• Désorientale

    Négar Djavadi

    Si nous étions en Iran, cette salle d'attente d'hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s'enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l'étourdissant diaporama de l'histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l'adolescence, l'ivresse du rock, le sourire voyou d'une bassiste blonde... Une fresque flamboyante sur la mémoire et l'identité; un grand roman sur l'Iran d'hier et la France d'aujourd'hui.

  • Permafrost

    Eva Baltasar

    Pour pouvoir vivre, la narratrice de Permafrost n'a eu d'autre choix que de se protéger des femmes auprès desquelles elle a grandi, de leurs obsessions navrantes, du cortège de mensonges et de sourires destinés à sauver l'idée de l'épouse comblée et de la mère épanouie. Mais, derrière l'épaisse cuirasse qu'elle a dû se fabriquer, ne se retrouve-t-elle pas prise comme dans une terre gelée, enfermée avec ses pensées suicidaires?? Heureusement il y a les chambres, celles où elle se réfugie dans la lecture passionnée d'autres vies, et celles où elle découvre le corps et les caresses d'amantes fabuleuses. S'isoler, s'adonner au plaisir, ne suffit cependant pas?: pour se libérer, il faut ce récit, écrit comme l'on se parle à soi-même, sans détour. Un corps avec ses sensations, une voix avec ses réminiscences, ses craintes et ses limites, pour enfin se sentir «?vivante, vivante comme jamais?».

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Hilda T.2

    Hans Kovacq

    Le chef-d'oeuvre de Kovacq, petit bijou d'érotisme SM et historique !
    La belle Hilda, qui rêve chaque nuit qu'elle est la princesse Hildegarde, prisonnière malmenée dans les geôles d'un donjon médiéval, a vu ses délires empirer au fil du temps. Prise en charge par un médecin aux intentions troubles, qui lui propose d'emménager chez lui pour observer ses terreurs nocturnes, Hilda se retrouve sous la coupe du vieux docteur et de sa femme, créature pulpeuse, bisexuelle et dominatrice. Pour ne rien arranger, il s'avère bientôt que la jeune femme est possédée par le démon. Démon du vice, cela va sans dire...

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Hilda T.1

    Hans Kovacq

    Un monument de la BD historico-érotique reprend vie chez Dynamite !
    Hilda est une jeune femme d'aujourd'hui, belle et décomplexée, qui laisse libre cours à ses pulsions sexuelles et passe de partenaire en partenaire, hommes et femmes. Mais lorsqu'elle dort, c'est une toute autre histoire : Hilda rêve chaque nuit qu'elle est la princesse Hildegarde, héritière d'un royaume médiéval, malmenée par les hommes de main d'une belle-mère acariâtre. Enchaînée dans les geôles, elle est le jouet de scénarios sadomasochistes délirants, derrière lesquels ne tardent pas à se manifester les forces maléfiques d'un démon pervers... D'abord troublée par ces cauchemars, Hilda perd pied lorsque ses démons " traversent " la frontière du rêve pour la rejoindre à notre époque. Et si tout était vrai ?

  • Mariage pour tous, PMA, GPA... l'homoparentalité est régulièrement placée au coeur des débats. Remettant en cause la composition traditionnelle de la famille, elle suscite des réactions passionnelles, terreau fertile pour les idées reçues : « Un enfant a absolument besoin d'un papa et d'une maman », « On n'a pas assez de recul », « Un couple d'hommes ne saura pas s'y prendre pour élever un enfant », « Les parents homosexuels ne transmettent pas les mêmes valeurs à leurs enfants », « Les enfants risquent de souffrir du regard porté sur l'homosexualité de leurs parents »...
    Devant l'importance des enjeux pour les parents comme pour les enfants, il est essentiel d'apporter un éclairage précis et distancié sur ce qui s'apparente encore pour beaucoup à un tabou.

  • Le psy était presque parfait... une séance d'enfer avec une patiente intraitable
    « Alors je vous raconte ?
    - Pourquoi pas puisque vous semblez y tenir. Je vais tacher de ne pas vous interrompre, mais je ne vous promets rien. Selon ce que vous allez me dire, je devrai peut-être réagir.
    - Ne vous inquiétez pas. Je n'ai tué personne, je n'ai commis aucun délit, je n'ai rien fait de mal. C'est juste que je suis mal, que je me sens mal et que je veux parler. Mon histoire est banale en un sens. Je pense que vous allez même la trouver nulle, car un psy comme vous doit en entendre de toutes les couleurs. Mais j'ai vraiment besoin que vous compreniez comment je suis devenue prête à tout pour l'homme que j'aime, et ce n'est pas facile pour moi à expliquer, parce que je suis lesbienne. »

    Stéphane Rusinek est psychologue clinicien et professeur de psychologie à l'université de Lille. Spécialiste des thérapies comportementales et cognitives (TCC), il est l'auteur de plusieurs ouvrages scientifiques notamment sur les émotions. La Patiente de 17 heures est son premier roman, inspiré d'une histoire vraie, qui s'est déroulée dans son propre cabinet.

  • Vive le mélange des genres ! Beaucoup d'hétéros, en couple ou non, se sont déjà posé la question : pourrais-je être attiré par un individu du même sexe ? Certains ont franchi le pas, d'autres non... Un bisexuel se sent-il à la fois hétérosexuel et homosexuel, ou entre les deux ? C'est justement cet " à la fois " et cet " entre-deux " qui soulèvent des questions. Cet ouvrage ne se veut pas seulement théorique : il propose un véritable Kama-Sutra bisexuel, à trois ou plus. Vous y découvrirez que la bisexualité donne lieu à une véritable fête des sens.

  • Masi

    Gary Victor

    On chuchote que, grâce à La flûte enchantée de Mozart, le citoyen Dieuseul Lapénuri est nommé ministre aux Valeurs morales et citoyennes, avec le mandat d'arrêter la dégradation des moeurs et l'abomination qui gangrènent la République. L'île sombre dans la luxure. Le président se croise les bras et s'amuse à jouir, en criant Whitman, Rimbaud et Baudelaire. Entretemps, la première édition du festival gay et lesbien Festi Masi est annoncée. Les autorités s'y opposent de toutes leurs forces. Le festival, devenu affaire d'État, prend des proportions inimaginables. Cette ruée vers la vertu, on le sait bien, n'est que chimères et effronteries. Un roman qui nous propulse dans les bas-fonds de l'âme humaine.

  • June

    Virginie Bégaudeau

    La cavale passionnelle de deux femmes à travers l'Amérique des années 1970 Colorado, été 1973. June, épouse dévouée, est initiée par Elsa, sa jeune voisine sulfureuse, à des jeux interdits. Suite à l'insistante proposition de sa maîtresse, elle quitte son mari et accepte de partir en cavale à ses côtés. Sur les routes, les deux amantes s'enivrent d'amour et de sexe. Au gré de leurs pérégrinations, elles rencontrent une communauté hippie aux manières licencieuses et Sacha, grand ténébreux qui devient leur compagnon de voyage. Mais ce que June ignore, c'est le plan d'Elsa : se mettre en quête de la légendaire maison des Carpenter, un lieu invitant ses habitants à toutes les débauches. Que découvriront-elles derrière les portes de ce temple de la dépravation ? À quels rites devront-elles s'adonner ? Quel terrible secret détient leur chef, le cynique et charismatique Adrian ? Le souci du décor et du mystère caractérise l'écriture de Virginie Bégaudeau. Sa plume dresse des portraits de femmes fortes, guidées par leurs désirs. Un texte original et délicat, une histoire d'initiation érotique captivante. Née en 1989, Virginie Bégaudeau s'éprend de la littérature avec la même certitude que celle de s'installer à Paris. Bercée entre sa passion pour les romans d'époque et ses rencontres, elle se découvre une nouvelle envie : l'érotisme.

  • Une femme avec une femme...
    Une femme avec une femme...
    Que recherche une femme avec une autre femme ? Que font les femmes entre-elles ? Sont-elles douces et tendres, vicieuses et perverses ? Pratiquent-elles uniquement le sexe avec amour ou leur arrivent-elles d'avoir juste besoin de chair féminine ?
    Ce manuel est à l'intention des personnes curieuses de découvrir l'amour entre femmes, des femmes qui aiment les femmes ; de celles qui se posent des questions quant à leur orientation sexuelle ou qui, pour la première fois, tombent sous le charme d'une autre femme.
    Dans la première partie du livre sont détaillées les relations lesbiennes : la rencontre, les différents modes de relation, la drague, l'amour entre femmes, et, bien sûr, la sexualité. La seconde partie détaille les positions du Kâma-Sûtra lesbien, au travers d'une quarantaine de positions explicitées et illustrées.

  • « L'homoparentalité, c'est l'adoption d'enfants par les homosexuels », « Un enfant a absolument besoin d'un papa et d'une maman », « Les homosexuels ont une vie sexuelle débridée incompatible avec des responsabilités familiales », « Les enfants élevés par des parents homosexuels vivent dans un ghetto » ... L'homoparentalité recouvre des réalités multiples. L'auteure nous invite ici à questionner les représentations sociales de la famille et à combattre des préjugés sexistes ou homophobes.

  • C'est en faisant des recherches en Gironde pour la Bicyclette bleue que j'ai rencontré Marie Salat. Ayant acheté, chez un libraire-brocanteur d'un hameau perdu, trois cartes postales anciennes pour la joliesse de l'image, je les ai lues dès mon retour à Malagar. A mesure de ma lecture, une émotion et une gêne profondes m'envahissaient ; je surprénais des lettres d'amour d'une femme à une autre femme, et quel amour ! Le lendemain, je me suis précipitée chez le brocanteur. Dans les fouillis de ses boîtes, j'ai retrouvé quatre autres cartes, aussi belles, aussi émouvantes. « Cela ferait une belle histoire, me suis-je dit. Pendant trois ans, cette histoire a muri dans ma tête, et puis le temps est venu pour moi de la raconter. J'ai choisi de prolonger la correspondance de Marguerite et d'imaginer les réponses de Marie.Ces cartes ont été échangées en 1903 et 1904 entre deux jeunes femmes mariées habitant un petit village de trois cents habitants : l'une était couturière, l'autre ouvrière. Bien entendu, les noms propres et les lieux sont imaginaires.

  • "Sans tabou et sans cache-sexe, le premier guide pratique de la relation amoureuse et sexuelle entre filles, à lire et à relire pour trouver des réponses ou éveiller des envies.
    Grands itinéraires et chemins de traverse, repères et conseils indispensables, jardins et petits paradis : au pays des femmes plurielles, une éducation sentimentale et un trésor d'informations pour la Sapho d'aujourd'hui."

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Molly, lycéenne dans un institut catholique américain, livre le récit de ses initiations
    délurées, de découvertes bisexuelles en plans à trois.
    Se jouant des nonnes qui la surveillent jusque dans les toilettes du lycée, lieu de toutes
    les débauches, Molly entraîne ses camarades dans ses délires nymphomanes.
    Même soeur Jacqueline, la plus sévère des enseignantes, finit par être dépravée
    dans une scène d'orgie mémorable.
    Sans oublier, bien sûr, ce fameux beurre de cacahuète ("peanut butter') que
    Molly donne à manger à ses conquêtes, après se l'être étalé où vous imaginez...

  • Le « genre » véhicule peurs et fantasmes. Mal connu, le mot est aujourd'hui employé à tort et à travers et instrumentalisé politiquement ; ce qui réduit généralement les débats à un florilège d'idées reçues. Il serait ainsi une « mode américaine », une « lubie de féministes » ou encore une « théorie fumeuse », voire dangereuse, cherchant à nier les différences entre les femmes et les hommes et à s'immiscer dans les salles de classe et les têtes des enfants... Face à tant de confusion, il est fondamental d'apporter un éclairage sur ce que le genre est, et sur ce qu'il n'est pas. Car le genre est un concept bien précis et tout à fait sérieux. Il constitue un outil qui a été historiquement mobilisé - et continue de l'être - au coeur des mobilisations féministes relatives aux rapports de pouvoir entre les sexes, servant notamment à mettre à jour la nature sociale des processus qui attribuent à chacune des catégories sexuées des caractéristiques présentées comme naturelles. Les études sur le genre constituent aujourd'hui en France un champ de recherche florissant et dynamique, au sein duquel sont formulées et analysées des questions fondamentales portant sur des sujets aussi variés que le travail, la santé, le langage, la violence, la sexualité ou encore le sport, la famille, la religion, etc. Ces questions, comme les réponses qui peuvent leur être apportées, concernent tout le monde. C'est précisément pour cela qu'il est essentiel de rendre les réflexions sur le genre accessibles au plus grand nombre, au-delà du milieu universitaire où elles sont encore trop souvent confinées.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Molly a terminé son lycée et s'apprête à intégrer l'université. Mais avant ça, deux longs mois de vacances d'été s'offrent à elle : l'occasion de prendre l'air et de s'adonner à sa débauche préférée, le sexe ! Dans son appartement de Manhattan, Molly retrouve sa meilleure amie, Erica, avec qui elle expérimente toutes les perversions que sa jeunesse lui permet. De plans à trois bisexuels en orgies déjantées, en passant par l'initiation d'une jeune Asiatique et l'utilisation de jouets aux dimensions folles, Molly et Erica profitent à fond de ces quelques semaines de " tranquillité "...

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Après un été de débauche, Molly fait son entrée à la fac. Ah, l'Université ! Ses pom-pom girls délurées, ses sportifs au physique de dieux grecs, ses soirées étudiantes qui tournent à l'orgie... Sauf que Molly n'est pas une coquine comme les autres, et initier sa coloc, bonne élève un peu coincée, aux plaisirs lesbiens est loin de lui suffire : c'est sur le professeur Wilson, quinquagénaire autoritaire au sexe démesuré, qu'elle jette son dévolu. Pour la première fois de sa vie, la jeune femme tombe sur plus pervers qu'elle... Ça promet !

  • Reçue comme allant de soi, immuable, quasi naturelle, et essentielle au lien social, l'hétérosexualité n'a guère jusque-là été questionnée. Aussi aura-t-il fallu le développement des recherches gay et lesbiennes pour qu'elle apparaisse enfin dans son étrangeté et sa portée normative. Il y a une histoire de l'hétérosexualité, une identité, un genre hétérosexuel non pas inné mais produit par un certain nombre de lieux et de pratiques dont Hétéros, pour la première fois en France, dresse un inventaire critique. Les sites et chats de rencontres, les danses enlacées (une singularité proprement occidentale), les manières de divorcer, l'autobiographie, la littérature « psy » sur le couple, les sciences sociales nord-américaines, les discours sur la sexualité post-natale, les changements sociaux et législatifs, l'armée, les prisons, les centres d'observation pour délinquants, le sport voilà où se construit, non sans difficultés désormais, l'hétérosexualité.
    Ouvrage publié sous la direction de Catherine Deschamps, Laurent Gaissad et Christelle Taraud. Introduction d'Alain Corbin. Conclusion d'Éric Fassin. Contributions de Christophe Apprill, Bruno Benvindo, Sophie Bollen, Stéphane Chaudier, Catherine Deschamps, Laurent Gaissad, Cathy Herbrand, Caroline Hirt, Joséphine Hoegaerts, Irène Jonas, Machteld De Metsenaere, David Paternotte, Massimo Prearo, Anne Claire Rebreyend, Régis Revenin, Gwénola Ricordeau, Louis Georges Tin et de Daniel Welzer-Lang.

  • On assiste aujourd'hui à une prolifération, dans l'espace public, de récits personnels portant sur la sexualité, l'intimité et l'inclusion sociale. Ces récits abordent l'orientation sexuelle, l'expression de genre, la séropositivité au VIH, le travail du sexe, etc. Leurs thèmes sont tabous et les sujets parlant sont couverts d'opprobre, que ce soit à travers la criminalisation, la pathologisation ou la stigmatisation. Cependant, les histoires véhiculées participent à l'expansion d'un discours sur la justice sociale, lequel s'inscrit dans le sillage des différentes formes d'intervention et d'action sociales menées par des groupes minoritaires. Au-delà des individus et à travers le récit au « je » s'exprime une parole collective qui porte non seulement des identités et des valeurs singulières, mais aussi des manoeuvres politiques et une volonté de changement. Émergent des « cultures du témoignage » qui impliquent les témoins, les personnes qui sollicitent les témoignages, celles qui les consomment et l'environnement social et médiatique dans lequel ces récits prennent effet.

    Le présent collectif réunit des textes mobilisant des savoirs scientifiques et des expériences du terrain ainsi que des extraits d'entrevues menées avec des personnes ayant témoigné publiquement de leur vécu dans les communautés sexuelles et de genres au Québec. Les auteur.e.s, issu.e.s de milieux variés, exposent les jalons théoriques et méthodologiques du témoignage sexuel et intime comme ceux d'un important levier de changement social.

  • La Minotaure est un roman dans lequel une narratrice particulièrement terrifiée par l'idée de vivre témoigne de son enfance à travers des notes pour comprendre la source de ses effrois. La plupart de ses courts textes sont adressées à Maude, une amie décédée. Ce (faux) dialogue lui permet de tisser des liens entre son enfance et son âge adulte, et entre sa vie et sa mort qui, croit-elle, la guette à cause de cette tentation d'exister.

  • Une initiation sexuelle troublante au travail...
    Mélanie, oie blanche titulaire d'un BTS en secrétariat de direction, est embauchée dans une petite société de communication. Drôle de société en vérité ! Il y a là Simone, la comptable qui ne met jamais de culotte ; Franck, le patron, un chaud lascar, tout le temps " sur le dos " de la comptable en question ; René et Claude, les commerciaux, de véritables obsédés, n'hésitent pas à lui prêter main forte... La nouvelle employée est loin de s'imaginer que dès son arrivée, on a pris des paris dans le personnel : qui, le premier - ou la première - initiera l'oie blanche ? Qui la fera tomber comme un fruit mûr ? Nous vous laissons le plaisir de le découvrir...

  • Mémoires en fraude

    Yves Cass

    1943 : Une jeune femme a miraculeusement survécu à une très grave blessure qui l'a rendue totalement amnésique. Ignorant jusqu'à son nom, elle entreprend un long combat pour recouvrer sa mémoire par des procédés surprenants. 

    Peu à peu se dessine le portrait ambigu d'une femme bisexuelle qui balance entre celui d'une héroïne de la Résistance et d'une espionne de la Gestapo. Racontée sous forme de journal, cette enquête intime fera la part des illusions et des faux-semblants autour de personnages hors du commun ; avides, pervers, sadiques ou dépravés, composant une mosaïque de personnalités à même de bousculer nos repères...

  • De jeunes hommes initiés sexuellement par des femmes d'âge mûr !
    Ah, ces histoires de famille! Quel méli-mélo! Imaginez la situation: Laure et Antoine, amis d'enfance, vivent avec Claire et Michèle, leurs deux mères célibataires. La promiscuité aidant, Antoine "s'amuse" avec Laure. Mais voilà que la mère de celle-ci se met en tête de le dépuceler. Ai-je dit que les deux mères couchaient ensemble? Voilà donc Antoine qui s'envoie Laure, et la mère de Laure qui s'envoie Antoine... et la mère d'Antoine. Et personne n'est censé savoir ce qui se passe dans la chambre voisine. Comme si ça ne suffisait pas, arrive Marianne, la tante de Laure... qui va devenir la nouvelle conquête d'Antoine. Ça va devenir de la thérapie de groupe, ma parole!

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Une femme de bonne famille se compromet auprès de ses domestiques...
    La duchesse s'ennuie à mourir dans son château. C'est une grande sensuelle, et son mari la néglige. Lasse de se consoler toute seule, un soir, elle fait appel aux services de son chauffeur de maître. Il va se montrer plus qu'à la hauteur dans son rôle de " chauffeur de maîtresse ". Libérée de ses scrupules, notre duchesse Sophie ne s'arrête pas en si bonne voie. Elle va s'adresser aussi à Marlène, sa femme de chambre, qui lui fera découvrir les joies du martinet. Et puis, un soir, c'est le frère de son mari, Pierre, qui lui rend visite...

empty