• Nouvelles de Norma Dunning
    Traduit de l'anglais par Daniel Grenier

    Annie Muktuk, les hommes la désirent et se l'arrachent. Elle règne avec sa beauté légendaire et sa gloire chimérique sur le petit monde d'Igloolik. Des visages hauts en couleur prennent aux tripes. Josephee, se fiant à la ruse des Esprits, amène sa femme Elipsee sur le territoire dans l'Arctique pour la guérir du cancer. Husky, agent de la Compagnie de la Baie d'Hudson, vit rondement avec ses trois épouses, Tetuk, Alaq et Keenaq jusqu'au jour où ils partent ensemble en vacances dans le sud. Ces récits drôles et crus disent le racisme, l'aliénation, mais aussi la tendresse, le sexe et l'humour. Annie Muktuk touche au coeur de ce que signifie être inuit.

    Extrait
    J'ai appris quelques trucs importants au cours de mes trente et quelques années de vie. Ne tombe pas en amour. Baise-les lentement. Baise-les fort. Et ne les baise jamais deux fois. Le sexe, c'est ma matière forte. Ça me donne de la puissance. Ça m'apporte un étrange réconfort.

    Prix et distinctions
    o Prix littéraire Danuta Gleed 2017-2018 ;
    o Livre de l'année INDIEFAB 2018 (nouvelles) ;
    o Prix Howard O'Hagan 2018 pour la nouvelle ;
    o Classé 7e parmi les 99 meilleurs livres de 2017 du quotidien National Post.

    L'auteure
    Romancière inuit, Norma Dunning écrit les légendes de ses ancêtres et creuse les chemins de son identité. Elle vit à Edmonton où elle enseigne les savoirs autochtones. Acclamé par la critique, Annie Muktuk est son premier livre.

  • Abandonnée à la naissance sur le parvis de Notre-Dame, Fanette a grandi auprès des Balard, des gens sans coeur et sans scrupule qui exploitent la petite fille. Mais, heureusement, celle-ci croisera le chemin de Joachim, Gaspard et Fanette et pourra échapper à sa si triste vie. Grâce à la petite troupe de Monsieur Vincent, elle trouvera le bonheur et se découvrira une famille.Les aventures touchantes et pleines de tendresse de la petite troupe de Monsieur Vincent, des enfants infatigables ayant à coeur de venir en aide aux plus démunis. Sous la houlette de saint Vincent de Paul et de ses Filles de la Charité, ils savent faire preuve d'une bonne dose de courage et d'imagination.

  • Un an a passé depuis les folles aventures des scouts et des guides dans les Pyrénées. Édouard est désormais chef de la patrouille des Loups. Mais qui pourrait bien le seconder ? Si Ange, cet ex-murmureur devenu son ami, n'habitait pas si loin, il serait parfait pour le rôle...Cette année, pour leur camp d'été, les scouts s'installent à Brocéliande, terre des légendes du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde, en compagnie de Clémence et de ses amies guides. Lorsque les Loups découvrent une preuve qu'Excalibur existe bel et bien, ils se lancent dans une quête pleine d'énigmes et de découvertes aux quatre coins de cette forêt féerique.Seule ombre au tableau... ils ne sont pas les seuls à rechercher la légendaire épée. Mais, au fond, qui sont vraiment les ennemis des Loups ? Cette dangereuse Guilde du chevalier noir ou l'ombre qui les suit, tel un revenant venu les hanter ? Jusqu'où Édouard sera-t-il prêt à aller pour retrouver l'épée et remporter le camp ?

  • La contrebande du sel était liée sous l'Ancien Régime au système des gabelles. Cet impôt, le plus détesté de toutes les taxes, était particulièrement injuste et inégal tant dans sa répartition géographique que dans son coût, le sel valant neuf fois plus cher en pays de grandes gabelles qu'en pays rédimés. Le sud de la Touraine était constamment en contact avec le Poitou, la Saintonge ou la Basse Auvergne, alors que ces provinces étaient rédimées. Cette disparité des prix d'une province à l'autre ne pouvait qu'inciter à la contrebande d'une denrée essentielle à la vie des hommes et des animaux. Qui étaient les faux sauniers au sud de la Touraine ? Quel était leur âge, leur niveau de vie ? Quelle distance parcouraient-ils pour échapper à la vigilance des gardes ? Quels chemins empruntaient-ils ? Où allaient-ils s'approvisionner en faux sel ? Pour quelles raisons fraudaient-ils ? Pour en tirer profit, par nécessité, par défi ? Pourtant les peines étaient sévères pour ceux pris avec du faux sel. Autant d'interrogations, à côté de bien d'autres, auxquelles ce livre illustré répond, découvrant pour nous une page essentielle de l'histoire de la Touraine et du Poitou, tant le souvenir de la gabelle reste présent. Au-delà d'une description rigoureuse de cette période, l'auteur nous partage la vie des faux-sauniers avec talent.

  • Bâtie dans un rang peu fréquenté à Henryville, la maison de campagne de Cécile avait grand besoin de soins et d'affection pour retrouver son atmosphère accueillante et sa fière allure. Et c'est tant mieux : sa nouvelle propriétaire, énergique et enthousiaste, est ravie de se lancer dans l'aventure avec ses enfants, découvrant par la même occasion les joies et les défis de la vie champêtre.
    Lorsque, des années plus tard, une famille s'arrête pour admirer la maison remise à neuf, Cécile se fait un plaisir de raconter son expérience. Mais les questions de la jeune fille de cette famille se font de plus en plus pressantes : y avait-il, et y a-t-il encore, des fantômes dans le grenier de cette fabuleuse demeure ?

  • Parce que son médecin lui a ordonné un repos complet à la campagne - « Pas de travail, pas d'études, pas de lectures ! a-t-il dit » -, Diane va découvrir l'étrange secret de famille : « Pourquoi sa grand-tante Arthémise ne s'est-elle jamais mariée ? » Ce mystère lui sera révélé par les lettres retrouvées au grenier et adressées par Arthémise à un lointain cousin. Celle-ci, sous prétexte de lui faire aimer « son pays », décrit avec enthousiasme, chaleur et précision, la vie à Sainte-Pazanne et en « Loire Inférieure » à la fin du XIXe siècle. Joies et peines de vies humbles faites surtout de labeur sont la trame de ce récit qui touchera le lecteur et le renverra à ses propres racines. Car chacun d'entre nous n'a-t-il pas, plus ou moins profondément enfouies, ses origines à la campagne ?

  • Lorsqu'ils ont débarqué à la maison de campagne que la mère de Théo avait louée pour les vacances, Nicolas et son cousin ignoraient tout du lourd passé de Baie-des-Corbeaux. Ils ne savaient rien du peintre damné. Rien des sorcières rouges qui le haïssaient. S'ils avaient été mieux informés, les deux garçons n'auraient sûrement pas forcé l'ouverture de la trappe permettant d'accéder au grenier. Ils ne se seraient jamais approchés des horribles toiles qui y étaient accrochées.
    Mais, hélas, ils ne savaient pas...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'oncle Gustave est venu passer la nuit chez Manou. Pour l'accommoder, Manou lui cède sa chambre et va dormir au grenier. Mais la petite pièce sombre du grenier est bien mystérieuse et inquiétante. D'ailleurs, Manou est bientôt convaincu qu'il n'y est pas tout seul...

  • Tout finit par s'arranger pour les coeurs fidèles. Quatre compagnons d'une histoire exemplaire se retrouvent après mille péripéties. Bien entendu, le hasard, qui veille sur nos héros et qui a décidé qu'il est temps pour eux de se retrouver, fait très convenablement les choses. Martial, le fantôme muet tué à la guerre, retrouve la parole et sa fiancée Ninon - Mme Bouldemite -, Adèle H., la chauve-souris gourmande voletant au-dessus de leur tête, le chien Benjamin sur leurs talons...

  • Fabien est peureux, tellement peureux que tout le terrorise/rester seul à la maison, descendre à la cave, monter au grenier. Mais ses parents, eux, n'ont peur de rien. Ils battent leurs adversaires à plate couture. C'est sûr, ce sont des espions !

  • Dans la ville de béton où il a vu le jour, Narcisse s'ennuie.

empty