Littérature générale

  • Un drame familial sous le vernis de l'amabilité et de la respectabilité.Dans ce roman, on retrouve le monde victorien orgueilleux, conventionnel, dépeint avec maîtrise dont Ivy Compton-Burnett s'est fait le peintre cruel.
    L'ombre de l'inceste plane sur toute l'intrigue, bâtie autour de quatre couples de frères et soeurs, charmants, raffinés, amis des trois " enfants du château " dans lequel vit Sophia, la mère abusive, et son falot époux, Christian.
    Le secret honteux de la naissance de celui-ci va nous captiver tout au long de ce livre rythmé par des conversations en demi-teintes dont la perfidie n'a d'égale que la sournoiserie.
    Voici l'un des chefs-d'oeuvre de la vieille dame anglaise aux lèvres pincées qui, telle une entomologiste, a observé de son fauteuil la lente extinction des énergies victoriennes.


  • Le destin de quelques textes est d'incarner un genre littéraire. Le Journal de Marie Bashkirtseff reste, depuis sa parution, un des grands classiques de la littérature autobiographique.

    D'une capitale l'autre, de villégiature huppée en ville d'eau, Marie Bashkirtseff, jeune peintre russe d'une grande beauté, tente de vivre, d'aimer, de laisser une oeuvre à la postérité. Paradoxalement, c'est son journal intime qui fera d'elle une des figures les plus touchantes de la Belle Epoque.
    Jamais une vie ne fut vécue avec plus de fièvre, plus de soif de vivre, écrivait Hugo von Hofmannsthal. Elle a le grand don de l'expérience, cette sensibilité vigoureuse et délicate à la séduction extérieure, par où l'enfant et l'artiste se rencontrent. Ses nerfs sans emploi répondent avec plus de vivacité, de force et d'originalité à chaque impulsion ; son âme souple et séduisante s'enflamme et brille, mais elle se brûle à sa propre flamme et à vingt-quatre ans, elle s'est consumée.

empty