• Feminicid : chroniques de Mertvecgorod Nouv.

    Voici la premiere edition non-clandestine du manuscrit de Timur Maximovitch Domachev, journaliste trouve mort d'une balle dans la tete le 20 fevrier 2028, a Mertvecgorod, alors qu'il enquetait sur des feminicides en serie.

    Entre l'audace narrative de Bolano, la noirceur cyberpunk de Dantec ou le post-exotisme de Volodine, les chroniques de Mertvecgorod explorent les bas-fonds d'une societe rongee en profondeur.

    « Fix-up coup de poing. » Bifrost

    « J'ai lu ce livre sans debander. » Punk, Stoners & Books

    « Un feroce inclassable dont on n'a pas fini d'explorer les arcanes. » J.-P. Andrevon, L'Ecran fantastique

    « Prend aux tripes, les broie, les liquefie. » Yozone

  • « 28 avril 2025 : Premier bilan de l'attentat ayant causé la destruction de l'échangeur des avtostradi 1 à 8 et de l'ossuaire de la Zona : plus de 8 000 morts, plus de 30 000 blessés et au moins 5 000 disparus. Quelle est l'implication réelle du Sit, et de son mystérieux gourou Nikolaï le Svatoj, dans l'attentat le plus meurtrier de Mertvecgorod ? »

    Les Chroniques de Mertvecgorod, « comédie inhumaine » violente et romanesque, traversent plusieurs époques, de l'écroulement de l'URSS juqu'à la fin possible de l'humanité, et dressent un vaste panorama du monde en décomposition qui est le nôtre.

  • « Sinon, en gros, on aime les mêmes choses : se réveiller la nuit, descendre les escaliers en silence, sortir dans le jardin, s'asseoir dans l'herbe humide, ou s'y rouler, guetter les campagnols, l'été, pendant des heures, derrière la cabane à outils, laper les yaourts, se poursuivre sous la couette. »Victor voue une véritable passion à son chat Arsène. Il joue avec lui, l'observe constamment, l'imite. Au point d'avoir développé, au fil du temps, des capacités spéciales, des pouvoirs félins. Et si ce lien privilégié entre Victor et son chat était vraiment extraordinaire ?

  • Sur les bords du lac Leman, la jeune Ismaëlle va se lancer dans une pêche extraordinaire. Quel est ce nouveau Léviathan qui hante les profondeurs du lac ? Un récit puissant et halluciné sur le désir sous toutes ses formes.
    Le jour où son père, pêcheur de longue date, se noie, Ismaëlle se retrouve seule. Seule, vertigineusement, avec pour legs un métier d'homme et une chair de jeune fille.
    Mais très vite, sur le lac franco-suisse, d'autres corps se mettent à flotter. Des morts nus, anonymes, par dizaines, par centaines, venus d'on ne sait où -; remontés des profondeurs de la fosse.
    C'est en ces circonstances qu'Ismaëlle croisera Ezéchiel, fils d'un " Ogre " africain, qui a traversé les guerres du continent noir et vient sur ces rives affronter une Bête mystérieuse.
    Fais de moi la colère est le récit halluciné, à deux voix, de leur rencontre, et de la partie de pêche qu'ils vont mener -; échos lointains de
    Moby Dick. Une partie de pêche où le désir, la convoitise,
    le blanchiment, les génocides, sont autant de Léviathans. Mais où la joie, comme les larmes, pourra gonfler les ventres.
    " Il est fort probable que ce roman sera l'un des meilleurs - peut-être même le meilleur - ouvrages de cette rentrée littéraire. D'une puissance, d'une sensualité, d'une poésie éblouissante. Lisez-le, pour vous, pour les autres. " Cécile Coulon - Prix des libraires 2017 pour Trois Saisons d'orage

  • « Une corneille dérobe, un renard escroque, une belette friponne ; un homme filoute. Filouter est sa destinée. » Edgar Allan Poe

    « Il suffit de se plonger dans un recueil de nouvelles d'Edgar Poe pour se trouver aussitôt à la croisée des chemins qui mènent au plaisir du bizarre, au plaisir de l'effroi, au plaisir des constructions intellectuelles maniaques et au plaisir du jeu avec la mort. Le recueil présenté ici ne fait pas exception. La bizarrerie y est ancrée à chaque page. Et, derrière le bizarre, en permanence flotte la conscience qu'à tout moment le destin peut prendre un chemin qui mène à l'horreur. Il ne le prend pas toujours, mais il peut le prendre. De ce flou intérieur, de cette attente indécise en présence de l'inquiétant absurde, naît une formidable jouissance de lecture. »
    Antoine Volodine

  • La suite des aventures du Cirque Gloria !Les héros attachants du feuilleton de Magnificat Junior mènent une enquête palpitante. Un roman pour réfléchir sur le mensonge.

  • Argent animal

    Michaël Cisco

    Lors d'une conférence sur la finance en Amérique du Sud, cinq économistes développent un concept de monnaie vivante, capable de se reproduire. Bientôt l'argent animal croît et se multiplie, envahissant le monde.

  • Scott et Jack passent l'été à Castle Key. Ils y rencontrent Emily accompagnée de son chien, Drift. Leur nouvelle amie leur propose d'aller visiter les grottes du Vent-Huant, réputées pour leur sifflement. Mais celles-ci demeurent silencieuses. Y aurait-il un rapport avec le vol du trésor au château ?L'île de Castle Key cache bien des mystères !Partez à l'aventure avec ces nouveaux détectives en herbe !

  • Mélusine, petite fée espiègle, vit parmi les hommes en toute discrétion. Elle veut accomplir deux missions à la fois sans se faire piéger par la Fouine, l'ennemie des fées.
    Mélusine et ses amies, Louise et Chloé, réussiront-elles à aider la timide Cannelle et le petit François d'un coup de main... féerique ?

  • Une série de délits survient sur l'île de Castle Key. Jack, Scott et Emily enquêtent et découvrent que le coupable semble être... un squelette !
    Qui est ce mystérieux suspect qui bouleverse l'île ? Les trois amis parviendront-ils à l'arrêter ? L'île de Castle Key cache bien des mystères !
    Partez à l'aventure avec ces nouveaux détectives en herbe !
    Traduit de l'anglais, titre original : The Mystery of the Vanishing Skeleton

  • Gemma

    Jean-Pierre Mabille

    Dans un cadre idyllique, des personnages émouvants vous invitent avec tendresse au respect de la différence.
    Vous allez adorer ce roman très spécial, à la frontière du réel.

    Tout là-haut dans les Pyrénées, la clinique Les Étoiles, invisible entre le pic de Montcalm et le Sottlo, accueille ses clients dans le plus strict incognito.

    Près de huit-cents personnalités du monde entier y ont déjà séjourné lorsque survient un événement qui risque de remettre en cause l'existence même de la clinique secrète. Maria Besson, femme du célèbre acteur José Pasto, donne naissance à un bébé si parfaitement anormal qu'on le croirait venu d'une autre galaxie.

    Quelle destinée attend un tel être dans notre société ? L'exposition vulgaire de sa difformité, sauf à passer son existence en ermite. La seule alternative à ces conditions de vie extrêmes est de l'opérer pour le rendre semblable aux autres humains.

    Bruno le sait et n'en démordra pas. Mais parviendra-t-il à en convaincre les parents ? Pourra-t-il balayer les réticences de son ami Daniel ? Persuader le juge Gestin du bien-fondé de l'intervention ? Et trouver en Lydie, l'infirmière dévouée de Maria, l'indispensable alliée pour réaliser son ambitieux projet ?

  • Handwringers

    Sarah Mintz

    "I know a girl with a large head who tells only sad stories. She tells me that her stories are not sad because there are other people with worse stories and though this is true, it strikes me as the saddest thing she could say." A motley collection of characters populate these short, short stories, shaped by the daily barrage of media aimed at the general populace. Dramatic, and darkly funny, they revolve around Jewish identity. The schlemiel - a figure in Jewish folklore who is unlucky and inept at the same time - is not always apparent in the pages, but is evoked as a guiding concept. People cling to would-be wisdoms, memes, and TV tag-lines, while failing to locate their misplaced communities. A particularly apt book for our current world, where chaos and anxiety reign.

  • Qui Alfred Hitchcock recherche-t-il, à Nice, juste après la guerre ? Pourquoi le coeur d'Iréna, l'adolescente de San Francisco, cesse-t-il un jour de battre, à sa propre demande ? Quel secret un lycéen arrêté et conduit dans un centre de redressement détient-il en ces deux mots rituels : Bientôt Vancouver ? Pourquoi la rentrée dans Mademoiselle Julie de Nina Wolf, la célèbre comédienne, demeure-t-elle sans lendemain ?
    Une lettre -"Quand vous lirez ceci, cela voudra dire que je suis morte."- et la vie du docteur Guersant bascule. Une autre, adressée au courrier des lecteurs d'un magazine de cinéma par un cinéphile au pseudonyme étrange ("Boulevard du crépuscule") et c'est la tragédie.
    Parfois l'irruption d'un drame transforme nos existences vouées aux seconds rôles et les projette, un instant, en pleine lumière. C'est cet instant qu'illustre chacune de ces nouvelles, dix petits films à suspens. Sur ces brèves rencontres, au soleil d'une île bretonne, dans la grisaille d'une chambre d'hôtel ou la pénombre des salles obscures veillent quelques fantômes bien-aimés : ceux de Simenon, de Zweig, de Stevenson, de Pierre Véry, sans oublier celui, adorable, de Mrs. Muir.

  • "Au seuil de ce livre si surprenant, si inouï, si jamais vu, si jamais lu, je devrais, pour rendre un peu de ma surprise et de ma jubilation, écrire à l'envers ou en lettres de sang et d'un mètre de haut, ou encore y aller d'un croquis à sa manière, énigmatique et dérisoire dans sa cavalière simplicité. Voici la description d'une "communauté" appelée à former, en rase campagne, une "Nouvelle Leipzig". Mais qui sont ces Garagistes et cet Obsédé qui la fondent ? Quels sont ces épouses, ces espions aux masques de corbeau, ces gardiens, ces naïades, ces anges, ces cafards, ces "abeilles en short", qui les entourent ? Quels sont cette bibliothèque végétale, ces clepsydres, ces baraquements ? Quelle est la raison d'être de tout cela ?
    Avec la logique implacable et tranquille du rêve et d'un doigt de sinistre esprit bureautique genre SS à Auschwitz, voici le monde vu dans un prisme ou un miroir anamorphique, la tête en bas, par le petit bout d'une lorgnette ou le gros bout d'un télescope ou le cul d'une petite bouteille : le cauchemar est en effet ici souvent miniaturisé.
    L'impression la plus forte, dans ce grand texte, reste qu'il semble surgi de nulle part, comme un formidable OVNI littéraire."
    Dominique Noguez

    photo: Pierre Ferbos ©éditions Flammarion

  • Castle Key est sens dessus dessous : Mme Roberts, la voisine de Scott, Jack et Emily a été cambriolée. En menant l'enquête, les trois amis remontent la piste jusqu'à un célèbre gang de voleurs d'oeuvres d'art...L'île de Castle Key cache bien des mystères !Partez à l'aventure avec ces nouveaux détectives en herbe !

  • Alice est constamment déçue par sa relation en dents de scie avec son copain, un animateur de radio à la fois attirant, arrogant et égocentrique, qui profite de sa notoriété pour séduire à répétition les femmes qu'il rencontre. Elle décide alors d'ouvrir son coeur à d'autres hommes, même si l'ombre de cette relation intense semble toujours planer au-dessus d'elle. Mais au travers de ses amours tumultueuses, elle se rend compte que des changements de comportement incompréhensibles surviennent de plus en plus souvent chez sa soeur Marie. Que lui arrive-t-il? Est-ce que cette dernière est victime d'une secte ou de mauvais esprits? Quelles sont ces voix qu'elle dit entendre sans cesse, jour et nuit? Pourquoi a-t-elle abandonné ses cours de danse qu'elle affectionnait tant?

    Peu à peu, Alice est bien obligée de se rendre à l'évidence : Marie souffre d'une grave maladie mentale. Débute alors un long combat contre la schizophrénie, contre le rejet et la négation, qui sera gagné à coups d'amour et de médicaments.

  • Une façade délabrée, des volets qui craquent, peut-être même une silhouette floue à la fenêtre... la maison hantée appartient bel et bien à notre imaginaire commun.
    Goût pour le bizarre, plaisir de se faire gentiment peur, vague croyance ou curiosité pour les revenants et l'au-delà, si les maisons hantées nous semblent aujourd'hui une superstition frappée d'archaïsme, il n'en était pas de même au XIXe siècle, où elles furent un temps au coeur de débats passionnés et savants. Maisons du diable, maisons habitées par des âmes errantes pullulent alors en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Autant de phénomènes sur lesquels l'Église, d'abord, porte un diagnostic de possession et d'exorcisme, tandis que les scientifiques traitent des problèmes psychiques liés à la hantise. C'est aussi l'âge d'or des chasseurs de fantômes et autres spirites qui proposent à leurs contemporains, que la mort et la spiritualité inquiètent, d'entrer en contact avec les esprits. Lieu repoussoir à l'opposé du « home sweet home », la maison hantée inspire : cinéma, littérature, peinture, nombreux sont les artistes qui s'en sont emparées.
    Stéphanie Sauget livre un essai brillant sur un sujet neuf, en marge de la grande histoire, mais véritable objet d'histoire culturelle, à travers lequel sont abordés d'une manière différente les enjeux d'un long XIXe siècle, notamment la déchristianisation, la modernisation ou la montée des idéologies.

  • Les victimes des sectes ne parlent pas, c'est bien connu. On ne sait pas toutefois si c'est la peur de la damnation éternelle, la honte ou quelque chantage des plus humains qui les en empêchent. Au Québec, en 1993, aucun livre n'avait encore été publié à ce sujet.


    Voici l'histoire complète de Gabrielle Lavallée, l'une des victimes de la secte de Moïse (Roch Thériault). On se souviendra de cette «famille», dont les activités se sont déroulées entre 1977 et 1989, au Québec et en Ontario.

    L'auteure nous raconte, dans un style très vivant, ses origines, ses études, ses voyages, ses multiples expériences de la vie et, enfin, en 1977, sa rencontre avec Thériault où tout a commencé.
    />
    Madame Lavallée, une infirmière licenciée, première de classe, choisit de se donner corps et âme à une recherche spirituelle devant lui permettre d'atteindre le but de sa quête. En plus de détourner sa spiritualité, d'exploiter son innocence et sa pureté, Roch Thériault lui aura massacré son rêve pendant douze ans.

empty