Éditions Druide

  • S'inspirant d'une nouvelle écrite il y a quelques années, Hugues Corriveau replonge au coeur d'une des thématiques qui lui sont chères : celle de l'enfance blessée, au détour de crimes involontaires et d'innocences brisées. À travers les yeux de Thomas, un jeune garçon, l'on vit le drame et l'enquête, grâce à laquelle se déploieront les trames d'un passé meurtri. Un récit intrigant, prenant.

    ***

    Résumé

    Thomas s'amuse à voler de la gomme à mâcher Bazooka au dépanneur du coin. Un soir où il s'apprête à commettre son larcin habituel sous l'oeil complice de la fille au comptoir, deux voleurs entrent et tuent cette dernière. L'enfant, terrifié, se retrouve avec, entre les mains, le révolver des deux assaillants et commet l'irréparable. Au fil de son enquête, un homme patient cherchera à comprendre pourquoi Thomas a tiré, voudra savoir si ce geste a un lien avec la mort de son frère aîné, Will, survenue deux ans plus tôt. Un récit qui, avec une grande délicatesse et une profonde tendresse, dévoile l'imagination fertile de l'enfance face au poids du passé et des drames du quotidien.

    ***

    L'auteur

    Hugues Corriveau est poète, romancier, nouvelliste et essayiste. Cinq fois mis en nomination pour le Prix du Gouverneur général du Canada, entre autres pour Les enfants de Liverpool (Druide, 2015), il a reçu de nombreux prix littéraires, dont le Grand Prix du livre de la Ville de Sherbrooke à trois reprises et le prix Alfred-DesRochers à deux reprises. En 1999, l'Académie des lettres du Québec lui remettait le prix Alain-Grandbois pour son recueil Le livre du frère (Éditions du Noroît, 1998). La fêlure de Thomas est son 33e livre.

  • Finaliste : Prix Hackmatack 2018
    Finaliste : Prix Tamarac 2017

    « Véritable bonbon, ce roman d'Annie Bacon est rempli d'originalité et de péripéties malicieuses. » (Sophie lit, Campagne pour la lecture)

    Le professeur Habbitrøle est l'adulte le plus étrange qu'Émile et Ophélie ont jamais rencontré. Il entre chez les gens sans frapper et s'emballe pour une science jusqu'ici inconnue : la pestiologie. Son sujet d'étude ? De minuscules créatures insolites invisibles qu'on peut observer à l'oeil nu en réunissant des conditions spécifiques. Après avoir admiré des spiratins à crête rouge sous le divan du salon, le frère et la soeur aideront le savant dans ses recherches. Ils pourchasseront des plombivares ricaneurs et s'attaqueront à un pestiole rare qui les entrainera dans une course folle, en compagnie de pestiologues encore plus excentriques que leur nouveau mentor. Un lien de confiance s'établira entre le scientifique et les deux enfants, qui n'auront plus envie que cette alliance se termine. Et dire que, pendant ce temps, les parents d'Émile et d'Ophélie paniquent, en quête d'une gardienne pour mercredi soir.

  • À travers l'écriture, Louise Cotnoir aime interroger les relations familiales complexes. Dans ce premier roman, l'auteure aborde de front une histoire classique sous un angle tout à fait inédit : celui du frère idéaliste rêvant d'être écrivain, mais à qui tout échappe. Le frère d'Antigone, c'est aussi les tourments d'une famille entière, accablée par les pulsions destructrices de ce fils, de ce frère, celui d'Antigone.

    Résumé

    Le frère aîné a toujours voulu devenir écrivain. Or, c'est la soeur qui réalisera ce rêve. Elle décide d'écrire l'histoire de la déchéance du frère. Portée à la fois par le personnage d'Antigone d'Anouilh et les drames familiaux qui ont émaillé la vie de son frère et la sienne, elle tisse un récit complexe, en écho à leur propre histoire. Pour mieux cerner cette réalité, elle parsème son texte d'extraits du Cahier que le frère écrivait en secret et dans lequel il notait ses échecs, de même que ses lectures et ses diverses rencontres. Se dessine ainsi l'image d'une famille déchirée et les aspirations d'une narratrice qui veut trouver sa voie au milieu d'une époque contrainte.

    L'auteure

    Louise Cotnoir, poète, nouvelliste, essayiste et maintenant romancière, est l'auteure de vingt et une oeuvres. Elle est finaliste, en 2006, pour le Prix littéraire du Gouverneur général (poésie), grâce à Les îles (Éditions du Noroît). Auteure plurielle, elle a fait paraitre un diptyque poétique aux Éditions du Noroît autour de la notion de soeur, dont le premier volet, Les soeurs de, en 2011 et le second, Vanessa Bell, soeur de Virginia Woolf, en 2016. En 2009, elle publie Le cahier des villes (L'instant même), un recueil de nouvelles qui complète sa Trilogie des villes amorcée en 1993 avec La déconvenue, puis Carnet américain (2003). Le frère d'Antigone est son premier roman.

empty