• Il y a d'un côté le colosse unijambiste et alcoolique, et tout ce qui va avec : violence conjugale, comportement irrationnel, tragi-comédie du quotidien, un "gros déglingo", dit sa fille, un vrai punk avant l'heure. Il y a de l'autre le lecteur autodidacte de spiritualité orientale, à la sensibilité artistique empêchée, déposant chaque soir un tendre baiser sur le portrait pixelisé de feu son épouse. Mon père, dit sa fille, qu'elle seule semble voir sous les apparences du premier. Il y a enfin une maison, à Carrières-sous-Poissy, et un monde anciennement rural et ouvrier. De cette maison il faut bien faire quelque chose, à la mort de ce père Janus. Capharnaüm invraisemblable, caverne d'Ali-Baba, la maison délabrée devient un réseau infini de signes et de souvenirs pour sa fille, la narratrice, qui décide de trier méthodiquement ses affaires. Et puis, un jour, comme venue du passé et parlant d'outre-tombe, une lettre arrive qui dit toute la vérité sur ce père aimé auquel, malgré la distance sociale, sa fille ressemble tant.

  • Vimbai est la meilleure coiffeuse du Zimbabwe. Fille-mère au caractère bien trempé, c'est la reine du salon de Madame Khumala; jusqu'à l'arrivée de Dumi, surdoué, beau, généreux, attentionné, très vite il va détrôner Vimbai.
    Quand Vimbai comprend enfin le secret de Dumi, elle fait un chemin intérieur que le pouvoir au Zimbabwe est loin de suivre.

    Le meilleur coiffeur de Harare ne se contente pas d'une romance aigre-douce et des cancans d'un salon de coiffure. Outre la dénonciation de l'homophobie, il propose une peinture légère, mais implacable de la vie quotidienne et politique au Zimbabwe.

  • Ghjulia Boccanera est détectivée privée. D'origine corse, elle vit et travaille à Nice. Viscéralement indépendante, elle a choisi cette voie pour n'avoir de comptes à rendre à personne - ou presque. Elle est engagée pour enquêter sur une série de meurtres, peut-être homophobes, particulièrement violents. Entre la directrice d'un grand groupe, un réfugié syrien, un travesti et un inspecteur du travail, ses interlocuteurs sont pour le moins variés, les mobiles restent flous.
    Avec Boccanera, le lecteur arpente les ruelles du Vieux Nice, longe la Promenade, se balade sur le port. Elle n'a pas froid aux yeux et est entourée d'une multitude de personnages atypiques et forts en gueule. Point de départ d'une série qui s'annonce prometteuse...

    Michèle Pedinielli, née à Nice d'un mélange corse et italien, est « montée à la capitale » pour devenir journaliste en presse écrite pendant une quinzaine d'années. Aujourd'hui de retour à Nice, elle a décidé de se mettre à l'écriture suite à la sélection de sa première nouvelle par le festival Toulouse Polars du Sud.
    Boccanera est son premier roman, point de départ d'une série noire se situant à Nice.

  • On ne peut plus nier l'homosexualité dans l'Église. Mais " sortir du placard " ne suffit pas à vivre. Revenant sur son parcours d'exclu, un grand théologien " gay " explore la bible pour que cessent de part et d'autre le préjugé et le ressentiment, et que s'instaure la vérité de la fraternité. Une confession courageuse, un programme ambitieux.
    Voici la plus émouvante des confessions, le plus dérangeant des témoignages et la plus importante des réflexions sur l'homosexualité au sein de l'Église.
    Anglais converti au catholicisme, devenu prêtre par vocation, et bien avant d'être reconnu comme un théologien majeur, James Alison a décidé de ne plus être le complice du mensonge ecclésiastique. Maintenu, malgré tout, dans son sacerdoce par l'intervention personnelle du pape François, ce spécialiste de René Girard, et donc de la violence et du sacré, nous met au défi, à la première personne, de l'entendre sur la foi en tant que "gay'. Passant de l'exégèse à l'anthropologie, de la réflexion biblique sur les fausses interprétations de l'amour au récit personnel sur les épreuves avec l'institution, ce livre crucial sur la richesse de la vie, sur l'acceptation de soi, sur le pardon, constitue aussi une méditation universelle sur le ressentiment et sur l'antidote qu'offre l'Évangile.
    Une démonstration éblouissante de la vitalité du christianisme au XXIe siècle.

  • Après les interrogations produites par les mouvements LGBTI, les personnes qui se pensaient « normales » se sont découvertes « hétérosexuelles » dans les années 1990. Aujourd'hui, de nombreux et nombreuses hétéros interrogent tout à la fois les identités sexuelles (les bisexualités, l'asexualité, le libertinage, le triolisme, le candaulisme, le bdsm...), les identités de genre (cisgenre, bigenre, non-genre, genre fluide, travesti, hétéroqueer...) et les dispositions sexuelles comme le polyamour qui tendent à dépasser la prison du couple homme/femme traditionnel.       
    Ce livre fait le point sur ces termes qui sont tout à la fois des notions, des concepts et/ou des identités socio-sexuelles. Qu'elles concernent le genre et/ou les sexualités, elles ont en commun d'essayer de se distinguer de l'hétéronorme qui devient aujourd'hui un corset trop étroit pour de nombreuses personnes.

  • George et Phil habitent à Paris. Ce sont des plasticiens reconnus. Ils sont mariés et papas de Gabrielle. Leur vie est douce. Jusqu'à ce jour où tout bascule : ghetto, losange rose, interdictions, laissez-passer...
    Christophe Léon imagine un futur dans lequel règne l'intolérance, la violence et la peur. Un futur qui nous ramène vers un passé pas si lointain...

    Christophe Léon est né en 1959, il vit actuellement en Dordogne et se consacre à l'écriture. A la frontière entre les genres, il se construit un parcours littéraire singulier, avec des romans jeunesse, une pièce de théâtre et des fictions contemporaines.Il a publié à L'Ecole des loisirs, aux éditions du Rouergue, Thierry Magnier, Alice et Oskar éditions.Site personnel : http://www.christophe-leon.fr/

  • Paris. On y bat le pavé, plus qu'ailleurs, pour crier sa colère et sa peur. Pour parler d'amour, aussi. Les uns demandent le respect. Les autres redoutent ce monde qui change.
    Alors que la France s'embrase autour du mariage pour tous, un dangereux oiseau de nuit s'en prend avec violence et cruauté à des membres de la communauté gay. Chrétien Bompard, épaulé de ses fidèles Grenelle et Machnel, est chargé de l'enquête. Qu'a donc réveillé ce climat de défiance et de mépris ? Bompard rencontrera aussi Camille, une infirmière qui milite pour le droit à mourir... rappelant que certains demandent la dignité dans la vie, d'autres dans la mort. Les fils de l'enquête sont subtils, adroitement tissés. Il faudra toute l'ingéniosité de Bompard pour les dénouer et parvenir, à bout de souffle, à une issue aussi terrible que libératrice.

    Catherine Bessonart, a publié, chez le même éditeur, la première enquête de Chrétien Bompard, Et si Notre-Dame la nuit..., prix Polar du Meilleur Roman francophone du Festival de Cognac 2013. A suivi La Palette de l'ange (2014).

  • Rien de plus frustrant pour un policier qu'un cold case : une enquête qui, par manque de preuves, reste non résolue. Malgré toute son expérience, Maud Graham a toujours de la difficulté à accepter que ces cas inexpliqués fassent partie du métier. Surtout que, dans une ville paisible comme Québec, les actes criminels ne sont pas légion. Néanmoins, de nouveaux indices viennent remettre à l'avant-plan un meurtre et une disparition survenus des années plus tôt et pour lesquels ni coupables ni motivations n'avaient été trouvés. Avec ses coéquipiers, Graham ne pourra que constater, encore une fois, à quel point la haine viscérale de quelques individus peut conduire au drame et à la dévastation. On aimerait croire que, dans nos sociétés modernes, les crimes homophobes et xénophobes n'existent plus. Ce serait se mentir...

    Une intrigue dense, saisissante et sombre, qu'éclaire le grand talent de Chrystine Brouillet pour brosser un portrait social riche et nuancé.

  • L'enfant mascara est une histoire d'amour à sens unique, comme on en voit partout, dans toutes les écoles secondaires. À cette différence qu'elle se conclut de manière particulièrement tragique. Inspiré par des faits réels qui se sont déroulés dans la ville d'Oxnard, en Californie, Simon Boulerice transpose dans la fiction l'un des meurtres homophobes, voire transphobes, les plus violents à s'être produits aux États-Unis, tout en rendant hommage à Larry/Leticia, un être rempli de désir, d'éclat et d'arrogance, dont la vie n'aura été que fulgurance.

  • Jeune agrégé d'histoire et géographie catapulté dès sa première rentrée scolaire dans un collège «de banlieue», Iannis Roder se heurte très vite à une réalité tragi-comique, en contradiction avec ses idéaux et le discours officiel de l'institution. Que peut-il enseigner à des enfants qui disposent de cinq cents mots pour communiquer et dont certains savent à peine lire? Des enfants à la vision simplifiée, voire simpliste, du monde. Qui ne savent pas se situer, quelque part entre leur quartier repoussoir et leur pays d'origine dont ils ne sont pas. Des enfants lâchés et trompés par le système, bercés par l'imaginaire doré de la télévision, rêvant uniquement de gloire et d'argent. Dans son établissement comme dans tant d'autres, la violence ordinaire, presque banale, charrie son lot de sexisme, d'homophobie, de racisme, d'antisémitisme...
    Face à ce quotidien vécu par de nombreux enseignants, Iannis Roder nous livre un témoignage lucide, à contre-courant des non-dits et des discours condescendants. Restituant de bouleversants dialogues avec les élèves, il nous invite à retrousser nos manches, à changer le monde, l'école et à offrir des perspectives citoyennes aux enfants.

  • À la parution de son premier roman, À cause des garçons, Samuel Larochelle a fait une entrée remarquée. Danielle Laurin écrivait dans Elle Québec : « Il a 27 ans, du bagou, du talent. » Voici la suite de cette première publication, le deuxième volet des tribulations amoureuses, professionnelles et existentielles d'Émile. Ponctué d'humour et d'élans d'émotions, ce deuxième titre aborde de front le couple sous toutes ses formes et tous ses angles, en plus d'écorcher l'homophobie ambiante et notre rapport à l'image.

    Été 2012. Émile Leclair est en Asie, perdu, malade et seul. Pourtant, six mois plus tôt, à Montréal, le couple qu'il formait avec Davide était un exemple de fulgurance amoureuse capable de convertir les plus cyniques. À travers le regard du jeune Gaspésien, ses souvenirs, son intensité et ses réflexions souvent très drôles, on revisite l'année toute en montagnes russes qui a précédé ce voyage et les surprises qui ont suivi... Sa complicité avec Davide a-t-elle succombé aux obstacles placés sur leur route ? Est-il plutôt arrivé quelque chose au peintre italo-iranien, dont la carrière semblait sur le point d'éclore ? Ou est-ce le jeune photographe qui aurait perdu pied, à travers ses premiers contrats, ses projets d'expositions et ses questionnements persistants sur le regard des autres ? D'une manière ou d'une autre, Émile gagne en maturité au fil du temps et des expériences. Et comme toujours, ses proches - Lilie, Clara, Charles, Bryan et la mamma - savent l'entourer, sans se gêner pour le confronter à ses certitudes sur le couple !

  • Vivre caché

    Bram Westbrook

    Pourquoi "vivre caché" ???
    Si le harcèlement est une cause qui vous tient à coeur, si vous l'avez subi ou le faites subir, alors je vous conseille de plonger dans ce recueil du ressenti crescendo d'un harcelé. 

  • Inversion

    Sabine Ornon

    À partir de ce jour, je décide de vivre dans un monde inversé, un univers de ma propre invention, dans lequel j'enfreins toutes les règles qui régissent ma vie jusqu'à présent. Construire ma vie avec ce que j'ai mais aussi avec ce qui me manque pour lui donner un sens. Ne plus mener ma vie en fonction d'êtres et d'événements que je fuie. Je m'efforce de remonter loin dans mes souvenirs, dans le temps. Là y repose piégée ma vérité. Elle gît n'attendant qu'une main tendue pour resurgir et me délivrer de ce puits sans fond dans lequel je suis tombée. 
    J'y suis presque... Je ferme les yeux et me raccroche à ces bribes de souvenirs, me laissant entraîner vers une douce journée ensoleillée où l'ombre déverse sa fraîcheur. Avant Alex, j'étais immergée dans un quotidien ni chaud, ni froid. Tout en moi était assoupi. Avant elle.
    Élargissement corporel et psychique quand elle a posé ses lèvres sur les miennes. J'étais à la fois dans mon corps et hors de mon corps. En accord avec moi-même et avec elle. La peur a disparu. Depuis ce premier désir de sentir ses lèvres sur les miennes, je me sentais intranquille. Une peur m'avait inondée et avait dilué mes nuits dans des nappes noires d'angoisse. Alex m'a poussée sur le fil : j'ai joué les équilibristes pendant des mois. La première fois que j'ai senti son corps contre le mien, ivresse de la plénitude. Ma féminité s'accordant à la sienne. Douceur de la réciprocité. L'histoire enfin peut commencer.

  • Les associations LGBT parlant à la place des homosexuels et en leur nom, on peut se demander si l'homophobie qu'elles dénoncent n'est pas plus simplement de la gayphobie. Dans ce cas, attaquent-elles vraiment le problème par la racine ou ne font-elles qu'entretenir la défiance de la société à l'égard de l'homosexualité en déplaçant sa haine sur elles et les centaines de milliers d'homosexuels qu'elles prétendent représenter. Or, la mouvance LGBT représente-t-elle vraiment tous les homosexuels ? C'est ce qu'on pourrait se demander...

    Sortant des explications alambiquées sur les causes de l'homosexualité, ce petit livre permettra au lecteur de se libérer de la justification magique (malédiction ou bénédiction) reposant sur la soi-disant innéité de l'homosexualité - théorie soutenue par certains homosexuels et par les sympathisants LGBTistes -, ou ne trouvant aucune réponse satisfaisante dans le fouillis des innombrables thèses psychologiques de penseurs éloignés du monde réel, et d'aborder plus sereinement l'homosexualité de ses proches ou la  sienne propre.

  • Successivement condamnées par la religion, criminalisées par le droit pénal et finalement médicalisées, les minorités sexuelles ont subi une forte répression institutionnelle. Depuis, les luttes des mouvements gais et lesbiens ont conduit, dans certains pays, à la reconnaissance des droits des homosexuels au mariage et à la parentalité. Toutefois, l´homosexualité est encore trop souvent perçue comme une menace à la tradition et à l´ordre « naturel ».

    Réunissant les contributions de chercheurs en sociologie, en philosophie, en criminologie, en histoire, en anthropologie, en sexologie et en travail social, cet ouvrage porte sur les multiples modes de régulation institutionnelle et sociale des minorités sexuelles. Tout en exposant les différentes pratiques de répression employées par le passé, les auteurs traitent de sujets contemporains comme l´homophobie dans les écoles et l´homoparentalité. Soulevant des questions de justice sociale, ils rappellent que tous, gais et lesbiennes y compris, sont engagés dans le processus de régulation des minorités sexuelles.

  • Rachid doit mourir. Les chasseurs sont à ses trousses. Rachid, c'est M. Petit-Mec-des-Cités : débrouille, glande, les barres HLM comme horizon, la fuite comme seul espoir, mais peut-on fuir quand la fatalité vous tient entre ses pattes ? Les chasseurs, c'est le Groupe Mérovée, une poignée de flics qui veulent imposer par la violence la suprématie de la race blanche. Rien ne peut les arrêter. Sauf que Jean, la dernière recrue, jeune provincial projeté en pleine guerre urbaine, est tombé amoureux de Rachid. Dans ce monde ravagé par la haine, que Nicolas Jones-Gorlin décrit avec une précision et une force implacables, tout n'est peut-être pas encore joué. L'amour s'est invité, et il n'a pas épuisé ses surprises.

  • Djihad ?

    Frédéric Lemonnier

    Dans leur immeuble résonne l'ouverture de Tannhaüser : cela signifie pour Mohamed et ses cousins qu'il est temps de se rassembler autour du Cheikh. 
    Dans le plus grand secret, ils travaillent à la préparation d'une attaque terroriste. Bientôt, ils passeront à l'action...
    Si les deux frères sont totalement acquis à la cause, Mohamed se montre plus réservé... Et surtout, il y a cette rencontre avec Julien qui le bouleverse. Mohamed sait pourtant que sa religion condamnerait une relation plus intime avec cet inconnu. Doit-il choisir entre sa foi et l'amour ? Pourra-t-il mener sa mission jusqu'à son terme?
    Un roman audacieux et saisissant d'actualité. 

empty