• Le corps est une construction, physique autant que psychique. Celle-ci peut être déficiente, inachevée, mise à mal par des circonstances diverses (traumatisme, maladie...) mais aussi par le contexte relationnel et émotionnel. En effet, le corps se construit et fonctionne dans le lien, dans la rencontre, l'interaction. Le corps n'est pas seulement ce qui me permet d'être là et d'entrer en relation, il est relation et intrication avec le monde. Ce processus ne s'arrête qu'avec la mort.

    Dans cet ouvrage très complet, Benoit Lesage explore ce qu'est un corps, ce qu'il nous donne à vivre, à partir de sa pratique : pratique personnelle sensible du mouvement, de son expressivité, qu'il s'agisse de techniques somatiques (eutonie, Feldenkrais...), d'arts énergétiques (yoga, tai-chi-chuan, qi gong, arts martiaux), de thérapie manuelle, de danse, de théâtre ou des arts du cirque. Et pratique professionnelle : thérapies engagées dans la médiation corporelle, le psychocorporel, enseignements des approches corporelles, sportives, artistiques...

    A partir de nombreux exemples cliniques qui balaient un large champ d'expérience, l'auteur élabore  une méthodologie nourrie par des références théoriques transdisciplinaires. Il fournit ainsi de précieux outils de lecture et de travail.

  • Le métier de psychomotricien est une profession de santé réglementée, reconnue par un diplôme d'État depuis 1974. Dans cet ouvrage très complet, Catherine Potel la présente sous ses diverses formes, ses différents moyens d'action, sa diversité d'application et d'adaptation selon le contexte dans lequel elle s'exerce, ses évolutions aussi. Avec une grande clarté, elle expose les bases d'une psychomotricité en mouvement, devenue un partenaire important dans l'arsenal des réponses thérapeutiques et préventives.

    La multiplicité des approches, la diversité des pratiques dans un champ clinique actuellement très élargi - éducation, rééducation, prévention, thérapies et psychothérapies - ainsi que les interventions aux différents âges de la vie (du nourrisson prématuré aux personnes âgées), font de la psychomotricité une discipline en plein essor. L'auteure montre comment le corps - vu dans ses différentes déclinaisons - y est considéré comme  un « corps psychique » en relation, pivot central sans lequel, la construction identitaire du sujet ne peut se faire. Elle présente les concepts fondamentaux - le tonus, le corps dans l'espace et le temps, les fonctionnalités du corps, la construction d'une enveloppe et d'un intérieur - qui sont les bases du travail des psychomotriciens. Dans cette nouvelle édition, elle fait un bilan des avancées de ces dix dernières années, notamment dans le champ complexe des troubles du comportement, de l'anorexie mentale, du travail auprès des adolescents, enfin dans tous ces secteurs de médecines somatiques et sociales où la problématique du corps est centrale.

  • La réalité clinique et institutionnelle, et ses difficultés actuelles, ont conduit les auteurs à relire plusieurs séminaires de Jean Oury, mais aussi à revisiter la catégorie de l'imaginaire à partir de l'élaboration de Cornelius Castoriadis. Là où Lacan mettait le symbolique, puis le Réel, au coeur de la problématique du sujet, Castoriadis place l'imaginaire radical - à entendre dans ses deux acceptions : à la racine du sujet, mais aussi dans son inscription dans les « productions imaginaires du social-historique » -, une manière pour lui de se détacher très tôt du structuralisme, de tout déterminisme, et de ce qu'il appelle « la pensée héritée ».

    À partir de cet ancrage théorique et politique, les auteurs explorent les pistes offertes par leur clinique des psychoses et des états limites, attentive à la narrativité, aux productions plastiques des patients, à leur accès à l'espace imaginaire... Ils insistent sur la nécessité actuelle de repenser leur pratique clinique et institutionnelle en prise avec une « nouvelle raison du monde » néolibérale qui engendre une vision réifiée des sujets en souffrance, et promeut un imaginaire comptable, marchand, où chacun se trouve mis en concurrence avec tous.

  • Dans une approche psychanalytique du processus créateur, l'auteure confronte la création artistique à la clinique des médiations thérapeutiques par l'art. Elle explore l'infigurable, transformé en oeuvre par l'artiste ainsi que la résonance universelle des différentes figures du processus créateur.

    Elle s'appuie sur l'histoire de la psychanalyse et sur des artistes contemporains comme Artaud, Michaux ou Almodóvar qui mettent en scène des corps extrêmes ou encore sur l'oeuvre autobiographique de Michel Leiris, Thomas Bernhard, Hervé Guibert. Le processus créateur révèle le lien passionnel de l'artiste à son oeuvre, ainsi que des liens entre maladie et création.

    Selon le fil d'une écriture personnelle, Anne Brun met l'accent sur l'importance de la sensorialité. « Tout se passe comme si l'oeuvre créait son créateur et permettait à l'auteur de se produire lui-même. La création dans cette perspective ne saurait être que création de soi et appropriation des expériences en souffrance, tant pour le créateur que pour le récepteur de l'oeuvre, tout comme pour les patients accueillis dans un cadre référé à la théorie et à la pratique psychanalytique. »

  • En nous, peu à peu, le doute s'est insinué : cette humanité dont le paradigme, plus ou moins idéalisé, a structuré le rapport des Occidentaux à eux-mêmes et aux autres existe-t-elle encore ? A-t-elle jamais existé et si oui depuis quand ? Et si oui encore, quels sont ses traits distinctifs ? Ces traits sont-ils universels (au sens de identiques toujours et partout) ? Constate-t-on dans la modernité un effacement ou une déformation, un délitement ou une transformation de ces traits ?

    Ces interrogations s'inscrivent dans la continuité du questionnement porté par Michel Foucault il y a 50 ans. Les auteurs le reprennent et le transforment, à partir de cet objet intime et toujours étranger que le corps constitue pour chacun et pour les autres.

    C'est donc du corps qu'il s'agira ici, au sens non seulement du corps propre, mais également du corps pulsionnel, imaginaire, malade, etc. Quelles projections anthropomorphiques sont à l'oeuvre dans les inventions technologiques de l'intelligence artificielle et des biotechnologies ? Quels sont les enjeux subjectifs de la demande de maîtrise technologique sur le corps en matière de génie génétique, prothèses, ou lutte contre le vieillissement ? Comment les dispositifs machiniques interfèrent-ils dans la vie affective du sujet et la construction de son image ? Quels rapports de pouvoir sont impliqués dans les techniques génétiques et les appareillages prothétiques ?

    C'est à l'élaboration de ces interrogations que concourt ce travail collectif.

  • Comment aider l'enfant à habiter le plus harmonieusement possible « son propre corps » ? L'approche développementale et instrumentale conceptualisée par André Bullinger a offert aux soignants de nouveaux moyens d'observation et d'intervention pour comprendre les « avatars du développement sensori-moteur » des tout-petits et les soubassements du fonctionnement corporel et psychique des adultes qu'ils deviendront.

    Cet ouvrage évoque la construction des représentations du corps, depuis les premières semaines de l'évolution du « petit d'homme ». Il conjugue neurologie et psychologie pour aborder la complexité des notions de schéma corporel et d'image du corps.

    L'approche clinique d'André Bullinger invite à dépasser la dichotomie trop souvent rencontrée entre troubles moteurs et troubles psychologiques et à dégager un projet thérapeutique qui tienne compte des variabilités individuelles.

  • « Pourquoi la beauté ne fait-elle pas partie des droits de l'homme? » se demande Hoch, ainsi surnommée à cause de sa taille imposante. Et comment faire pour supporter les journées qui se ressemblent toutes, quand on ne rêve que d'amour absolu et de feux d'artifice ?
    Hoch, la narratrice de cette histoire presque vraie, est une guerrière douce, émotive, convaincue du triomphe ultime de la vérité et de la raison dans un monde violent, masculin et injuste. Ce livre raconte ses combats et ses amours, l'entrée dans le jazz-band du lycée, une fugue, des déboires et des merveilles, avec une émotion communicative et pudique, une inlassable passion de vivre.

  • L'angoisse est un étau qui affecte le corps de haut en bas. Elle serre la gorge, étreint la poitrine, contracte l'estomac, paralyse les jambes. Celui qui l'éprouve n'a pas de mots et pas d'images pour en rendre compte. Elle est la plus universelle conjonction du corps et de l'esprit, ce qui interroge le philosophe et pose un des problèmes les plus ardus à la psychanalyse dans sa pratique et dans sa théorie.

    Dans cette étude très complète, Jean-Marie Jadin propose un nouvel examen de l'angoisse, cet affect universel auquel nul humain ne saurait échapper. Il fait usage des outils théoriques de Freud et de Lacan, puise ses sources également du côté de l'astrophysique, de la peinture, de la littérature fantastique et bien évidemment de la philosophie avec Heidegger, Kierkegaard et Aristote, pour avancer des hypothèses personnelles nourries de nombreux exemples cliniques.

  • Ancien chef de clinique, responsable de l'unité de biopsychopathologie de l'enfant de l'hôpital Sainte-Anne à Paris et psychanalyste, Jean Bergès, à travers son parcours original, n'a cessé de questionner la place du corps dans la clinique. Dans la tradition francophone qui, avec Piaget, Wallon, Ajuriaguerra, Lézine, s'est intéressée au développement de l'enfant, ses travaux apportent un éclairage utile aussi bien à la neurologie et à la pédopsychiatrie qu'à la psychomotricité, l'orthophonie, la pédagogie et la psychanalyse. Ils s'inscrivent dans le débat actuel ouvert par les neurosciences.

    Cette nouvelle édition enrichie de quelques textes constitue une véritable somme théorique et clinique pour penser le corps de l'enfant, ses symptômes, dans son environnement familial et social, et dans ses articulations entre l'organique, le signifiant et le désir. Au fil des textes, sont finement interrogés l'érotisation de l'activité motrice et ses éventuels débordements, déjà chez le nouveau-né, ou dans l'hyperkinésie et la dyspraxie ; le corps engagé dans la parole et pris dans les lois du langage ; la difficile question des apprentissages comme le « forçage corporel » de la lecture, de l'écriture et du jeu de la lettre dans les embarras du savoir sexuel vis-à-vis de la connaissance ; en somme, ce que Jean Bergès appelle la « compétence du corps à soutenir du signifiant ».

  • La parole oubliée

    Karima Lazali

    Cet ouvrage explore les différentes modalités d'un nouage, entre corps, parole et inconscient, dans la cure analytique mais aussi dans le champ social.

    Une même question insiste tout au long de l'ouvrage : comment et surtout à quelles conditions opère une cure analytique ? En d'autres termes, qu'est-ce que parler pour la psychanalyse (et en psychanalyse) et par quels tours et détours dans le trajet du parlant se produit la transmission du savoir inconscient vers le réel du corps ? Et, partant de là, comment penser le potentiel politique de la parole et ses effets au un par un et dans le lieu social ? Pour y répondre, l'auteur visite l'envers de ce décor, à savoir les lieux de panne de la parole qui ouvrent à différentes formes de ravages, meurtres et autres destructions à l'échelle du psychisme singulier et du collectif.

  • Un bébé régurgite, un enfant est obèse, un autre refuse la cuillère, une adolescente alterne anorexie et crises boulimiques, une femme anorexique en aménorrhée désire un bébé... L'alimentation est dès la naissance un enjeu majeur dans le lien intersubjectif parent-enfant. Manger, donner la vie sont au coeur des échanges humains, mais il arrive que ces actes ancrés autant dans l'intime de la relation que dans la culture fassent souffrir physiquement et psychiquement.

    Des psychiatres, pédopsychiatres et psychanalystes se sont réunis pour partager leur clinique.  Ils abordent, de manière spécifique, les troubles des conduites alimentaires (TCA), tels qu'ils se présentent à chaque étape de la vie dans leur dimension intrapsychique aussi bien qu'interpersonnelle et transgénérationnelle. Ils analysent les enjeux complexes de ces troubles quand la naissance rejoue les conflits infantiles des parents, les mettant face à leur propre subjectivité, et quand l'apparition de troubles chez l'enfant ou l'adolescent renvoie à l'exploration des fondements mêmes de notre construction d'être humain : le partage émotionnel, le portage corporel, le dialogue tonique, et bien sûr, au centre des interactions, la place majeure de la cavité primitive, la bouche, celle qui mange, absorbe, recrache, avale, goûte, parle, crie, se tait, embrasse... Entre besoin de nourrissage et plaisir oral, comment penser les aléas de ce qui nous fonde ?

    Ouvrage publié avec la WAIMH (World Association for Infant Mental Health) francophone.

  • Ce livre se veut pratique, utile et éthique par le profond respect pour la vie subjective dont il témoigne. Grâce à une description fidèle et vivante de situations concrètes, il développe une réflexion qui permet à la fois de mieux comprendre ce qui arrive lorsqu'un corps est diminué, et d'élaborer, chacun depuis sa place (soignants, patients, proches) des réponses adaptées.

    écrit dans un style vivant et limpide, cet ouvrage est d'abord un livre clinique. En faisant place à la parole des patients, de leurs proches et aussi à celle des soignants, l'auteure a pu montrer qu'une atteinte corporelle ne peut aller sans répercussions psychiques. Celles-ci vont bien au-delà de l'angoisse : les équilibres de vie sont déstabilisés, ce qui induit un retour sur soi et mène vers des changements dans les façons d'être. Le livre montre comment le psychanalyste peut aider, dans le respect de chacun, à faire face à ces bouleversements et à restaurer une dynamique psychique.

  • L'art de la marionnette, souvent perçu selon les sociétés dans une perspective récréative, rituelle ou magique, peut aussi avoir des vertus thérapeutiques. Les enfants, très réceptifs à l'imaginaire porté par les petites figurines qu'ils façonnent eux-mêmes, peuvent à cette occasion verbaliser de façon indirecte mais souvent très limpide leur difficulté d'être.

    Pouvoir jouer de sa marionnette, pouvoir être ou faire semblant d'être un autre, jouer de ces identifications multiples, les éprouver en soi procurent de multiples ressentis émotionnels passés ou présents. Avec ses caractéristiques d'objet créé-perdu-retrouvé, la marionnette permet au sujet d'être à la fois lui-même et un autre. Cette ambiguïté des rôles et des fonctions permet au « je » de se décliner sous divers masques, de se cacher ou de se dévoiler, autorisant le sujet à se reconnaître multiple, partagé, animé des désirs contradictoires qui sont ceux de la nature humaine.

    Adeline Monjardet propose un guide complet pour comprendre et pratiquer cette médiation thérapeutique à la fois efficace et ludique. A l'aide d'exemples concrets, puisés dans son expérience d'une vingtaine d'années dans divers lieux soignants et en maison de quartier, elle livre les modalités de création d'ateliers thérapeutiques avec des marionnettes et rend compte des possibilités qu'ils offrent.

  • Préface de Patrick Faugeras

    « Même si Gaetano Benedetti est surtout connu pour ses travaux sur la thérapeutique des psychoses, il revisite ici les principales conceptions freudiennes touchant à l'hystérie, cette névrose si étroitement liée à la psychanalyse, à partir de ce cheminement difficile et risqué où analysant et analyste se trouvent engagés et dont aucun manuel ou traité ne saurait prévoir les aléas. Ce cheminement l'amène quelquefois à accentuer différemment le mouvement de la découverte freudienne, non pour la contredire mais pour l'ouvrir à certaines perspectives liées à son expérience clinique des psychoses.
    Nous avons la chance, grâce au dévouement de certains de
    ses élèves, de voir ici Gaetano Benedetti au travail, en maître attentif et respectueux, toujours soucieux, y compris lorsque son désaccord est patent, de ne point laisser dans la perplexité, l'embarras, voire l'inquiétude, celui qui s'expose à travers la présentation d'un cas. Il sait combien il importe d'accompagner le clinicien engagé dans une relation complexe, de relever ce qui peut s'avérer positif dans toute démarche, de sorte qu'elle puisse continuer à être créative. Mais connaissant les méandres transférentiels, Benedetti s'évertue à transformer le doute en possibilité, usant aussi bien de sa grande culture, qu'il expose avec rigueur et clarté, que de son expérience et de son autorité, faite de modestie, de droiture et de feinte froideur. » Patrick Faugeras

    Mise en vente le 17 janvier 2013

  • Une étude psychanalytique approfondie des troubles neurologiques de la représentation de soi qui s'appuie sur des observations, illustrées par des autoportraits de patients hémiplégiques. Entre neurologie et psychanalyse, le présent ouvrage est l'oeuvre d'un médecin chercheur dans un service dédié à la réadaptation après hémiplégie par accident vasculaire cérébral. Dans cet espace où la rééducation se base sur une évaluation des capacités et déficits cognitifs de chaque patient, la prise en charge au long cours permet aux réactions narcissiques, aux troubles du schéma corporel et de l'image du corps de déployer toutes leurs facettes.

  • Préface de Patrick Faugeras

    « Même si Gaetano Benedetti est surtout connu pour ses travaux sur la thérapeutique des psychoses, il revisite ici les principales conceptions freudiennes touchant à l'hystérie, cette névrose si étroitement liée à la psychanalyse, à partir de ce cheminement difficile et risqué où analysant et analyste se trouvent engagés et dont aucun manuel ou traité ne saurait prévoir les aléas. Ce cheminement l'amène quelquefois à accentuer différemment le mouvement de la découverte freudienne, non pour la contredire mais pour l'ouvrir à certaines perspectives liées à son expérience clinique des psychoses.
    Nous avons la chance, grâce au dévouement de certains de
    ses élèves, de voir ici Gaetano Benedetti au travail, en maître attentif et respectueux, toujours soucieux, y compris lorsque son désaccord est patent, de ne point laisser dans la perplexité, l'embarras, voire l'inquiétude, celui qui s'expose à travers la présentation d'un cas. Il sait combien il importe d'accompagner le clinicien engagé dans une relation complexe, de relever ce qui peut s'avérer positif dans toute démarche, de sorte qu'elle puisse continuer à être créative. Mais connaissant les méandres transférentiels, Benedetti s'évertue à transformer le doute en possibilité, usant aussi bien de sa grande culture, qu'il expose avec rigueur et clarté, que de son expérience et de son autorité, faite de modestie, de droiture et de feinte froideur. » Patrick Faugeras

    Mise en vente le 17 janvier 2013

  • La psychanalyse et le cinéma, dont les naissances sont simultanées, peuvent se rejoindre dans cette interrogation commune sur le féminin et ses représentations, dont la folie fait partie : comment montrer, mettre en scène, les arcanes de la position féminine ? L'image de la féminité, qui trouve une expression particulièrement saisissante dans le cinéma, se construit à partir de représentations évoluant au cours de l'histoire, et se modifie au fil du temps et des époques. Mais la permanence et la multiplicité des représentations de cette figure du féminin avec ses interrogations, voire ses débordements quand il s'agit de la folie, n'est peut-être pas qu'un simple produit de l'histoire, ou du contexte social et culturel du moment. Derrière les évolutions et les mutations qui semblent contraindre les corps à se plier à des contingences sociales ou artistiques, il subsiste des permanences qui échappent à la mode et à ses processus, comme elles échappent également à ses supports ou à ses destinataires.

  • Ce livre est le témoignage vivant d'une double expérience clinique (psychanalyse, haptonomie pré et postnatale) qui situe le contact et la sensorialité dans les relations interhumaines en engageant la dimension esthétique (beauté du geste et sensation) ainsi que l'existence.

    Le présent texte vise à articuler une réflexion relative aux rapports de deux pratiques, la psychanalyse et l'haptonomie, tant au plan de la clinique au quotidien qu'à celui de leur élaboration conceptuelle. L'auteur pointe les potentielles correspondances et les éventuelles discordances existant entre ces deux champs, et leur contribution respective à la vie des êtres humains que nous sommes. Il inscrit l'inconscient dans le contact, différencié du toucher, qui avec le tact est une part intégrante de la pratique analytique.

  • Suivis thérapeutiques individuels ou de groupe, à tous les âges de la vie (des bébés aux adultes), soutiens aux équipes (analyse des pratiques, analyse institutionnelle, supervisions) et aux familles : les approches psychanalytiques tiennent compte du contexte environnemental, éducatif, pédagogique et familial des personnes souffrant de troubles du spectre autistique mais aussi de leurs intérêts et de leurs difficultés à lier expériences et émotions, à comprendre la réalité qui les entoure.

    Cet ouvrage éclaire les processus d'investigation psychique que propose la psychanalyse pour comprendre, soutenir et aider les personnes autistes mais aussi leur entourage et les professionnels souffrant d'être confrontés à des pathologies sévères. Il accorde une attention particulière aux recherches scientifiques, aux approches intégrées et aux projets individualisés, adaptés à la diversité des difficultés autistiques de chaque personne, enfant, adolescent ou adulte.

  • Le Taï chi chuan par son approche globale, corporelle et mentale, du geste et du mouvement contribue à la prévention des pathologies du vieillissement.

    La dimension corporelle du vieillissement est largement sous-estimée en France alors qu'en Chine, la population s'adonne depuis longtemps à l'exercice du Taï chi chuan dans les parcs et les jardins. Le contenu de ce livre découle de ce décalage entre les cultures. L'attention aux mouvements corporels est l'axe principal de ce livre qui développe les bienfaits du Taï chi chuan sur la santé mentale et physique des personnes âgées et propose des situations pratiques adaptées.

  • L'originalité de cette étude approfondie sur le regard se réfère à la perception, à la diversité de regards rencontrés le plus souvent dans les situations simples. Elle s'est inspirée des travaux de Julian de Ajuriaguerra et développe l'importance qu'il lui donnait dans ses observations bébé-mère : « On regarde pour voir mais le regard aidant, on s'avance au-delà de l'acte de vision pour suivre, chercher et fixer l'objet. C'est l'existence de l'autre. Plus tard, le regard contribue à mesurer la distance entre soi et l'autre. » À partir de faits cliniques, quatre orthophonistes et une psychomotricienne étudient ce que le regard met en jeu chez l'enfant jusqu'à 6 ans. Regard vivant, étonnant qui nous parle, nous sollicite, se refuse, nous transmet mille choses insaisissables et pourtant ressenties. OEil, regard, quels sont leurs modes d'utilisation ? Leurs fonctions ? Qu'est-ce que regarder ? Qu'est-ce que voir ? Toute la réflexion des auteurs est centrée sur la valeur relationnelle du regard dans les situations interactives, avec ses conséquences et sa dynamique. Observations et vignettes cliniques renseignent sur l'enfant qui tout joyeux attire notre attention - « T'as vu ! » -, sur celui pour qui regarder c'est toucher, et pour celui aussi qui refuse de voir parce qu'il en a sans doute assez vu comme ça. Accorder une valeur au regard, comme il est étudié dans cet ouvrage, c'est vouloir saisir des liens nouveaux qui contribuent à affiner la compréhension des échanges entre un enfant et son thérapeute, quelle que soit la technique employée.

  • La stérilité est une douleur. Elle est une question à notre mémoire. Elle est réponse de notre corps. Nés de femmes stériles devenues fécondes, leurs enfants sont « enfants de la mémoire ».

    En écoutant les femmes venues consulter pour stérilité, l'auteure entourée de gynécologues a constaté que celle-ci n'était généralement pas liée à des causes organiques ou que, si tel était le cas, elle s'accompagnait d'empêchements psychiques. Son travail en tant que psychanalyste a consisté à découvrir avec elles ces inhibitions, ces paralysies.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty