• « L'auteur a imposé son style, direct, musclé. » - Femme Actuelle
    « Un style vigoureux et une intrigue bien ficelée, jusqu'à un final éblouissant. » - Lire
    L'hiver est froid et dur en Laponie.
    À Kautokeino, un grand village sami au milieu de la toundra, au centre culturel, on se prépare à montrer un tambour de chaman que vient de donner un scientifique français, compagnon de Paul-Emile Victor. C'est un événement dans le village. Dans la nuit le tambour est volé. On soupçonne les fondamentalistes protestants laestadiens : ils ont dans le passé détruit de nombreux tambours pour combattre le paganisme. Puis on pense que ce sont les indépendantistes sami qui ont fait le coup pour faire parler d'eux.
    La mort d'un éleveur de rennes n'arrange rien à l'affaire. Deux enquêteurs de la police des rennes, Klemet Nango le Lapon et son équipière Nina Nansen, fraîche émoulue de l'école de police, sont persuadés que les deux affaires sont liées. Mais à Kautokeino on n'aime pas remuer les vieilles histoires et ils sont renvoyés à leurs courses sur leurs scooters des neiges à travers l'immensité glacée de la Laponie, et à la pacification des éternelles querelles entre éleveurs de rennes dont les troupeaux se mélangent. Au cours de l'enquête sur le meurtre Nina est fascinée par la beauté sauvage d'Aslak, qui vit comme ses ancêtres et connaît parfaitement ce monde sauvage et blanc.
    Que s'est-il passé en 1939 au cours de l'expédition de P-E. Victor, pourquoi, avant de disparaître, l'un des guides leur a-t-il donné ce tambour, de quel message était-il porteur ? Que racontent les joïks, ces chants traditionnels que chante le sympathique vieil oncle de Klemet pour sa jeune fiancée chinoise ? Que dissimule la tendre Berit malmenée depuis cinquante ans par le pasteur et ses employeurs ? Que vient faire en ville ce Français qui aime trop les très jeunes filles et a l'air de bien connaître la géologie du coin ?
    Dans une atmosphère à la Fargo, au milieu d'un paysage incroyable, des personnages attachants et forts nous plongent aux limites de l'hypermodernité et de la tradition d'un peuple luttant pour sa survie culturelle.
    Un thriller magnifique et prenant, écrit par un auteur au style direct et vigoureux, qui connaît bien la région dont il parle.
    « Palpitant voyage sur des terres sauvages et verglacées à la rencontre d'un peuple luttant pour préserver son identité » - Le Figaro Magazine

    Prix des Lecteurs de Quais du Polar -20 Minutes-

    Prix Mystère de la critique

    Prix polar Michel Lebrun

  • Quelles surprises nous réserve l'Au-delà ? Et comment imaginer la Vie après la vie ?Au fil de courts récits vivants et pleins d'humour, où vous retrouverez des visages familiers, la journaliste et auteur Natalia Trouiller vous invite aux premières loges du banquet céleste.Venez partager le festin avec les boiteux, les paralysés, les riches, les savants, votre curé et (même !) vos collègues de bureau.Un livre unique qui nous aide à comprendre les fins dernières, à ne plus avoir peur de la mort et à désirer vivre la joie du Ciel !

  • Édouard est scout dans la patrouille des Loups. Sa meilleure amie, Clémence, est guide chez les Panthères. Leur surprise est de taille quand ils apprennent que leur camp d'été se déroulera dans le même village, entre les sommets des Hautes-Pyrénées. Peu avant le départ, les mystères se multiplient : un chef inconnu rejoint leur groupe, on leur demande de se vacciner contre la rage ! Plus intriguant encore : de nouveaux scouts et guides devront intégrer leur groupe. Rapidement, Édouard et Clémence réalisent que les intrus ont un fascinant pouvoir : celui d'attirer les animaux, y compris sauvages, et même de les commander !Des loups sont signalés autour du camp ! Clémence et Édouard, en tentant de percer cette énigme, vont vivre un camp extraordinaire... et dangereux ! Qui sont vraiment ces adolescents ? Qui est Christophe, leur mystérieux chef ? Et qui sont ces individus camouflés qui semblent les épier ?

  • Le tableau périodique des éléments, initialement établi pour 63 éléments par Mendeleiev en 1869, est un monstre sacré pour le chimiste et une souffrance pour l'étudiant moyen. Ce monstre qui contient 118 éléments dans sa forme standard à la fin 2015 est apprivoisé par l'auteur en reliant des éléments choisis à des événements qui ont laissé des empreintes chimiques dans l'histoire, la littérature ou le cinéma.
    De l'acier dans lequel étaient forgées les lames des Sarrasins à la pollution au chrome dénoncée par Erin Brokovich, en passant par la mise en doute de la responsabilité des boutons d'uniforme en étain dans la déroute que fut la retraite de Russie, Lars Öhrstrm a choisi un angle original pour mêler des concepts basiques de chimie à l'histoire des éléments chimiques en y invitant des personnages clés qui ont directement ou indirectement participé à cette histoire.
    La volontaire simplicité des concepts purement chimiques de cet ouvrage rend sa lecture accessible à tous ceux qui voudront savoir par exemple comment un simple dissolvant pour vernis à ongles a pu jouer un rôle primordial durant la Première Guerre mondiale ou pourquoi Manhattan appartient maintenant aux États-Unis.
    La presse en parle... cliquez ici !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • René Minéry est né à Hésingue en 1930, mais ses parents se fixent à Waldighoffen quand il a quatre ans. C'est dire qu'il le connaît son « Sundgau ». La preuve en est qu'il a réalisé de nombreuses études et statistiques tant sur le plan démographique, économique, social, que généalogique (étymologie des patronymes de Waldighoffen). La monographie « Connais-tu ton village ? » a d'ailleurs obtenu le prix du Comité d'Étude et d'Action pour l'économie alsacienne. Il est l'auteur de nombreuses plaquettes, collabore avec les journaux locaux, réalise une série d'articles « Waldighoffen à travers les âges » et surtout publie en 1978 « Waldighoffen, l'histoire d'un village sundgauvien », qui a connu un très large succès. C'est également un remarquable dessinateur, réalisant à la plume de nombreux paysages du Sundgau, il illustre depuis 1977 l'annuaire de la Société d'histoire du Sundgau, ainsi que de nombreuses cartes postales. René Minéry qui raconte dans cet ouvrage des histoires du terroir, souhaite que le lecteur au travers de ces anecdotes, se rapproche de ce Sundgau combien typique et chaleureux.

  • Deux apprentis reporters travaillent à Cognac-Jay avec un ancien du Viêt Nam qui les abreuve de ses souvenirs. Pour cause d'audimat, leur rubrique culturelle disparaît après la vente de la chaîne au secteur privé. Chacun comprend alors son destin...

  • Trois nouvelles qui mériteraient d'être lues par chacun tant elles font appel à notre mauvaise conscience. Mais cette définition est-elle encore d'actualité ? Qui sait encore différencier le bien du mal ? Qui s'imagine encore que la métamorphose a été un jour bien près de nous, celle de l'homme, non celle du ciel et de la terre qui deviennent notre enfer. Trois nouvelles, trois personnages ayant, chacun à leur manière, été victimes de notre égoïsme, de notre absence de justice, d'un monde mécanisé où la machine est préférable à l'homme. « L'Éden Noir » est sans doute un des meilleurs livres de Rély, écrivain humaniste sachant dénoncer impitoyablement à l'aide d'un style où poésie, vraies musiques et couleurs, donnent harmonie et joie à notre monde désenchanté. La Galaze. « De Rély est un alchimiste du mot, un observateur subtil des hommes qui l'entourent, un dessinateur adroit de caractères avec toutes leurs faiblesses et errance, leur folie, leur différence. De Rély sublime le caractère insensé de ses personnages auxquels il laisse subir l'enfer sur terre, après quoi tout ne peut être que paradis. Trois nouvelles, autant de pièces de musée d'un art du conte. » Léon N. Nilles/RL Revue

  • L'Amiral de Coligny, Mandrin, Ravachol, la prise de Saint-Étienne, la Disette de 1708, la Révolution française, le chevalier de Rochetaillée, Honoré d'Urfé, la Guerre de 70, la Commune... et tant d'autres repères de notre histoire de France relatés ici par Jean Barbier en relation directe avec le Forez.

  • Quiconque veut approcher l'Expressionnisme est d'abord tenté de le comparer au Fauvisme : la parenté entre les oeuvres de E.L. Kirchner ou de Pechstein avec celles de Matisse ou de Vlaminck, auxquelles elles succèdent de très peu dans le temps, impose en effet le rapprochement. Mais l'Expressionnisme est davantage qu'une variante du Fauvisme. Car si ce dernier a violemment ébranlé la peinture européenne, il n'a pas mis en question ses fondements. Il cherche une nouvelle relation à la couleur et à l'espace, mais n'entend pas briser l'univers des formes, ni surtout supprimer les frontières entre les disciplines artistiques. l'Expressionnisme au contraire ne tarde pas à se sentir à l'étroit dans les limites de la seule peinture et cherche, par les apports de la poésie, de la musique et du théâtre, à renouer avec l'ambition d'une « oeuvre d'art totale », qui avait hanté l'esprit de Richard Wagner et, avant lui, du Romantisme allemand. On ne s'attaque pas impunément aux cloisonnements de l'histoire de l'art ; ainsi l'Expressionnisme se heurte-t-il fatalement au problème des sources de la création : résident-elles, comme l'a pensé le Symbolisme, dans le rêve et les mythes ? Ou plutôt dans l'instinct et dans la pulsion ? Ces nouvelles catégories émergeant au début du siècle mettent en doute le dogme d'une volonté créatrice individuelle, et remettent à l'honneur les conceptions d'une subjectivité plurielle et de l'oeuvre collective. L'originalité de l'Expressionnisme est là, dans cette jonction audacieuse entre une dynamique créatrice et une éthique, fondant sur l'art l'humanisme du siècle nouveau.

  • Liège est une ville des plus modernes, mais on y voit parfois éclore - parmi le plastique, le métal, le verre et le béton - d'étranges fleurs qui tirent leurs charmes interdits de croyances aussi anciennes que maléfiques. Christian Delcourt en évoque une gerbe entière ici, dans un style lucide et varie qui tantôt explore des voies inédites (comme dans La Conjuration), tantôt se fait baroque et truculent (comme dans Les Habitués), tantôt enfin pastiche avec bonheur Jacques Sternberg et Jean Ray - comme de juste - mais aussi - et le résultat est plus inattendu - Proust et Robbe-Grillet !

  • Publié en 1924 dans le Bulletin de la Société des Recherches Congolaises, les Tribus du Gabon est le premier ouvrage sérieux écrit à l'époque. Il reste encore le livre de chevet de tout historien qui veut parler de l'Afrique Centrale et du Gabon en particulier. Mgr Raponda-Walker fait mentir l'adage qui veut que nul ne soit prophète en son pays. Son livre « Notes d'histoire du Gabon » ne contredit pas en 1960 ce qu'il écrivait quarante ans plus tôt. Les rapprochements, les comparaisons, les similitudes de phonèmes sont à l'origine de ses déductions. On dirait que les peuples se déplacent au gré de sa plume. Il est encore impossible aujourd'hui de combler certaines lacunes et d'écrire tous les « pleins » de l'histoire des tribus du Gabon. Mais Mgr Raponda-Walker utilise tous les paramètres mis à sa disposition ; il écoute les anciens dans les villages, il décortique les idiomes et les dialectes, il compulse les documents les plus divers et les récits les plus pittoresques des pionniers du XIXe siècle : il aime sa terre natale et tous ceux qui y habitent : bref, il nous laisse un travail qui servira encore longtemps de référence.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les cartes postales anciennes mettent en valeur le passé de ces deux villes, tandis que des photographies illustrent le présent.

  • Si « regarder, c'est garder deux fois », l'homme passant d'aujourd'hui n'a presque plus les moyens de s'imprégner des choses courantes de la vie. Pourtant, celles-ci sont une véritable source d'enseignements. L'homme habitant, lui, savait voir et lire le quotidien. C'est donc cette réalité devenue de plus en plus fugace, fuyante, que l'auteur s'efforce de rattraper pour permettre, tant soit peu, une lisibilité de notre société.

  • Le livre « Apocalypse, c'est facile » sous vos yeux est écrit en trois (3). Il n'est pas une interprétation des personnages de l'histoire du monde présent et futur en nommant certains chefs d'états du monde actuel et leurs origines. Certes, certains lieux comme la Russie, les Etats Unis d'Amérique, la Syrie... et certaines organisations du système gouvernemental mondial comme le Royaume Uni, l'Organisation des Nations Unis (ONU),...ayant enjeux dans l'accomplissement de certains événements y sont mentionnés.
    Cependant les responsables actuels de ces pays et ces organisations n'y sont pas cités, car rien n'atteste avec exactitude que ce soient eux dont il s'agit dans le livre d'apocalypse.
    Par ailleurs, ce livre dépeint chaque événement qui viendra dans le monde et chaque personnage qui jouera un rôle important après l'enlèvement de l'Eglise.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le contremaître avança d'un pas :  - Donne, amigo. Ce bloc d'or appartient à la mine, tu le sais bien ! La lame le cueillit à la face. Il s'agenouilla, le visage ensanglanté.  - Paolo ! Hombres... supplia-t-il. Bontemps lâcha son wagonnet.  - T'en mêle pas, Paolo ! lui cria Pepe le minero. C'est la fièvre de l'or. Bontemps fixait le métal jaune. Le rêve de tous les hommes était là, à portée de sa main. Il se secoua. Il lui fallait se terrer encore. À la mine d'El Papayo, il ne cherchait pas fortune. Il y traquait un homme. Un terroriste camouflé parmi les mineros.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Invoquer, imaginer, incarner le futur antérieur. Faire surgir les mondes disparus ; entendre l'épopée des peuples ancestraux qui ne sont jamais venus au monde : loin des genres de la science-fiction ou de la fiction spéculative venue de l'hémisphère Nord ; telles sont les voies et les espaces que trace cette nouvelle collection à partir de l'Océan Indien...

empty