• "Presque toutes les femmes se sentent physiquement oppressées. Je parle du surpoids parce que je suis grosse, mais le poids n'est que le prolongement des pressions permanentes que nous subissons. Je ne connais aucune femme qui ne se soit jamais demandé si son cul ou ses seins étaient de la bonne forme, de la bonne taille. J'ai même des copines qui complexent à cause de la couleur de leurs mamelons... Je suis capable d'entendre qu'il y ait une norme médicale, mais je trouve insensé qu'on fasse converger les courbes de l'IMC avec les critères de beauté. D'où vient cette idée débile ?"

    Dans On ne naît pas grosse, Gabrielle Deydier se réapproprie son corps en menant une double investigation. D'un côté, elle retrace son histoire personnelle et révèle ses propres tabous. D'un autre, elle enquête sur le traitement que le chirurgien, l'employeur et l'internaute lambda réservent aujourd'hui aux personnes obèses. Fondatrice du webzine culturel Ginette Le Mag, elle signe ici son premier livre.

  • Souhaitez-vous être délivré de votre addiction au sucre ? La méthode d'Allen Carr a transformé de nombreuses vies à travers le monde.
    Bon sucre, mauvais sucre s'attaque à l'addiction au sucre raffiné et aux glucides transformés qui entraîne une épidémie d'obésité et de diabète de type 2. La consommation de sucre et de glucides est une addiction qui commence dès la naissance, mais une fois que vous en serez libéré, vous jouirez d'une meilleure santé, d'une plus grande énergie, d'une amélioration considérable de votre silhouette et d'une vie plus heureuse. Lisez ce livre et pesez le poids que vous souhaitez pour le reste de votre vie !
    En 1983,
    Allen CARR a conçu
    La Méthode simple pour en finir avec la cigarette, qui deviendra un best-seller vendu à plus de 16 millions d'exemplaires dans le monde. Il est considéré comme l'expert n° 1 de l'assistance aux fumeurs et a adapté sa méthode à de nombreux autres domaines.
    Retrouvez les méthodes de l'auteur sur : www.allencarr.com

  • Balèze

    Kiese Laymon

    " Profondément original et bouleversant, Balèze déconstruit tous nos préjugés sur la condition des Noirs aux États-Unis. " LA Times L'un des meilleurs récits de 2018 selon le New York Times
    Partant de son enfance dans le Mississippi, passée aux côtés d'une mère brillante mais compliquée, Kiese Laymon retrace les événements et les relations qui l'ont façonné. De ses premières expériences de violence et de racisme jusqu'à son arrivée à New York en tant que jeune universitaire, il évoque avec une sincérité poignante et désarmante son rapport au poids, au sexe et au jeu, mais aussi à l'écriture. En explorant son histoire personnelle, Kiese Laymon questionne en écho la société américaine ; les conséquences d'une enfance passée dans un pays obsédé par le progrès mais incapable de se remettre en question.
    Récit intime qui met en lumière les échecs d'un pays, Balèze est un formidable acte de défi et de courage.
    - Andrew Carnegie Medal for Non-Fiction

  • Quand on commence à se pencher sur la liste des perturbateurs endocriniens et de leurs effets, il y a de quoi tomber de sa chaise. Bisphénol, glyphosate, parabène... Nous découvrons que nous sommes, du sol au plafond, chez soi comme à l'extérieur, dans notre environnement comme dans les produits que nous utilisons ou que nous ingérons, submergés par ces molécules ou agents chimiques. Ils sont la cause de nombreux dérèglements et peuvent, chez l'être humain, concourir au développement de certaines pathologies inquiétantes. Comment en sommes-nous arrivés là et que pouvons-nous faire ?Odile Bagot, médecin gynécologue de son état, s'est intéressée de près à ces substances capables d'interférer avec notre système hormonal. Grâce à une documentation pointue, à sa rigueur scientifique et à son approche bienveillante, ainsi qu'à son expérience de médecin, Odile Bagot mène une enquête passionnante, révélant l'un des plus grands scandales sanitaires du siècle, dans un langage à la fois simple et vivant.Habillée de sa plus belle blouse et armée de sa plume, elle nous accompagne dans la compréhension des conséquences les plus néfastes des perturbateurs et, surtout, nous dévoile des conseils concrets et pratiques, accessibles à tous et faciles à mettre en place au quotidien. Maintenant, place à l'action !

  • Grosse folie

    Raphaële Frier

    ElleMon souci à moi, c'est une masse de graisse. Presque vingt kilos de chair en trop, des pneus autour du ventre, des fesses qui débordent des chaises, des troncs à la place des jambes, des doigts comme des boudins apéritif, un visage rond comme la lune...LuiMa mère, elle a déjà fait son deuil du fils idéal. Le « populaire », le beau gosse qui en impose, le sportif dynamique qui sent le gel douche quand il part au lycée. Le jeune qui sort en boîte et emballe les filles sans se poser de questions.

    Après avoir publié des albums, un documentaire remarqué, Martin et Rosa, et des romans, dont Je veux un python pour mon anniversaire, Raphaële Frier publie Vibrations, son premier roman pour adolescents chez Talents Hauts en 2014. Il sera suivi de Mauvais fils (août 2015) et d'un album, L'ogre et Marguerite (octobre 2015).

  • Le surpoids peut s'installer dès l'enfance et évoluer vers une obésité. Il n'est évident ni pour l'enfant, ni pour sa famille. Les idées reçues sont encore trop répandues : entre culpabilité et découragement, tout le monde peut s'épuiser. Cet ouvrage décrypte les mécanismes de la prise de poids chez l'enfant et ses conséquences sur la santé. Il propose des conseils concrets liés à plusieurs aspects de la vie quotidienne et des témoignages de parents et d'enfants. L'objectif : se les approprier et les adapter à son environnement de vie.

  • Butter

    Erin Lange

    Je ne peux pas passer une année de plus dans ce costume de graisse, mais je peux terminer cette année dans une apothéose. Il a tout essayé, rien n'y fait : Butter est malade de son poids. Et sa vie est devenu un enfer, avec les autres et avec lui-même. Alors, pour en sortir, il lance un défi désespéré sur Internet : le 31 décembre, en direct, il mangera, mangera, mangera, jusqu'à ce que tout soit terminé.
    Et vous, que ferez-vous ce soir-là ?

  • Prendre un bon petit-déjeuner, ne jamais sauter de repas, faire des collations, limiter au maximum les matières grasses... Voici quelques-uns des conseils que nous entendons régulièrement pour maigrir. Et s'ils étaient totalement erronés ?

    Dans ce livre choc et remarquablement vulgarisé, le Dr Jason Fung pourfend les idées reçues au sujet de l'obésité: il s'agit en réalité de phénomènes d'ordre hormonal, autant chez les femmes que chez les hommes. S'appuyant sur des centaines d'études scientifiques, il démontre que l'insuline est la grande responsable du dérèglement de l'organisme qui mène à la prise de poids et au développement du syndrome métabolique. Et ce n'est qu'en comprenant le rôle joué par l'insuline dans la prise de poids que nous arriverons à briser le cycle de l'insulino-résistance pour atteindre et maintenir un poids santé.

    À l'aide d'une démarche en cinq étapes simples (par exemple, réduire sa consommation de sucre), et la pratique du jeûne intermittent, essentielle pour lutter contre l'insulino-résistance, le Dr Fung nous invite à prendre en main notre santé en repensant notre façon de nous alimenter.

    Traduit dans de nombreuses tangues, ce best-seller international s'est déjà vendu à plus de 250 000 exemplaires en Amérique du Nord.

  • « Chère opinion mondiale, je voudrais t'informer du fait méconnu numéro un : on n'est jamais grosse sans être un peu une héroïne. » Ceci est la première phrase du nouveau roman d'Emmanuelle Bayamack-Tam, Une fille du feu et tout de suite, outre une information essentielle, la narratrice est une grosse fille, le ton est donné. Drôle, insolent, pas dupe. Et, de fait, Charonne (oui, vous avez bien lu, Charonne, et pas Sharon) n'a pas la langue dans sa poche ni l'intelligence en sommeil. Il faut dire que rien de ce qui peut éveiller le sens critique ne lui aura été épargné (« ... car les vingt ans de persécution que je compte derrière moi m'ont dotée d'une grande agilité de pensée et surtout d'un faible degré d'inhibition. ») : née de père inconnu - croit-on pour commencer - d'origine incertaine, mais très probablement subsaharienne, élevée par une mère passablement dérangée qui n'a cessé jusqu'à sa puberté de la mutiler (elle a été excisée, une tentative d'infibulation a échoué, etc.), en butte à tous les lazzis que son obésité peut provoquer, il lui aura fallu durement se constituer, survivre, et s'imposer. Si on ajoute à cela qu'elle est malgré tout d'une beauté renversante et qu'elle a la langue bien pendue on commence à avoir une idée du personnage tout à fait extraordinaire qu'Emmanuelle Bayamack-Tam nous a inventé. L'histoire ? Elle n'est pas banale non plus. Charonne va être choisie par un couple de garçons pour être la mère porteuse de l'enfant qu'ils veulent ensemble. À cette occasion, tandis qu'elle devient provisoirement maigre comme un clou et que son clitoris repousse miraculeusement, elle va découvrir que sa tante est en fait son père (!..) cependant que l'amour et la jouissance sexuelle vont lui être révélés. Et si nous sommes bien obligés de passer sur pas mal de péripéties et de renversements vraisemblables ou non, ce n'est pas la question, qui font de ce roman un plaisir de fiction, en même temps qu'une belle et puissante réflexion sur les flottements de l'identité sexuelle, ne passons pas sur l'éblouissante manière dont il est écrit. Emmanuelle Bayamack-Tam aime les mots, elle les choisit avec un grand bonheur ; elle aime les phrases, elle les modèle et les rythme, elle les enchante. Mais par dessus tout, pour lier ensemble ces mots et ces phrases, au delà même de l'humour ravageur qu'on lui connaissait déjà, une joie terrible, énorme, vitale se dégage de ce livre exceptionnel.

  • Poids lourd

    Sophie Laroche

    Le gars obèse. Celui qui se goinfre au point de se mettre en danger. Celui dont on se moque. C'est comme ça que plusieurs me voient... même dans ma propre famille. Sans se demander comment j'en suis arrivé là et comment je le vis.

    Pourtant, je suis plus que ces cent soixante-sept kilos, portés comme un fardeau.

    Mais, bientôt, ma vie va changer à jamais. Mon estomac de baleine deviendra de la taille de celui d'une souris. Moi qui avais l'habitude des rages de bouffe, j'aurai droit à quelques cuillères de yogourt par jour, après mon opération. Ironique, non ?

    Et si je mourais pendant l'intervention ?

    Et si ça ne marchait pas ? Ou pire : si j'échouais ?
    />
    Et si enfin je sortais de l'obésité ?

    Et si...

    Environ le tiers des adolescents canadiens âgés de douze à dix-sept ans font de l'embonpoint ou souffrent d'obésité morbide. Pour certains dont la santé est menacée, comme Simon, la chirurgie bariatrique est nécessaire. Mais elle n'est pas un gage de succès en soi... Sa réussite repose sur d'importants changements dans les habitudes de vie. Sans la mise en place d'un suivi et d'un soutien à long terme, elle se solde souvent par un échec.  

  • Quoi de plus doux que le sucre... et pourtant l'humanité compte aujourd'hui plus de 400 millions de diabétiques et près de 600 millions d'obèses. Deux maladies liées à la consommation de sodas, de pâtes à tartiner et de céréales sucrées.
    En quelques décennies, l'autre poudre blanche est devenue une addiction universelle. Enlevez les produits qui contiennent du sucre sur les linéaires des supermarchés et il n'en restera, dit-on, que 20 %. Car le sucre se cache dans la plupart des offres de l'agroalimentaire, du jambon au poisson pané en passant par les soupes.
    Personne ne le dénonce car trop d'intérêts sont en jeu dans une bataille qui se chiffre en milliards d'euros et de dollars. Les groupes de pression pro-sucre à Bruxelles, les grands de la pharmacie, les médecins ou les chercheurs, payés pour apporter les « preuves scientifi ques » de l'innocence du sucre, le lobbying des betteraviers, tous s'emploient à tirer profit du sucre sans se soucier des pathologies qui lui sont liées.

  • Extraire des aliments de la nature, apprendre à les produire au moindre coût, nourrir des individus de plus en plus nombreux, leur permettre de développer tout leur potentiel biologique et de vivre plus longtemps, à chacune de ces étapes de l'histoire alimentaire les mécanismes de l'économie sont à l'oeuvre. Des chasseurs-cueilleurs aux clients des supermarchés, Pierre Combris nous montre comment le raisonnement économique met en lumière les effets de la tension permanente entre des besoins en expansion et des ressources limitées.
    Comment analyser les conséquences de l'abondance alimentaire ? Le surpoids et l'obésité, par exemple, font l'objet d'interprétations économiques parfois surprenantes. Pourtant, les outils des économistes servent à comprendre pourquoi des comportements souvent jugés « irrationnels » sont en réalité très cohérents. Ces recherches ouvrent de nouvelles voies pour faciliter des arbitrages plus favorables à la santé et à l'environnement.

  • Il nest dindividu que de chair ! Car lidentification de notre corps relève dabord de la biologie. Inéluctablement, nous sommes insérés dans une anatomie et une physiologie qui suivent leur chemin propre. Et parfois, dans la douleur ou la maladie, nous refusons de nous y reconnaître, enfermés dans un dualisme où le corps se fait autre que soi. Mais le reste du temps, nous sommes immergés dans lévidence du corps, la jouissance dêtre soi qui nest jamais la même dune période à lautre de la vie.Cette géographie du continent corporel néchappe ni au temps ni à lespace. Dune époque ou dune culture à une autre, les valeurs qui lui sont associées se transforment, changent de valeur, se segmentent selon les conditions sociales, les appartenances de genre ou de génération. Cet ouvrage explore ainsi sous une forme pluridisciplinaire les représentations du gras, du surpoids ou de la minceur. Il sinterroge sur les lieux du corps fortement investis dans nos sociétés comme le visage ou les seins. Il questionne les ritualités intimes mises en uvre dans les salles de bain, ou lors de soins de beauté.Une exploration inattendue de nos représentations du corps et de ses usages.

  • « L'anorexie et la boulimie sont de plus en plus fréquentes », « Cela touche majoritairement les filles », « Les boulimiques sont grosses », « Ces troubles se déclenchent à l'adolescence », « Les anorexiques et les boulimiques refusent leur féminité et refoulent leur sexualité », « Les anorexiques et les boulimiques font vivre un enfer à leur entourage », « On n'en guérit jamais vraiment » ... L'auteur s'est intéressé très tôt aux troubles du comportement alimentaire et met ici son expérience de médecin au service des patients et de leur entourage pour expliquer, au travers de nombreux cas vécus, les origines de ces troubles et faire le point sur les différents traitements.

  • P'tit gros

    Benoît Grelaud

    Axel est un garçon en surpoids. Chaque jour, il doit affronter le regard et les moqueries de ses camarades d'école. L'adolescent trouve refuge dans les livres et les jeux vidéo, mais, bientôt, son mal-être croissant manque de lui faire commettre l'irréparable.
    À travers les pages de son journal intime, Axel raconte son combat contre l'obésité et contre les épreuves de la vie. Au fil des années, il est confronté au deuil et à la souffrance, mais il découvre aussi l'amour, le courage, et développe une passion pour la boxe.Et si c'était ça, la solution pour lui donner confiance en lui ?

  • Lucie fête ses 25 ans en famille. Comme d'habitude, sa mère n'a pas prévu de gâteau : le poids de Lucie la range, selon les médecins, dans la catégorie des obésités modérées. Lucie a trente kilos en trop. Trente kilos dont ni le sport ni les régimes ne sont jamais venus à bout... Quand elle fait le bilan de ses efforts, Lucie se dit qu'elle a le choix entre : 1. Avoir faim non-stop tout en faisant du sport à outrance. 2. Continuer de grossir et mourir d'un infarctus trop jeune .

    À la table familiale, elle fait une déclaration tranchante : pour son anniversaire, elle va s'offrir une chirurgie bariatrique. Avant l'opération, le protocole prévoit un rendez-vous avec une psy. Pour Lucie, il s'agit surtout d'obtenir que la psychanalyste signe en bas du formulaire et autorise l'intervention. Mais cette première rencontre s'ouvre sur d'autres entretiens au cours desquels Lucie interrogera son rapport à son corps, à l'autre et au monde. Lucie optera-t-elle finalement pour la chirurgie ou trouvera-t-elle une autre voie pour se sentir bien dans sa peau ?

  • Confronté depuis plus de vingt ans, en tant que chirurgien cancérologue, à l'augmentation inexorable de la fréquence et de l'agressivité des cancers chez des patients de plus en plus jeunes, le Dr Michel Lallement s'est intéressé à la responsabilité des facteurs environnementaux, et en particulier nutritionnels, dans ce phénomène.
    Et il a constaté que certaines intolérances alimentaires, et la consommation de certains aliments "toxiques", parce qu'ils favorisent un état inflammatoire persistant de l'organisme, représentent une cause majeure de prédisposition aux cancers, mais également à toutes les maladies chroniques et dégénératives, désormais appelées "maladies émergentes" : Alzheimer, fibromyalgie, fatigue chronique, dépression, arthrose, ostéoporose, obésité...

    Les clés de l'alimentation-santé détaille, de façon pratique, les mécanismes d'intoxication de notre organisme par une alimentation inadaptée. Plutôt que de nouvelles recettes "anticancer", l'auteur propose au lecteur de devenir son propre nutritionniste, grâce à la compréhension des mécanismes d'une alimentation saine. Muni de ces notions, le lecteur verra enfin clair dans la multitude de conseils alimentaires dont il est abreuvé au quotidien.
    Chacun pourra alors revenir sans effort à son "poids de meilleure santé" et réduira considérablement son risque de développer ces nouvelles maladies dites "de civilisation", donnant ainsi tout son sens à la notion de prévention, la majorité des pathologies émergentes pouvant assurément être évitée !

  • "Je me suis consacrée à la Faim. Elle est mon refuge. Mon appui. Moi et la Faim ne dormons plus, moi et la Faim connaissons les veilles et la trop grande fatigue. Et vlan, six kilos de partis. Au travail ils le voient enfin. Ça discute derrière mon dos. Je flotte dans les couloirs, un sourire léger sur les lèvres, la Faim en moi, comme une marque au fer rouge. Ce n'était pas si compliqué en fait. Juste un peu de volonté contre cette purée rose et écoeurante, et voilà que ma véritable nature se révèle : je fais partie des poètes et des fous au regard enflammé par l'envie. Je pense aux vacances qui approchent, aux trois rondelles de concombre que je mangerai ce soir. Et les murs s'effacent et pâlissent à la vue de mes os... Je sais que je vais bientôt sortir de ce mauvais rêve." Lucie, Véronique, Claire, Anne-Laure et Aurore, cinq jeunes femmes âgées de 20 à 30 ans, ont connu l'enfer des troubles alimentaires. Elles témoignent ici à cinq voix de ce mal particulier qu'est l'anorexie mentale. Du corps amaigri que l'on cache aux os que l'on exhibe, elles dépeignent avec justesse l'euphorie et la douleur que procure la maîtrise de soi ; le déni de la maladie jusqu'à l'effondrement physique et l'impossibilité de communiquer avec les proches. Elles nous racontent aussi les soins hospitaliers, leurs victoires et leurs rechutes, l'importance de la thérapie et du soutien de leurs semblables, autant de moyens qu'elles ont trouvés pour apaiser peu à peu leur calvaire.

    Préface de Virginie Megglé

  • Le Ventre de Vénus

    Laure Gombault

    Colette souffre de boulimie et d'obésité ; elle exerce ses talents d'esthéticienne au salon La Toilette de Vénus, à Paris, dans le XVIIIe arrondissement. Elle aime par-dessus tout masser ses clientes pour oublier ce corps dont elle a honte. Mais que cache-t-elle donc sous sa graisse ?
    Un jour, une femme vient lui réclamer des soins à domicile pour son fils Adrien, plongé dans un coma profond à la suite d'un accident de voiture.
    Dès lors, chaque soir après son travail, elle s'efforcera de lui redonner vie. Elle ne se doute pas encore qu'il la conduira à déterrer un terrible secret.
    Dans cette intrigue psychologique, Laure Gombault soulève les délicates questions des transmissions filiales et des secrets de famille et la nécessité de comprendre d'où l'on vient.

  • Médecin, trentenaire, me voilà diabétique. Le traitement ? Sans appel : insuline à vie, épées de Damoclès, à vie aussi.
    Sur mon lit d'hôpital, smartphone en main, j'ai cherché une alternative.
    Un an et demi plus tard, bilan parfait, sans piqûres ni comprimés !
    Ceci n'est pas une méthode miracle, mais un témoignage authentique, dont le but est d'ouvrir de nouvelles perspectives aux patients, médecins, et plus largement à tous ceux qui s'intéressent à l'alimentation ou "alicamentation", la santé, les hors-sentiers...

  • « Chez moi, tout vient en gros format, même ma personnalité. » Drôle et exubérante, Valérie a toujours prétendu qu'elle assumait son poids. Mais, d'excès en excès, la réalité la rattrape. Un jour, elle dit STOP. C'est le Jour où elle a arrêté d'être grosse. Un an plus tard, Valérie a perdu 130 livres. Elle partage son expérience sur les réseaux sociaux où plus de 20 000 fans sont tombés sous son charme. Véritable icône de la rondeur, Valérie inspire des milliers de gens. Elle nous livre ici son histoire, sans pudeur et avec sincérité.

  • Présentation, enjeux Pour mon anniversaire, mon père m´a payé quatre mois dans une clinique diététique aux Etats-Unis, dira le personnage d´un des 21 textes, Érotique du kapok. C´est le ton, et l´enjeu.
    Dans l´oeuvre de Régine Detambel, au premier plan, un seul sujet, le corps.
    Et c´est pareil dans ses ateliers d´écriture, tout comme dans sa vie professionnelle : l´écriture en surgit, et y revient pour l´armer ou le subvertir. Seulement, ici, on s´en prend à un tabou.
    Il ne s´agit pas de parler habitudes alimentaires, mais bien de la peur en arrière. De ce que cela révèle de la reproduction de la misère, des arrogances du petit pouvoir personnel, de l´angoisse comme mode d´être.
    Qu´un problème de société massif se dessine à l´horizon, en arrière : on n´a pas besoin des écrivains pour le savoir, et en traiter. Seulement, les écrivains, eux, précisément, vous laissent ça en arrière. Et vous l´attrapent à pleines mains pour le tordre, tout devant, par la peau du monde, ou des personnages qui l´animent.
    Et, Régine Detambel, on la connaît suffisamment. De la question du corps comme motif essentiel, on en a déjà parlé pour ses Blasons d´un corps masculin. Et si, ici, une des grandes questions c´était le lexique ? Ce qu´on invente pour désigner ce qu´on mange, et ce qu´on met en travail de notre corps, ou ces mots faux savants de ce par quoi la société régule, ou croit réguler, son intersection avec les corps ?
    Sous l´insolence, et - aussi - le courage du comique, et ce n´est pas un outil donné à tout le monde, c´est peut-être ainsi qu´on doit prendre Régine Detambel au sérieux : non pas un roman, mais encore bien moins un assemblage de nouvelles. Dans la disposition de notre société, le problème passe avant les personnages qui l´incarnent. Alors on le prend en amont, par vingt-et-une figures, chacune disposant de sa spécificité. La brièveté contraint au cruel ? Eh bien soit.
    Il est question des corps dans le brassement d´aujourd´hui, l´angoisse d´aujourd´hui. Et comment il ne s´agit pas, sous ce qui pourrait a priori se référer au grand combat de Tailleboudin et Riflandouille dans Rabelais, d´une guerre à la graisse, mais bien le fait qu´il n´y pas de guerre, vers l´homme et pour le corps, sans guerre dans et par les mots.
    Ceci dit, riez bien. Et bon casse-croûte ensuite.

    FB Régine Detambel : bibliographie, actualité, autre travaux, ne manquez pas de visiter son site : Régine Detambel, le site.

  • De la famine à la malbouffe : le point sur les enjeux considérables autour de la question alimentaire, qu'ils soient économiques, politiques, humanitaires, géographiques, culturels...

    Avec les contributions de : A. Basdevant, D. Alexandre-Bidon, O. Assouly, S. Brunel, A. Flouest, M. Foucher, P. Frémeaux, H. Le Bras, N. Miura, B. Mongo M'Boussa, A. Muxel, B. Parmentier, P. Perrineau, E. Pisani, D. Sauvaget.

  • L'existence de la grossophobie dans notre société ou dans votre vie
    personnelle vous interpelle puisque ce livre est entre vos mains...
    Cet ouvrage témoigne à partir d'abord du vécu de l'auteure, des
    impacts de la grossophobie sur la qualité de vie des personnes
    concernées. D'autre part, on y apprend à partir de nombreuses sources
    d'information sérieuses, que la persistance de cette stigmatisation
    contribue au gain de poids et à l'obésité.
    Militante et intervenante de longue date auprès de personnes et de
    jeunes en souffrance émotionnelle et sociale vu leur poids élevé, Diane
    Lesage nous invite à réfléchir sur le fait que les rondeurs qui relèvent
    prioritairement de la diversité biologique, soit une manière d'être qu'il
    faut corriger et médicaliser.
    Éveillées aux causes de leur mise à l'écart sociale, les personnes
    victimes de stéréotypes grossophobes deviennent mieux outillées
    pour assumer leur manière d'être, s'affirmer et investir leurs propres
    chemins de mieux-être. C'est l'objectif fondamental de cette prise de
    parole. Rien n'est plus puissant que l'éducation, la connaissance de la
    vérité et la conscience des manipulations.
    Pour le plus grand bien de millions de personnes n'est-il pas
    indispensable de transcender cette vision d'une différence devenue
    une tare aux yeux de tant de gens? Cet ouvrage est aussi un chemin
    de résilience. Un exemple d'une démarche de codéveloppement avec
    des pairs y est proposée. Les personnes de poids plus élevé que la
    moyenne peuvent bien vivre et bien vieillir dans leur spécificité dans
    le bonheur de l'existence.
    Ce livre vise à contribuer à ce que cette discrimination cesse et
    qu'enfin les personnes de poids élevé s'épanouissent dans leur unicité.

empty