• « Comme tout à chacun, je me pose des questions stupides du pourquoi et du comment... devant m'en poser sans doute un peu plus que certains, mais peut-être moins que d'autres, j'arrive à exprimer mes interrogations par des textes qui ne font qu'augmenter mes questionnements. L'important est d'être conscient de cette réalité qui permet de s'évader, de voyager dans un certain irréel qu'il m'arrive parfois de confondre avec la réalité. »

  • Les nombres complexes - Fonctions et dérivées - Fonctions élémentaires - Intégration - Séries de puissances - Calcul des résidus - Transformations conformes - Exercices et réponses.

  • « Faut-il se masquer la Vie, Devenir Clown et rire Pour passer ses envies, Par d'immenses fous rires, Tout comme Venise et son Carnaval, Ces personnages se travestissent, Pour aller au Bal, où sur le Grand-Canal, Sujets des plus belles esquisses »

  • « L'hypothèse de départ est que l'histoire du "nombre" est faite des différentes strates de la pensée, de son développement depuis les origines sous une forme plurielle. En effet, elle est intégrée à une perspective scientifique, littéraire, historique, politique, sociale ou économique. Le "nombre" fournit une vision historique (history). L'existence du mot history au sens de trace écrite d'événements passés n'est attestée qu'à partir de la fin du quinzième siècle, et après que les sens de history et story sont devenus distincts, au tout début du seizième siècle. Par "nombre" j'entends l'ensemble des acceptions du mot (number et numbers), de termes qui lui sont apparentés ou qui sont liés, ainsi que nous venons de le voir. Inversement, les différentes occurrences du nombre dans l'oeuvre de Shakespeare constituent souvent le socle qui sert d'appui à l'histoire (tale ou story), adosse sa construction à l'édifice et le supporte. Pour résumer et définir une problématique, les différentes configurations du "nombre et de l'innombrable" qui se déploient dans l'oeuvre de Shakespeare semblent avoir absorbé, digéré l'histoire du nombre sous toutes ses formes. Cette conversion du nombre en histoire et inversement constituera le fil rouge de notre réflexion. De par le caractère d'"infinie variété" et d'universalité de l'oeuvre, cette histoire du nombre et de l'innombrable dans le théâtre de Shakespeare offre une interprétation du monde car tout est "nombre". » De « l'au-delà-le-texte » (qu'est par exemple la représentation de l'oeuvre sur une scène) au plus proche de l'écriture de Shakespeare, Florence Krésine développe autour du couple nombre-innombrable une réflexion aussi dense qu'exigeante sur l'oeuvre du dramaturge anglais. Travaillant ainsi sur plusieurs niveaux de lecture (herméneutique du théâtre, analyse littéraire, analyse linguistique) mais encore des concepts dérivés et parfois opposés, la chercheuse ouvre des perspectives nouvelles sur une oeuvre désormais classique, de même que certaines de ses sourdes références, et compose par la même occasion un essai de référence destiné à tous les critiques de la production shakespearienne.

empty