• Dans ces récits solidement construits, l'inquiétante étrangeté de chaque détail, l'horreur toute simple - donc absolue - et le réalisme alimentent un fantastique aussi spectaculaire qu'ambigu ; fantastique parfois drôle, plausible et cependant opaque comme peuvent l'être la monstruosité de l'enfance, la force tonnante d'un fleuve en crue, l'inclémence de la forêt vierge et des midis tropicaux ou le délire de l'homme, délire de l'amour ou folie de mort.

  • Chaque nouvelle de Anaconda est un labyrinthe hallucinant dans lequel l'homme se débat contre la mort et où le lecteur est aux prises avec l'effroi, la surprise et l'humour. Dans la lignée de ceux de Poe ou de Maupassant, ces contes nous entraînent dans un univers obsédant où le danger de la forêt tropicale, peuplée de reptiles et d'animaux étranges, domaine des fièvres et de la chaleur asphyxiante, s'unit aux menaces de la folie des ombres et des cauchemars.

  • « Chaque jour a une histoire à raconter. » Faisant fi des frontières et du temps, chaque page de ce livre raconte une histoire tirée de la longue biographie de l'humanité. L'ensemble forme un livre des jours, pour ne pas oublier et pour apprendre à trier le bon grain de l'ivraie dans l'étourdissante succession des événements du passé. Mosaïste chevronné, Eduardo Galeano nous livre 366 instantanés qui rendent hommage à des anonymes ou ressuscitent héroïnes et héros effacés. Afin que demain ne soit pas juste un autre nom pour aujourd'hui.

  • « Pendant des années, je me suis senti défié par le sujet, la mémoire et la réalité du football, et j'ai eu l'intention d'écrire quelque chose qui fût digne de cette grande messe païenne, qui est capable de parler tant de langages différents et qui peut déchaîner tant de passions universelles. C'est de ce défi et de ce besoin d'expiation qu'est né ce livre. Hommage au football, célébration de ses lumières, dénonciation de ses ombres. Je ne sais pas s'il est tel qu'il voulait être, mais je sais qu'il a grandi en moi et qu'il est arrivé à sa dernière page, et que, maintenant qu'il est né, il s'offre à vous. Et je garde l'irrémédiable mélancolie que nous ressentons tous après l'amour et à la fin de la partie. » E. GALEANO

  • Histoires d'Uruguay

    Collectif


    Histoires d'Uruguay/Historias del Uruguay

    « Ce recueil de fictions brèves permettra au lecteur d'apprécier une palette de nuances et de propositions créatives qui s'enrichissent tout au long d'une lecture non linéaire, un exercice de littérature comparée entre les membres d'un groupe dont les différences se découvrent avec plaisir dans un volume réduit mais puissant, d'une certaine façon énigmatique mais qu'on lira toujours avec plaisir. »

    De la préface

    Esta antología de ficciones breves permitirá al lector de apreciar un abanico de matices et propuestas creatvivas que se enriquecen a lo largo de una lectura no linearia, un ejercicio de literatura comparada entre los miembros de un grupo cuyas diferencias se descubren con gusto en voumen reducido pero potente, de cierto modo enigmatico pere que leeremos siempre con placer.


    HISTORIAS DE URUGUAY

    "Esa muestra de relatos breves permitirá al lector disfrutar de una variedad de matices y de propuestas creativas que se enriquecen en la consideración de una lectura no lineal, de un ejercicio de literatura comparada entre miembros de un grupo donde las diferencias se descubren con solaz en un volumen breve pero potente y en cierto modo enigmático, pero siempre disfrutable."


    Del prefacio

  • Pichis

    Martin Lasalt

    Pichis
    Martín Lasalt rencontre dans la vie d'El Cholo et de La Chola, deux ramas-seurs d'ordures, une expérience émouvante de l'absurde, de la pitié et du langage. Avec l'originalité de son ton qui rend ses hallucinations réelles, il est capable d'atteindre l'humour et l'angoisse avec la liberté imprévisible cultivée dans le passé par Felisberto Hernández et Mario Levrero. Le souffle de Lasalt est plus sensible aux conditions sociales et le lecteur de Pichis trouvera de nombreux miroirs, de l'ironie tout en découvrant ou en reconnaissant des paysages emblématiques de Montevideo déviés par une puissante imagination et des recours narratifs d'une telle efficacité que, comme annoncé en tête du livre, plus que d'un récit il s'agit d'un fait de l'esprit, d'une très brève saga rendue folle par une réalité qui ne se laisse saisir autrement. Ce livre comporte aussi une surprise. Alors que le réalisme paraissait consu-mé, la tradition fantastique vient lui tendre la main et légitimer une façon nouvelle de raconter. D'après Carlos María Domínguez, (La maison en papier - Seuil - 2004)

  • Au pays du mate doux-amer

    Lux Claudine

    L'Uruguay, est-ce encore « la petite Suisse d'Amérique latine » ? La narratrice, lors d'un séjour à Montevideo chez son fils avec sa soeur, essaie d'aller au-delà des apparences. Le pays était-il réellement vide d'habitants à l'arrivée des Espagnols ? Pourquoi la domesticité n'est-elle pas blanche ? Qui habite les bidonvilles de la capitale ? Le Rio de la Plata est-il un estuaire paisible ?
    Des rencontres d'une rare qualité, notamment avec des descendants d'Indiens, vont permettre aux deux femmes de saisir l'histoire de ce pays et celle de l'Argentine où elles font une escapade : violence sociale mais aussi riche culture aussi bien urbaine que rurale dans l'immense pampa avec ses gauchos.
    Deux pays avec leur consommation légendaire de maté : saveur plutôt amère avec un arrière-plan de grandes douceurs à découvrir.
    « J'ai ressenti dans ce pays une sorte d'appel mystique que j'ai du mal à définir, dit Cristina. Ces petits chemins perpendiculaires à la route qui fuit vers le nord sont une invitation du grand Esprit des Charrúas à venir communier avec lui, tu ne crois pas ?
    - Tu as bien de l'imagination ! Je ne vois partout que des localités assoupies dans leur train-train, quelques fermes guère pittoresques et des prairies à perte de vue, mais tu as raison, là-bas à Salsipuedes, j'ai ressenti une émotion très forte, liée à l'évocation du mode de vie d'une ethnie disparue dans des conditions atroces. L'image des gauchos caracolant sur leurs chevaux derrière leurs troupeaux sous un ciel immense restera aussi très vive en moi. »

  • Rennie is in Uruguay when his cousins discover a secret cache at their dead grandfather's cottage. Thousands of dollars in foreign currencies. A mystifying notebook. Multiple passports, some obviously fake. A gun. A disguise. And a photo of some Nazis. Rennie's mission: to find out whether there was more to the old man than anyone knew. Was he a spy? If he was, what did he do? And for whom? Did he help a Nazi war criminal escape justice? Rennie's quest leads him to Argentina and then to Detroit, where he finds more questions than answers and more than one gun pointed-and fired-in his direction.
    From the Dead is the sequel to both Slide, part of The Seven Prequels and Close to the Heel, part of Seven (The Series).

  • Avec ce volume paraissent les résultats des travaux que l'unité Histoire du Laboratoire Associé no 111 du CNRS a consacrés au troisième volet de son programme sur le Bassin de la Plata. La première tranche, rappelons-le, a donné le no 16 des "Cahiers des Amériques Latines" traitant de la présence française au Rio de la Plata. La seconde tranche, réalisée par les géographes toulousains, a permis la publication dans le No 28 de "Caravelle" de plusieurs articles concernant la mise en valeur du Parana moyen. Ici, notre équipe parisienne, composée surtout d'historiens, s'est efforcée de mettre en évidence quelques aspects du développement industriel, avec ses innovations et ses hésitations, ses élans et ses piétinements, dans trois pays de la Plata - l'Argentine, l'Uruguay et le Sud du Brésil - de la fin du siècle dernier à l'époque actuelle.

  • Fluctuante et protéiforme, la culture peut être source de conflit autant que d'identification, riche de ses influences ou bien porteuse d'une mémoire difficile à révéler. Ce volume, au travers de huit textes pluridisciplinaires, porte un regard sur cet espace de jonction et d'articulation entre art et patrimoine qui compose la culture. Les croisements ne se font jamais sans heurts ni frictions ; ils sont également le creuset de nouvelles narrations, qui rendent singulière chaque histoire. Par le biais des deux entités que sont les processus de patrimonialisation et les pratiques de la création artistique, le présent ouvrage traite des questions de mondialisation, d'adoption ou de rejet des influences ainsi que des rapports de domination Nord-Sud. Il montre également comment certains territoires désemparés, par le prisme des arts et des actions collectives, sont ré-imaginés et patrimonialisés. Tout cela ne va pas sans opérer des choix destinés à constituer et à colporter une histoire, une mémoire. Cette conservation des sources mémorielles ne pourrait exister sans les institutions ni les musées qui, pour servir un discours, sélectionnent, exposent ou, au contraire, occultent. Mais que penser de la constitution de patrimoines quand ils sont le fruit d'une amnésie sélective ?

empty