Littérature générale

  • Le complexe de l'argent

    Franziska Zu Reventlow

    • Editions allia
    • 22 Avril 2021

    La narratrice - alter ego de l'auteur - vient d'être internée dans un sanatorium. Son mal ? Le complexe de l'argent. Dans ce roman épistolaire, elle raconte sardoniquement ses déboires financiers à son amie Maria. Une galerie de personnages loufoques défile : Henry, entrepreneur fauché ; Balailoff, prince alcoolique obsédé par son futur mariage ; ou encore Baumann, docteur freudien largement aussi névrosé et angoissé que ses patients.La perspective d'un hypothétique héritage hante l'imaginaire de ces originaux. Mais le complexe de l'argent pousse les personnages dans une véritable fuite en avant, si bien qu'ils n'osent même plus ouvrir leur courrier. Heureusement la faillite de la banque finira par libérer la narratrice de ses angoisses : désormais c'est elle la créancière.

    Franziska zu Reventlow est née en 1871 dans une famille aristocrate allemande. Éprise de liberté, elle rompt avec son milieu et mène une vie d'artiste. Son oeuvre est un témoignage de la perception féminine du dandysme et de la vie de bohème dans les milieux littéraires et artistiques de Munich à la Belle Époque. Écrivaine, traductrice et peintre, elle paiera cher son indépendance. Elle avouera avoir sacrifié son pays, sa famille, et l'homme de sa vie, pour s'accomplir.

  • Olinka

    Antonio Ortuno

    • Christian bourgois
    • 15 Avril 2021

    Après quinze ans, Aurelio Blanco sort de la prison où il a été incarcéré pour son implication dans l'escroquerie d'Olinka, un complexe de luxe construit suite à l'appropriation de terrains publics. À nouveau libre, il compte bien récupérer ce qu'on lui a volé : son foyer, sa fille, sa vie. Après tout, par loyauté aux Flores, sa belle-famille, il avait endossé la faute contre la promesse de sortir tôt de prison... avant qu'on l'abandonne à son sort.
    Olinka décrit les affaires et secrets d'un clan de Guadalajara, capitale et paradis du blanchiment d'argent. C'est là que les Flores ont construit leur ville. Mais la réalité mexicaine transforme les utopies en farces sanglantes, et la multiplication des projets immobiliers est un signe clair de la corruption rampante.
    Avec ce roman noir, Antonio Ortuño confirme qu'il est l'un des observateurs les plus lucides des impasses et de la violence, sous toutes ses formes, de son pays.

  • L'insouciance de la jeunesse

    Sylvie Vandroux

    • Evidence editions
    • 14 Novembre 2018

    Cette jeune fille timide et rousse se protège dans son cocon familier. Elle grandit avec ses complexes ressentis comme une calamité. Elle sera propulsée trop tôt dans un monde délirant, celui des années 1980. Cette époque endoctrinant toute une génération qui semble à la fois proche et très éloignée de nous.

    De l'insouciance, du danger ! De l'amour à l'ivresse, elle s'accroche jour après jour à cet horizon qu'elle croyait sans aucun nuage.

  • Déclinaisons masculines

    Lohka Eileen

    • Les éditions du blé
    • 4 Novembre 2015

    De son Île Maurice natale à Haida Gwaii en passant par l'Amérique latine, Eileen Lohka nous convie à visiter une galerie de portraits d'hommes aux teintes sombres.

    Dans des textes aux formes diverses et sous de multiples horizons, ces hommes se déclinent en paysages contrastés et sensibles. Aux prises avec les autres, c'est pourtant avec eux-mêmes qu'ils devront composer. Seuls maîtres de leur destinée, ils apparaissent tantôt cruels et tyranniques, tantôt fragiles, tendres et secrets, toujours complexes. À vous, lecteurs, de découvrir la tragique richesse de leur humanité.

  • Le complexe de Théophile

    Georges Duhamel

    • Fenixx réédition numérique (mercure de france)
    • 30 Novembre 2017

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les murs se marrent

    Regis Hauser

    • Hors collection (réédition numérique fenixx)
    • 21 Février 2020

    Absurdes, méchants, poétiques, et toujours drôles, découvrez les mille et un graffitis, collectés par Régis Hauser aux quatre coins du monde francophone, et sur les murs les plus inavouables.

    On y trouve des prises de position...
    - Dieu était très en colère quand il a créé Mandelieuü (trouvé à Mandelieu) ;
    - Ce matin je suis allé chez le toubib : j'avas envie de tirer la langue à quelqu'un ;
    - Plus un caillou a roulé, plus il est poli. Les chauffeurs de taxi, c'est le contraire ;
    - Quand on mouille le pastis, on le trouble ; les filles, c'est l'inverse.

    Des appels au secours :
    - Henriiiiiii viens vite ! il y a une énorme bête dans la cuvette ! (trouvé dans des toilettes de dames).

    Des détournements d'objets :
    - Sur un distributeur de préservatifs : notre papa, il dit que ces trucs ne marchent pas ;
    - Au-dessus d'un urinoir bouché : Give pisse a chance.

    Ou des détournements d'affiches et de slogans :
    - Sur une affiche MLF « Les femmes ont leur mot à dire », quelqu'un a écrit : Le Paie citron est hors de prix !

    Sous le graffiti « La France aux Français » : Et la Bourgogne aux escargots !

    Sur l'affiche « Le salut, c'est Jésus » : Et le dépannage, c'est Darty !

    L'intégrale des « Murs se marrent », tomes I-2-3, plus le quatrième tome inédit. Une mine de trésors hilarante et indispensable.

empty