• Quand il embarque à dix-neuf ans, contre l'avis de son père, Robinson ignore encore l'incroyable destin qui l'attend. Seul rescapé d'un naufrage, perdu sur une île déserte, il va devoir apprendre à survivre au milieu d'une nature hostile...
    Inspiré d'une histoire vraie, un chef-d'oeuvre du roman d'aventures en version abrégée.

  • La famille Potofeu, vous allez l'adorer :
    o Parce que le père est cuisinier à "La truffe des Vosges", mais surtout agent secret.
    o Parce que le fils est un garçon qui dort tout le temps, mais surtout un espion redoutable.
    o Parce que les trois filles sont des premières de classe, mais surtout des professionnelles de la filature, du crochetage de serrures et de l'écriture de faux documents.
    o Parce que la grand-mère se déplace avec son déambulateur, mais court surtout comme un lapin de garenne.
    o Parce que la cuisine est une cuisine, mais surtout une salle de commande ultra-perfectionnée.
    o Parce que la mère ne sait rien du tout de la double vie de tous les membres de sa famille.
    o Parce qu'ils adorent les listes et qu'ils réalisent tous vos souhaits.
    o Parce que surtout, avec eux, vous n'êtes pas au bout de vos surprises !

  • Au fil de ses quatorze stations rythmées par des lectures de la Parole, des contemplations du Christ, des méditations et des intercessions, ce chemin de croix offre au lecteur de se laisser toucher par Jésus, lui qui se donne totalement par amour.Par les prières qu'il propose, il permet de s'unir à celles de l'Église universelle, et de s'ouvrir aux maux et aux espérances de l'humanité entière, aussi bien seul qu'en paroisse.

  • Un grand classique adapté pour les jeunes lecteurs et magnifiquement illustré."Un jour, vers midi, je me rendais auprès de mon bateau lorsque je vis, très surpris, l'empreinte d'un pied d'homme sur le sable. Je restai immobile, comme si la foudre m'avait foudroyé sur place ou que j'avais croisé un fantôme."

  • Alors que le commissaire Odilon QUENTIN craint, en ce début d'été, d'être en vacances forcées, il est soulagé quand son patron lui demande de mener une enquête, même officieuse, sur le décès d'un homme qui a succombé à une forme du choléra.
    S'il est assez rare que cette maladie se déclare de façon isolée, c'est surtout la découverte d'un curieux message dans la poche du défunt qui engendre quelques doutes quant à l'aspect « naturel » de la mort.
    Celui-ci consiste en un morceau de papier sur lequel sont collées des lettres découpées dans un journal formant la phrase :


    « Tu mourras vendredi ».


empty