• À 16 ans, en 1989, Sophie Ducrey rencontre la communauté Saint-Jean, fleuron du renouveau catholique de la « génération Jean-Paul II ». Ayant de fortes aspirations spirituelles, elle se confie à un prêtre qui va devenir son accompagnateur. Elle témoigne ici de l'emprise psychologique dans laquelle elle va tomber, ainsi que des abus sexuels subis à partir de sa majorité.
    Il lui faudra près de quinze ans pour entamer des démarches afin de faire reconnaître la violence des actes dont elle a été victime. Au sein de la communauté Saint-Jean et de la hiérarchie de l'Église, elle subit une loi du silence dont elle montre, de manière précise et avec une rare acuité, la mécanique implacable. Et quand elle porte plainte devant la justice civile, les faits sont prescrits.
    Dans ce récit pudique et bouleversant, Sophie Ducrey raconte comment l'emprise et le déni ont pu étouffer sa liberté et sa parole. Elle nous offre aussi le récit vibrant du combat d'une femme - portée par une foi demeurée intacte - sortie vivante et plus forte de cette traversée de l'enfer.

  • Carine Hutsebaut est une jeune femme pas tout à fait ordinaire. Elle est profileuse de criminels. Tueurs en série, violeurs et surtout pédophiles, tous ceux que la société condamne sans appel l'intéressent, et ce n'est ni pour les défendre ni pour les absoudre, mais pour comprendre leur psychologie et par conséquent aider à élucider des crimes qui répondent tous à certains rituels. Plus que son diplôme de criminologue, Carine Hutsebaut revendique celui qui n'existe pas : victimologue. Car à tout coupable correspond un profil de victime, et c'est aussi dans le récit des parents de victimes que, après ses heures dans les parloirs des prisons ou à son cabinet de thérapeute, elle cherche la clé des affaires. Van Geloven fut son premier sujet examiné. L'assassin qui poussa le président du tribunal à ordonner le huis-clos, par égard pour la sensibilité de l'assistance. Lors de l'affaire Dutroux, elle a établi dans la presse un profil précis du coupable mais personne n'en tint compte. Car c'est aussi le système qu'elle dénonce, ses mécanismes rigides qui freinent les enquêtes ; la formation de la police, trop classique, nombre d'enquêteurs considérant qu'un « monstre » doit avoir le physique de l'emploi ! À la demande des familles de victimes ou de coupables, de la justice, de la police, et jusqu'au FBI, Carine Hutsebaut cherche, réfléchit et compare. Sa méthode est simple : écouter, sans frémir ni juger. Il y a quinze ans qu'elle a dit non à la fatalité. C'est une passionnée de l'âme humaine, autant qu'une femme exerçant un étrange métier, qui s'adresse aujourd'hui à nous.

  • Ce guide « Lutter contre la pédophilie » s'inscrit dans la suite des mesures prises par la Conférence des évêques de France en avril 2016.Réédition actualisée, « Lutter contre la pédophilie » vient compléter le dispositif de lutte active contre la pédophilie en s'adressant à tous ceux qui travaillent auprès des enfants et des jeunes. Il propose une base de réflexion. Cet ouvrage offre des repères et ouvre des perspectives pour prévenir les cas de pédophilie dont les enfants et les jeunes peuvent être l'objet.

  • Une histoire vraie qui vous bouleversera

    Ce livre a été écrit autant pour les personnes entourant les victimes d'abus sexuels que pour les victimes elles-mêmes, bien que ces dernières, contrairement aux premières, savent la douleur et les profondes cicatrices que cela laisse! J'aimerais ne plus jamais entendre «c'est seulement du taponnage de fesses»! C'est beaucoup plus que cela, c'est la destruction de l'image de soi, l'anéantissement de l'estime que la personne a d'elle-même. C'est une hypothèque à long terme sur sa sexualité. C'est un cadre de référence moral erroné. C'est une maladie mentale qui s'installe tout au long des abus et qui continue toute la vie durant. C'est une asociabilité envers le sexe agresseur. Tu ne guéris jamais de l'abus sexuel, tu apprends seulement à vivre avec! Tu fais de ton mieux, quand tu peux. Ta vie devient une thérapie. Tu avances d'un pas incertain jusqu'à ce que tu frappes un mur. Tu as la possibilité, à ce moment, de regarder ce que ce mur a à t'apprendre sur toi, sur ce que les abus dont tu as été victime ont détruit en toi! Quand tu es prête, si un jour tu l'es, tu continues ton chemin jusqu'au prochain mur devant toi. Encore une fois, tu arrêtes et regardes ce que ce mur veut bien t'indiquer sur ton état, ta maladie, ton existence. En ce qui me concerne, il y aura toujours des murs qui se dresseront devant moi, car je souffre d'une maladie mentale qu'on appelle: "victime d'abus sexuels". Chaque tournant de mon existence à son mur au pied duquel je me suis assise pour étudier ce qu'il avait à me dire.

  • Cinquante mille enfants sont l'objet, chaque année en France, d'abus sexuels. Les meurtres des petites Delphine, Ingrid et Muriel ont bouleversé l'opinion. Mais passé l'émotion, le silence retombe. La pédophilie, en plein essor, devient même une nouvelle mode ! Patrick Meney a enquêté auprès des enfants-victimes, des parents, des psychiatres, de la police. Il a rencontré des dizaines de criminels sexuels en prison, reçu des confidences. Le constat est terrible. Enlèvements, disparitions, silence honteux des familles, de l'administration, complicités diverses, réseaux de prostitution, trafics en tous genres : la société française ne se défend pas. Pire encore : rien n'est prévu pour les voleurs d'innocence, sinon la prison. Quand ils ressortent, la pulsion, elle, est toujours là. Or, des solutions existent. Patrick Meney est allé les découvrir dans les prisons-hôpital du Canada, où l'on soigne les perversions sexuelles à risque. Une enquête implacable, un cri de colère. Mais ce livre est aussi un appel pour que nos enfants aillent en paix.

  • Jade

    Jean-Paul Dominici

    Ce roman d'amour et d'aventures propose au lecteur d'effectuer une plongée dans les eaux troubles de l'île de la Réunion, à la poursuite des prédateurs en tous genres, des requins aux pédophiles, en passant les sectes, les cyclones tueurs et les éruptions volcaniques, tout en admirant sans retenue les somptueux paysages de l'île intense.
    l'avis du comité éditorial : il s'agit là, incontestablement, d'une belle réussite !

  • La mauvaise fille

    Colinne Caudie

    Enfant non désirée, Isabelle Demonty est le bouc-émissaire d'une mère tyrannique et d'un père pédophile. Ballottée de pensions en foyers pour jeunes filles, elle multiplie fugues, tentatives de suicide et expériences de prostitution. A 18 ans, elle tombe enceinte et se marie avec Roland, qui se met rapidement à la battre. Elle divorce et devient serveuse dans des bars ; elle recherche le bonheur dans les bras de nombreux hommes, sans jamais parvenir à trouver l'amour...

  • Dans une tour en banlieue, un écrivain solitaire en mal d'inspiration vit reclus, s'ennuie, lit, au rythme des allées et venues de sa voisine de palier, Carmen. La nuit, il fréquente un forum de drague féminin en se faisant passer pour une fillette victime d'abus. Epuisé par une hépatite C, il doit suivre un traitement. C'est le prétexte pour rencontrer Carmen, qui est infirmière. Bientôt, ils se confient l'un à l'autre et la jeune femme s'intéresse au texte que l'écrivain est en train d'achever : l'histoire d'un tueur en série qui choisit ses victimes sur le net, par le biais d'un forum réservé aux femmes...Il lui confie son manuscrit et elle commence sa lecture, auprès de l'écrivain qui s'endort.Une nouvelle narration débute alors, seconde fiction en abyme, en un troublant parallèle, jeu de miroirs entre réalité et fiction, identités du tueur et de l'écrivain, qui interroge le lecteur sur la réalité de la fiction et de l'auteur...

empty