• Un livre puissant et bouleversant, nécessaire à notre époque troublée

    Libraire à Acapulco, au Mexique, Lydia mène une vie calme avec son mari journaliste Sebastián et leur famille, malgré les tensions causées dans la ville par les puissants cartels de la drogue. Jusqu'au jour où Sebastián, s'apprêtant à révéler dans la presse l'identité du chef du principal cartel, apprend à Lydia que celui-ci n'est autre que Javier, un client érudit et délicat avec qui elle s'est liée dans sa librairie... La parution de son article, quelques jours plus tard, bouleverse leur destin à tous.

    Contrainte de prendre la fuite avec son fils de huit ans, Luca, Lydia se sait suivie par les hommes de Javier. Ils vont alors rejoindre le flot de migrants en provenance du sud du continent, en route vers les États-Unis, devront voyager clandestinement à bord de la redoutable
    Bestia, le train qui fonce vers le nord, seront dépouillés par des policiers corrompus, et menacés par les tueurs du cartel...

    Porté par une écriture électrique,
    American Dirt raconte l'épopée de ces femmes et de ces hommes qui ont pour seul bagage une farouche volonté d'avancer vers la frontière américaine. Un récit marqué par la force et l'instinct de survie de Lydia, le courage de Luca, ainsi que leur amitié avec Rebeca et Soledad, deux sœurs honduriennes, fragiles lucioles dans les longues nuits de marche...

    Hymne poignant aux rêves de milliers de migrants qui risquent chaque jour leur vie,
    American Dirt est aussi le roman de l'amour d'une mère et de son fils qui, au cœur des situations tragiques, ne perdent jamais espoir. Un roman nécessaire à notre époque troublée.

  • On trouvera dans ce petit livre deux textes de B. Traven (1882-1969) traduits de l'allemand par Adèle Zwicker.

    Le premier Le Gros Capitaliste est la version française de Der Groindustrielle, nouvelle extraite du recueil Der Banditendoktor ; on en connaissait une version publiée sous le titre Chaîne de montage, mais traduite de l'américain. Le second Administration indienne et démocratie directe est tiré de Regierung, publié en France sous le titre incongru de Indios, également dans une traduction de l'anglais.

    Paraboles littéraires et politiques, ces nouvelles permettent une première entrée dans l'oeuvre de l'auteur du Trésor de la Sierra Madre et complètent la biographie de Rolf Recknagel, B. Traven, romancier et révolutionnaire reprise en poche par Libertalia en novembre 2017.

    Traven est l'auteur de La Révolte des pendus, Le Trésor de la Sierra Madre, Le Vaisseau des morts et L'Armée des pauvres.Pour suivre la trace du célèbre anonyme, se reporter à la biographie de Rolf Recknagel, B. Traven, romancier et révolutionnaire (B. Traven, Beiträge zur Biografie), traduite par Adèle Zwicker, éditée par L'Insomniaque en 2009, reprise en poche par Libertalia en 2017.

  • Parmi les ordures de la décharge géante qui jouxte la ville de Mexico, Rafael a trouvé ce qu'il cherchait : un livre. Un vieux livre à la couverture rouge et usée. Voilà qui fera un cadeau idéal pour l'anniversaire de Pablo, son grand frère qui rêve de devenir médecin et qui fait tout pour y parvenir. Ils vivent seuls dans une minuscule cabane faite de cartons, dans le bidonville qui est le royaume de Mario, un tyran qui terrorise et rackette tout le monde. Au milieu du bidonville, dans les locaux de l'association « Au Coeur du Monde », Claire, une jeune Française, a choisi de s'occuper des plus démunis pendant un an. Elle a tout laissé en France : une vie confortable, des études florissantes et son fiancé.Tous ces personnages vont voir leurs destins se mêler grâce au Gipsy book, testament philosophique et spirituel d'un vieux gitan à son petit-fils. Alors qu'en ce matin du 19 septembre 1985, la terre se met à trembler à Mexico...

  • Ne vous a-t-on jamais posé cette question : être chrétien et faire du yoga, est-ce possible ? Être chrétien et vivre un moment "fusionnel"; avec un arbre ? Être chrétien et consulter un guérisseur ou un radiesthésiste ?Parce que le chrétien vit dans la société et se trouve au coeur des aspirations et des tendances du moment, il lui est, plus que jamais, indispensable d'en comprendre et d'en discerner les richesses, mais aussi les écueils et les éventuels dangers. Face à ces nouvelles spiritualités (ou traditions remises au goût du jour), chacun a le devoir de s'informer et de saisir ce qui pose ou, au contraire, ne pose pas problème pour un croyant.Un livre objectif, documenté, riche de citations et ancré dans la pensée de l'encyclique Laudato si'.

  • En 1977, Kijû Yoshida part au Mexique pour y réaliser un film. Il ne le tournera pas, mais habitera le pays jusqu'en 1982. De retour au Japon, il relate son « odyssée-naufrage » dans un ouvrage sans équivalent dans la littérature cinématographique par la manière dont il mêle pensée et récit de voyage. Le Mexique selon Yoshida s'enrichit en effet de la philosophie, de l'histoire du siècle, des arts et du cinéma. Trotski croise Buñuel, Hernán Cortés et les peuples mayas, Foucault disserte avec Eisenstein et Merleau-Ponty, Deleuze, Bataille et Duchamp. À l'heure où les utopies des années 1960 sont en berne, Yoshida tâche de créer par la littérature un espace qui autorise la rencontre et l'action. En ce sens, Odyssée mexicaine entretient un rapport profond avec toute l'ouvre du cinéaste.

  • Jadis, ils chantaient les exploits de Pancho Villa et d´autres généraux de la Révolution mexicaine dans les fêtes populaires des villages du nord. Aujourd´hui, ils parcourent encore avec leurs accordéons les routes poussiéreuses de Chihuahua et de Sonora, mais ils ont su s´adapter au changement et ils célèbrent désormais les hauts faits de nouveaux héros du peuple : les chefs de grands cartels de la drogue.
    Notre protagoniste, Lobo, est l´un de ces chanteurs traditionnels, qui sont en réalité les derniers survivants des troubadours débarqués avec les Espagnols cinq siècles auparavant. Ce n´est donc pas un hasard si, dans une taverne perdue, il croise un soir le chemin d´un Roi dont l´autorité et la puissance l´éblouissent au point de changer le cours de son existence. Suivre le Roi, le servir et l´honorer, voilà ce que Lobo veut désormais. Si le trafic de drogue n´est jamais nommé, on devine immédiatement que l´on est quelque part à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, et que ce Roi fabuleux n´est bien évidemment qu´un sanguinaire narcotrafiquant.
    C´est le début d´une aventure furieuse et sans âge, qui mélange les imaginaires, les discours et les époques. Lobo découvre le Palais, la Cour et le Royaume ; il y rencontre la Sorcière, la Fillette et l´Héritier. Ce qui lui arrive relève parfois du rêve et parfois du cauchemar, comme dans un conte de fées constamment réécrit par un auteur de romans noirs.
    Pour Elena Poniatowska, avec Les Travaux du Royaume, déjà couronné par plusieurs prix internationaux, Yuri Herrera est entré dans la littérature mexicaine 'par la porte d´or'. Il signe ici un premier roman aussi incisif que fulgurant.

  • Un jeu à somme nulle

    Eduardo Rabasa

    • Piranha
    • 7 Janvier 2016

    Max Michels a l'habitude de cohabiter avec les voix présentes dans sa tête. La voix de son père, un homme exigeant jusqu'à la tyrannie qui lui a inculqué de force la maxime selon laquelle « la valeur de tout homme se mesure à la dose de vérité qu'il peut supporter ». Et les voix des « nombreux », qui remettent sans cesse en cause le moindre de ses actes. Jusqu'au jour où, lassé d'être la marionnette de ses démons, il décide de se présenter à la présidence de Villa Miserias, une « unité habitationnelle » régie par un système subtil mais implacable : le quiétisme en mouvement. Dans cette fable politique grinçante, qui n'est pas sans rappeler l'oeuvre de George Orwell, Eduardo Rabasa dissèque avec la précision d'un chirurgien les mensonges et les errements de nos démocraties modernes transformées en ploutocraties représentatives. Eduardo Rabasa, né en 1978 à Mexico, est l'auteur d'une thèse en sciences politiques portant sur le concept de pouvoir chez George Orwell. Chroniqueur culturel pour le journal Milenio, traducteur, il est un des fondateurs des éditions Sexto Piso. Un jeu à somme nulle est son premier roman.

  • 'Minuit sonne à l'église. Mes pensées se déposent en espagnol, comme si la langue de mon enfance m'avait recolonisée tout entière, une flaque d'or s'élargissant au fond de moi. Toute la colline fermente contre le ciel, autant d'arbres fraternels, soudés comme les vagues dans la mer, bercée par leur masse en mouvement. Les morts sont autant d'arbres, ils poussent parmi nous, mêlés à nous, être mort est une belle chose, simple et agréable. La nuit est douce, piquetée d'astres, j'imagine les chèvres dans les cimetières goûtant de leur langue rêche la bière répandue sur les tombes.
    Une balle tirée d'un point obscur pourrait pénétrer par la fenêtre et m'atteindre à cet instant. C'est une conviction très forte, une évidence en cette nuit des morts : quelqu'un est là, qui me vise le coeur.'

  • Un guide de conversation super pratique et en couleurs, avec un mini-dictionnaire inclus + du contenu MP3 offert, à 7,95 € ! Paella, mojito, Sagrada Familia... Jusque-là, l'espagnol, vous comprenez. Mais quand il s'agit de réserver un billet de train, de prendre une chambre d'hôtel ou de commander un repas au restaurant, ça se corse. Ce guide de conversation est fait pour vous ! Il décrit toutes les situations courantes que peuvent rencontrer les voyageurs : - s'adresser à un tour operator - faire une réservation - emprunter les transports - visiter une ville, les musées... - faire des achats et utiliser des services - sortir et faire des activités - gérer les urgences L'accent est mis sur les besoins spécifiques des voyageurs mais l'ouvrage contient également des astuces facilitant l'apprentissage et l'utilisation de l'espagnol et des infos culturelles sur les coutumes et spécialités des différents pays qui utilisent l'espagnol. Alors, vous partez quand ? Avec un mini-dictionnaire + du contenu MP3 offerts !

  • Je m'appelle Eyla Rives. Je suis étudiante à l'INP, à Paris. Ma vie a pris un tournant inattendu le 5 septembre 2016. Je croyais pouvoir commencer mes études sereinement, mais la disparition de ma meilleure amie et la découverte d'un cadavre chez elle en ont décidé autrement. 

    Qu'auriez-vous fait à ma place ? 

    La retrouver devient alors ma priorité. Aidée d'un agent de l'OCBC, Alaka'i Manoa, je me suis retrouvée plongée au coeur d'une enquête à portée internationale sur fond de trafic d'oeuvres d'art. Cet engrenage infernal nous mènera au Mexique et en Australie à travers un parcours semé d'embûches. On pense que ça n'arrive que dans les romans ou les films. Personne ne s'attend à vivre une telle épreuve.

  • Suite de Quelle vie de chien !!! et Quelle vie de chien 2: Gucci Givenchy 1er)

    Drôle ! Drôle ! Drôle ! Et vraiment pas bête !
    Une incroyable histoire qui plaira à toute la famille !

    Au décès de Mr. Diva, Hugo, le maître de Gucci, apprend que ce dernier hérite de toute la fortune de l'extravagante rock star, ce qui en fait le chien le plus riche du monde. Un beau jour, alors que le petit chihuahua se prélasse dans le parc en compagnie de son meilleur ami Lou, un inconnu profite de l'inattention de leurs maîtres pour l'enlever. Alors que le malfrat s'enfuit à toutes jambes vers sa voiture, Lou s'empresse de voler une planche à roulettes pour se lancer à sa poursuite.
    De fil en aiguille, les deux chiens se retrouveront au Mexique, complètement perdus. Mais grâce à l'ingéniosité de Lou et à quelques contacts qu'il a établis, ils retrouveront un semblant de vie en se joignant à une meute de chihuahuas abandonnés. Insatisfaits de leur chef qui ne parvient pas à leur dénicher suffisamment de nourriture, ces derniers le rejetteront et éliront Gucci à sa place. Ceci est loin de faire la joie de Lou, qui doit dès lors assurer la survie d'une trentaine de chiens affamés, après que son cher ami ait promis à tous cinq repas par jour! Inutile de dire que ses talents de chapardeur seront mis à rude épreuve. En même temps, comme il s'ennuie énormément de sa maîtresse, il doit absolument trouver une façon de retourner chez lui, tout en s'efforçant de calmer les idées de grandeur de Gucci, qui commence à ressembler un peu trop à Mr. Diva!

  • Caroline, âgée de neuf ans, ainsi que ses copains et copines, participent à une fiesta mexicaine organisée par leur école, où ils se partagent des enchiladas et font éclater des pinatas. Elle est impatiente d'aller chez sa nouvelle amie grecque, qu'elle vient de rencontrer, pour un dîner où elle goute à des mets qu'elle ne connait pas, qu'elle dédaigne tout d'abord, mais desquels elle se régale finalement.
    L'auteure raconte avec humour les attentes de Caroline qui, invitée pas sa correspondante brésilienne, part la retrouver avec ses parents à Rio de Janeiro en plein coeur du carnaval. Elle est émerveillée par les chars allégoriques, les costumes pailletés et rutilants, les chants, les danses endiablées et les feux d'artifice, sans oublier la statue du Christ Rédempteur qui surplombe à bras ouverts le rocher mythique de Rio.

  • Méchant trip !!!

    Lors d'un reportage à saveur touristique au Mexique, un journaliste québécois doit composer avec une machination et des attaques qui menacent gravement sa sécurité et sa vie intime.
    Dans ce roman, qui réunit romance et criminalité, le personnage principal, un reporter québécois pure laine, nous amène à découvrir la dure réalité qui sévit au Mexique. Une histoire qui outrepasse le regard idyllique propagé par les guides touristiques. Le soleil, la mer, les margaritas, les tacos, les guacamoles ? Non... ce n'est pas toujours aussi beau. Vous en conviendrez en lisant ce livre !

  • Bus mortel

    Susan Degeninville

    Station Opéra. La conductrice du Roissybus découvre un colis suspect. La machine policière et judiciaire se met en route. Affolée par sa mise en cause, Adelia Alonso, Franco-Mexicaine, confie une enquête à Inès Benlloch, détective privée. Inès Benlloch aborde sa première mission en autonomie, mais  le Commissaire Vétoldi, revenu au sein de la Police Nationale, en poste à Vannes, ne la laisse pas tomber... S'agit-il d'un banal trafic de drogue ? Ou d'autre chose ?...

  • Le Voyage d'Atipa

    Leo Senghor Destin

    Depuis quelque temps, Atipa, une jeune fille âgée d'environ 12 ans, ne cesse de rêver de sa grand-mère Yaya, qu'elle n'a pas vue depuis longtemps. Cette dernière habite une jungle pas comme les autres. Elle raconte quotidiennement ses rêves à sa mère Da et à sa petite soeur Léandra qui est âgée de seulement 5 ans et aussi à quelques camarades qu'elle a l'habitude de côtoyer. Elle souhaite la revoir, car elle tient à elle. ... Cependant, pour la première fois de sa vie, sa mère va la laisser partir seule voir sa grand-mère. Selon les dires des anciens, la jungle qu'elle s'apprête à traverser nécessite d'avoir du courage, de la volonté et aussi une certaine connaissance de la forêt. Ainsi donc, c'est ce récit que je m'apprête à vous livrer, en vous souhaitant bien sûr une bonne lecture. 

  • La peinture mexicaine n'est devenue internationalement reconnue qu'au début du 20e siècle. Ce fut le mouvement muraliste, à partir des années 1920, fortement lié à la révolution mexicaine de la décennie précédente, à partir de laquelle de grands artistes comme José Clémente Orozco (1883-1949), David Alfaro Siqueiros (1896-1974) et Diego Rivera (1886-1957) ont émergé. Rarement l'art a été plus politique. Les muralistes mexicains érigent sur les murs des bâtiments les plus divers, l'histoire de cette nation si agitée, faites de sang, de cris, de fureur et d'une immense espérance dans la vie.

  • Fridolin, lhomme de paille Dans un grand potager, Fridolin vient délire domicile. Il na pas choisi de vivre ici, cest monsieur Pigeon, le jardinier, qui lui a imposé ce lieu de résidence. Fridolin a reçu la mission de faire peur aux oiseaux. Monsieur Pigeon la fabriqué avec le manche à balai de sa femme, du foin, du fil de fer et de vieux vêtements. Mais malheureusement, lhomme ne lui a fait quune jambe. Comment pourra-t-il courir après les corneilles ? Planté au bout de son champ, Fridolin sennuie et subit les chauds rayons du soleil, puis la tempête le malmène et lui arrache la moitié de ses habits. Monsieur Pigeon doit absolument le réparer, mais cette fois, il écoute et lui façonne deux pattes solides. Et pour que lépouvantail ne trouve le temps trop long, il lui donne une gentille compagne.



    Rutina, lânesse Tous les jours, le jeune Diego aide son père à travailler dans les montagnes du Mexique. Cest lui qui est responsable de charger Rutina de feuilles de maïs séchées et de la suivre sur le sentier rempli de cactus. Mais Diego traîne en chemin et laisse la petite ânesse continuer sa route jusque chez le señor Domingez qui fait le commerce du maïs. La journée terminée, Diego attache Rutina au milieu dun champ. Rien à manger, rien à boire, la pauvre bête subit les chauds rayons du soleil et pleure pour quon lui apporte un peu deau. Son nouvel ami, Anatolo, imagine pour elle un pré où le vent frais fait danser les fleurs entremêlées à lherbe verte et tendre. Au lieu de se plaindre de ce qui ne va pas, Anatolo enseigne à Rutina comment rêver et réinventer sa vie.

  • André Malraux l'appelait "la superbe Argentine", Etiemble la qualifie toujours de "grande dame et de grand monsieur", mais qui la connaît encore ici, à l'heure du centenaire de sa naissance ?
    Victoria Ocampo, née en 1890 à Buenos Aires, au sein de l'aristocratie, eut une jeunesse choyée mais étouffante. Il était difficile d'être "femme sur les rives du rio de la Plata" et Victoria dut se battre contre les contraintes et les préjugés de cette société patriarcale. D'une rare beauté, sensuelle, énergique, fascinée par la création littéraire et artistique, elle se lie dès 1924 avec le poète indien Rabindranath Tagore et se lance dans le journalisme et la critique. Ses amis comptent parmi les plus grands noms de l'intelligentsia du moment : José Ortega y Gasset, Hermann von Keyserling, Pierre Drieu la Rochelle avec qui elle aura une liaison et qu'elle n'abandonnera jamais, Jules Supervielle, Gropius, Ernest Ansermet, Aldous Huxley, Virginia Woolf.
    En 1931, appuyée par ces "gloires", elle fonde à Buenos Aires, la revue SUR - la NRF argentine- qui publie des signatures occidentales prestigieuses et révèle au monde nombre d'auteurs latino-américains. Parmi ceux-ci, Jorge Luis Borges et Ernesto Sabato...
    Pont culturel entre divers continents, vivier de futurs maîtres, SUR bénéficiera d'une renommée exceptionnelle ; le flair, la combativité, l'abnégation de sa directrice et de ses collaborateurs y seront pour beaucoup.
    En 1939, cette francophile invite Roger Caillois à donner des conférences en Argentine. Le jeune essayiste, retenu par la guerre, demeurera plusieurs années auprès d'elle : Victoria Ocampo financera même sa revue Lettres françaises et introduira Caillois à une littérature dont il ignorait tout et qu'il fera découvrir au public français par l'intermédiaire de la fameuse collection "La croix du Sud". Avec générosité et obstination, elle encouragera bien des artistes dont la célèbre photographe Gisèle Freund, et soutiendra la cause des Alliés.
    Après la guerre, elle poursuivra sa mission d'ambassadrice des lettres argentines, résistera aux persécutions du régime péroniste et maintiendra des liens chaleureux avec tous les écrivains aimés. Un cancer de la gorge l'emportera en 1979.
    Laura Ayerza de Castilho et Odile Felgine retracent l'itinéraire d'une aventurière de l'esprit exceptionnelle : évocation minutieuse et allègre d'un destin de femme hors du commun.

empty