• - 55%

    Atom[ka]

    Franck Thilliez

    Lucie Henebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, Quai des Orfèvres, tentent de se remettre d'un drame qui a failli les séparer. Ils essaient de faire un enfant, en vain. Et à quelques jours de Noël, ce qui les attend est loin d´être l´annonce d´un heureux événement. À l´heure où tout le monde rentre se réchauffer, le froid, la mort et les souvenirs maudits guettent.

    Une affaire d'envergure démarre alors. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue et amie a disparu, alors qu'elle enquêtait sur un gros dossier dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier, détenue par un enfant errant, très malade, aux organes déjà vieillissants. En parallèle, une ancienne affaire de femmes enlevées refait surface : des victimes jetées vivantes mais inconscientes dans des lacs quasi gelés, et secourues in extremis par des coups de fil mystérieux à la police.



    Tandis que l'enquête s'accélère, Sharko est confrontéà de vieux démons. Une ombre évolue dans son sillage, jouant avec lui de manière dangereuse, et semblant particulièrement lui en vouloir. Un duel secret et cruel s'engage alors, détruisant le flic à petit feu.

  • On croit généralement que la naissance de la physique a eu lieu au cours de la Renaissance. Ce terme de physique est pourtant d'un usage courant dans les traités de l'Antiquité. Le texte de Lucrèce porte le titre De natura rerum, « De la physique ». Comporte-t-il la chose tout autant que le mot ?
    Oui, répond Michel Serres. L'hypothèse atomique était jusqu'ici envisagée dans le cadre global de la mécanique des solides, et ce point de vue rendait absurde tout ou partie de la physique épicurienne. L'événement de la déclinaison devenait incompréhensible : nul n'a jamais vu un corps grave tomber en se détournant brusquement de sa trajectoire de chute. Mais si l'on envisage l'atomisme dans le cadre d'une mécanique des fluides, tout change. La déclinaison est l'amorce d'un tourbillon dans un écoulement hydraulique.
    L'analyse du modèle tourbillonnaire ou turbulent montre que cette physique était mathématisée dans et par l'oeuvre d'Archimède. Qu'elle était expérimentée dans les météores et le magnétisme. Et qu'elle est applicable à des questions sur lesquelles nous ne tenions jusqu'à maintenant que des discours descriptifs.
    Notre science, moderne et contemporaine, est plus âgée qu'on ne le pensait : il nous faut changer d'échelle, et compter presque trois millénaires là où nous nous contentions de trois siècles.

    Ce livre est paru en 1977.

  • Dans Ilium, Dan Simmons imagine que les physiciens de l'Institut de Paris ont, à la suite d'une malencontreuse expérience, laissé s'échapper un trou noir microscopique qui, avant de se précipiter vers le centre de la Terre, a détruit une part non négligeable de Paris, appelé désormais « Paris Crater ». Les physiciens de tous pays rassemblés au CERN autour du LHC pourraient-ils déclencher la destruction de la Terre, voire de l'Univers entier ? Mais quel lien y aurait-il entre le plus puissant accélérateur de particules au monde et ces dévoreurs de matière, bien plus imposants que notre Soleil ?

  • Une Petite Pomme où il sera bien entendu question de protons, neutrons et électrons, de fission et de fusion, de molécules et de cristaux, mais aussi de matière et d'antimatière, de bosons et de fermions, du big crunch, et même de transmutation... Et la réponse à la question sera bien différente selon que l'on est chimiste, physicien nucléaire, physicien des particules... ou alchimiste. Une Petite Pomme qui nous entraîne bien au-delà de l'approche classique de l'atome.

  • Au Commissariat de Police il y a quelques jours, Philippe et moi avions été accueillis par un flic en civil, l'air très Russel Crowe avec son blouson de cuir, sa presque barbe, son jeans délavé et ses bottes qui en avaient vu d'autres.

    Il nous a menés dans une pièce grise et exiguë, au design minimaliste où l'ambiance glauque était savamment entretenue par une fenêtre dont le grillage compact laissait filtrer une lumière qui tombait comme un ultimatum.

    Derrière l'unique table, sur l'une des deux chaises, elle perchait, détonnait et fulminait. Tête haute, bouche dédaigneuse et paupières plissées, enchâssée dans une dignité furibonde, elle nous a balayés d'un regard chargé de poison.

    Lucifer.
    Alias Lucy Fériale.
    Lulu pour les intimes, c'est-à-dire moi.

    Eh oui, Lucifer - alias Lucy Fériale - est de retour à Montréal et elle n'a pas oublié sa seule et unique copine : Mathilde, à qui elle va demander l'asile... terrestre.

  • Trois endroits sur la terre où se pose notre rapport à l'énergie nucléaire à travers trois histoires où les hommes confrontés au malheur construisent chacun à leur façon l'antidote qui leur permettra d'envisager malgré tout de vivre...

    Dans Nahara en ruine l'ombre de Fukushima rencontre celle d'hommes et de femmes perdus dans leur mémoire détruite. Mais comment combattre l'invisible et reconstruire la vie d'avant ?

    Bruxelles offrira à Thomas l'occasion d'un périple aux coïncidences marquées par le début de l'ère atomique. Et Thomas trouvera du sens dans cette synchronicité.

    À New York on peut vivre dix vies dans la même existence et aussi mourir sans savoir pourquoi ! Maria et les siens affronteront aussi le mal invisible et l'époque qui conduira à Hiroshima. Y survivront-ils ?

    Aurez-vous la lucidité de reconnaître à travers Tsutomu, Thomas et Maria que leurs vies pourraient être la vôtre ? Qu'est-ce qui a changé aujourd'hui qui puisse nous épargner ce péril ?

  • En 1931, dans un court article dans la revue Nature, Georges Lemaître proposa que toute la matière présente dans l'univers physique provienne de la pulvérisation de l'atome primitif. Le concept de l'atome primitif fut l'embryon de la théorie du big bang, reprise par d'autres cosmologistes et savamment développée durant la seconde moitié du xxe siècle.
    L'hypothèse de l'atome primitif : essai de cosmogonie, une série de conférences données entre 1929 et 1945 par Georges Lemaître, fut publié en 1946. Lus aujourd'hui, les textes de ces conférences dressent un tableau de la naissance de la cosmologie moderne. L'ensemble reflète l'évolution rapide des connaissances en astronomie et en physique nucléaire durant la période mouvementée des années 1930 et 1940. De plus, le propos de Lemaître est éloquent par sa finesse pédagogique.
    Ce petit livre offre un exceptionnel portrait des idées en astronomie et en cosmologie et de leur évolution entre les années 1920 et 1950. Vous assisterez en le lisant à la naissance du big bang.

  • Il parait aujourd´hui naturel d´assister devant un ordinateur à l'ébauche de la structure tridimensionnelle, hélicoïdale ou en pliage zig-zag, d'une molécule polypeptidique ; il parait tout aussi évident de manipuler cette molécule et de l'examiner sous un angle quelconque au moyen d'un logiciel. Et pourtant : il y a deux siècles on n'avait identifié que 34 corps simples et isolé une vingtaine d'entre-eux. Au mieux on savait alors déterminer la composition centésimale de quelques dizaines de combinaisons chimiques. S´il est rare désormais de se pencher sur le chemin parcouru et sur l´accélération des découvertes, il n´en demeure pas moins que l´étude de ce processus passionnant, improbable et fondateur reste pertinent et essentiel. La Naissance de la chimie structurale retrace ainsi le cheminement plein d'embûches et de chausse-trapes parcouru depuis les travaux de Richter sur la stoechiométrie (1792) jusqu'à ceux réalisés de nos jours sur des structures supramoléculaires. Le développement laborieux des notions d'espèce chimique, d'atome, de molécule, d'ion, l'identification de leurs propriétés structurales et des conséquences de celles-ci sur la géométrie des molécules ont été l'objet de batailles intellectuelles mémorables. Dans le domaine structural les avancées dues à Pasteur, Kekulé, Van't Hoff, Le Bel, Fischer, Barton, etc. permettent aujourd'hui à l'industrie pharmaceutique de reproduire par synthèse chimique asymétrique des édifices moléculaires complexes, autrefois extraits difficilement d'organismes végétaux ou animaux. De même, les méthodes de polymérisation modernes conduisent à la création d'enchaînements moléculaires portant sur des milliers de chaînons qui sont disposés de façon stéréorégulière, isotactique ou syndiotactique.

    Le chimiste féru de l'histoire de sa discipline, l'ingénieur, l'enseignant, le doctorant ou l'étudiant en maîtrise de chimie trouveront dans La Naissance de la Chimie Structurale de nombreux éléments de réflexion sur les entraves que rencontre le chercheur pour faire adopter de nouveaux concepts, mais aussi sur les voies qui s'ouvrent en cas de réussite.

    Robert Luft a été successivement chercheur au CNRS détaché à l'Université de la Sarre, professeur à l'université de Poitiers, puis, au moment de sa fondation, à l'université de Nice-Sophia-Antipolis. Auteur d'un Dictionnaire des corps purs simples de la chimie, il a, dans le cadre de cellules d'innovation didactique en chimie implantées aux niveaux du ministère et de l'UNESCO, consacré ses dernières années d'activité à la mise en route et à la promotion de méthodes informatiques d'auto-formation dans l'interprétation de données d'ordre physico-chimique. Alain Dumon a été maître de conférences à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour avant d'être nommé professeur à l'IUFM d'Aquitaine lors de sa création. Il y enseigne dans le cadre de la formation des professeurs de lycées et collèges de physique-chimie.

  • « Ma vie a été marquée par deux découvertes scientifiques inquiétantes : la fission de l'atome et l'élucidation de la chimie de l'hérédité. Dans un cas comme dans l'autre, c'est un noyau qui est maltraité : celui de l'atome et celui de la cellule. Dans un cas comme dans l'autre, j'ai le sentiment que la science a franchi une limite devant laquelle elle aurait dû reculer. » Dans son autobiographie, Erwin Chargaff apparaît comme un croyant sceptique : il croit en la nature, mais doute radicalement de la science d'aujourd'hui. Elle est devenue trop puissante, trop soumise aux exigences de la technologie, trop complexe et impénétrable. Scientifique, il sait de quoi il parle. Et il ne parle pas seulement avec l'autorité d'un spécialiste, mais aussi avec une âpreté critique et un amour de la polémique qui rappellent l'écrivain Karl Kraus, une des figures qui ont guidé sa vie.

  • Et si l'uranium prenait la parole ? Et si, lassé du jargon scientifique, des propos sibyllins aussi bien que des procès d'intention, il décidait, tout bonnement, de nous conter sa propre histoire ? En veine de confidences, U235 invite ici les humains à suivre son destin d'atome radioactif et fissile, depuis sa naissance dans les supernovae jusqu'aux usines de retraitement en passant par les entrailles des réacteurs nucléaires - sans oublier les bombes atomiques.
    Mérite-t-il ou non sa réputation sulfureuse ? Neuf conversations entre humains, surprises dans les endroits les plus divers - d'un bar de Chamonix au cabinet d'un radiologue, en passant par le parking de l'usine de La Hague - achèvent de poser le problème du nucléaire. Après quoi, c'est au lecteur, dûment éclairé, qu'il reviendra de se faire une opinion et, pourquoi pas, d'en débattre...
    © Flammarion, 2001 Illustration Axel Buret © Flammarion

  • Prix SFEN 1998 du meilleur ouvrage de vulgarisation scientifique. Un ouvrage de vulgarisation scientifique qui apporte à chacun, sur un ton vif et dans un langage clair et précis, des arguments rationnels et réfléchis pour favoriser un débat ouvert et documenté dans le brouhaha médiatique.

empty