Fantasy & Science-fiction

  • Lune et l'autre

    John Kessel

    La vie est belle, dans la Société des Cousins. Cette colonie lunaire matriarcale est ce qui ressemble le plus à l'Utopie : si les femmes ont le pouvoir, les hommes ne sont pas aliénés pour autant et se contentent de leurs rôles d'hommes au foyer, d'étalons ou d'artistes. Mais certains n'y trouvent pas leur compte. C'est le cas du jeune Erno qui, après avoir assisté au one-man-show d'un certain Tyler Durden, est amené à remettre en cause le bien-fondé des principes de la colonie. Ou de cet homme qui, à peine arrivé de la Terre, a du mal à s'adapter aux nouvelles conditions de vie qui lui sont imposées et à canaliser sa violence.
    Ces quatre textes explorent avec finesse les rapports hommes/femmes lorsqu'ils sont inversés, et constituent peut-être le chef-d'oeuvre de John Kessel, un nouvelliste de grand talent à découvrir au plus vite.


  • Un saut dans le vide

    " Comment faire pour rompre ce cercle vicieux, comment mettre fin à la souffrance ?
    - Tu dois acquérir l'habitude de voir le côté positif de toute chose.
    - Vraiment ? C'est aussi simple que ça ? "
    Dans un monde en équilibre précaire, anges et démons luttent pour remporter ce qui s'apparente à une étonnante partie d'échecs dans laquelle les hommes sont des pions. Inconscients du poids de leurs actions sur le devenir de l'Univers, ils sont cependant loin d'être de simples marionnettes. Le libre arbitre, caractéristique de l'humanité, ne facilite pas la tâche des forces du bien et du mal qui se disputent leurs faveurs...
    Alors que chacun des deux camps tente d'influencer une myriade de personnages, une véritable étude du coeur humain se dévoile.
    Quand chaque âme engendre ses propres ombres, les envolées et les drames, les contradictions et la générosité qui nous habitent tous prennent une signification inédite et bouleversante.

  • Trois décès subits, trois départs tragiques, violents, inexpliqués ont tôt fait d'empoisonner la vie de Léa Gauvain. Chaque jour, un geste, une musique, un événement ramènent ses proches à sa mémoire. Rien de tel que des morts qui s'incrustent pour gâcher l'existence de ceux ou celles qui restent !

    Le souvenir sans tache que Léa entretient avec ses disparus la conforte dans sa profonde affliction jusqu'à ce qu'elle soit confrontée à la maladie et que la découverte de faits troublants vienne lever un voile sur le véritable passé des gens qu'elle croyait si bien connaître.

    Tout au long de sa descente aux enfers, la présence inconditionnelle de son chien Pavlov, pour qui la vie continue, trace petit à petit un chemin différent, qu'elle emprunte presque à son insu...

    Sans détour, Celle qui reste raconte, dans un style mordant et moqueur, l'histoire de ceux et celles qui partent sans jamais nous quitter vraiment.

empty