Eres

  • Non, la littérature jeunesse n'est pas un petit genre, une toute petite littérature à la mesure de ceux à qui elle est destinée, n'en déplaise à tous les François Busnel de la terre ! Patrick Ben Soussan nous offre là un beau plaidoyer pour la littérature jeunesse.

  • L'ouvrage ouvre un espace de questionnements. Il propose notamment une analyse sociologique du champ de l'autisme, qui ne se limite pas à l'opposition comportementalisme / psychanalyse et intègre la question de la « neurodiversité » introduite dans le débat public par des autistes adultes.

    Il présente une étude, financée par la Caisse nationale de soutien à l'autonomie (CNSA), pour évaluer une expérience de repérage des autistes adultes dans les établissements médico-sociaux menée dans une région française. Ce fut l'occasion pour les chercheurs de visiter de nombreux établissements, de discuter avec les professionnels, d'observer leur travail quotidien d'accompagnement de personnes adultes autistes. Les auteurs rendent compte de manière très concrète de leurs observations et analyses qui s'appuient sur la parole des professionnels.

    Ils concluent par le repérage des questions les plus brûlantes auxquelles est confrontée l'actuelle politique publique de l'autisme.

  • Les lieux de vie et d'accueil LVA sont de petites structures animées par deux à cinq permanents qui accueillent des enfants, des adolescents ou des adultes en situation familiale, sociale ou psychologique difficile. Peu ou mal connues, ces modalités d'accueil à taille humaine constituent un apport précieux pour le travail social. Mieux les comprendre LVA en formalisant les pratiques, en les comparant aux autres, en constituant un corpus spécifique, tel est l'objectif de ce livre qui, à l'heure du gigantisme des groupements de coopération du secteur médicosocial, vient réhabiliter l'utopie des pionniers. De par leur situation marginale et leur histoire parallèle, les LVA posent des questions de fond à l'ensemble du travail social, notamment parce qu'ils ont gardé un horizon politique et anthropologique plutôt que de cantonner leur pratique à la seule relation d'aide qui dès lors est incomplète. Plus qu'une simple exception du travail social, ils peuvent en être une borne symptomatique. Mise en vente le 24 octobre 2013.

  • « Nous avons l'honneur de vous signifier votre admission au sein de l'établissement. » Cette phrase, adressée chaque année à de nombreux adultes en situation de handicap, marque le début d'une authentique aventure humaine. Loin d'être uniquement celle du futur usager, elle convoque de nombreux enjeux pour ses proches ainsi que pour l'institution elle-même et les professionnels qui y exercent.

    Comment construire une pratique favorisant un accompagnement propice au bien-être et à l'épanouissement de chacun ? Quels sont les écueils d'un système institué visant le délicat équilibre entre individualisation et vie en collectivité ?

    Ces questions constituent le coeur de cet ouvrage qui explore différentes facettes de l'aventure institutionnelle dans ses dimensions tant éthiques que cliniques. L'entrée en institution, le quotidien de la dépendance physique et mentale, les projets de vie, le devenir de chacun, la vie affective et sexuelle, les défis institutionnels... Autant de thématiques dont l'abord permettra de dessiner une démarche concrète de concertation éthique au sein des établissements.  

    Les auteurs, psychologues expérimentés dans l'accompagnement des personnes en situation de handicap et de dépendance, développent une approche intégrative mêlant différents courants de la psychologie contemporaine à des considérations éthiques héritées de la philosophie. L'esprit humaniste de leur démarche vise en premier lieu à favoriser un accompagnement institutionnel respectueux de chaque sujet dans sa singularité.

  • La douleur

    Catherine Chabert

    Dans la traversée de la vie, de ses tout-débuts jusqu'à son extrême fin, dans ses liaisons possibles avec le plaisir ou dans ses dérives mélancoliques, la douleur reste la compagne fidèle du corps et de la psyché.

    La douleur relève de l'effraction, par rupture des barrières, par excès d'excitation, une implosion violente qui déborde les limites du moi-corps. Si le privilège est accordé à l'expérience de satisfaction dans la construction du psychisme, du moi et de ses objets, dans la création des fantasmes et des représentations, la douleur fait toujours retour, comme expérience humaine inéluctable et sans doute indispensable parce que toujours liée à la perte d'objet.

    La douleur ne se confond ni avec la détresse ni avec la souffrance. Elle en désigne l'au-delà dans une radicalité qui défait les liaisons trop convenues entre les affects et les représentations. Comme éprouvé pur, elle peut exclure la part de l'autre et, en particulier, sa fonction consolatrice. Elle peut aussi et ce sont là son essence et son destin en psychanalyse comme dans la littérature constituer un point d'appel pour les mots et donc pour celui qui les dit ou les écrit.

    Mise en vente le 15 octobre 2015.

  • Suivis thérapeutiques individuels ou de groupe, à tous les âges de la vie (des bébés aux adultes), soutiens aux équipes (analyse des pratiques, analyse institutionnelle, supervisions) et aux familles : les approches psychanalytiques tiennent compte du contexte environnemental, éducatif, pédagogique et familial des personnes souffrant de troubles du spectre autistique mais aussi de leurs intérêts et de leurs difficultés à lier expériences et émotions, à comprendre la réalité qui les entoure.

    Cet ouvrage éclaire les processus d'investigation psychique que propose la psychanalyse pour comprendre, soutenir et aider les personnes autistes mais aussi leur entourage et les professionnels souffrant d'être confrontés à des pathologies sévères. Il accorde une attention particulière aux recherches scientifiques, aux approches intégrées et aux projets individualisés, adaptés à la diversité des difficultés autistiques de chaque personne, enfant, adolescent ou adulte.

  • Pour des raisons historiques, les psychoses de l'enfant et de l'adolescent sont référées à une sémiologie héritée des psychoses de l'adulte, ce qui peut empêcher de préciser leurs spécificités, leur diversité, tant en fonction de l'âge que des particularités du transfert. Par ailleurs, la fertilité de la vie imaginaire chez l'enfant rend difficile de premier abord le diagnostic de psychose. Le clinicien est interpellé sur ses repérages diagnostiques, sur le déterminisme de la structure, sur les suppléances éventuelles qui se mettent en place, sur sa responsabilité dans l'évolution présente et future de son patient.

    En effet, la clinique des psychoses infantiles s'avère parfois surdéterminée, laissant préjuger d'un destin inexorable. Pourtant, pour nombre de cas de psychoses de l'enfant, il y a des surprises, des aptitudes à la subjectivation, des suppléances qui émergent du transfert et qui justifient le pari thérapeutique du praticien.

    Les auteurs s'attachent à préciser les repères structuraux sur lesquels ils se fondent pour les caractériser et les distinguer des cas d'autisme, d'arriération ou d'autres pathologies, et pour interroger les pratiques thérapeutiques possibles. À partir de leur engagement transférentiel au cas par cas des sujets rencontrés, ils s'efforcent de penser et de remettre à l'ordre du jour cette clinique des psychoses qui ne manque ni de complexité ni de diversité.

    Cet ouvrage est le fruit d'un travail collectif mené pendant deux ans au sein de l'École de psychanalyse de l'enfant et de l'adolescent de Paris (EPEP).

  • La peau, surface vivante et vibratile, réagit tout autant aux évènements physiques et psychiques intérieurs qu'aux facteurs extérieurs liés à l'environnement. En utilisant des analogies entre la peau du corps et l'épiderme pictural qui subit une série de transformations plastiques et imaginaires, Martine Colignon s'aventure avec les patients sur des chemins créatifs qui mettent en évidence et en dynamique le lien entre des productions concrètes et des processus psychiques tels qu'ils se manifestent lors des séances d'atelier.

    Dans une traversée tant littéraire que clinique, tant artistique que psychanalytique, elle ouvre de nouvelles voies de compréhension des mouvements propres à toute aventure créative en milieu de soin, dont notamment la possibilité pour les patients de reformer psychiquement une peau, enveloppe contenante et protectrice capable de soutenir leur élan vital.

  • Au-delà de ses finalités traditionnelles, la formation est appelée aujourd'hui à répondre à une demande sociale et professionnelle, tendant de plus en plus à être considérée comme un service. Elle tend à devenir un bien que l'on achète. Mais la formation est aussi un construit social coproduit par les acteurs au long d'un processus complexe.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage porte sur les questions fondamentales de la pratique et de la théorisation de la psychiatrie aujourd'hui : la prise en charge des enfants, des adolescents et des adultes autistes et psychotiques, à chacun des âges de la vie. Quelle est la trajectoire de ces sujets singuliers, soumis à une angoisse qui fragilise en permanence leur appareil psychique ? Ne reflète-t-elle pas les difficultés des familles, des équipes soignantes à assumer la continuité des soins ? Ne ressemble-t-elle pas trop souvent à un parcours du combattant où l'intensité des soins et leur cohérence interne diminuent avec le temps qui passe ? Après une mobilisation souvent très grande au début des soins pendant la petite enfance, comment se négocient les différents passages de l'enfance, de l'adolescence à l'âge adulte puis à la vieillesse ? Agit-on toujours au mieux des intérêts des sujets ? Les équipes soignantes prennent-elles la peine de se coordonner et d'aménager des relais pour améliorer la qualité de la prise en charge ? Des solutions artisanales sont-elles encouragées, possibles ou empêchées par les organisations qui sont imposées sous couvert de rationalisation des soins ?

    Jean Oury, Geneviève Haag, Salomon Resnik, Michel Minard et de nombreux autres psychiatres, psychanalystes, soignants, confrontent leurs expériences et leurs théorisations.

    Pierre Delion est psychiatre des hôpitaux, psychanalyste, responsable d'un service de psychiatrie infanto-juvénile à Angers. Président de la fédération nationale inter-associations culturelles, il est engagé depuis vingt-cinq ans dans la rénovation de la psychiatrie contemporaine avec les différentes équipes qu'il a animées et anime aujourd'hui. Pour mieux soigner les enfants autistes et psychotiques, il tente d'allier les avancées rendues possibles par la psychiatrie de secteur et celles résultant de la psychothérapie institutionnelle. Il a dirigé ce volume dans le cadre de l'Association culturelle en santé mentale d'Angers.

  • Comment penser le cancer et le sujet cancéreux à l'aube du XXI siècle ? Une approche pluridisciplinaire pour cet ouvrage de fond qui devrait faire référence. Existe-t-il une dynamique psychique spécifique qui se déploie dans la maladie cancéreuse ? Comment saisir l'expérience de vie que cette maladie augure ? Comment une maladie grave comme la maladie cancéreuse vient-elle bouleverser la continuité de vie, la temporalité, l'identité même du sujet ? Quel langage le corps parle-t-il alors ? Et quels sont, en ce domaine de la maladie cancéreuse, les progrès et les techniques susceptibles de questionner encore davantage la psyché et l'humain ? Voici une sélection des recherches les plus récentes de grands spécialistes de la maladie cancéreuse, aux compétences reconnues et aux approches pluridisciplinaires. Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre, praticien hospitalier, dirige l'unité de psycho-oncologie de l'Institut Paoli-Calmettes (Marseille).

  • Tout au long de son existence, le sujet vit les modifications de sa vie psychique, de son corps, de ses liens et de sa manière d'être dans le monde. Les situations de handicap, de maladie peuvent avoir des implications existentielles et provoquer des évolutions identitaires. Quels sont les effets réels et imaginaires de ces transitions sur la personne en situation de handicap, prise dans des processus d'intégration, de normalisation et d'inclusion ? Quel rôle joue l'entourage familial, amical et professionnel  dans  le déroulement de ces nécessaires évolutions ?

    Des spécialistes des différents âges de la vie évoquent les résonances entre les processus psychiques en jeu chez le bébé et l'adolescent, l'entrée dans l'âge adulte et le vieillissement. Ils donnent à penser le devenir de la personne en situation de handicap, les aides, les soins qui lui sont proposés aux différents moments du cycle de la vie pour accompagner les remaniements psychiques nécessaires. Ils interrogent la manière dont la personne peut bénéficier du pouvoir symbolisant et structurant des rites de passage que chaque société propose, de manière plus ou moins explicite, pour reconnaître, accompagner les remaniements intrapsychiques et intersubjectifs imposés par l'avancée en âge.

    Ce livre est issu du 10e séminaire interuniversitaire international sur la clinique du handicap (SIICLHA). Consulter le site : http://www.siiclha.com/

empty