• Repenser l'amour aujourd'hui est-ce un anachronisme ? Le rapport entre l'Amour et le Transfert reste une des questions centrales de la psychanalyse qui concerne aussi bien sa pratique que sa théorie. Sait-on que c'est par le biais du transfert analytique que résident la plupart des guérisons psychiques ? En effet, continuer à vivre c'est souvent la gageure d'un transfert dont les composantes mettent en lumière, « mehr Licht », l'inconscient et les mécanismes psychiques.

    Dans ce troisième volet de son triptyque clinique - après L'inconscient pour quoi faire (érès, 2018), Les mécanismes psychiques de l'insconscient (érès, 2019) -, Jean-Richard  Freymann met en chantier les rapports entre les différentes formes de l'amour et les portées inouïes du transfert sur le plan thérapeutique et sur le plan analytique. Dans le monde contemporain, la dialectique Amour et Transfert prend de nouvelles formes singulières. Que peut-on faire aujourd'hui de la bisexualité fondamentale de l'être parlant ? Et comment comprendre chez les « psys » cet amour des formes de transfert ?

  • « La condition du parlêtre » signifie que l'être humain est organisé par la parole et le langage et non par le fonctionnement exclusivement neuronal de son cerveau, ce qu'affirment les neurosciences.

    Quelle est l'importance du langage et de la parole dans la vie de l'homme ? Cette interrogation n'est pas seulement celle de la psychanalyse mais bien celle vitale de l'être humain qui ne saurait se développer en dehors de ce champ de parole. L'auteur propose une lecture ouverte de ce que Freud, puis Lacan et d'autres (notamment ses patients) nous apprennent de la condition humaine. Il part à la rencontre, non de l'homme psychologique, de l'homme philosophique ou de la religion, mais de l'homme du défaut et du symptôme, ce qui anthropologiquement se définit avec Lacan comme un parlêtre, un être de parole qui échoue et produit des symptômes.

  • La psychanalyse se définit traditionnellement en tant que « cure de parole ». Toutefois, même si les mots, témoins de la réalité psychique des deux protagonistes de la relation analytique, restent les agents essentiels des transformations attendues de la cure, le corps s'exprime également dans l'espace analytique. Émotions, sensations, agirs tissent eux aussi l'échange entre analyste et analysant. L'ouvrage interroge la participation de telles manifestations dans le travail analytique.

    L'intérêt accordé au langage du corps dépasse la seule situation analytique. Il concerne tout psychothérapeute soucieux de questionner la relation qui fonde sa pratique. 

  • De la destruction de l'objet à l'exaltation dans la haine, dix-sept psychanalystes explorent cette problématique en parcourant la riche clinique du bébé et de l'adolescent. 

    Confrontés à la destructivité des uns, à l'exaltation des autres, à l'association des deux chez de nombreux sujets, ils s'interrogent en effet, individuellement ou en groupe, sur leur capacité d'empathie ainsi que sur leurs contre-attitudes ou leurs contre-transferts. Comment « faire face » aux phobies d'impulsion en périnatalité ou à la destructivité et à la radicalité meurtrière de l'adolescent ? De Prométhée à Frankenstein en passant par Francis Bacon, la culture nous éclaire-t-elle ? La destructivité surgirait-elle lorsque l'exaltation devient trop forte ? Quelles formes prend la destructivité dans la rencontre psychanalytique ? Telles sont quelques-unes des questions que les auteurs abordent en mobilisant leur sublimation personnelle et culturelle.

  •  

    Préface de René Schaerer

    En cancérologie et en soins palliatifs, poussés par une forte attente sociétale, les psychologues sont aujourd'hui invités à rencontrer les malades et les proches afin de les aider à articuler une parole claire, rationnelle et raisonnée, au plus près du discours médical. L'approche psychanalytique soutenue dans cet ouvrage consiste à effectuer un pas de côté vis-à-vis de cette posture de soin qui force la vie psychique.

    Il arrive que la maladie grave et la menace de mort deviennent l'occasion d'une parole autre sur soi  et d'une véritable transformation subjective. A contrario, certains malades, notamment en fin de vie, refusent de produire tout effort de mentalisation et préfèrent rester tranquilles ; il est alors tout à fait important de respecter cette ultime volonté. Mais le plus souvent, plus modestement, la pratique psychanalytique quotidienne aide le patient à retrouver sa parole et à se dégager du bain médico-technique qui tend à gommer les moindres variations subjectives.

    Les auteurs de cet ouvrage donnent à ce travail de construction de sens toute la valeur qui lui revient. Dans cet écart entre ce qui a été communiqué au patient et ce que lui-même en dit, vient justement se loger la part désirante, qui lui permet, autant que possible et parfois jusqu'au moment de sa mort, de rester vivant avec la maladie.

    Mise en vente le 7 mai 2015.

  • Préface de Patrick Faugeras

    « Même si Gaetano Benedetti est surtout connu pour ses travaux sur la thérapeutique des psychoses, il revisite ici les principales conceptions freudiennes touchant à l'hystérie, cette névrose si étroitement liée à la psychanalyse, à partir de ce cheminement difficile et risqué où analysant et analyste se trouvent engagés et dont aucun manuel ou traité ne saurait prévoir les aléas. Ce cheminement l'amène quelquefois à accentuer différemment le mouvement de la découverte freudienne, non pour la contredire mais pour l'ouvrir à certaines perspectives liées à son expérience clinique des psychoses.
    Nous avons la chance, grâce au dévouement de certains de
    ses élèves, de voir ici Gaetano Benedetti au travail, en maître attentif et respectueux, toujours soucieux, y compris lorsque son désaccord est patent, de ne point laisser dans la perplexité, l'embarras, voire l'inquiétude, celui qui s'expose à travers la présentation d'un cas. Il sait combien il importe d'accompagner le clinicien engagé dans une relation complexe, de relever ce qui peut s'avérer positif dans toute démarche, de sorte qu'elle puisse continuer à être créative. Mais connaissant les méandres transférentiels, Benedetti s'évertue à transformer le doute en possibilité, usant aussi bien de sa grande culture, qu'il expose avec rigueur et clarté, que de son expérience et de son autorité, faite de modestie, de droiture et de feinte froideur. » Patrick Faugeras

    Mise en vente le 17 janvier 2013

  • En 1926 un petit groupe de neuf personnes fondait la Société psychanalytique de Paris avec le projet de diffuser en France la pensée freudienne. Quatre-vingts ans plus tard, nous pouvons constater le succès de leur ambition, malgré les scissions et les conflits intervenus dans le mouvement psychanalytique. Ce volume présente les "avancées" de la psychanalyse dans quatre champs principaux : le rapport vivant entre psychanalyse et psychiatrie, la valeur thérapeutique irremplaçable de la cure psychanalytique classique, le domaine du culte porté au corps et enfin celui des changements dans les conceptions actuelles de la maternité.

  • À quelles conditions le cadre psychothérapeutique de groupe avec les enfants et les adolescents permet-il d'envisager la pratique de soins ? Les techniques de groupe interrogent souvent le praticien sur l'approche à utiliser : travailler avec l'individu en s'appuyant sur le groupe ou travailler uniquement sur le groupe lui-même, faisant de l'individu le porte-parole du groupe ? Travail de groupe ou travail en groupe, la question interpelle régulièrement. Les articles proposés dans cet ouvrage tentent d'y répondre.  

  • La clinique des pathologies du narcissisme et de l'identité implique la nécessité d'une interrogation sur la situation psychanalytique elle-même, sur l'histoire de sa construction, sur les logiques manifestes ou latentes dont elle est porteuse, sur les paradoxes qui la constituent. Cette analyse entraîne à son tour une réflexion sur la symbolisation et débouche sur le développement de la théorie de la transitionnalité à partir du modèle du jeu intersubjectif et d'une théorie de l'emboîtement d'une série de jeux "typiques". L'auteur incarne, selon André Green, un courant psychanalytique qui réunit la démarche théorique réflexive propre à la psychanalyse française et celle issue d'une inspiration clinique originale propre à Winnicott.

  • C'est un véritable manuel pratique de psychanalyse que constituent les quatre textes de ce volume, car ce qu'on appelle la "technique" psychanalytique, c'est-à-dire la question du "comment" en psychanalyse est peu abordée d'une manière aussi complète. Tous les aspects concrets de la "cure" sont considérés dans leurs rapports au processus qui se déroule chez le patient en analyse. Des illustrations cliniques, patients présentant des difficultés importantes, montrent la valeur thérapeutique de la méthode psychanalytique.

empty