• Le voyage du Solide, peu connu, est pourtant l'une des circumnavigations réussies de la fin du XVIIIe siècle. Expédié par des armateurs privé, il poursuivait un but lucratif : le trafic des fourrures entre la côte nord-ouest de l'Amérique et la Chine.
    Rédigé par un capitaine de la marine marchande, le journal publié ici donne un point de vue un peu différent du discours officiel, mais en même temps très représentatif de son époque (préoccupations scientifiques et commerciales, idéologies, sciences et techniques, observations naturalistes et ethnographiques, échos des textes contemporains ?). L'escale des Marquises est ici déclinée à plusieurs voix : celle du capitaine, du second et du médecin de bord.

  • Le voyage du Solide, peu connu, est pourtant l'une des circumnavigations réussies de la fin du XVIIIe siècle. Expédié par des armateurs privé, il poursuivait un but lucratif : le trafic des fourrures entre la côte nord-ouest de l'Amérique et la Chine.
    Rédigé par un capitaine de la marine marchande, le journal publié ici donne un point de vue un peu différent du discours officiel, mais en même temps très représentatif de son époque (préoccupations scientifiques et commerciales, idéologies, sciences et techniques, observations naturalistes et ethnographiques, échos des textes contemporains ?). L'escale des Marquises est ici déclinée à plusieurs voix : celle du capitaine, du second et du médecin de bord.

  • Vanikoro

    Etienne Beaumont

    Depuis 1981, l'Association Salomon, présidée à Nouméa par Alain Conan, multiplie les expéditions vers Vanikoro. Sur le récif de cette île perdue de la République des Îles Salomon, se sont abimées, en 1788, les deux frégates de Lapérouse, La Boussole et L'Astrolabe. Après avoir précisé, en 1999, le lieu où les naufragés établirent à terre leur camp de survie, les archéologues terrestres et sous-marins de l'Association Salomon décident, en novembre 2003, de retrouver les restes des 199 marins partis le 10 mars 1788 sous les ordres du plus grand de nos navigateurs d'exploration français. Cest à un voyage dans le temps et dans lHistoire que nous convie ici lauteur, médecin légiste à Tahiti, et
    associé à l'expédition dans l'objectif d'identifier les restes de ces marins du siècle des Lumières. Ce carnet de bord déroule, jour après jour, les préparatifs techniques, le voyage vers lun des sites les plus inaccessibles de la planète, la recherche du lieu de fouilles terrestres, les discussions enflammées et les travaux de déblaiement de la dernière épave localisée jusquaux premières procédures d'identification des ossements. Car cest finalement, le 22 novembre 2003, à midi, que surgit, du monde du silence, le tout premier témoin du drame survenu 215 ans plus tôt, sous la forme d'un squelette miraculeusement préservé, en contradiction avec tous les constats réalisés jusqu'alors en archéologie sous-marine.

  • Depuis 1981, l'Association Salomon, présidée à Nouméa par Alain Conan, multiplie les expéditions vers Vanikoro. Sur le récif de cette île perdue de la République des Îles Salomon, se sont abimées, en 1788, les deux frégates de Lapérouse, La Boussole et L'Astrolabe. Après avoir précisé, en 1999, le lieu où les naufragés établirent à terre leur camp de survie, les archéologues terrestres et sous-marins de l'Association Salomon décident, en novembre 2003, de retrouver les restes des 199 marins partis le 10 mars 1788 sous les ordres du plus grand de nos navigateurs d'exploration français. Cest à un voyage dans le temps et dans lHistoire que nous convie ici lauteur, médecin légiste à Tahiti, et
    associé à l'expédition dans l'objectif d'identifier les restes de ces marins du siècle des Lumières. Ce carnet de bord déroule, jour après jour, les préparatifs techniques, le voyage vers lun des sites les plus inaccessibles de la planète, la recherche du lieu de fouilles terrestres, les discussions enflammées et les travaux de déblaiement de la dernière épave localisée jusquaux premières procédures d'identification des ossements. Car cest finalement, le 22 novembre 2003, à midi, que surgit, du monde du silence, le tout premier témoin du drame survenu 215 ans plus tôt, sous la forme d'un squelette miraculeusement préservé, en contradiction avec tous les constats réalisés jusqu'alors en archéologie sous-marine.

empty