Stock (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dachau, fondé dès 1933, est le camp des opposants au régime nazi, des politiques, des résistants. En s'engageant dans la Résistance, ces hommes à qui nous devons la liberté, savaient où leur combat pouvait les conduire. À Dachau, ils ont essayé de tenir, ensemble, soutenus par cette force que possèdent tous ceux qui survivront, cette rage de s'être fait prendre, la force de la colère. Les détails de la vie et de la mort sont là. Les bourreaux aussi, et l'épuisement, la maladie et la solidarité, la faim, le désespoir, la chance radieuse qui passe et, parfois, un éclat de rire. Aucun lecteur n'oubliera ces mots vrais qui viennent du coeur, ces histoires simples et tragiques - les lunettes de Jean, le récit de l'infirmier qui rendait à ses camarades morts leur nom - ni ce que notait Gilbert dans son carnet miraculeusement sauvé. Hubert Comte, douze ans à la Libération, avait été fortement impressionné par la découverte des camps de déportation. De là, sans doute, sa volonté de recueillir, quarante ans après, des témoignages de survivants. Les voici, inattendus, vivaces, parfois imprévus. Avant le silence.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 1985, des commémorations. 1945, une victoire. Après la frénésie des combats, vient le moment des comptes. Puisque les victimes appartenaient à plusieurs nations, il fallait un tribunal international, et puisque la paix n'était pas encore signée (elle ne le sera que vingt ans plus tard), ce tribunal international serait militaire. Où le placer ? Au coeur de l'Allemagne, dans la ville qui fut le théâtre des plus grandes manifestations nazies : Nuremberg. Tout ce qui a été dit au cours de ce procès, a été pris, sans la moindre omission, en sténotypie, et occupe quarante-deux volumes : accusation, défense, témoignages. Casamayor était un des accusateurs. Il a puisé dans cette documentation et en a utilisé les passages les plus importants. Il prend les vingt-trois accusés, l'un après l'autre, pour terminer par la scène des exécutions. C'est la guerre qui est en procès : ses causes, ses épisodes inexorables, les démarches officielles, les intrigues secrètes, et la tension de plus en plus terrible qui entraîne les effroyables conduites dont un film récent a encore montré le détail. Communauté de sentiments : l'opinion unanime avait horreur des coupables. Étrangeté des décisions : pourquoi l'économiste, le diplomate, le propagandiste ont-ils été acquittés ? Compromission des politiques : pourquoi le nazisme a-t-il été encouragé en Europe jusqu'en 1938 ? Et puis quelques mystères : l'immobilisme des alliés après la déclaration de guerre, alors que les troupes allemandes se seraient battues à un contre cinq ; le refus entêté du Japon d'attaquer l'U.R.S.S. ; le sursaut tardif de conscience et l'attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler. Voilà, pour le lecteur, de quoi l'aider à mieux comprendre la situation mondiale que la guerre de 1939-1945 a créée.

  • Une époque qui représente une période clé de l'histoire : en 80 ans (Goethe : 1749-1832) elle a couvert 3 générations, reflets d'influence et de courants divers.

  • 12 heures 14, le 19 septembre 1989 : le vol UT 772, en provenance de Brazzaville, quitte N'Djamena à destination de Paris. 13 heures 35 : dernier contact radio, alors que l'appareil survole le désert du Ténéré. Puis, le silence et la mort : le DC 10 a explosé en vol. C'est un attentat monstrueux qui fait 171 victimes. Et le début d'une crise internationale imprévisible. De manoeuvres diplomatiques en scénarios guerriers, l'affaire du DC 10 d'UTA est, aujourd'hui, devenue l'un des dossiers les plus sensibles des Nations Unies. Au Conseil de Sécurité, menaces et ultimatums se succèdent. Un coupable est désigné : la Libye du colonel Kadhafi, présentée comme le sanctuaire du terrorisme international. C'est ainsi qu'un drame mondial se noue, à partir des convictions d'un homme, le juge parisien chargé de l'enquête, convaincu de détenir les preuves de la culpabilité libyenne. Jugeant l'affaire trop grave pour le croire sur parole, Pierre Péan a mené sa contre-enquête. Et ses découvertes sont stupéfiantes : un seul témoin à la base de l'accusation, une erreur due à une homonymie, une thèse incohérente, une absence de mobile, etc. Bref, un dossier faible, sinon vide. Pourquoi cet acharnement sur la seule piste libyenne ? Quels mystérieux enjeux cache la lutte antiterroriste ? Pourquoi ces jeux d'ombre et ces faux-semblants ? Autant de questions soulevées par ce livre iconoclaste qui, explorant les dédales du monde du renseignement, nous mène au Congo et en Libye, au Canada et aux Pays-Bas. Un voyage semé d'embûches et de pièges, tant la curiosité de Pierre Péan paraît déranger certains milieux...

  • À coups de secrets, voire de mensonges, la Suisse a donné l'image, pendant la Seconde Guerre mondiale, d'un îlot de paix et de neutralité. Depuis un demi-siècle, les dirigeants de la Confédération tiennent l'opinion mondiale - et d'abord celle de leur pays - dans l'ignorance de la réalité historique des années sombres. Il aura fallu l'affaire des biens juifs en déshérence, pour que le voile commence à se déchirer et qu'apparaissent les impostures. Les premiers visés ont été les banquiers. Ils ne sont cependant pas les seuls à avoir collaboré avec les nazis. Quelques hommes - le général Guisan, le conseiller fédéral Pilet-Golaz, l'ambassadeur suisse à Berlin Frolicher, le banquier Genoud - ont joué un rôle déterminant dans une collaboration objective avec le IIIe Reich. Depuis la capitale fédérale, ces messieurs de Berne ont su profiter, dans ce jeu ambigu, de courants politiques tant antisémites qu'antibolchéviques. Anesthésiée par une presse soumise à l'autorité militaire, la majorité de la population ignorait-elle les refoulements de Juifs aux frontières, la passivité de la Croix-Rouge, les trafics des banquiers, le commerce douteux et juteux des groupes industriels les plus puissants ? Fondé sur la consultation des archives, sur des déclarations de l'époque et des entretiens avec certains témoins du temps, ce livre veut, sans polémique ni a priori, contribuer à une prise de conscience qui, si elle a tardé à se manifester et rencontre encore des obstacles, commence à être souhaitée par les Suisses eux-mêmes.

  • Des témoignages de déportés non communistes dans les camps nazis et le regard d'aujourd'hui se répondent. Le déroulement du livre suit le parcours d'un résistant-déporté, depuis l'engagement jusqu'au retour du camp, en privilégiant les faits humains et intimes. Le lecteur découvre ainsi le parcours de Hélie de Saint Marc, Jean Mattéoli, Geneviève de Gaulle-Anthonioz... Avec des croquis inédits.

empty