Langue française


  • « Un futur numérique désirable pour l'humanité est donc possible », c'est par ces mots très forts que Bruno Teboul ne craint pas de terminer son livre. Roboratif, revigorant au temps où les doutes, les désillusions sur la puissance de transformation de la société par le numérique se multiplient. De la philosophie, Bruno Teboul a appris l'art de la torpille socratique qui étourdit l'auditeur adverse. Mais c'est pour enchaîner, souvent du tac au tac, par une série de préconisations impérieuses : il faut, on doit, on devra, il faudra. La culture numérique est toute à construire. Et sur ses rayons encore trop modestement fournis, Robotariat y figurera en bonne place. Comme un indispensable codicille du fameux fragment de Marx sur les Machines dans les Grundrisse. Gageons que nous entendrons parler longtemps tant des principaux lièvres que soulève Bruno Teboul que des pistes qu'il aura ouvertes et parfois rouvertes ».

    Extraits de la Préface de Yann Moulier Boutang, Professeur de sciences économiques à l'Université Technologique de Compiègne et cofondateur et codirecteur de la revue Multitudes.



    « Robotariat est un plaidoyer minutieusement argumenté qui n'est ni technophobe ni technophile, mais technocritique. Le projet politique que Bruno Teboul défend dans ce livre est peu ou prou le nôtre, à Yann Moulier Boutang, Bernard Stiegler et moi-même - pour ne citer ici que notre quatuor. Nous défendons, ensemble, les fermes urbaines, la permaculture et la transition écologique ; les communs ; le revenu universel inconditionnel et suffisant ; l'extension du statut d'intermittent à toute la population et les perspectives d'une société contributive. Cet opuscule, Robotariat, Bruno Teboul devait l'écrire, qui plus est avant que ne se termine pour cinq ans en 2017 le cirque suranné mais omniprésent des élections de notre monarchie républicaine si imbécile et si inadaptée aux temps qui viennent. Sauf à accepter le cataclysme de l'uberisation à tous les étages de nos sociétés. Bruno Teboul prend date pour un autre « à venir ». Et nous prenons date avec lui. Non pour avis mais pour actions : lucides, concrètes, et jubilatoires ».

    Extraits de la Postface d'Ariel Kyrou, penseur et panseur de nos sociétés numériques, auteur de Ceci n'est pas un blasphème avec Mounir Fatmi (Inculte, 2015) et de L'emploi est mort, vive le travail ! avec Bernard Stiegler (Mille et Une Nuits, 2015).


    Bruno Teboul
    est diplômé d'une maitrise de philosophie, d'un DEA de Sciences Cognitives de l'Ecole Polytechnique, d'un Executive MBA à HEC, d'une Thèse de Doctorat de l'Université Paris-Dauphine. Il a passé une vingtaine d'année au sein de grands groupes, à des fonctions de directions marketing et digitale (Boulanger, Office Depot, Pinault-Printemps-Redoute, La Poste, Galeries Lafayette, Carrefour, Devoteam). Il est également entrepreneur du web (QXL en 1998, Brandalley en 2006). Depuis 2013, il est Senior Vice President Science & Innovation du groupe Keyrus, Membre de la Gouvernance de la Chaire Data Scientist de l'Ecole Polytechnique. Ses travaux transdisciplinaires (philosophie, économie, technologies numériques) s'articulent autour de l'analyse des mutations numériques et de ses conséquences sociétales. Il est l'auteur de nombreux articles et de plusieurs livres, notamment sur l'Uberisation de l'économie (Uberisation = économie déchirée, Kawa, mars 2015), et sur le Big Data (La Donnée n'est pas donnée - Big Data et Stratégie, Kawa, juillet 2016).

  • Ceci n'est pas un conte... mais à la manière d'un « Petit Prince » du 21ème siècle, nous avons imaginé, Céleste, un jeune extraterrestre, qui débarque aujourd'hui sur notre planète. Il y croise une dizaine d'animaux plus étonnants les uns que les autres. Au travers de ces différents échanges, il cherche à mieux nous comprendre et ainsi peut-être à trouver quelques idées qui lui permettront de remettre des étoiles dans les yeux des habitants de son astéroïde.



    Chacun des 10 chapitres est composé de deux parties : une première partie sous forme de récit, évoque chacune des rencontres de ce jeune extraterrestre. Elles servent de tremplin à une seconde partie qui donne quelques clés pour mieux comprendre le passé, se reconnecter au présent et évoquer les futurs possibles. Véritable instantané du 21ème siècle, Dis, raconte-moi demain ! met en avant les dérives de notre société mais aussi ses belles histoires. Il se veut une invitation à se questionner, se recentrer sur ce qui est important, reprendre le contrôle et retrouver confiance. À mettre entre toutes les mains...



    Guy JACQUEMELLE a collaboré à l'Express, à l'Obs et au magazine ELLE. Passionné de nouvelles technologies, il a travaillé dans le monde du Web et des mobiles pendant 20 ans et s'investit maintenant dans un think tank européen. Il a également publié quatre essais : Le Grand Oral de l'ENA, Citizen Cannes, La malédiction des start-ups, Leurs années Sciences Po et deux romans. Il est le co-auteur de Big Data : le cinéma avait tout imaginé et Au secours ma vie se digitalise.



    Sylvain LEROUX est passionné par l'innovation et ses impacts. Il évolue dans le domaine de l'internet et des telecoms depuis 20 ans et s'emploie à imaginer des solutions à la fois inclusives et durables. Fervent adepte de l'hybridation et de la transdisciplinarité au quotidien, il a notamment travaillé à construire des ponts entre le monde du digital et celui de la culture à travers des projets transmedia, de numérisation de patrimoine et la création d'un prix littéraire des lecteurs-internautes.

empty