Presses universitaires du Septentrion (réédition numérique FeniXX)

  • Ce volume collectif est le quatrième publié par le Centre de recherches sur le XVIIIe siècle britannique de l'Université de Lille III. Avec Regards sur l'Écosse au XVIIIe siècle, nous avons voulu aborder un sujet essentiel sur le plan politique et économique : les rapports fluctuants entre l'Angleterre et l'Écosse après l'Union de 1707. Les récits de voyage d'Edward Burte, D. Defoe et S. Johnson, qui correspondent chacun à une optique différente, nous ont permis de mesurer le changement d'attitude des Anglais vis à vis des Écossais, tour à tour barbares, partenaires économiques, rebelles et victimes. Mais les divergences fondamentales, entre les tenants de la dynastie hanovrienne et les fidèles partisans des Stuarts, facilitent l'implantation en France d'un groupe écossais puissant... Nous avons tenu, dans un deuxième temps, à souligner la richesse de la pensée philosophique écossaise, et le rôle novateur d'Hutcheson, Hume et Adam Smith. Nous avons retrouvé la même originalité dans le domaine littéraire et artistique - poésie, roman ou architecture. Mais il est rarement possible de dissocier le fait littéraire de la réalité sociologique qui le sous-tend : le Jacobitisme et la Rébellion de 1745 s'inscrivent en clair, ou transparaissent en filigrane, tout au long de notre enquête. Le volume que nous présentons ici n'a pas la prétention d'être exhaustif, et de couvrir tous les aspects d'un sujet qui s'avère immense. Nous avons privilégié certains d'entre eux, en adoptant une démarche pluridisciplinaire, grâce à la collaboration d'historiens, de philosophes, de spécialistes de civilisation et de littérature. Peut-être ces regards sur l'Écosse permettront-ils au lecteur français de mieux percevoir la complexité de l'histoire, et de la culture écossaises, au XVIIIe siècle, et de prendre conscience de l'étonnante ambivalence des rapports anglo-écossais au cours d'une période mouvante, sous son apparente stabilité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les mutations politiques, sociales et économiques qui s'opèrent en Pologne, depuis le début des années quatre-vingts, permettent aux historiens polonais de réécrire certaines pages de l'histoire de ce pays sans craindre la censure. En prenant essentiellement appui sur les récentes publications historiques polonaises, l'auteur du livre Les Polonais et la Pologne dans la tourmente de la Deuxième Guerre mondiale s'intéresse à l'organisation des forces armées polonaises à l'étranger, après la campagne de septembre 1939, à leur participation aux combats sur tous les champs de bataille de la Deuxième Guerre mondiale, et à la résistance à l'occupant en Pologne et en France. Il met en relief les exactions commises par les troupes d'occupation en Pologne, et la politique menée par les puissances occidentales, vis-à-vis du gouvernement polonais en exil. Il montre les conséquences des ingérences des gouvernements de la Grande-Bretagne, des U.S.A. et de l'U.R.S.S. dans les affaires nationales polonaises. Une partie importante du livre est consacrée à l'analyse des relations polono-soviétiques, qui furent interrompues par le coup porté dans le dos des troupes polonaises par l'armée soviétique, le 17 septembre 1939. Le destin des Polonais, surtout celui de ceux des territoires orientaux de l'ancienne Pologne, fut d'abord marqué par les déportations au coeur de la Russie et de la Sibérie, puis par le massacre de Katyn et l'immobilisme des Soviétiques pendant les tragiques événements de l'insurrection de Varsovie. Tous les problèmes sont abordés dans ce livre, de manière à permettre au lecteur de saisir le clivage politique qui n'a cessé de se creuser entre les tenants du gouvernement polonais de Londres, et les partisans du gouvernement polonais de Lublin, et qui a eu pour conséquence de faire de la Pologne un pays satellite de l'U.R.S.S.

empty