• Reproduction

    Pierre Bourdieu

    • Minuit
    • 16 Août 2018

    Cet ouvrage présente la synthèse théorique de recherches dont le livre Les Héritiers, en 1964, marquait la première étape. À partir de travaux empiriques sur le rapport pédagogique, sur l'usage lettré ou mondain de la langue et de la culture universitaire et sur les effets économiques et symboliques de l'examen et du diplôme, se construit une théorie générale des actions de violence symbolique et des conditions sociales de la dissimulation de cette violence. En explicitant les conditions sociales du rapport d'imposition symbolique, cette théorie définit les limites méthodologiques des analyses qui, sous l'influence cumulée de la linguistique, de la cybernétique et de la psychanalyse, tendent à réduire les rapports sociaux à de purs rapports symboliques.
    L'École produit des illusions dont les effets sont loin d'être illusoires : ainsi, l'illusion de l'indépendance et de la neutralité scolaires est au principe de la contribution la plus spécifique que l'École apporte à la reproduction de l'ordre établi. Par suite, essayer de mettre au jour les lois selon lesquelles elle reproduit la structure de la distribution du capital culturel, c'est non seulement se donner le moyen de comprendre complètement les contradictions qui affectent aujourd'hui les systèmes d'enseignement, mais encore contribuer à une théorie de la pratique qui, constituant les agents comme produits des structures, reproducteurs des structures, échappe aussi bien au subjectivisme de la liberté créatrice qu'à l'objectivisme pan-structuraliste.

    Ce livre a été publié en 1970.

  • Irrévérentes, provocatrices, les idées libertaires suscitent une fascination et ne laissent pas d'interroger les sociétés occidentales. Trop vite réduites à des enfantillages ou réprimées par les pouvoirs en place, elles offrent pourtant l'image, aujourd'hui plus cruciale que jamais, d'un ordre social débarrassé des systèmes de pouvoir et d'oppression.Bakounine, Lafargue, Rousseau, Zola, Nietzsche : cette anthologie réunit tenants de l'anarchisme, penseurs de l'égalitarisme et contradicteurs des totalitaristes. Écrits par des romanciers, des philosophes, des personnalités politiques : vingt-deux textes fondamentaux de la pensée anarchiste, à découvrir ou à redécouvrir.

  • Youchka est un voleur. Il oeuvre à Bordeaux et vit de ses activités prédatrices, le cambriolage, le vol de voitures, la vente de l'or de casse, au Cambodge ou ailleurs. Il n'a jamais été pris.
    Myriam Congoste est parvenue à le rencontrer puis à l'accompagner dans l'ordinaire de sa vie en marge de notre monde. Elle s'est immergée dans le milieu réprouvé des délinquants de profession sans jamais faire abstraction de ses doutes, de ses transports, de ses enthousiasmes et de ses erreurs.
    La relation ethnographique devient ici un apprentissage de la transgression et de ses tourments, une confrontation entre l'ordre moral toujours à rétablir et l'exercice d'une liberté et d'une vengeance sociale radicales toujours illicites. Naviguant entre les écueils de l'imagerie gangstériste et ceux de la réprobation vertueuse, entre fascination et répulsion, Myriam Congoste restitue dans ce livre dérangeant toute son épaisseur vibrante et contradictoire à une parole d'habitude vouée au silence.

  • En droit canonique, l'excommunication est une censure, une peine médicinale, qui vise à mener le pécheur à faire pénitence afin d'être réintégré dans le giron de l'Église. À la fin du Moyen Âge, l'excommunication apparaît aux yeux des réformateurs comme galvaudée par son usage courant pour des causes mineures, endettement ou contumace essentiellement. Quel est le poids réel de l'excommunication pour les fidèles qui l'endurent ? Sources normatives et liturgiques définissent l'excommunication comme une peine prononcée par les pouvoirs ecclésiastiques envers ceux qui sont rétifs à l'autorité de l'Église : l'excommunié est banni de la communauté des chrétiens jusqu'à ce qu'il obtienne son pardon. Mais les archives des officialités révèlent à la fois les usages réels de la censure, arme de l'Église pour défendre ses droits et surtout pour obtenir des fidèles un comportement conforme aux exigences chrétiennes, et la perception de l'excommunication par ces mêmes fidèles. L'attachement à la communauté est indéniable et l'excommunication abusive est vécue comme une atteinte à l'honneur de chacun, comme une mise en cause du lien social existant au sein de la paroisse. Cependant, les relations entre proches, parents, amis, voisins, dépassent la portée de l'excommunication, réduisent l'efficacité de celle-ci en maintenant l'excommunié au milieu des siens. L'idéal reste une participation pleine et entière à la vie liturgique paroissiale, par laquelle la communauté se forme et s'affirme. Abus de l'Église peut-être, mais l'excommunication est indéniablement un révélateur du lien existant entre l'Église et les fidèles en cette fin du Moyen Âge.

  • Opus littéraire majeur, ce recueil de poèmes issu d'une imagination florissante est sans doute le levain dont votre pain a besoin. Inspiré des caprices naturels, il jaillit des nuées pour restaurer l'ordre social, à travers le chant rythmé des mots dénudés de tous maux. Le poète en est le principal artisan qui ne s'appuie que sur les béquilles pour bien s'imprégner de la réalité qu'il transporte et transpose. "L'Envers des tsunamis" est un opus poétique aussi gris qu'une « brise en crise ». Lisez-le, pour en comprendre les enjeux sur la guerre des civilisations !

  • La sauvagerie sera dans cet ouvrage restituée, non dans sa dimension de strate archéologique d'une discipline-économie politique, mais comme question historique : d'une part avec le paléomarchand par l'analyse des formes et raisons du commerce « primitif » et des conditions théoriques et réelles de son articulation au marché mondial, et d'autre part à propos des luttes des maîtres et de leurs servi dans la spécificité qu'elles prirent à la fin de l'Empire romain d'Occident, bagaudes de ceux devenus ensauvagés aux yeux des dominants.

  • Les scandales de l'art moderne prouvaient que celui-ci alimentait secrètement le registre du sens, lié à la symbolisation de l'ordre social. Mais aujourd'hui, la société a définitivement abandonné l'idée de l'art comme langage universel, et, pour ne plus craindre les troubles causés par des oeuvres ou des artistes, elle a confié à l'industrie culturelle le soin de mettre la main sur les symboles et d'en distiller cyniquement les bouleversements. Le présent ouvrage tâche de relever le défi de repenser le scandale dans ce nouveau contexte. La crédibilité de la presse à porter les expressions spontanées des sentiments populaires étant définitivement compromise, le scandale semble se réfugier dans des formes moins spectaculaires et plus attentives au travail du sens, et à ses crises latentes. Défier la décence propose l'étude de diverses situations contribuant notamment aux mouvements actuels de l'art (oeuvres, spectacles, concerts, mais aussi manifestes, modes de vie et de comportements, controverses juridiques, inspirations scientifiques, etc.), comme catalyseurs ou révélateurs des crises, indissociablement artistiques et politiques, parfois sans le moindre écho dans les mass-media.

  • Grâce à son système social des castes qui permet la coexistence des races, des cultures, des religions, l'Inde a été le refuge de tous les peuples persécutés. On y rencontre les plus anciennes communautés juives et chrétiennes, des tribus animistes aux côtés des Parsis réfugiés de l'Iran et jusqu'aux Tibétains du Dalaï Lama.

    Dans ces « Quatre sens de la vie », Alain Daniélou expose certains aspects très modernes de ce système social des castes et comment, paradoxalement, cette institution archaïque peut apporter des réponses à des problèmes actuels : dans une société multiraciale et multiculturelle, l'art de vivre hindou exige en effet le droit à la différence et permet la réalisation sociale, sexuelle et spirituelle de l'individu. Cette réalisation au plan individuel ne peut être envisagée hors des structures sociales que sont les castes, elles en sont parties prenantes.

    Alain Daniélou s'attache à expliquer au lecteur occidental les bases conceptuelles permettant de comprendre cette vision du monde hindouiste. Un livre stimulant qui permet au lecteur occidental de nuancer son jugement sur le système traditionnel des castes en Inde.

  • Reflétant les débats de la communauté anglicane, William Temple nous invite à réfléchir sur la place de l'Église dans le débat social et politique. Éducation, revenu minimum, congés payés, liberté de parole, de rassemblement et de religion, et droit de regard des salariés sur la gestion de l'entreprise, toutes ces questions sont actuellement au coeur du débat politique et pour certaines remises en cause. La lecture de l'ouvrage de William Temple, paru en 1942, conduit à se demander si nous n'allons pas de nouveau manquer l'occasion de réorganiser la société de manière plus juste en ces temps de crise.

empty