• Le pape François n'a rien inventé ! Depuis toujours, le message social de l'Église est réfractaire à la domination de l'argent et à l'injustice du marché. Une philosophie dont saint Thomas d'Aquin a donné le grand exposé, plus que jamais d'actualité. Un document brûlant, préfacé par un économiste dissident d'aujourd'hui. La théologie n'a-t-elle rien à dire en soi sur l'économie ? Et si, à l'heure de la globalisation financière, de la marchandisation du monde et du creusement abyssal des inégalités, c'était exactement le contraire ?
    À preuve le retentissement planétaire de
    Tous frères du pape François. Or, cette encyclique découle du message social que tient l'Église depuis 2 000 ans. Un message dont l'interprète majeur demeure saint Thomas d'Aquin.
    Un scolastique médiéval, l'auteur de la Somme de théologie pour penser autrement l'économie ? Et si, à l'heure du matérialisme, du consumérisme et de l'injustice, la véritable révolution était d'abord d'ordre spirituel et éthique ?
    Liant les modèles d'hier et les problèmes de demain, mettant en dialogue saint Thomas et Marx, Ricardo, Keynes, Friedman, Stiglitz ou encore Piketty, ce livre détonnant montre l'actualité d'une sagesse qu'il est urgent d'écouter : il existe aussi une écologie de l'économie.

  • L'essentiel à connaître sur la finance !La finance, est-ce la même chose que l'économie ? Ne concerne-t-elle que les gens qui investissent en Bourse ? Quel est le rôle de la monnaie sur les marchés financiers ? La finance est un domaine qui fascine les uns, mais qui effraie les autres (plus nombreux). Pourtant, que l'on soit capitaliste ou marxiste, humaniste ou matérialiste, consommateur invétéré ou pro développement durable,
    on ne peut plus, aujourd'hui, se permettre de faire l'impasse sur la connaissance et la compréhension de la finance. En 50 notions clés, vous renouerez enfin avec trois notions fondamentales de notre société :
    lire, écrire et compter. Cet ouvrage, en débarrassant cette discipline de son jargon, vous permettra de connaître et comprendre
    les raisonnements financiers de base.

  • Hier, la monnaie et le crédit facilitaient l'échange. Aujourd'hui, ils divisent et écrasent. Le coupable désigné est vite trouvé : ce serait la finance internationale. Ce qui nous évite de nous interroger sur le tréfonds de nos mentalités. Un essai corrosif pour, enfin, régler nos comptes avec l'argent.
    La monnaie ? Inventée, croyait-on, pour faciliter l'échange des biens et des services, elle est devenue signe de division et facteur d'inégalité.
    Le crédit ? Instauré pour faire circuler la monnaie et libérer l'initiative, il a fini par écraser États et particuliers sous le poids de la dette.
    Le coupable tout trouvé, c'est " la finance " : marchés dérégulés, actionnaires sans coeur, fonds d'investissement indifférents au sort de la planète. Mais à quoi bon dénoncer la cupidité des uns et la rapacité des autres, si on n'en dévoile pas les ressorts ? La source de notre asservissement est peut-être cachée dans le tréfonds de nos mentalités. Et si le vilain petit financier, c'était chacune et chacun d'entre nous ?
    Face à un krach boursier ou une pandémie, l'État est capable de s'endetter massivement. Ce qui repose la question de fond : qui, en définitive, doit quoi à qui ?
    Enjambant les débats ésotériques, cette Petite métaphysique du fric interroge ce qu'est la monnaie dans nos têtes, ce qu'elle devient entre nos mains, et défie notre tendance à désigner les coupables sans nous remettre en cause.


  • "Deuxième révolution numérique", "ubérisation ultime", "machine à confiance"... la blockchain laisse présager une révolution des usages comparable à celle portée par l'Internet dans les années 90.

    La promesse de la blockchain est en effet maje

  • Véritable somme, fruit de plusieurs décennies de recherche, ce livre est à ce jour la synthèse la plus complète sur les monnaies de la Chine ancienne, des origines à la fin de l'Empire (1911). Mobilisant une grande variété de sources, il conduit le lecteur au travers d'une aventure monétaire multiséculaire et, ce faisant, trace une passionnante histoire générale de la Chine.
    Alors que le monde occidental fonctionnait sur le modèle de la valeur intrinsèque de la monnaie (liée à la valeur de la matière dont elle est constituée), le monde chinois a « inventé » la monnaie fiduciaire : celle dont la valeur repose sur la loi. Dès le xe siècle av. J.-C., les Chinois ont mis au point un système où un objet spécifique est à la fois unité de compte, mesure de la valeur des biens et moyen de paiement et d'échange. Un système avec pour seul signe monétaire une pièce de bronze.
    À l'aide des textes historiques (annales dynastiques, mémoires au trône, rapports de fonctionnaires) et des découvertes archéologiques les plus récentes, est mise en lumière la différence majeure entre l'image donnée par l'historiographie officielle et la réalité de la circulation monétaire. L'hétérogénéité des espèces en circulation et les pratiques financières montrent tout l'écart qu'il y a entre la monnaie à valeur intrinsèque et la monnaie fiduciaire, cette « remarquable anomalie » aux yeux des Occidentaux.

    Ce livre est enrichi d'une iconographie exceptionnelle de plus de 370 illustrations, pour la plupart inédites, de 20 cartes et tableaux et d'une bibliographie exhaustive.
    François Thierry est agrégé de l'Université, conservateur général honoraire au Département des Monnaies et médailles de la BnF et récipiendaire de la médaille de la Royal Numismatic Society 2006.


  • Après le lancement de PayPal il y a plus de 10 ans, il y a eu un "creux", mais depuis peu de nombreuses initiatives émergent sur le marché des paiements. Tout récemment encore, Apple faisait son entrée dans le domaine avec son iPhone 6. Philippe H

  • Argent animal

    Michaël Cisco

    Lors d'une conférence sur la finance en Amérique du Sud, cinq économistes développent un concept de monnaie vivante, capable de se reproduire. Bientôt l'argent animal croît et se multiplie, envahissant le monde.


  • Les années 1990 ont permis à Francis Fukuyama d'annoncer la fin de l'histoire. Les années 2000 ont montré combien il était illusoire d'imaginer un monde pacifié, sans conflits, sans forces obscures dont on ne mesure jamais, avant qu'elles n'appara


  • Petites et grandes histoires des monnaies

    Quelques grandes décisions monétaires ont changé notre histoire. Certaines furent géniales, d'autres se terminèrent mal. Elles ont toutes un dénominateur commun, impalpable, qui se donne ou se refuse&n

  • La Grèce constitue une énigme pour l'Occident. À chaque fois qu'on a pensé que le peuple grec était définitivement sur la voix de la modernisation, la situation s'est dégradée, comme depuis 2010.

    La Grèce constitue une énigme pour l'Occident. À chaque fois qu'on a pensé que le peuple grec était définitivement sur la voix de la modernisation, la situation s'est dégradée, comme depuis 2010. Jamais la confiance en l'avenir de la Grèce n'a été aussi basse, jamais on ne s'est autant interrogé sur l'identité grecque.

    C'est pendant de tels moments de crise que se révèle l'ambivalence de la relation entre la Grèce et l'Occident. On passe de l'admiration béate pour le " berceau de la démocratie " au mépris, parfois même à la colère. Ce décalage entre représentation et réalité est la source de la plupart des problèmes grecs, internes et externes. En sept ans, la crise a montré qu'elle ne peut pas être résolue par des simples approches économiques, sans une révision des idées reçues, sans la prise en compte de structures et de comportements enracinés dans l'histoire et la géographie.

    En dévoilant les atouts d'un " néohellénisme " disposant d'importants réseaux diasporiques, maritimes et religieux, ce livre échappe à une historiographie romantique et indique les ressources de la Grèce face à une Europe en train de redéfinir sa relation avec " les Autres ".

  • Imaginez une monnaie qui permettrait de capitaliser des remises comme une carte de fidélité et d'emprunter à taux zéro pour de la construction ou de la rénovation écologique. Imaginez une monnaie qui favoriserait les achats régionaux. Imaginez une monnaie entièrement numérique.
    Cet ouvrage montre comment, en complément de l'euro, une monnaie à rayonnement régional pourrait développer des circuits nouveaux, plus réactifs, plus citoyens, davantage en harmonie avec les notions d'un développement durable. Elle pourrait être un facteur de pouvoir d'achat, un outil de la transition énergétique, une stimulation pour l'emploi régional, une manière de consommer « local », quel que soit le produit. Au coeur de la réflexion sur les monnaies complémentaires en marche en France et à travers le monde, la proposition d'expérimentation régionale traitée ici permet d'ouvrir de nouveaux horizons.

  • De la Grèce à l'Italie, en passant par l'Irlande, le Portugal et l'Espagne, la zone euro est en feu. La monnaie unique censée nous protéger se révèle un piège dangereux. Tout cela avait été prévu car les défauts structurels de la zone euro étaient notoires et bien connus des économistes.
    L'Histoire dira la responsabilité de nos gouvernements qui, par idéologie, par conformisme et parfois aussi par lâcheté, ont laissé la situation se dégrader jusqu'à l'irréparable. Elle dira aussi l'immense culpabilité de ceux qui ont cherché à imposer une Europe fédérale en contrebande, par le biais de la monnaie unique, à des peuples qui n'en voulaient pas. Aujourd'hui, c'est aussi une certaine conception de l'Europe qui agonise. La crise actuelle solde à la fois les erreurs d'une financiarisation à outrance et la faute politique que furent le traité de Lisbonne et le déni de démocratie qui suivit le référendum sur le projet de traité constitutionnel en 2005.
    Faut-il, dans ces conditions, sortir de l'euro ? Ce livre tente de répondre à cette question. Il se propose d'examiner la crise actuelle, de mettre en évidence tant ses origines que la conjonction de politiques particulières qui l'ont rendu inévitable. Il entend montrer au lecteur comment nous en sommes arrivés là, à partir des espoirs – pour certains réels et pour d'autres imaginaires – qui avaient été mis en l'euro à l'origine. Il se propose enfin de montrer les solutions possibles qui s'offrent à nous, et d'évaluer objectivement si nous avons un intérêt à rester dans l'euro.
    Jacques Sapir, économiste, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, et à l'Université de Moscou, a notamment publié : Les Économistes contre la démocratie (Albin Michel, 2002), Les Trous noirs de la science économique (Seuil, " Points Économie ", 2003), Quelle économie pour le XXIe siècle ? (O. Jacob, 2005), La Fin de l'eurolibéralisme (Seuil, 2006), Le Nouveau XXIe siècle (Seuil, 2008) et La Démondialisation (Seuil, 2011).


  • Et si l'Europe s'apprêtait à connaître, comme le Japon il y a quinze ans, une longue crise économique ? Cela semble bien parti en raison de la politique monétaire menée par la BCE. A la différence de l'Europe, le Japon a compris que cette pol

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La monnaie est simple à utiliser au jour le jour. Pourtant, son fonctionnement détaillé dans l'économie, tout comme ses mécanismes de création, nous sont inconnus. Tout baigne dans un flou de termes dont on ne connaît pas exactement la signification. Monnaie fiduciaire. Réserves fractionnaires. Banques centrales. On ne sait même pas exactement pourquoi on a réellement besoin de monnaie !
    Le sujet est effectivement assez complexe et est rendu d'autant plus incompréhensible par les experts du domaine qu'ils abusent d'abréviations obscures pour le profane. De plus, ils qualifient souvent la monnaie d'« outil neutre », laissant entendre qu'on peut en changer aussi facilement que de chaussures. Or, la monnaie n'est pas du tout un outil neutre : elle influence directement l'économie et les comportements humains.
    Ce petit livre résume simplement les rudiments que nous devrions tous savoir pour comprendre le fonctionnement de la monnaie. Dans un vocabulaire simple et accessible à tous, il va à l'essentiel et permet au lecteur de se forger rapidement sa propre opinion sur les monnaies historiques, les monnaies officielles, les monnaies complémentaires et alternatives, les crypto-monnaies, etc.
    Pour les passionnés, le livre du même auteur, « La monnaie : ce qu'on ignore » est  plus détaillé, avec 260 références bibliographiques.


  • Les monnaies complémentaires, et le bitcoin en particulier, connaissent un succès grandissant à travers le monde.

    C'est une véritable révolution monétaire qui s'annonce : le bitcoin est une monnaie électronique décentralisée, accessible à

  • "La question de la place de l'État dans notre société est évidemment économique mais elle est aussi sociale et culturelle. Car si les Français sont déprimés et grincheux, c'est sûrement parce que, depuis des décennies, leur sphère d'autonomie s'est réduite à peau de chagrin.
    Au cours des quarante dernières années, nous avons accepté que l'État prenne de plus en plus de décisions et dépense toujours plus à notre place. Depuis les années 1980, le poids des dépenses publiques est devenu supérieur à la moitié de la richesse produite en France. Les Français sont confrontés à un fardeau fiscal et social de plus en plus lourd et à un endettement public sans précédent.
    Ces choix que les Français ne peuvent plus faire, ce sont les pouvoirs publics qui les font à leur place. C'est vrai en matière de santé, de retraite, de travail, de technologies, d'éducation, d'immobilier et dans bien d'autres domaines-clés. Nous avons été dépossédés de notre responsabilité et de notre pouvoir à gérer nos vies. Cela n'est pas sans incidences. Notre société s'est grippée et crispée et les Français sont de plus en plus inquiets vis-à-vis de l'avenir.
    La crise que nous traversons aujourd'hui n'est donc pas seulement financière ou économique. Elle a des conséquences humaines et morales bien réelles. Mais cette crise offre une formidable opportunité de repenser le rôle de l'État dans nos vies. Les pouvoirs publics doivent en faire moins pour nous laisser en faire plus.
    L'enjeu est de nous laisser construire nos vies plutôt que de subir des choix imposés. Oser remettre l'État à sa place, c'est redonner à chacun un espace de libertés et d'espoir. "

  • Personne n'a jamais inventé la monnaie, elle s'est imposée d'elle-même dès que l'homme a voulu commercer de façon efficace. Mais, trop souvent, les gouvernements en ont détourné le précieux usage pour se sauver eux-mêmes de la faillite. Des billets de Law à l'euro, en passant par les assignats, l'auteur nous montre les désastres monétaires qui surviennent lorsqu'on abandonne l'or pour le papier. Il plaide pour que la monnaie soit enfin libérée et que l'or puisse faire son grand retour.

  • Repenser l'économie

    Philippe Herlin

    • Eyrolles
    • 16 Février 2012


    Repenser l'économie pour sortir de la crise

    Subprimes, dette publique, euro, la crise s'étend et fait désormais trembler notre économie sur ses bases. D'où vient-elle ? Pourquoi se propage-t-elle ? Comment en sortir ? Les répons



  • "La Chine est complexe, surprenante et pleine de contradictions. A travers de nombreux exemples, Dominique Jolly illustre parfaitement cette ambivalence que si peu de personnes arrivent à gérer. La Chine fonctionne sur des bases différentes de

  • Un livre pour tous ceux que la vie économique intéresse bien qu'elle leur paraisse très compliquée. Pour tous ceux qui se préoccupent de leur avenir et qui se demandent ce que demain leur réserve, à eux et à leurs enfants , de quoi va dépendre leur emploi, leur pouvoir d'achat, leur retraite, l'avenir de leur entreprise , quelle société leur préparent les robots et les nouvelles technologies ? Pour tous ceux que l'Europe, la mondialisation, l'évolution technologique inquiètent et attirent.

    Leurs préoccupations sont au coeur de ce travail. Ce livre tente d'y répondre en scrutant l'activité économique, sociale, monétaire, financière, environnementale, les circuits qui la composent ainsi que les politiques mises en oeuvre, souvent sans grand succès !

    /> Une simulation de ce que pourrait être une réponse à ces interrogations dans un proche avenir 2017-2022, clôture ce travail sur une ouverture vers une véritable 'économie de la vie' dans une société solidaire et sociale de marché.


    Gilbert Blardone :
    Docteur ès sciences économiques, spécialiste des politiques économiques et financières
    Professeur des Universités
    Dernier ouvrage : La crise 2007-2014 : chronologie, analyse et perspectives. Ed BOOKELIS

  • Le capital de la terre

    Nicolas Breyton

    • Bookelis
    • 11 Juillet 2018

    Comment mieux gérer le capital de la Terre ?
    Comment décarboner rapidement les 80% d'énergie primaire mondiale produite aujourd'hui avec des énergies fossiles?
    Comment remplacer l'or noir, sans consommer tous les métaux rares nécessaires aux panneaux photovoltaïques et aux batteries en moins de vingt ans?
    Comment adapter notre agriculture au climat?
    Enfin comment adapter la finance pour rendre les projets énergétiques d'avenir intrinsèquement rentable?
    Le capital de la Terre propose une revue à 360° du problème économique, agricole, industriel, minier, et culturel, engendré par la nouvelle donne climatique. Un climat instable, la raréfaction des ressources en regard de la démographie mondiale, la stagnation et la dette... De nombreuses bases de notre système économique vacillent. Les solutions écologiques classiques ne suffisent pas pour diviser par trois les émissions mondiales de CO2 , au moment où l'Inde, la Chine et l'Afrique décollent. La sobriété des uns nourrira le décollage des autres.
    Une troisième révolution industrielle est possible. Une énergie décarbonée, sure, abondante et peu coûteuse pourrait enfin rendre les énergies fossiles obsolètes. La fission liquide est une solution à base de sels fondus. Elle pourrait bien non seulement rendre totalement obsolète le nucléaire actuel, mais pourrait détrôner la suprématie de l'or noir. Une explication simple et détaillée des avantages et des challenges de cette nouvelle voie écologique est décrite dans ce livre, ainsi qu'une description des impacts économiques et géopolitiques majeurs qu'une révolution industrielle pourrait engendrer. La fin de l'or noir, la fin de 'l'âge du feu', avec un nouvel âge, l'âge des métaux rares, est en marche. Mais sans argent, rien n'évolue. Une refonte profonde du système monétaire international est essentielle. Une monnaie-énergie, le carbonor, pourraient permettre d'orienter les choix financiers des agents économiques vers la rentabilité énergétique décarbonée. Ce livre est un message d'espoir, qui ébauche une alternative pour construire un monde prospère et pacifique, au-delà des dogmes. Proposons une destinée meilleure à nos enfants, c'est la plus grande aventure humaine du XXIe siècle. Plus d'infos sur www.lecapitaldelaterre.com

empty