• Alto Braco

    Vanessa Bamberger

    Alto Braco, «haut lieu» en occitan, l'ancien nom du plateau de l'Aubrac. Un nom mystérieux et âpre, à l'image des paysages que Brune traverse en venant y enterrer Douce, sa grand-mère. Du berceau familial, un petit village de l'Aveyron battu par les vents, elle ne reconnaît rien. Après la mort de sa mère, elle a grandi à Paris, au-dessus du Catulle, le bistrot tenu par Douce et sa soeur, Granita. Dures à la tâche et fantasques, les deux femmes lui ont transmis le sens de l'humour et l'art d'esquiver le passé. Mais à mesure que Brune découvre ce pays d'élevage, à la fois ancestral et ultra-moderne, la vérité des origines et l'envie d'appartenance affleurent. Vanessa Bamberger signe ici un roman sur le lien à la terre, la transmission et les secrets à l'oeuvre dans nos vies.

  • Comment vivre dans le respect des limites et des ressources de la nature ? Alors que la production mondiale de pétrole a atteint son maximum et que c'en est désormais fini des énergies fossiles bon marché, la permaculture constitue une réponse pragmatique aux enjeux de notre époque. Elle utilise la pensée systémique pour « élaborer en toute conscience des paysages qui imitent les schémas et les relations observés dans la nature et fournissent en abondance nourriture, fibres et énergie afin de subvenir aux besoins locaux ». En quatre décennies, la permaculture est devenue un mouvement international, apportant une contribution pratique au débat sur la soutenabilité. Dans Permaculture, désormais le livre de référence sur le sujet, David Holmgren théorise et illustre concrètement 12 principes sur lesquels s'appuyer pour concevoir un mode de vie soutenable et s'adapter à la « descente énergétique » qui suivra le pic pétrolier. Chaque principe fait l'objet d'un chapitre à part entière.

  • La question de l'énergie et de ses crises sature l'actualité, les médias, comme les agendas politiques. Grand défi du présent, elle modèle nos modes de vie et nos rapports au monde à l'heure du triomphe du numérique, de l'électrification totale et du changement climatique.
    Longtemps, l'histoire de l'énergie a été ramenée à l'essor de la puissance rendu possible par le progrès technique, à un processus linéaire qui verrait les sociétés humaines maîtriser toujours plus leur environnement pour en extraire des ressources indispensables à leur fonctionnement.
    Mais ce récit rassurant, qui n'a cessé d'accompagner la modernité, se fissure désormais à l'âge des crises globales et des inégalités béantes. La croyance dans l'abondance énergétique et la quête de puissance infinie qui la porte se heurtent aux limites planétaires, en dépit des utopies abstraites qui continuent de promettre l'énergie abondante et gratuite pour tous.
    Cet ouvrage novateur retrace ces débats sur deux siècles en proposant une contre-histoire de l'énergie à l'époque contemporaine, depuis l'entrée dans l'ère industrielle et sa dépendance croissante aux combustibles fossiles. Ce faisant, il souhaite contribuer à l'avènement d'un autre système énergétique, plus sobre et durable, plus conforme aussi à la fragilité du monde, chaque jour plus apparente.

  • « Il est encore temps d'éviter le pire » ; « Demain il sera trop tard » ; « Tout peut changer »... CE LIVRE EST POUR CELLES ET CEUX QUE CES PHRASES NE CONVAINQUENT PLUS. Ce livre est pour celles et ceux qui savent que la planète nous survivra quoi qu'il advienne et que l'humanité ne sera pas sauvée à coups de voeux pieux, de petits pas « qui vont dans le bon sens » et de petits gestes
    bien intentionnés au quotidien. Jean-Marc Gancille porte un regard sans concession sur notre situation. Face à l'impasse écologique, il invite à changer de stratégie, à exercer une légitime défense contre le système et à abandonner l'espoir pour le courage afin de sauver ce qui peut encore l'être. Selon l'auteur, l'heure est venue de ne plus se mentir et de reprendre collectivement notre destinée en main. Ne serait-ce que pour l'honneur.

  • Un guide militant pour faire entrer le " zéro " dans notre mode de vie.
    Antigaspi, zéro déchet, fin de la pollution au plastique et utilisation des monnaies locales sont des thèmes de la démarche " zéro ", qui accueille toutes les actions visant à mettre un terme à la consommation sans limite, à favoriser la justice sociale et à oeuvrer pour la transition écologique. Justine Davasse, militante écolo trentenaire, agit au quotidien pour un futur enfin désirable : depuis 2015, elle recueille et partage sous la bannière des Mouvements Zéro, idées et solutions d'ici et d'ailleurs pour construire un monde meilleur.
    Santé et bien-être o Alimentation durable o Économie o Énergie o Électronique responsable o Voyager durable o Zéro déchet o Politique o Plastique
    Pour chacun de ces thèmes, ce guide pose un état des lieux et présente les actions et solutions :
    o Les enjeux liés à chaque problématique et les possibles leviers d'action politiques, riche d'exemples et d'expériences en tout genre.
    o Les idées reçues sur le thème et des arguments pour répondre à ces idées fausses qui discréditent les pratiques écologiques : " Se mettre au zéro déchet coûte cher ", " Le supermarché est un gain de temps ", " Les protéines ne se trouvent que dans la viande "...
    o Les incontournables pour agir à son échelle : des actions faciles à mettre en place pour agir individuellement et autour de soi, comme prendre un panier bio chez un producteur local, upcycler, privilégier un moteur de recherche écoresponsable, changer de banque...
    o Des challenges pour les plus téméraires, qui passent par la prise de conscience de son pouvoir d'action et l'envie de pousser son engagement à plus grande échelle : se présenter à des élections avec une liste citoyenne, monter sa conférence gesticulée ou entreprendre des actions de dépollution posent les jalons d'une transformation sociétale.
    o Ce qui est fait en France et ailleurs dans le monde en matière d'engagements politiques, de travail associatif ou de projets, pour avoir une vision globale des mutations et pouvoir s'en inspirer.
    Un guide militant pour faire entrer le "zéro" dans notre mode de vie.

  • Alors que les écosystèmes se dégradent à un rythme sans précédent, on réalise que les humains confondent moyens et fins, argent et richesse, croissance économique et bien-être. Comment mettre l'économie au service du bien commun afin qu'elle opère à l'intérieur des limites planétaires? Par où commencer pour transformer un système qui a institutionnalisé la cupidité?
    Au contact de citoyennes et de citoyens issu.e.s de tous les milieux, Laure Waridel trace les chemins d'une réelle transition vers une économie écologique et sociale. Son constat est clair : les solutions sont déjà là, à notre portée. L'auteure identifie les lignes de force qui permettent d'investir autrement, de tendre vers le zéro déchet, de se nourrir autrement, d'habiter le territoire intelligemment et de se mobiliser par tous les moyens. Elle met en lumière de nouveaux paradigmes qui transforment le monde en misant sur la création de liens entre les humains et avec la nature, cette nature que nous habitons et qui nous habite tout autant. On constate alors qu'il est possible de créer une richesse inconnue de la finance: une richesse qui ne ruine pas les bases de la vie sur Terre.
    Avec La transition, c'est maintenant, Laure Waridel nous démontre que tout est encore possible. Elle fait la preuve que nous avons tous et toutes un rôle important à jouer, quelle que soit la place que l'on occupe dans la société.
    À nous de choisir aujourd'hui ce que sera demain.

  • Depuis l'été 2018, Greta Thunberg, la jeune Suédoise, attire sur elle l'attention du monde entier, haranguant chefs d'État et grands patrons sur l'avenir de la planète. Mais qui est véritablement cette jeune militante écolo ? La première enquête complète, menée à Stockholm auprès de ses proches, qui livre les clés du phénomène Greta.
    À chacune de ses prises de parole, elle défie les puissants. Elle irrite Donald Trump autant qu'elle enthousiasme Barack Obama et ses interventions affolent les journalistes du monde entier. Mieux que les politiques, mieux que les scientifiques, Greta Thunberg a imposé le défi climatique comme enjeu majeur de notre siècle. Mais comment cette Suédoise autiste et solitaire est-elle devenue un phénomène, l'incarnation d'une prise de conscience universelle face à la catastrophe écologique qu'elle annonce ? De quelle facon a-t-elle popularisé son discours lapidaire, en dépit de son jeune âge et de son allure enfantine ? Certains la disent instrumentalisée, marionnette du capitalisme vert ou de parents assoiffés de notoriété. D'autres l'érigent en icône sacrificielle, prête à s'oublier pour sauver la planète. La réalité est sans doute à chercher dans l'histoire de l'adolescente, dans son enfance torturée, au sein d'une famille engagée et très médiatisée. Pour raconter cet étonnant parcours, Maelle Brun a recueilli le témoignage de ses proches, à Stockholm notamment. Cette enquête, première biographie de Greta, révèle comment a surgi son cri de colère, devenu cri de ralliement de millions de militants.

  • Un voisin durable, c'est un voisin qui trie ses déchets et me surveille pour que j'en fasse autant.
    Une amitié durable, c'est une amitié où l'on ne met pas en danger l'avenir de la planète, même en paroles. On évite d'aborder les sujets qui fâchent. On gobe le discours moralisateur avec le sourire. On accepte l'opportunisme marchand en ouvrant son portefeuille. On se garde de penser sans gourou, sans nounou. On se retient. Ce livre raconte comment je ne me suis pas retenu.

  • « Chacun comprend aisément qu'une croissance infinie dans un monde fi ni est impossible, tout en agissant comme si cela n'était pas vrai. Nous sommes collectivement affligés d'une dissonance cognitive : pour assurer notre confort psychique, nous renonçons à considérer la vérité qui nous embarrasse en espérant que, finalement - mais sans trop savoir comment - tout finira par s'arranger... » En réalité nous savons comment sortir de l'impasse. Pour nous guérir de notre addiction à la croissance, nous devons restaurer la notion de biens communs, réhabiliter la réciprocité, en fi nir avec l'endettement, renouer le dialogue avec la nature.

  • Partant de l'idée qu'il ne peut y avoir de croissance infinie dans un monde fini, la décroissance exige de repenser radicalement notre manière de travailler, de consommer, de vivre ensemble. De plus en plus de personnes se révèlent sensibles à ces nouvelles pratiques, et en particulier celle de la « simplicité volontaire » qui milite pour la fin de la consommation de masse et du gaspillage qui y est associé. Derrière cela, un concept existe que, d'ailleurs, peu d'adeptes de la décroissance connaissent et qui est loin de faire l'unanimité. Assen Slim et Marc Prieto en font l'analyse en dehors de tout discours partisan. N'appartenant pas au mouvement des objecteurs de croissance, contrairement à la plupart des auteurs sur le sujet, ils permettent au lecteur de se forger sa propre opinion sur ce concept de décroissance présenté alternativement comme LA solution ou comme une dangereuse utopie.

  • L'omniprésence des transports motorisés dans nos sociétés nous a imposé une telle «culture de la mobilité motorisée» qu'il est tentant de considérer ces multiples machines comme une nouvelle génération de dinosaures énergivores et polluants. Ces monstres modernes qui saturent l'air de nos métropoles et participent à la déstabilisation du climat seraient-ils devenus une nouvelle espèce hégémonique, non pas herbivore ou carnivore, mais objectivement «airvore»?

    Les discours convenus se veulent rassurants: en matière de consommation de carburants et d'émissions polluantes, les voitures neuves seraient de plus en plus efficientes, les trains devenus parfaitement propres grâce à leur électrification, les navires, toujours aussi discrets malgré leur gigantisme, et les dernières générations d'avion, plus sobres que jamais. Pourtant, on ne cesse d'enregistrer des pics de pollution et de lancer des alertes sanitaires dans de nombreuses zones urbanisées qui n'en finissent plus de suffoquer. Comment se fait-il que, considérés un à un, les moyens de transport semblent exceller, alors que, pris dans leur ensemble, ils échouent à réduire la pollution urbaine et les émissions de gaz à effet de serre?

    Quel sera le destin de ces machines «airvores»? Vont-elles finir par disparaître d'elles-mêmes à la suite d'une gigantesque panne sèche ou bien s'éteindre dans un «airpocalypse» surchauffé ? Est-il encore temps d'agir pour les dompter? Dans une enquête historique et sociologique inédite et minutieuse, Laurent Castaignède retrace l'épopée de leur irrésistible ascension et expose leurs impacts environnementaux et sociaux. L'expansion du parc motorisé ne donnant aucun signe d'essoufflement, l'auteur passe au crible les innovations en vogue pour en faire ressortir les limites. Il propose aussi un ensemble de mesures radicales mais pragmatiques qui permettraient de relever le double défi sanitaire et climatique.

  • Lire l'entretien avec l'auteur en suivant ce lien

    Les circuits courts alimentaires, en France, sont en plein renouvellement depuis la fin des années 1990. Les initiatives se multiplient, avec des objectifs divers : maintenir des fermes à taille humaine, permettre un « prix juste », favoriser une agriculture plus écologique, répondre aux nouvelles attentes des consommateurs, soutenir l'économie locale...

    Que nous apprend la diffusion actuelle de ces circuits en dehors des cercles militants qui ont contribué à les remettre sur le devant de la scène ? Yuna Chiffoleau montre comment leur histoire récente se joue dans la confrontation entre différentes façons de penser leur développement. Au-delà des finalités énoncées par leurs acteurs, elle questionne leurs impacts au regard de l'urgence d'une transition, des systèmes alimentaires comme de l'économie de marché. Les circuits courts émergent comme des révélateurs, des freins au changement de modèle, qui interpellent l'action publique en particulier, mais aussi des processus sociaux par lesquels se fabriquent d'autres possibles.

    Cet ouvrage, appuyé sur de nombreuses données de terrain, décrit un phénomène foisonnant encore largement méconnu. Ancré dans la sociologie économique et des réseaux, il constitue une synthèse scientifique inédite qui met en lumière différents chemins de transition vers une « autre» économie, dans laquelle l'économie sociale et solidaire peut jouer un rôle clé.

  • Les biocarburants, comme d'autres technologies avant eux, n'ont pas échappé à l'effet de mode. Ils auraient dû tout résoudre : la dépendance au pétrole, le dérèglement climatique, le sort des agriculteurs des pays développés et celui des paysans pauvres des pays en développement. Après une phase d'enthousiasme pour cette énergie verte, les biocarburants ont été dénoncés comme une coûteuse erreur, responsables de la déforestation, de la hausse des prix alimentaires, et de l'accaparement des terres dans les pays pauvres. Dans le même temps, les États-Unis, l'Europe, mais aussi l'Inde, la Chine, le Brésil..., encouragent leur production et leur consommation par des réglementations et des subventions. Comment ne pas être perdu face à tant de messages contradictoires ? Sans prétendre donner des réponses définitives à toutes les questions, cet ouvrage pointe les incertitudes et indique les pistes qui semblent les plus prometteuses.

  • Pomper des calories dans un milieu à basse température pour les restituer dans un autre milieu à des températures plus élevées, tel est le fonctionnement d'une pompe à chaleur... Mais quel système choisir ? Où puiser les calories et comment les restituer ? Pour quelle combinaison opter (air/air, sol/sol, sol/eau, etc.) ? Pour quelles économies ? Quelles solutions pour un bon chauffage et une eau chaude sanitaire ?

    Autant de questions, autant de réponses dans ce livre. Cette nouvelle édition, revue, augmentée et ajourée d'un pas à pas en images vous offre une explication indispensable pour que ce nouveau mode de chauffage n'ait plus de secret pour vous !

    Cet ouvrage a été publié avec l'aide de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie.

    "Un guide pratique et sur-mesure pour réaliser de véritables économies"

  • Le monde contemporain fait face à un double péril : l'exploitation abusive des ressources naturelles met en danger l'équilibre du climat et de la biodiversité, et les inégalités croissantes condamnent notre capacité à faire société.

    Ces menaces se renforcent mutuellement et appellent sans délai à l'affirmation d'une double solidarité, celle qui relie les hommes et la nature, et celle qui unit les hommes entre eux. Un tel effort ne se décrète pas. Il s'organise. La transformation sociale et sociétale indispensable à notre survie collective suppose ainsi tout à la fois une autre économie et une autre gestion.

    En s'appuyant sur de nombreuses expériences citoyennes qui s'inventent chaque jour dans le monde et sur une approche historique et anthropologique, l'ouvrage explore différentes façons de conjuguer solidarité et organisation. Gestion solidaire, gestion des communs, gestion du buen vivir sont autant de pistes analysées dans le contexte d'un dialogue Nord-Sud afin de formuler le cadre conceptuel et les étapes pratiques d'une transition sociale et environnementale plus que jamais nécessaire.

  • Tout le monde parle du développement durable, à tout propos : politiques et ONG, industriels, urbanistes, agriculteurs... mais savons-nous bien ce que cette notion recouvre ? Et avons-nous les moyens de nos intentions ? S'il paraît en effet difficile d'admettre que le mode de développement actuel, en passe de s'étendre à la planète, puisse durer indéfiniment, existe-t-il des pistes pour sortir de cette impasse ? Avons-nous les moyens - et la volonté - d'éviter un devenir catastrophique ? Car le développement durable n'est pas une notion nouvelle : on en débattait déjà à la fin du XIXe siècle !

  • Voici un panorama des principaux types de matériaux, depuis la caractérisation et l'adaptation des sols jusqu'aux vitrages, en passant par les matériaux de structure, d'isolation et d'enveloppe. Ce manuel enseigne comment il convient de les employer dans le domaine de la construction, tant pour la structure que pour le second oeuvre.

    Pour chacun de ces matériaux, l'auteur décrit son mode d'élaboration, ses propriétés fonctionnelles, les usages qui en découlent, ainsi que le mode de mise en oeuvre de ses produits dérivés. En étudiant de surcroît l'usure et la durée des matériaux ainsi que les méthodes qui permettent de prolonger la vie des ouvrages, l'auteur évoque les questions soulevées par les conséquences sociétales de leur usage dans la perspective du développement durable.

    Enfin, à la description de chacun des matériaux sont associées les normes et la règlementation dont, naturellement, la règlementation thermique.

    Dans une pagination moderne à l'indispensable connaissance des matériaux de construction et de leurs fonctionnalités s'adresse en priorité aux élèves et aux étudiants en génie civil abordant pour la première fois les matériaux de construction dans les IUT , dans les licences de matériaux, dans les Masters pro et dans les écoles d'ingénieurs orientées BTP (UT, ESITC, ESTP, INSA, etc.).

    Les formateurs et les stagiaires de la formation continue y trouveront l'essentiel de ce qu'il faut savoir.

  • Notre nourriture, notre énergie, notre santé, notre argent... Dans bien des domaines, des logiques mondialisées dirigent notre quotidien, non sans dérives. Il existe pourtant des alternatives : un mouvement de rééquilibrage se développe, qui réhabilite le local, les circuits courts, le développement durable, la démocratie.

    Parti à la rencontre de nombreux entrepreneurs qui se sont engagés dans cette voie, Raphaël Souchier rapporte leurs expériences, de la création de systèmes locaux de nourriture à la relocalisation industrielle, de l'invention d'outils de financement à celle de médias de proximité. Il s'intéresse en particulier au mouvement Balle, pionnier de cette nouvelle approche, qui réunit plus de 30 000 entreprises locales dans 80 villes et régions d'Amérique du Nord. Peu à peu se dessinent ainsi les contours d'une "nouvelle économie locale" qui redonne du sens au travail et permet à des territoires entiers de revivre.

    Et si le local était la solution ? Made in local rend accessible tout un vivier d'idées, d'expériences et d'outils pour penser et vivre l'économie autrement.

    Préface d'Ervin Làszlò, spécialiste mondial de la théorie des systèmes complexes.

  • Ce guide pratique présente une méthode d'éco-innovation originale fondée sur plus de dix ans d'expérience dans un domaine encore récent. Il a pour objectif de permettre aux entreprises d'intégrer les questions environnementales lors du développement de nouveaux produits, pour en réduire les impacts tout en maîtrisant les coûts.

    Il s'adresse aux équipes projets (marketing, R&D, bureau d'étude, design, achats, industrialisation, département environnement et développement durable), qu'elles soient débutantes ou expérimentées en éco-conception, mais aussi aux managers en charge de ces équipes, aux enseignants, chercheurs et étudiants du domaine...

    Clair et détaillé, le texte aborde les principales questions auxquelles sont confrontées les équipes projets :


    Comment utiliser l'Analyse de cycle de vie (ACV) pour concevoir des produits plus verts ?

    Comment intégrer la dimension environnementale à la conception des nouveaux produits sans générer de surcoûts et en développant l'attractivité de l'offre ?

    Comment communiquer sur les performances environnementales d'un produit (bien ou service) ?


    Des illustrations et des retours d'expérience de nombreux projets en entreprises enrichissent la lecture et des fiches outils facilitent la mise en oeuvre de la méthode.

  • En entreprise, le progrès continu doit être pensé, promu, organisé et développé par les managers et les dirigeants pour garantir les meilleures performances et le succès durable sur ses marchés, mais aussi pour obtenir l'adhésion des hommes et leur assurer une formation continue solide.

    Cette conduite du progrès passe à la fois par :


    La maîtrise quotidienne des activités, des problèmes et de la prévention ;

    Le dépistage et la suppression des gaspillages ;

    La recherche continue d'améliorations et d'optimisation dans une optique de responsabilité sociétale ;

    Des percées et l'innovation issues de la volonté stratégique du management ;

    L'anticipation, la prise de risques et la réduction de toutes les vulnérabilités.


    Ce livre pratique et très complet s'appuie sur la philosophie de Deming et le retour en force de concepts puissants tels le PDCA. C'est un véritable guide pour développer le progrès continu vers une performance durable. Il apporte aussi au lecteur des modèles, des outils et 60 fiches pratiques qui les rendront plus efficaces dans leur mission.

  • En anglais, on parle de greenwashing en français, d'écoblanchiment : une technique de marketing consistant à donner une image écolo à une entreprise quelles que soient ses pratiques.

    Cest ainsi que Monsanto promeut des pesticides supposés protéger les plantes, que Renault vante une voiture allégée en CO2, ou que le groupe Carrefour s'empare du vocabulaire de la décroissance.

    Les thèmes du développement durable gagnant en impact et en notoriété dans la société, les entreprises - mais aussi les politiques - usent et abusent de ce procédé trompeur.
    Les auteurs analysent les ressorts de cette imposture et pointent l'antinomie qui existe entre les logiques marchandes actuelles et les impératifs environnementaux. Ils montrent également comment la résistance s'organise, par l'interpellation citoyenne, le boycott, voire des attaques en justice.

  • Le modèle de société fondé sur le dogme de la croissance économique infinie, s'essouffle. La course effrénée à la productionde richesses matérielles entraîne une dégradation de la biosphère très préoccupante pour la survie des générations futures,sans garantir des conditions de vie décentes aux générations actuelles. Les auteurs de cet ouvrage partagent un même souci d'agir «pour la suite du monde », mais ne s'accordent pas sur les moyens à mettre en oeuvre. Un riche échange et une réflexion entre les défenseurs d'un « développement durable » et ceux d'une « décroissance soutenable ».

  • Sympas, les écolos, mais ont-ils quelque chose à dire sur l'économie ? Peut-on leur faire confiance pour créer des emplois, réduire les inégalités et la pauvreté, pratiquer un développement soutenable sans nuire à notre niveau de vie à court terme ?

    Lors d'un week-end en Normandie, l'auteur, journaliste et président de la commission Économie et Social des Verts, est mis sur le gril par un groupe d'amis. Face au scepticisme et aux boutades, il formule des propositions concrètes. Il défend le principe d'une société de « pleine activité » et la création de centaines de milliers d'emplois grâce à la conversion écologique de l'économie.

    Il démontre qu'on peut contrôler la mondialisation, développer de nouveaux services publics, effectuer une réforme de l'impôt qui profite à la fois aux moins aisés et à l'environnement, améliorer la qualité de vie de chacun, en appliquant un programme réaliste, audacieux et respectueux de la planète.

  • Encore plus depuis les récents incidents au Japon, les énergies renouvelables trouvent leur place au sein du bouquet énergétique mondial avec les énergies fossiles et le nucléaire. L'ouvrage reprend les différentes filières (solaire, éolienne, biomasse, etc.) en décrivant tout d'abord les aspects scientifiques derrière ces nouvelles technologies, le coût de leur mise en place, leur rentabilité, leur implantation et la réglementation selon les différents pays d'Europe. Afin d'être pertinent, l'auteur propose également une comparaison de tous ces aspects avec ceux des énergies plus traditionnelles avant d'envisager l'avenir et les développements futurs de ces énergies alternatives.

empty