• Travail forcé, mauvais traitements, épidémies, « expériences médicales », famines, tortures, exécutions sommaires, Neuengamme avec ses satellites est sans conteste l'un des camps de concentration les plus meurtriers de toute l'Allemagne nazie. N'y a-t-on pas compté près de 60 000 morts pour un peu plus de 100 000 détenus ? Opposants politiques, syndicalistes, déviants de toutes sortes, communistes, chrétiens, juifs, artistes et intellectuels, résistants de toute l'Europe, Allemands, Français, Tchèques, Belges, Polonais, etc., tous y ont été réduits en esclavage. Mais il était écrit que ces souffrances ne s'arrêteraient pas là et qu'à l'horreur concentrationnaire viendrait s'ajouter une ultime tragédie. Alors même que Hitler venait de se donner la mort au fond de son Bunker, alors que les Britanniques et les Soviétiques se trouvaient à quelques kilomètres à peine de là, les SS se mirent en tête, dans un incompréhensible fanatisme jusqu'au-boutiste, d'évacuer Neuengamme de ses derniers prisonniers et de les regrouper, dans d'effroyables conditions, sur un ancien paquebot de luxe, le prestigieux Cap Arcona, amarré dans la baie de Lübeck ! C'est là que, le 3 mai 1945, une escadrille de la Royal Air Force, mal renseignée probablement, bombarda le navire et le coula, causant la mort de plus de 7 000 détenus dans les eaux glaciales de la Baltique. À partir d'une documentation considérable, les auteurs racontent l'histoire du camp et le calvaire des déportés, ils dressent d'émouvants portraits de victimes, les unes anonymes, les autres célèbres, ils relatent avec minutie les étapes de l'infernale tragédie. La révélation de cet épisode peu connu, voire occulté de la Seconde Guerre mondiale illustre un aspect inédit de l'univers concentrationnaire et de la folie nazie.

  • Que nous apprend de nouveau cette lecture de la fameuse liste que le lieutenant-colonel John Winslow a transcrite dans son Journal à l'automne de 1755 ? Paul Delaney démontre clairement dans cet essai que la déportation dans la grande région de Grand-Pré a été le résultat de la planification et de la mise en oeuvre d'un scénario méticuleusement préparé, et qu'à l'avènement de la paix entre la France et l'Angleterre en 1763, le peuple acadien en exil s'est dispersé de lui-même aux quatre coins du Monde. Plusieurs Acadiens et Acadiennes d'aujourd'hui - en Acadie, au Québec, en Louisiane, en Nouvelle-Angleterre, en France et ailleurs - découvriront à la lecture de La liste de Winslow expliquée une part d'histoire de certains de leurs ancêtres.

  • Alliant poésie et trame narrative, Georgette LeBlanc ose aborder une page inoubliable du Grand Dérangement : la mutinerie des 232 déportés acadiens embarqués de force sur le Pembroke à destination de la Virginie. Après les miniatures de Alma et le souffle épique de Amédé, Georgette LeBlanc signe là une oeuvre digne d'une tragédie grecque et par laquelle reprend vie le personnage historique de Prudent Robichaud.

empty