• Entre les jambes

    Huriya

    Marrakech, années 70.

    Un petit garçon androgyne est abandonné par sa mère et confié à ses grands parents. Sa grand mère, musulmane, et son grand père, officier français à la retraite, se détestent et s'opposent sur tous les plans : principes, éducation, religion, sexualité... C'est la lutte du Coran contre Les Fleurs du mal.

    Entre les jambes est le récit de cette enfance écartelée entre fausses pudeurs et non-dits, mosquée et hammam, ivresses et amants, enfants des rues et prostitution forcée.

  • Mener rapidement un projet à son terme, obtenir une pleine adhésion, débloquer une situation complexe
    Pour réaliser ces objectifs, le manager doit être capable de communiquer efficacement avec ses collaborateurs et de délivrer un message authentique et fort de sens.
    Or, trop souvent, les malentendus, les blocages inutiles et les ressentis passés sous silence aboutissent à une forme « d'aveuglement collectif», responsable de 80% des échecs.
    Cet ouvrage présente les outils qui vous permettront de détecter les non-dits bloquants et de dénouer les conflits larvés pour libérer une parole constructive au sein de votre organisation.
    À l'appui de nombreuses expériences en entreprise, l'auteur démontre que la révélation et l'utilisation subtile de ces « non-dits » constituent un facteur essentiel de réussite.
    Simple et pragmatique, ce livre présente une véritable méthode pédagogique qui permettra à tout manager de renforcer ses capacités à décider, faire et convaincre.


  • Dans cette famille "silencieuse et dispersée' il manque pas mal de pièces.

    Carl, Nora, Paulina et leur cousin, le narrateur, n'ont jamais connu leurs grands-parents. Tandis que d'autres découvrent le passé dans les albums de famille, les quatre adolescents ne tombent que sur des photos découpées, des non-dits, des mensonges.
    Ce qui est soigneusement tenu secret dans la famille, et que les parents ne veulent surtout pas connaître, c'est l'histoire du grand-père pendant le Troisième Reich, qui abandonne sa fiancée pour s'engager dans la légion Condor et bombarder Guernica.
    Qui est cette "vieille', avec qui il s'est remarié et qui fait tout pour effacer son passé ? Et qu'est donc devenue cette grand-mère soprano aux beaux yeux italiens ?
    Sur les collines de la ville, où flottent de mystérieuses spores, le jeu innocent tourne à l'obsession et finit par éloigner le narrateur de ses cousins.

    Fiction et réalité se mélangent, peut-être qu'il vaudrait mieux tout oublier. Mais comment oublier ce qu'on ne connaît pas ?

  • Dans Le Fils de Sam Green, Sibylle Grimbert nous invite dans l'intimité d'une famille. Un fils vient de perdre foi en son père. Et alors que sa croyance s'écroule, il doit affronter une question létale : a-t-il été une victime, parmi d'autres, d'un égoïste, ou a-t-il été, par égoïsme, le complice d'un bourreau ?
    Voici un thème classique, puissant, où l'auteur déploie son talent pour la capture d'instants fugaces, l'entrelacement signifiant des non-dits, et la maîtrise du drame familial. Mais ce Sam Green n'est autre que Bernard Madoff, et Sybille Grimbert, une puissante vigie.
    L'affaire Madoff est inexplicable dans une perspective rationnelle : elle reposait sur une arnaque si grossière qu'en toute logique ses victimes - dont le point commun était d'être bien informées des us et pratiques de ce milieu de la finance - ne pouvaient pas tomber dedans. Mais voilà, les pigeons avaient foi en leur bourreau et en un monde de privilèges et de toute-puissance dont ils n'auraient jamais osé formuler qu'ils le rêvaient magique, avant qu'il ne se transforme en malédiction planétaire.
    Le Fils de Sam Green est bâti sur un axiome shakespearien bien connu : "Le monde entier est un théâtre. Et tous, hommes et femmes, n'y sont que des acteurs. "Il possède d'ailleurs des accents "leariens" indéniables. C'est un roman aussi tranchant que vital parce qu'en nous rendant familier un drame que l'on préfère imaginer opaque et étranger, l'auteur nous pousse la scène de la plus grande tragédie de notre temps. Par la force amère et la triste élégance de sa démonstration, la complainte du Fils de Sam Green nous interdit de nous prétendre pantins et nous laisse acteurs, c'est-à-dire libres de croire ou pas, d'agir ou pas, d'être ou de passer.

  • Un groupe d'amis devait passer quelques jours de rêve, bien au chaud, dans un chalet loin de tout : le Paradis.
    Mais ils sont pris en otage par deux détraqués. Et bientôt, les tensions apparaissent, les secrets ressortent, la violence monte, les caractères se révèlent dans ce qu'ils ont de plus sordide. Hommes, femmes, enfants, tous les habitants du chalet sont emportés dans une spirale de veulerie et de cruauté. Jusqu'où ira leur descente aux enfers ?
    Même l'auteur, personnage ridicule et aussi lâche que les autres, et qui croyait tirer les ficelles, se retrouve trahi par les acteurs de son histoire. Jusqu'au dénouement, aussi surprenant que jubilatoire.
    Un grand roman noir, brillamment construit, terriblement lucide, surprenant et spirituel.

  • Le livre à écrire

    Constance Larsen

    Une famille nombreuse, deux parents, six enfants. À sa surface, des lézardes ordinaires : les tensions entre frères et soeurs, les préférences des parents... Dessous, des fractures qui menacent déjà de faire s'effondrer cet édifice, et ce sera les parents qui se séparent, les soeurs qui rompent toute attache, celle qui succombe à l'alcool. Et encore plus profondément, les précipices sur lesquels tiennent miraculeusement les êtres. Des êtres comme Marie, la soeur qui apparemment mordait la vie, mais que l'on retrouva suicidée, laissant derrière elle des indices vite censurés, seuls éléments qui permettraient de comprendre l'incompréhensible.

  • « On s'était dit rendez-vous dans 10 ans, vous connaissez la chanson ? Mais était-ce une bonne idée ? Si certains ont réalisé leur rêve au-delà de toute espérance, d'autres sont restés là, dans ce petit village d'Auvergne perché au-dessus de Clermont-Ferrand. En apparence, tout va bien quand tout le monde est là. Mais Mick a compris dès son retour qu'il n'avait plus grand-chose à faire ici. S'il n'y avait pas eu Noémie, il ne serait sans doute jamais revenu ! Lui avait suivi la vague de tous les bouleversements sociaux, musicaux et artistiques de ces dernières années des sixties. Les autres, eux, s'en fichaient un peu de l'évolution du monde. Même Mai 68 ne les avait qu'à peine effleurés. Cependant, il fallait qu'il reste, Mick, jusqu'à ce qu'il comprenne pourquoi Noémie s'obstinait à ne plus vouloir partir avec lui. Une belle bande, oui, mais faite de quoi ? Entre non-dits, mesquineries et tromperies, cette jeunesse dorée de la fin des années 60 va voir son vernis s'écailler pour laisser place à une vérité d'où sortiront les travers de tout ce petit monde. »

  • Impossible d'échapper à son passé, lorsqu'une histoire se fige, inachevée.
    Mensonges, non-dits, fuite en avant, qui conduisent à une vengeance implacable, balayant tout et tous sur son passage.
    Le combat de Luigi et sa fille Julia, témoins et victimes de ce chaos, sera de faire éclore une vérité incontournable.
    Mais pour quelle issue ?
    Ce roman psychologique vous tiendra en haleine jusqu'au bout.

  • Cet ouvrage, qui représente les fruits d'une quarantaine d'années de recherches sur Claude Simon, fait alterner des études thématiques et des essais consacrés à des romans individuels ; une attention particulière est portée aux « presque non-dits » des romans. Les trois principaux thèmes étudiés ici sont l'anglicité, l'androgynie et l'antisémitisme ; ils sont parmi les plus importants de l'oeuvre tant en raison de leur dimension éthique que de leurs multiples résonances formelles et intertextuelles. Les romans ciblés, qui correspondent aux quatre périodes de l'oeuvre, sont Le Sacre du printemps, Histoire, Triptyque et L'Acacia, mais les autres livres de Simon sont abordés au cours des sept essais de l'ouvrage. « Le choix de clore le livre sur une étude du thème juif [...] est particulièrement justifié en ce qu'elle converge avec l'intérêt désormais avéré pour la relation des romans simoniens avec l'Histoire et pour leur intégration de discours sociaux et de questionnements éthiques et politiques », a-t-on commenté.

  • Les empreintes du passé conditionnent notre présent, une personne qui n'est pas dégagée de son histoire est condamnée à la revivre, jusqu'à ce qu'elle en prenne conscience. L'Amour d'une mère pour son enfant n'est pas automatique. Tout peut se retrouver même ce qu'on nous a caché.
    « Ma mère et moi, on n'a pas besoin de toi » dit une femme de 68 ans à sa soeur, oubliant que sa mère est aussi la mère de sa soeur. En prenant possession de sa mère, cette femme illustre magnifiquement le rôle de la mère dans notre société et surtout la place qu'elle occupe dans notre vie.
    Pour Maurice Carême « Il y a plus de fleurs, pour ma mère, en mon coeur que dans tous les vergers. Plus de merles rieurs pour ma mère en mon coeur que dans le monde entier et bien plus de baisers pour ma mère en mon coeur qu'on en pourrait donner ». Pour A. Got « tout peut s'user... sauf la joue de la maman qui reçoit les baisers de son enfant ». Pour Charles Aznavour, Giorgio, le fils maudit est là lorsque la mamma va mourir. Pour Kendji Girac, la mère est « sa quête, elle est son Graal ».
    En sacralisant « la mère », on la hisse au même niveau que Dieu en oubliant que c'est un être humain qui est pensé par ses mémoires cellulaires comme tous les êtres humains et qu'elle fait ce qu'elle peut avec ce qu'elle a reçu à la naissance.
    C'est la relation à sa mère que l'auteur vous livre. En une écriture douce, patiente, presque caressante, elle raconte sa vie auprès de cette femme qui ne pouvait pas l'aimer parce qu'elle n'était pas dégagée de ce qui lui était arrivé dans le passé.
    L'enjeu de cette lettre ouverte ? Expliquer que tout n'est pas aussi simple qu'on le dit, que l'Amour d'une mère pour son enfant n'est pas automatique, que les situations qu'elle a rencontrées peuvent l'empêcher d'exprimer ce qui était pourtant inné au départ mais aussi et surtout que cela a des conséquences énormes sur l'enfant qu'elle met au monde.

  • L'amour menacé par les non-dits et les secrets.
    « Je le savais... » soupire ma mère.
    Si elle savait, pourquoi n'a-t-elle rien dit ?

    Claire et Eric s'attirent irrésistiblement. Jeunes, libres, ils vivent confortablement. Leur mariage s'annonce sous d'heureux auspices.
    Mais un trouble les saisit chaque fois qu'ils font un pas en direction de leur projet de vie commune.
    Pourquoi tant de blocages internes ?
    Malédictions, non-dits, traditions, secrets ancestraux, parviendront-ils à vaincre ces obstacles invisibles et pernicieux ?

  • Une jeune femme est assise à une table d'un vieux bistrot parisien. Devant elle, une tasse de café et le fruit de longues recherches. De l'autre côté de la rue, derrière une autre fenêtre, un homme. Et beaucoup d'espoirs. Peut-être s'agit-il de son père dont elle a enfin retrouvé la trace.
    Que doit-elle faire ? Traverser la rue, ou rester derrière sa fenêtre ? Et si pour prendre sa décision, elle devait replonger dans son histoire ?
    Entre enquête et espionnage, amours et trahisons, ONG et services secrets...
    Un thrilleur psychologique haletant qui immerge le lecteur dans un monde tissé de secrets, où la vérité n'est pas où on l'attend...

  • 1994 : un tragique accident de la route se produit. La conductrice de l'un des deux véhicules décède sur le coup. Les deux membres du véhicule responsable s'en sortent sans la moindre égratignure et s'enfuient. La même nuit, une société est cambriolée. Les recherches permettront de découvrir que la victime avait une fillette de douze ans introuvable depuis une semaine. Quatorze ans plus tard, la découverte du cadavre d'une enfant va relancer l'affaire. Que s'est-il passé le soir de cet accident ? Qu'est-il advenu de cette enfant disparue ? Les mystères ensevelis sous le poids de ces quatorze années passées reviennent hanter ces protagonistes. Car le passé finit toujours par vous rattraper...

  • Mariage et QuiproquosLe marquis d'Ashton était très jeune lorsqu'il a épousé Jessica. Certains malentendus les ont éloignés et il regrette d'avoir accordé sa confiance à cette femme volage. Mais Ash se trompe sur toute la ligne. Peinée d'être soupçonnée d'adultère, Jess s'est murée dans le chagrin. Mais l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre ne s'est jamais éteint, et avec un peu de chance, ces deux-là se choisiront une seconde fois.« Les lectrices vont adorer cette romance Régence qui ne manque ni de piquant ni d'humour. » Booklist

  • Ombres

    Sandra Baudoin

    Le cadavre d'une jeune femme est retrouvé dans la région d'Annecy. Toutes les preuves accablent le mari qui est placé en garde à vue.
    Quand l'inculpé refuse de coopérer, en se murant dans le silence, des doutes se glissent dans l'esprit de Catalina Lorenzi, la patronne de la section de recherches.
    Et trop de questions restent sans réponses.
    Se pourrait-il que certaines pistes de l'enquête aient été négligées ?
    Quel rôle a joué ce couple d'amis omniprésent qui défend un peu trop le veuf éploré ?

    Ce thriller psychologique explore les Ombres, toutes ces zones troubles qu'on retrouve dans une affaire criminelle ; les tourments des introvertis, les fantômes des névrosés ; mais aussi les non-dits qui pourrissent dans les familles, les couples et qui peuvent conduire à la folie.

  • Les perspectives esquissées par les auteurs des dix-sept articles regroupés dans ce volume montrent que les contenus implicites sont omniprésents, mais qu'ils obéissent à divers fonctionnements linguistiques et à diverses finalités. On reconnaîtra, à la lecture, les méthodes et traditions de recherche spécifiques au linguiste, au spécialiste de littérature ou de civilisation et l'on constatera aussi la fécondité de l'approche interdisciplinaire.

  • La vie est un roman et jamais l'imagination n'a su dépasser le réel. Il y a ainsi dans les malles de nos greniers des pelotes de mystères, des dévidoirs de merveilleux qui n'attendent qu'un esprit curieux et patient à même de les dérouler pour le plus grand plaisir des lecteurs. C'est le sort qui attendait les carnets de Maurice P. depuis plus d'un siècle. En apparence, des notes jetées sur le papier, au style télégraphique, mais qui, derrière leur caractère lapidaire, recèlent une histoire amoureuse inouïe. Plongez sous l'écume des apparences, dans l'eau trouble des interdits sociaux pas si lointains que ça, pour partager les aventures de Maurice et You, en suivant l'auteur, véritable scaphandrier des familles.

  • On ne peut pas cacher "une filiation" à quelqu'un car tout ce qui est inscrit dans nos cellules peut se retrouver. Taire une filiation est impossible parce que la personne l'a en sensations. Nos mémoires cellulaires renferment toute l'histoire familiale dès la conception.
    Par-dessus la frontière entre la vie et la mort, Reviens Grand-Père, j'ai des choses à te dire est une lettre ouverte d'une femme à l'adresse de son grand-père disparu.
    L'enjeu de cette lettre ouverte ? La vérité. Sur l'enfance de plomb, sur la famille dysfonctionnelle, sur les secrets qui ont abîmé à jamais celle-ci. Mais encore et surtout la vérité sur les origines même de la narratrice qui effrite, tout en douceur, les murs bâtis autour de ces dernières. De là cette écriture patiente, presque caressante qui apprivoise et dompte tous les non-dits et accouche, avec une délicate fermeté, d'une vérité trop longtemps tenue sous le boisseau.
    La dimension thérapeutique de ce texte, chère à son auteur, lui permet aujourd'hui de partager avec les lecteurs son vécu pour que ces derniers comprennent mieux le leur.

  • « Ce qui me déroute le plus est cette histoire de lettres anonymes. À moins que Carole n'ait décidé d'éliminer sa rivale. Nous savons malheureusement que de gentilles petites filles peuvent avoir recours au poison pour se venger. Dans les réactions de tous ces gens, je n'arrive pas à discerner ce qui est sincère de ce qui est feint. Je tombe en plein drame et je n'ai rien qui me permette de m'assurer d'une vérité. La seule qui m'ait parlé d'autre chose que de musique ou de banalité est Carole ; et depuis hier, j'ai l'impression qu'elle m'évite. » Dans l'ambiance feutrée et guindée des notables de province, Stéphanie enquête en catimini... Est-ce la jalousie qui est à l'origine de la mort suspecte de Véronique ? Pourquoi aussi s'en prendre à Sophie Verdier, qui promouvait le quintette intégré par Stéphanie ? Et comment décrypter le comportement de Lucien Verdier, leader de cette formation, face aux deux drames qui le frappent ? Enfin, que tait le clan Verdier ? Ainsi présenté, l'écheveau paraît indémêlable... et Stéphanie aura certainement fort à faire pour cerner les personnalités ambiguës de ceux qui l'entourent, au fil de ce récit policier sur fond de musique de chambre, de non-dits et de secrets, orchestré de main de maître par D. Tharaud.

  • Toi et moi malgré tout Nouv.

    Sous son apparence froide, Benji cache un grand coeur. Le jeune homme a des désirs et des rêves que jamais il ne pourra réaliser. Sa vie est déjà toute tracée et pas une seconde il n'a songé à se rebeller.
    Ça, c'était avant de faire la connaissance de la nouvelle.
    Récemment arrivée en ville avec sa famille, Micky tente de s'intégrer dans le lycée où elle est inscrite. Rapidement, elle se rapprochera de Benji, mais leur relation demeurera secrète.

    De secrets à non-dits, beaucoup d'obstacles se dresseront sur le chemin du jeune couple. Parviendra-t-il à les surmonter ?

  • Les gens bizarres, la déchéance d'Arthur Nouv.

    Arthur décède dès le début de l'ouvrage et pourtant, il reste présent : on le rencontre, le connaît, le reconnaît. On découvre sa vie, sa famille, ses amitiés, à travers les yeux innocents de son fils, Junior. On dévoilera aussi des secrets derrière les parois lisses des sourires. Dans ce deuxième opus, Jean-Jacques Sautron a souhaité lever le voile à toutes les questions soulevées par Arthur dans le premier tome, « Arthur ou la belle vie ».
    Fondateur d'une association théâtrale et caritative à l'âge de 19 ans, directeur d'accueil de loisirs, Jean-Jacques Sautron a été malmené par la maladie au point de devoir arrêter la plupart de ses activités. Durant ces sombres périodes, ses refuges ont été l'imaginaire et l'écriture, comme en témoignent les deux volets des « Gens bizarres ».

empty