• Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    SM le maudit

    Christophe Bier

    Une bande dessinée d'auteur bouleversante de vice et d'originalité
    Berlin, 1930. La République de Weimar vit ses derniers moments de décadence. Siegfried Mann se travestit dans un cabaret érotique. La tenancière, une naine à monocle, lui voue un amour exclusif. Mais le jeune garçon rêve de gloire et de cinéma. Un casting providentiel le propulse dans les griffes de Hilda von Kroft, autoritaire patronne de la Femdom Produktion. Elle fait du naïf acteur la nouvelle égérie d'un genre très spécial. Siegfried devient la star souffrante de romances sadomasochistes dans lesquelles aucun supplice n'est truqué. Sous la férule des femmes, il hurle avec conviction et vérifie la justesse de cet adage : l'art est une discipline. Cravaché, humilié, torturé, peut-il encore espérer un registre moins éprouvant ?
    Un choc visuel. Une bande dessinée d'auteur bouleversante de vice et d'originalité, servie par le trait étonnant d'Yxes et la perversion de Christophe Bier. Mieux qu'une contribution à l'univers sadomasochiste, SM le Maudit marque une révolution dans un genre qui donne rarement la suprématie aux femmes et s'offre au passage le luxe d'un hommage au courant artistique de la Nouvelle Objectivité et au cinéma des années 1930 (Marlene Dietrich, Fritz Lang, Tod Browning).

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    La capitaliste rhenane

    Yxes

    La domination féminine a trouvé son maître...
    Une journée dans la vie d'Heike Von Harbsthal, la plus puissante des dirigeants de la planète. Son entreprise, qu'elle dirige d'une main de fer, produit du sperme artificiel, mettant en péril la survie du sexe masculin. Objets sexuels, rabaissés socialement au sein des entreprises, les hommes sont devenus la lie d'une société gouvernée par les femmes.

  • Ce volume est offert à Michèle Lenoble-Pinson à l'occasion de son accession à l'éméritat, en hommage à sa carrière exemplaire d'enseignante et de spécialiste internationalement reconnue de la grammaire et de la lexicologie françaises. Dix-huit personnalités belges et étrangères ont glané pour elle dans les champs de la langue française des réflexions sur la norme et l'usage - notamment le Bon Usage -, sur des tournures syntaxiques récentes, sur l'analyse grammaticale traditionnelle de certains mots ; sur la maîtrise de l'orthographe, sur sa rationalisation ; sur la féminisation des titres, des noms de métiers et de fonctions ; sur la terminologie, sur l'élaboration des dictionnaires, sur l'apprentissage du vocabulaire, sur les tabous lexicaux ; sur la variation de la forme des proverbes à travers le temps et sur le vocabulaire de la chasse au vol. Ces contributions riches et variées ont été rassemblées pour l'amour des mots, en référence à l'attachement que Michèle Lenoble-Pinson a toujours porté à la discipline à laquelle elle a consacré toute sa vie professionnelle et l'ensemble de ses publications.

  • Autour de la notion de féminisme populaire, développée par l'histoire des femmes, c'est une histoire sociale et politique du pouvoir familial dans les camps palestiniens de Jordanie qui est le sujet de ce livre. Il montre comment l'exil de 1948 et la place des réfugiés dans la société jordanienne ont construit une "idéologie familiale" contestée par les femmes réfugiées. Elles ont "donné le change" en produisant une réalité de substitution, une image, celle de la pérennité du pouvoir masculin tout en le subvertissant, elles deviennent avant-gardistes. Cette société de femmes qui émerge est aux prises avec des valeurs "contraignantes" telle celle de l'honneur. L'ouvrage est rédigé à partir d'enquêtes faites dans deux camps palestiniens de Jordanie et de l'histoire d'une famille celle des Suleiman

  • Réalisé à partir de nombreuses enquêtes, ce livre traite du prix social et culturel de la vie conjugale pour les femmes. Les dernières décennies ont vu de nombreux changements dans les affaires privées en France. Une chose résiste malheureusement à l'usure du temps : l'inégalité des hommes et des femmes. Ce bilan passionnant montre que le prix de la vie conjugale et de la vie familiale demeure plus élevé pour les femmes que pour les hommes.

  • Un témoignage BDSM hard et inédit !
    Se balader nu, à quatre pattes, contraint de se branler devant une directrice de casting : on peut dire que ça n'est pas une audition banale pour un jeune comédien ! Mais le contrat mirobolant proposé à Maxime exige ces efforts. Le voici engagé pour un an com plet, sans RTT, pour le rôle de sa vie : chien de compagnie, avec niche et gamelle assurées, dans la grande propriété d'une productrice autoritaire. Aucun texte à apprendre mais toutes les nuances des aboiements et jappements. Sombrant dans un vice délectable, il prend un plaisir inattendu aux joies d'un dressage de tous les instants, réclame sa laisse, gémit sous la cravache quand il désobéit (ou pas) et lèche la main des maîtresses. Tout un monde complice s'organise pour nier sa nature humaine et le traiter en toutou, depuis la femme de chambre jusqu'au jardinier demeuré et l'amant de Madame, qui ont de beaux nonosses juteux à lui faire sucer. S'il existait un prix de la meilleure interprétation canine, aucun doute, Maxime l'emporterait.

  • Orphelin, Angel est recueilli par sa tante, femme assez bohème, qui ne vit que pour sa peinture et n'a pas le temps de s'occuper de sa grande fille ! Laquelle s'en trouve fort aise, et voit donc débarquer l'intrus d'un mauvais oeil. Mais le hasard s'en mêlant (Angel, parti précipitamment du pensionnat, a oublié ses malles), la cousine découvre qu'avoir un grand cousin qui n'a plus rien à se mettre, une fois qu'on a mis au lavage les vêtements qu'il portait, peut s'avérer fort distrayant. Pour le dépanner, elle lui prête une robe. Et le prenant sous son aile, car il est d'un naturel assez docile, elle en fait en quelque sorte une poupée grand format qu'elle habille, déshabille, maquille, démaquille... sans parler de tout le reste, car elle a les doigts plutôt indiscrets ! Si encore ces jeux restaient des duos ! Mais voilà-t-il pas qu'elle décide de faire passer son cousin pour sa " cousine ". Et de " la " présenter aux copines ! Je vous laisse deviner à quels jeux de poupée vont jouer toutes ces garces !

  • L'histoire du développement administratif au xixe siècle reste mal connue : l'étude des recensements de population des principales villes de l'Aquitaine (Bordeaux et Libourne, Périgueux, Mont-de-Marsan et Dax, Agen et Villeneuve-sur-Lot, Pau et Bayonne) effectués au début de la IIIème république (1872) et au coeur de la Belle Époque (1906) s'efforce d'éclairer cette question. Chemin faisant, l'auteur analyse les composantes de la "société administrative", le monde des petits employés, celui des fonctionnaires. Il en présente les origines géographiques, s'intéresse à leur mobilité spatiale, leur stabilité et aborde ainsi le thème des carrières. Les structures matrimoniales et démographiques, la féminisation de l'administration, la question du rapport entre exercice d'un petit emploi public et promotion sociale ne sont pas non plus ignorées.

  • L'université se féminise; les adultes y découvrent un instrument de promotion sociale et de perfectionnement; les jeunes n'y constituent plus un groupe homogène. Voilà autant de repères permettant de comprendre l'évolution récente des effectifs étudiants des universités québécoises. L'analyse de leurs aspirations, de leur cheminement et l'incertitude de leur insertion professionnelle constituent de précieux indicateurs de la relation formation-emploi.

empty