Flammarion

  • La Princesse de Clèves met en scène, à la cour du roi Henri II, un trio tragique : le duc de Nemours est épris de la princesse de Clèves, qui l'aime en retour, mais est adorée de son époux... Par refus de s'abandonner à une passion coupable, la princesse commet l'irréparable : elle avoue tout au prince. Et cet aveu central dont dépend l'issue du drame a fait couler beaucoup d'encre, ainsi que le résume la romancière Marie Darrieussecq : « Les premiers lecteurs de Mme de Lafayette, au XVIIe siècle, le jugèrent invraisemblable : quelle épouse pense devoir informer son mari de ses tentations adultères ? Au XVIIIe siècle, cet aveu, on l'a trouvé charmant. Au XIXe, immoral. Au XXe, idiot : mais qu'elle l'épouse donc, son bellâtre de cour ! Et au début du XXIe, on dit qu'il ne faut plus lire ce livre, mais c'est encore une autre histoire. »
    Dossier :
    1. Le roman et ses personnages au XVIIe siècle ;
    2. L'oeuvre vue par ses contemporains ;
    3. Un roman de la mondanité ;
    4. Le modèle du roman d'analyse ;
    5. Les adaptations cinématographiques.

  • Dvoue sans exaltation et tendre comme du pain frais , Flicit, la servante de Mme Aubain, aime successivement un homme, les enfants de sa matresse, un neveu, un vieillard qu'elle soigne, puis son perroquet , crit Flaubert. Cette pauvre fille de campagne , hrone ordinaire d'une existence banale, possde pourtant l'extraordinaire bont des coeurs simples et la profonde dvotion des saints. Donnant voir chaque dtail d'une vie minuscule, ce texte, issu des Trois Contes, fait figure de nouvelle raliste exemplaire. Mais, parce que le grotesque s'y mle au sublime, il n'en finit pas de troubler le lecteur par son ironie latente.

  • Trente ans, c'est l'âge de la vérité, l'âge où se concentrent toutes les forces vitales avant le déclin, où le besoin de vivre devient impérieux. À trente ans, Julie d'Aiglemont, dont ce roman nous retrace la vie, cède à l'adultère, pour échapper à un mariage décevant... De la jalousie au meurtre, du meurtre à la fuite, cet acte coupable mènera, implacablement, à la ruine de la famille tout entière. La Femme de trente ans, oeuvre noire et mystérieuse, est l'un des grands romans de Balzac sur la femme et sa condition.

  • Pour vaincre le mal, faites-vous plus méchant que lui. L'homme est un loup pour la femme. Derrière le sentiment cherchez l'intérêt, derrière les mots le calcul. À moins qu'aux ambitions parentales et aux sombres raisons d'argent l'ingénuité, les tendres rêveries du coeur, l'aspiration à un monde plus doux et plus confiant ne fassent entendre raison...
    Telle est la trajectoire parcourue par le théâtre des Lumières et dont Marivaux touche ici les deux extrêmes : la comique noirceur d'une société où, une fois les masques tombés, la morale est mise en de cruels embarras ; le mirage exquis de la vertu, du rire et du sentiment réconciliés.

  • Si la religion est omniprésente dans la réflexion de Freud, l'islam en est absent. On mesure à ce constat la richesse de la perspective ouverte ici : mettre au jour les refoulements constitutifs de la religion islamique.Partant de la crise contemporaine de l'islam et de son symptôme le plus visible qu'est l'islamisme, ce livre entreprend d'explorer les origines de l'islam. Pour interpréter cette «césure du sujet de la tradition» qui prend la forme d'un désespoir de masse, Fethi Benslama relit les textes fondateurs, gardés par un long règne d'interdit de penser.L'altérité féminine y apparaît comme la nervure centrale du refoulement propre à l'islam. Face à un dérèglement profond de la relation entre le réel et les formes symboliques que trahissent les extrémismes, l'analyse conduit alors vers des questions demeurées impensées, telle l'affirmation coranique selon laquelle Dieu n'est pas le père.

  • Ce livre explore les puissances qui animent l'acte sexuel, des plus pulsionnelles aux plus culturelles. Il montre comment le choix du genre ? se sentir femme ou homme ? est loin d'être conforme à l'anatomie et s'appuie sur une bisexualité psychique souvent méconnue. Chacun se choisit un genre en refoulant l'autre qui devient le lieu d'une attirance et d'un conflit, d'une « guerre des sexes » dont les péripéties animent le désir. Mais après avoir démonté les rouages de la « machinerie sexuelle », l'auteur aborde la partie la plus importante et la plus novatrice de son livre, celle qui concerne l'orgasme. Si la recherche de ce Souverain Bien commande beaucoup plus que le rapport entre les hommes et les femmes, on mesure qu'il y a dans cet essai un enjeu politique, centré sur un ressort secret qui anime la Cité.

    En couverture : Pierre Prud'hon, Vénus et Adonis, craie noire, grise et blanche sur papier brun roux, 1808, Rijksmuseum, Amsterdam. © Dennis Hogers / fotograaf PK-Online.

  • Il n'a jamais été aussi facile d'être une femme : on a le droit de vote, la pilule, et depuis 1727 personne ne nous a fait de procès pour sorcellerie. Cependant, quelques questions agaçantes persistent : pourquoi doit-on se faire épiler le maillot en ticket de métro ? Quelle position adopter face au Botox ? Est-ce que les hommes nous haïssent secrètement ? Pourquoi les soutiens-gorge font-ils si mal ? Et pourquoi tout le monde veut savoir quand on fera un bébé ?

    Moitié mémoires, moitié coup de gueule, Comment peut-on (encore) être une femme ? répond à ces questions - tout en nous racontant l'adolescence, le boulot, les strip clubs, l'amour, les kilos en trop, le shopping, l'avortement, la maternité et bien plus encore.

  • Dis-moi oui

    Brigitte Kernel

    « Ça commence par un interdit. L'une de ces choses que l'on ne veut jamais raconter, parce que l'on a honte. Honte d'avoir trompé, fait souffrir à ce point la personne aimée. Honte de s'être égarée, d'avoir été naïve, perdue au point de penser en finir. On peut mourir d'être toujours en vie. C'est ce qui m'est arrivé. » En amour, une seconde chance est-elle possible ?
    Après avoir trompé sa compagne, une femme s'interroge. Entre Paris, Montréal et Las Vegas, elle va tout mettre en oeuvre pour trouver la réponse.

  • Les miroirs truqués

    Françoise Dorin

    Meurtrie par les hommes, bafouée par son dernier amour, Eva ne possède qu'une seule arme pour affronter les cruautés de la vie : le mensonge, que certains appelleront plus crûment mythomanie.
    Dans le milieu d'artistes où elle souhaite s'imposer, la lutte est trop vicieuse, trop serrée. Très vite, Eva est prise à son propre piège, à ses Miroirs truqués, et si elle avouait, elle nierait jusqu'à sa raison d'être.
    Pas plus qu'on ne doit réveiller un somnambule, on ne doit réveiller une mythomane même avec les meilleures intentions du monde.
    Un roman émouvant et drôle, à l'image de la vie, où l'on savoure une fois de plus la verve et le talent de Françoise Dorin.

  • Entre Cisia et Timo, c'est depuis sept ans l'amour total. La fusion. Aussi lorsque Timo claque la porte, brutalement et sans laisser d'adresse, elle refuse d'accepter.
    Dévorante, obsessionnelle, destructrice, la passion demeure. Seule, malade d'absence, Cisia se révolte, décide d'écrire son histoire. Bientôt, suite à des coups de téléphone anonymes, elle se lance à la poursuite d'un inconnu qui l'attire étrangement.
    Qui est le dénommé Alexis Dumont, et où se cache-t-il ? Pourquoi ces hommes, Timo ou Alexis, se réfugient-ils dans le silence ? Seule l'écriture pourra lui rendre son amour. Mais Cisia ne le sait pas encore...

    Couverture : Photographie Koto Bolofo

empty