Editions du Cerf

  • La combattante courageuse contre l'envoilement nous fait découvrir l'envers du décor. Une plongée comme jamais, vivante, empathique et critique dans l'univers des jeunes des banlieues, l'ordinaire des profs, le quotidien des filles partagés entre la réalité d'ici et l'irréalité de là-bas. Un plaidoyer républicain.
    Nostalgie. Algérie. Jérémiades. C'est par ces trois mots, regroupés en Nostalgériades que s'ouvre le nouveau livre de Fatiha Agag-Boudjahlat, alternant l'essai politique et le récit autobiographique. Décrivant les naïves croyances des collégiens auxquels elle enseigne chaque jour (" Au bled, ça coûte rien ", " Seul Allah guérit "), et la difficulté qu'éprouvent les professeurs à enseigner la colonisation, la guerre d'Algérie ou la Shoah, la cofondatrice du mouvement Viv(r)e la République décrypte la condition féminine, en France comme dans les pays de culture musulmane. Rêvant d'un MeToo mondial, elle affirme dans sa splendide conclusion que si la condition féminine est un malheur, alors " il ne faut pas renoncer à ce malheur ".
    Sans langue de bois, sans naïveté et sans ressentiment, voici le nouvel essai flamboyant d'une femme puissante appelé à provoquer le débat.

  • La grande théologienne et bibliste française que le pape François a invité à prêcher au Vatican livre ici son manifeste le plus essentiel sur la place passée, présente et future de la femme dans le christianisme. Renversant.
    En ces temps de crise profonde, la relation entre les hommes et les femmes à l'intérieur de l'institution ecclésiale impose plus que jamais son actualité. Certes, le magistère entend, depuis quelques décennies, valoriser la part féminine de l'Église. Mais le constat s'impose : stéréotypes et préjugés sont demeurés intacts, tout comme des pratiques de gouvernance qui maintiennent les femmes sous le pouvoir d'hommes - des clercs en l'occurrence. Sortant de ces ornières, il s'agit d'éprouver ce que le " temps des femmes " qui cherche à advenir peut apporter de renouvellement dans l'intelligence des textes scripturaires qui ont modelé l'imaginaire en monde chrétien. Il s'agit aussi de montrer combien la prise en compte des femmes questionne à frais nouveaux l'identité de l'Église, l'économie en son sein du sacerdoce des baptisés et du ministère presbytéral, donc également les modalités de sa gouvernance.
    Un livre qui nous montre une série d'" éclats de féminin " pour suggérer les gains qui seraient ceux de cette ouverture. Et si, la femme était l'avenir de... l'église !

  • La première des premières dames de France à avoir exercé un rôle politique fut l'épouse de Napoléon III. La grande biographie d'une femme qui plutôt que d'être potiche voulut le pouvoir.
    Et si l'impératrice Eugénie n'était pas seulement l'épouse de Napoléon III mais aussi sa conseillère ? Et si cette première dame, dont on a vanté le raffinement, était d'abord une redoutable stratège politique ? Et si la dernière de nos souveraines était, en fait, une de nos plus illustres femmes d'État ?
    C'est ce portrait inattendu que dessine ici le jeune historien Maxime Michelet. De son mariage avec le nouvel empereur des Français, événement de premier plan, à l'organisation de sa fonction où son charme, sa bonté et son intelligence en firent une des plus fascinantes têtes couronnées d'Europe, en passant par ses années de régence, où elle dévoila un caractère de fer et une droiture sans égale, ce livre restitue la vie de la dernière impératrice au plus près de la construction politique du Second Empire.
    Une fresque historique entre luxe et charité, politique et mondanités, guerres, triomphes et défaites.

  • Parole de Dieu, la Bible constitue aussi le plus formidable des récits sur l'humanité. Elle n'en ignore rien, ni les hauteurs, ni les abîmes. À l'heure où la science affirme son pouvoir de transformer la vie, qu'a à nous dire le Livre des livres sur la vérité de notre condition ? Une réflexion étonnamment libre.
    Ruptures dans la génétique comme dans la géopolitique, dans la société comme dans la sexualité, dans la fraternité comme dans la famille : des questions bioéthiques aux interrogations sur l'ordre mondial en passant par le trouble démocratique, c'est toute l'universalité du fait humain, tel qu'instauré par la Bible et endossé par les Lumières, qui se trouve aujourd'hui bousculé.
    Cependant, d'un siècle à l'autre, d'un continent à l'autre, d'une personne à l'autre, est-il oui ou non une même humanité et, si oui, comment la caractériser ?
    C'est à cette tâche que s'est attelée la Commission Biblique Pontificale. D'Adam à Jésus, que nous dit la Bible sur la personne humaine ? Rendant compte comme nulle part ailleurs de toutes les lumières et de toutes les ombres de l'humaine condition, le texte inspiré ne témoigne-t-il pas avant tout d'une irrémissible espérance dans la grandeur de l'être humain qui fait de la totalité des enfants de Dieu des frères et soeurs liés par la soif d'une communion authentique ?
    Une étude d'une ampleur inégalée à ce jour. Un appel au réveil. Une plaidoirie contre les inhumanités passées, présentes ou futures.

  • Consacrée en 2017 pour son courage intellectuel et politique, Fatiha Boudjahlat dénonce dans ce nouveau livre nos aveuglements, compromissions et lâchetés, et en appelle au sursaut de la République contre le voile.
    Au-delà du voile comme objet, c'est l'acte même du voilement qui doit susciter notre réflexion. Qu'il concerne les mamans des sorties scolaires, l'étudiante syndicaliste, la chanteuse de télécrochet ou les petites filles, le voilement signe un consentement - construit, contraint, ou consenti - à un ordre patriarcal. Le voilement se banalise, de normal, il devient norme. Le soft power islamique s'associe à l'idéologie intersectionnelle pour en faire même un vecteur d'émancipation. Qu'il n'est pas. Qu'il ne sera jamais. Qu'il n'est nulle part.
    À travers cette enquête sans précédent qui signale et déconstruit démissions politiques, confusions médiatiques, manipulations militantes et errements judiciaires, Fatiha Agag-Boudjahlat livre ici une analyse exigeante contre ce multiculturalisme qui vient, qui signe le triomphe du communautarisme et de l'assignation identitaire. Contre la belle et ambitieuse promesse républicaine.

  • Alors que partout dans le monde des femmes se rebellent, souvent même au péril de leur vie, afin d'échapper au joug des islamistes, pourquoi en France, certaines décident-elles d'adhérer à une idéologie archaïque et mortifère ?
    Alger, Téhéran, Ryad, Djakarta : des jeunes musulmanes revendiquent le droit de ne pas porter le hijab, le tchador ou la burqa. Le prix pour cette liberté est pourtant élevé car beaucoup sont arrêtées, torturées et parfois même assassinées, comme Katia qui n'avait que dix-sept ans.
    Amsterdam, Londres, Paris : des féministes et des idéologues défendent le port du voile comme un progrès et un symbole d'émancipation. Le réguler serait une atteinte à la liberté des femmes.
    Quel odieux paradoxe ! D'où vient notre aveuglement ? Au nom de quoi passe-t-on sous silence les actes de bravoure de ces héroïnes des temps modernes qui se rebellent contre un voilement qu'elles n'ont pas choisi ?
    Donnant une voix aux victimes, décryptant les non-dits de nos politiques, Jeannette Bougrab nous exhorte à désobéir à la bienpensance.

  • Orpheline, célibataire, laïque, Mademoiselle Jaricot a traversé le XIX e siècle en réveillant la foi au sein de l'Église. La première grande biographie d'une femme qui a fait rimer spiritualité et liberté.
    Voici, inédit et saisissant, le portrait d'une pionnière, femme moderne et croyante, qui s'est engagée auprès des plus pauvres au sein du monde et dans l'Église.
    Tandis que la Révolution française prend fin, Pauline Jaricot naît à Lyon en 1799. Laïque et engagée, elle n'a d'autre source que le Christ qu'elle rencontre aux pieds des plus démunis. Elle a alors l'inspiration du " plan ", à la base de l'OEuvre de la Propagation de la Foi (OPF) et du Rosaire Vivant qui répandent aujourd'hui encore la dévotion mariale à travers le monde. Sa vie spirituelle est marquée par son angoisse pour le salut de tous les hommes. L'action, chez elle, naît de la prière.
    Un livre qui raconte comment le militantisme peut être mystique et l'engagement laïc, féminin.

  • Le journal de bord d'un témoin radical de la conversion et de la foi. Sous les événements de l'actualité, un éveil à la manière dont oeuvre l'Esprit dans l'homme. Renversant !
    Carnet de l'âme et chronique de l'actualité, voici le journal de bord, puissant et impétueux, prophétique surtout, qu'a tenu Véronique Lévy de l'été 2016 à l'automne 2018. La ferveur de la prière y illumine les drames et les conflits ravageant le monde. La convocation de l'Évangile et des saints y dévoile les affres du nihilisme contemporain. Le visage du Christ y recouvre l'abîme d'une humanité livrée aux maîtres de la robotique, aux sorciers de la génétique et aux idolâtres de la nouvelle Babel.
    Mais ce décryptage sans tabou et sans concession, où l'aphorisme alterne avec le commentaire, est aussi une épreuve incarnée de la compassion. Paradoxe de la foi vivante, c'est en toute liberté que Véronique Lévy entre en dialogue avec les Femen, les rappeurs ou les djihadistes, en interrogeant la signification ultime de leurs provocations ou de leurs dérives.
    Sommes-nous condamnés au narcissisme d'une autodéification qui tuera l'amour ? Le Dieu qui s'est fait chair n'a-t-il pas visité les enfers ? L'éclipse que nous traversons est-elle définitive ? Révélant les signes cachés de la transcendance, réveillant l'espérance d'une authentique délivrance, Véronique Lévy s'inscrit ici dans la tradition de la littérature catholique portée par un Bloy, un Claudel, un Bernanos, un Mauriac.
    Un ouvrage d'adoration et de combat. Un traité de révolution mystique.

  • Elles s'appellent Ève, Sarah, Esther, Judith, Marie, Madeleine. La Bible raconte leur histoire, la peinture leur a donné un visage et un corps. Un livre qui célèbre la féminité en couleurs et à travers les âges.
    Agar, Suzanne, Judith, Dalila, Élisabeth, la femme adultère, Marie Madeleine...
    Elles sont seize femmes de l'Ancien et du Nouveau Testament qui se racontent dans les chefs-d'oeuvre de l'histoire de l'art, de Fra Angelico à Lorenzo Lotto, en passant par Annibal Carrache, Nicolas Poussin ou encore Paul Gauguin et Maurice Denis.
    Christiane Lavaquerie-Klein et Laurence Paix-Rusterholtz analysent non seulement les tableaux de seize peintres mais également les points de vue d'autres artistes en mettant en avant les spécificités stylistiques ou narratives de ces pièces essentielles de l'art pictural. Ces comparaisons transversales permettent de voir qu'il n'existe pas une manière unique de représenter ces femmes, mais bien une riche palette d'expressions autour d'une même figure. Que les artistes répondent aux canons de l'Église, qu'ils prennent des libertés assumées ou qu'ils mêlent à la création leurs propres aspirations spirituelles, ils écrivent, à leur façon, une histoire de la condition féminine.
    Un essai illustré pour rendre hommage à ces femmes de Dieu, mises en lumière par des artistes inspirés.

  • Leurs ennemis sont célèbres : Staline, Hitler, Mussolini, Mao. Elles n'avaient qu'un objectif : dénoncer le totalitarisme. Elles n'avaient qu'une arme : leur stylo. Qui sont-elles ? Des femmes soldats, héroïnes de la liberté. Résistantes au communisme, au

  • Abolir la prostitution, mais autoriser la GPA. Supprimer la différence des genres, mais exiger l'égalité des fonctions. Réclamer l'abolition de la maternité, mais accepter l'imposition du voile. Se proclamer progressiste, mais enchaîner la condition féminine au Marché... Soixante-dix ans après Simone de Beauvoir, Eugénie Bastié dévoile ici, d'une plume enlevée et implacable, la misère du néoféminisme contemporain. L'égalité des droits est actée, le contrôle de la fécondité acquis, le système de la parité rendu obligatoire. Mais les nouvelles ayatollettes entendent poursuivre sans fin le combat, et lutter sans relâche pour un monde déjà advenu. Quitte, pour exister, à promouvoir les pires cauchemars d'Orwell, jusqu'à en oublier les véritables menaces qui pèsent sur le corps féminin. Des laboratoires de la Silicon Valley aux plateaux de l'Eurovision, du tapage des Femen au déni de Cologne, des colloques queer et trans aux réseaux sociaux de la délation, de l'invasion des ministères à la désertion des banlieues, cette enquête intellectuelle sans précédent montre comment, sous prétexte de militantisme, l'idéologie postmoderne travaille à la défaite des femmes. Et, plus largement, à la disparition d'une humanité partagée. Un livre décisif.

  • Qu'avons-nous fait des idéaux de liberté, d'égalité et de fraternité ? En avons-nous fini avec la République, la nation, la laïcité ? N'avons-nous plus le désir et l'amour de la France ? C'est de Finlande, où elle s'est exilée après la tuerie de Charlie H

  • Coach pour les femmes enceintes désireuses de continuer à travailler, Marine de Poncins montre comment la naissance de l'enfant est aussi celle de la mère. Une célébration de la vie, un guide pratique pour une grossesse active et heureuse. Alors que l'environnement social et professionnel se fait stressant et que l'ultra-médicalisation est devenue la règle, comment les femmes peuventelles encore considérer la maternité comme une voie d'épanouissement ? Et si le " délit de grossesse " et le harcèlement des femmes enceintes dans les entreprises venaient simplement d'une méconnaissance du génie féminin que la maternité révèle ?
    Forte de son expérience singulière et des témoignages qu'elle a recueillis, Marine de Poncins propose ici de revenir à l'essence de cette aventure humaine extraordinaire : la
    co-naissance, ce processus de transformation vécu par la femme qui devient mère. Loin d'être un fardeau, ces changements physiques, psychologiques et émotionnels, qui entraînent un autre rapport à soi, au temps et aux autres, apparaissent alors comme une source inépuisable de ré-humanisation pour l'entreprise et pour la société.
    Une dose d'optimisme à consommer sans modération.

  • De sa nièce Geneviève (1920-2002), le général de Gaulle déclarait qu'elle fut « un soldat de la France libre et un exemple ». Résistante, déportée à Ravensbruck, otage de Himmler, figure du RPF, partisane de la paix en Algérie, proche collaboratrice d'André Malraux, celle qui était surnommée « le petit de Gaulle » n'a pas seulement pris part aux combats majeurs de l'histoire de France ; elle fut aussi un hussard de la bataille contre la pauvreté à la tête du mouvement ATD Quart Monde. Des ors de la République aux bidonvilles de la banlieue parisienne, du procès de Klaus Barbie, où elle fut entendue, au Conseil économique et social, où elle défendit sa loi contre la grande pauvreté, nous suivons l'itinéraire hors du commun d'une héroïne de la nation. Une nouvelle édition revue et actualisée de cette biographie magistrale à l'occasion de l'entrée au Panthéon de Geneviève de Gaulle Anthonioz.

  • Comment naquit, sous la main de fer d'une héritière improbable, l'Angleterre que nous connaissons ? Cette biographie-monde de Joanny Moulin restitue à la fois un personnage majeur de l'histoire et un moment clef de civilisation. Elle tisse dans le même récit la marche irrésistible d'une reine vierge vers le pouvoir absolu et l'ascension soutenue d'une puissance insulaire vers la domination planétaire. De l'Irlande aux Indes, d'Édimbourg à Istanbul, des officines de la City aux couloirs du Vatican, voici une fresque qui mêle querelles de successions et guerres de religions, emprisonnements et assassinats, révoltes paysannes et rivalités continentales sur fond de batailles terrestres et d'incendies maritimes. Ces hommes de talent que furent le corsaire Francis Drake, l'espion Francis Walsingham, le bourgeois Thomas Gresham, le théologien Thomas Parker, l'écrivain William Shakespeare ne firent-ils que servir le rêve de revanche de la fille d'Anne Boleyn, la souveraine décapitée, et d'Henry VIII, l'ogre monarque qui l'avait reniée ? N'est-ce pas au contraire parce qu'elle fut à la fois femme et politique incomparable qu'Élisabeth Tudor bâtit une nation si résolue à affirmer son indépendance qu'elle en fit pour le reste de l'Europe, et jusqu'à aujourd'hui, la « perfide Albion » ?

  • Dans le contexte des violences conjugales, lorsque le processus de protection est en marche, le couple passe de la pénombre à la lumière : ce qui ressortait jusque-là de la vie privée, se trouve saisi par l'autorité publique. En 2001, l'enquête ENVEFF, présidée par le Professeur Roger Henrion, relevait qu'une femme sur dix mourrait sous les coups de son compagnon. Le constat est alarmiste et les pouvoirs publics se doivent de réagir face à ce fléau. Ainsi, depuis plus de quinze ans, le législateur est intervenu de manière systématique dans le cercle du couple conjugal et parental, instaurant un dispositif impressionnant plaçant assurément le couple sous haute surveillance. Il importe de saisir que les violences conjugales sont appréhendées tant sur le plan du droit civil que du droit pénal. Si la procédure civile devant le juge aux affaires familiales a pour objet la protection des victimes à travers la délivrance de l'ordonnance de protection, le droit pénal, quant à lui, réprime les atteintes à l'intégrité physique et psychique au sein du couple. Il est prévu tout un arsenal répressif à l'encontre de l'auteur de ces infractions. Il nous a alors semblé essentiel de réunir des universitaires, des professionnels et des praticiens afin de mener une réflexion globale autour de l'application des dispositifs existants en matière de violences conjugales aussi bien au regard de la victime que de l'auteur.

  • Héritière des grands écrivains russes, première poétesse de l'hébreu moderne, muse des pionniers d'Israël, Rachel Bluwstein a été une héroïne moderne au destin romanesque. Intellectuelle farouche, amante fougueuse, femme libre, elle s'est imposée, au nom de toutes ses soeurs de par le monde, dans les domaines jusqu'alors masculins de l'écriture et de l'action. Son oeuvre, qui a connu un immense succès de son vivant, perdure après sa mort comme un pan de la littérature universelle.
    Cette biographie illustrée nous fait revivre, à travers son histoire personnelle, sa soif de justice, son combat pour l'humanité, la seconde vague d'immigration juive qui gagna la Palestine à l'orée du xxe siècle.
    Une vie marquée du sceau de la passion, celle d'une artiste et d'une terre.
    Un livre mémorial brandi contre la fatalité des haines. Une voix à découvrir et à écouter. Incessamment.

empty