienne - dont la bouillonnante Henriette Rivaille...
    Depuis Aigrefeuille, son petit-fils Thomas est également à la fête : cela faisait vingt ans que la Grande Boucle n'était pas passée par la Charente-Maritime ! Mais en s'entraînant pour participer aux Cadets-Juniors du Tour, celui-ci fait une découverte macabre : une femme meurt dans des circonstances étranges. Thomas et Henriette vont dès lors s'allier pour éclaircir l'affaire, et révéler bien plus que ce qu'ils n'auraient cru.
    />
    Qui est à l'origine des crimes qui sévissent depuis peu dans la région ? Quel rôle joue la coopérative agricole responsable de l'interruption d'une étape ? En enfin, tout cela a-t-il un rapport avec Betagreen, la multinationale controversée qui sponsorise une équipe cycliste ?

    Olivia Dupuy est écrivaine publique et biographe. Elle a travaillé en librairie puis a ouvert son cabinet de conseil en écriture. Dans la collection SO Noir, elle est également l'auteure de L'Évadé de Saint-Martin et de Tension mortelle à la Rochelle.

  • En 1910, pour la première fois dans l'histoire du Tour de France, les coureurs s'élançaient à l'assaut de la haute montagne. Redouté, le massif pyrénéen a fortement contribué à forger la légende de la Grand Boucle.

    Il y a les pro-Alpes et les pro-Pyrénées, comme il y a les chasseurs et les pêcheurs, les amateurs de chats et les amoureux des chiens. Il y a ceux qui trouvent les Alpes grandioses mais vendues au tourisme de masse, les Pyrénées étriquées mais demeurées souvent dans leur jus. Ce sont là appréciations de suiveurs. Les coureurs, en général, jettent tous les cols ensemble dans leur sac à douleurs. À chacun ses classiques. À l'Alpe-d'Huez et Morzine, les Pyrénées opposent Pau-Luchon et son enchaînement de quatre cols -Aubisque, Tourmalet, Aspin et Peyresourde- baptisé « cercle de la mort » par les chroniqueurs du début du XXe siècle alors qu'il s'agit bel et bien d'un alignement peu circulaire entre Béarn, Bigorre et Haute-Garonne, susceptible d'être emprunté en sens inverse ou avec quelques variantes. Il faut toutefois se garder de réduire les Pyrénées cyclistes à ce célèbre quatuor.
    L'Ariège a aussi ses petits cols vicieux comme la Core ou plus encore le port de Pailhères. Le Béarn présente Marie-Blanque et le Soudet; le Pays basque avance le Burdincurutcheta, le Languedoc-Roussillon, le Jau et le Puymorens; la Haute-Garonne, le Menté fatal à Luis Ocaria et le Portet-d'Aspet mortel à Fabio Casartelli.
    Dans ce florilège, une place particulière doit être laissée aux stations de sommet. Superbagnères a ouvert la série d'arrivées en altitude en 1961. Puis d'autres ont suivi la tendance : La Mongie en 1970, Font-Romeu en 1973, puis le Pla-d'Adet en 1974, Guzet Neige en 1984, Luz-Ardiden en 1985, mais aussi Cauterets Cambasque, Andorre Arcalis, Piau-Engaly, Lourdes Hautacam et le plateau de Beille, cul-de-sac au milieu de nulle part marqué par les années Armstrong. Toutes ont acquis grâce au Tour une notoriété touristique qu'elles n'auraient jamais obtenue autrement, tout en désignant d'authentiques champions.
    Ce livre numérique réalisé par la rédaction du quotidien régional Sud Ouest propose la réédition de 12 articles initialement publiés en 2010. Ils retracent l'histoire de la légende cycliste pyrénéenne autour d'anecdotes sportives et cyclistes où se mêlent souvent les plus grandes joies et de terribles douleurs.

  • Vivien s'entraîne comme un malade pour que son équipe l'inscrive au départ du Tour de France. Mais malgré d'évidentes dispositions pour la compétition, Vivien, le porteur d'eau, n'est pas dans les temps. Il ne lui manque pourtant pas grand-chose. Pas grand chose, mais quoi ? Peut-être ce que son petit frère lui apporte secrètement entre deux étapes ? Ou ce que s'injecte dès l'aube Gianni Rimmi, le champion ? Peut-être les deux, en fait.

  • Découvrez LES HORS-SERIES DES PETITES CHRONIQUES en numérique sans plus attendre !
    LES PETITES CHRONIQUES : jour après jour, découvrez l'Histoire en anecdotes et dates clés.
    Jour après jour, tel une éphéméride, Chronique vous fait revivre l'Histoire en la racontant au présent.

    Hors-série #2 : Étapes mythiques du Tour - Les indomptables Cet hors-série "Étapes mythiques du Tour - Les indomptables" vous permet d'avoir un aperçu de la richesse des ouvrages de notre catalogue.

    Les Petites Chroniques, c'est aussi :
    Petites Chroniques #1 : 24 h du Mans - 80 ans au compteur Petites Chroniques #2 : Vacances d'été - Drame, People et Progrès Petites Chroniques #3 : Destins de Femmes - Marilyn Monroe, l'éternelle Petites Chroniques #4 : La Seconde Guerre Mondiale - Juin 1944, le mois le plus long Petites Chroniques #5 : L'Année 80 Petites Chroniques #6 : Les années folles - 1920 à 1924, Le renouveau culturel - Partie 1 Petites Chroniques #7 : Napoléon Bonaparte - Entre guerre et paix Hors-série #1 : Napoléon Bonaparte - La chute de l'Aigle et bien plus encore...

  • LES PETITES CHRONIQUES : jour après jour, découvrez l'Histoire en anecdotes et dates clés !
    Jour après jour, tel une éphéméride, Chronique vous fait revivre l'Histoire en la racontant au présent.

    Petites Chroniques #12 : Tour de France - Histoire, dopage et héros mythiques Parce qu'au fil du temps, la "Grande Boucle", est devenue bien plus qu'un évènement sportif mythique, découvrez tous les secrets qu'elle traîne dans son sillage.
    Les Petites Chroniques, c'est aussi :
    Petites Chroniques #1 : 24 h du Mans - 80 ans au compteur Petites Chroniques #2 : Vacances d'été - Drame, People et Progrès Petites Chroniques #3 : Destins de Femmes - Marilyn Monroe, l'éternelle Petites Chroniques #4 : La Seconde Guerre Mondiale - Juin 1944, le mois le plus long Petites Chroniques #5 : L'Année 80 Petites Chroniques #6 : Les années folles - 1920 à 1924, Le renouveau culturel - Partie 1 Petites Chroniques #7 : Napoléon Bonaparte - Entre guerre et paix Hors-série #1 : Napoléon Bonaparte - La chute de l'Aigle et bien plus encore...

  • La France a réussi là où l'Union Soviétique a échoué : sur le langage. Plutôt que de matraquer son idéologie à ceux qui ne veulent pas l'entendre, ou d'arrêter les opposants pour crimes de pensée, elle ostracise les contestataires et leurs discours de la sphère publique, et transforme le langage de façon si subtile qu'elle réduit le champ moral des possibles. Tout sujet devient un combat, un changement sociétal le progrès, l'hostilité à la morale du temps la réaction, le subjectif l'objectif, une humiliation publique un débat, une opinion différente une polémique, un point de vue une controverse. Derrière la lente marche vers l'annihilation de toute opinion contraire, et la réduction du champ expressif à une mono-opinion, on trouve le langage phagocyté. Ce « Dictionnaire de la controverse » a un objectif simple : retrouver le sens des mots fardés, manipulés, transformés, fantômes, violés, zombies, dépecés, interdits, écartelés, persécutés, par les Oukazes des médias de masse qui portent et diffusent la seule idéologie acceptable, l'idéologie bienveillante. La seule alternative à l'idéologie bienveillante, au langage mono-opinionesque, c'est le « Dictionnaire de la controverse ». Découvrez le quatrième volume de ce dictionnaire, de la lettre q à la lettre z.

  • Il y a trois ans, Roch Andréi a tué Pascal Graziani, le maire de Sari, pour une sombre histoire de famille typiquement corse. Depuis, il a pris le maquis et se cache. Il ne résiste pas au passage du Tour de France et à l'occasion qui lui est offerte de prendre un bain de foule en sécurité. Casquette Nescafé vissée sur la tête et lunettes de soleil sur le nez, il assiste au spectacle allant jusqu'à lui-aussi se pencher pour encourager les coureurs...

  • Un officier des forces spéciales est appelé en renfort par l'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels : un collier d'une valeur inestimable (par sa qualité et sa valeur historique) a été volé lors d'une exposition à Paris ; le contact entre le voleur et son acheteur pourrait se faire pendant le Tour de France. La police pense que la meilleure manière de repérer le voleur serait d'avoir un homme dans la course ; malheureusement ils n'ont pas d'homme suffisamment entraîné dans leurs rangs. C'est pourquoi ils ont besoin des forces spéciales. L'officier devient donc coureur cycliste : sur le Tour, il se prend au jeu de la compétition, fait la connaissance d'une jeune femme dont il tombe amoureux mais ne repère pas le voleur ; en revanche, il se pourrait que le voleur, lui, l'ait repéré...

  • Pour la 100è édition du Tour de France, trois frères ariégeois, opposés à la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées, ont décidé de frapper un grand coup médiatique en perturbant la 9ème étape du Tour 2013 (St-Girons / Bagnères-de-Bigorre) le dimanche 7 juillet dans l'ascension du col de Menté.
    Ils lâchent cinq ours (capturés dans la montagne pendant l'hiver) sur le passage de l'étape. L'un des frères a lu dans une revue que les ours sont censés aller vers le sommet de la pente quand ils sont menacés. Malheureusement, ce n'est pas du tout ce qui se passe et les ours se précipitent sur les coureurs, la caravane et le public. Il y a des morts et ils sont arrêtés.
    Les trois frères ont du mal à prendre conscience des conséquences de leur acte, jusqu'au moment où le destin les frappe dans leur chair...

  • Juin 1964. On vient de détecter in extremis une tuberculose chez Laurent, sept ans. D´Alsace, le gamin est envoyé d´urgence au sanatorium de Briançon, où débute un long chemin de croix : le traitement médical, la solitude des nuits, la main lourde des adultes, les mauvaises rencontres aussi. Mais une lumière brille toujours quelque part, comme le Maillot jaune sur les routes du Tour de France. Tandis que ses héros Jacques Anquetil et Raymond Poulidor s´y livrent un duel au sommet, le petit garçon engage son propre combat, pour survivre.

    Avec une pudeur teintée d´humour, Laurent Bayart tisse, de l´enfance à l´âge d´homme, une confession touchante, qui rayonne d´optimisme.

empty