• Il y a des nains furieux qu'on leur ait dérobé leur or, Jack qui n'est pas très pressé de monter à son haricot, Cloclo qui se réincarne dans le métro et des jeunes filles habillées de blanc qui hantent les routes la nuit... Mais il y aussi des enquêtes glauques et angoissantes, l'enfer des combats à Falloujah et des ombres qui, chaque soir, dansent pour leur public. Entre fantasy et fantastique, Karim Berrouka nous propose un livre où le rire se mélange à l'effroi. Des délires les plus fous aux atmosphères les plus sombres, peut-être bien, au fond que les ballons dirigeables rêvent parfois de poupées gonflables...

  • Premier roman qui évite les lois du genre, Une ombre qui marche se présente comme l'essai d'un universitaire sur un écrivain mythique. On est pourtant dans une pure création qui s'approprie les codes universitaires pour dérouter. Mieux qu'un pastiche, ce texte qui est aussi une biographie en creux d'un personnage hors norme qui par la grâce d'un livre unique et radical a bouleversé l'humanité. Timothy Grall, spécialiste de Montaigne, a en effet composé un livre qui n'est fait que de pages vides. Le roman en est la glose, le commentaire partial d'un admirateur passionné, qui nous révèle la puissance hypnotique du pouvoir de la page blanche.
    A la fois réflexion sur l'indicible et l'ineffable, et sur la richesse qui naît de ces limites, cette fantaisie sérieuse marie légèreté et gravité.

    Tiphaine Le Gall est née en 1985 et a grandi à Rennes. Après quelques vagabondages universitaires, de la philosophie à l'ethnologie en passant par l'anglais, et un détour par une grande librairie bretonne, elle se consacre à la littérature et devient professeure agrégée de lettres modernes. Attirée par l'étendue infinie de la mer, calme ou tumultueuse, qui offre tant de prise à l'imaginaire, elle s'est établie à Brest.

  • Le 21 mai 1420, la reine de France signait un traité par lequel le roi Charles VI reconnaissait son gendre Henri V d'Angleterre héritier de la couronne de France. Un an plus tard, l'eau d'une fontaine voisine de la porte Saint-Honoré devint rouge et le peuple resta convaincu qu'il s'agissait du signe précurseur de quelque désastre. Au même moment, Edward Holmes, clerc et demi-frère du baron de Roos tué à la bataille de Baugé, est chassé de l'hôtel parisien de son seigneur. Ne pouvant rentrer en Angleterre, Holmes trouve logis chez maître Bonacieux, greffier au Châtelet et zélé partisan bourguignon, où il partage la chambre de Gower Watson, un archer blessé à la bataille d'Azincourt.
    Dans un Paris où règnent la faim, le froid et la misère, Edward Holmes devra mettre à jour un terrible complot dans lequel les conjurés veulent entraîner son ami Gower Watson.

  • Nous étions adulés, nous parlions devant des stades entiers de lecteurs, nous faisions rêver les foules avec nos romans de science-fiction. Mais pas de bol, les aliens ont débarqué et plus personne n'a envie de lire nos histoires de petits hommes verts.
    Du coup, pour survivre, nous sommes devenus détectives privés. Pour des affaires liées aux ET, évidemment. C'est bien le seul domaine dans lequel on peut prétendre à une quelconque qualification.
    C'est que nous, Laurent Genefort, Pierre Bordage et Laurent Whale, avons de la ressource. Aucune affaire ne nous fait peur. Les nouveaux détectives du crime sont là ! Et nos enquêtes sont... euh... formidables !
    Enfin parfois...
    Pierre Bordage est l'auteur de romans très connus comme Les Guerriers du silence, la Fraternité du Panca, Wang, l'Enjomineur etc. Laurent Whale est un des auteurs phares des éditions Critic avec des romans comme Goodbye Billy, Le Manuscrit Robinson, Les Damnés de l'asphalte, Les étoiles s'en balancent. Quant à Laurent Genefort, c'est sans doute l'auteur de science-fiction le plus en vue du moment avec Lumen, Points Chauds ou Omale. Il est l'instigateur de ce livre ébourifant.

  • 1637 : Qui a assassiné le docteur Lacanne, en plein château de Déversailles ? Pour connaître la réponse à cette question, le mancequetaire Thésard de la Meulière est prêt à affronter les énigmes les plus perfides, son libram à la main.

    Lionel Davoust est écrivain et traducteur. Son premier roman de fantasy : La Volonté du Dragon a été finaliste des prix Futuriales, Imaginales et Elbakin.net en 2010. Il est également l'auteur de la Route de la conquête aux Éditions Critic et de Léviathan, une trilogie de thrillers fantastiques aux Éditions Don Quichotte.

  • Sherlock Holmes est une des plus grandes figures de la culture populaire et son seul nom est synonyme de mystère policier, de brouillard londonien et de crimes énigmatiques. Depuis 1887, Sherlock Holmes est le détective privé par excellence.
    Devenu très

  • Soixante ans après la mort de Madame la duchesse de Vaneuse survenue en 1766, son ancienne lectrice met en ordre ses papiers et sa correspondance qui relatent une impossible et terrible histoire d'amour. Rédigé dans le plus pur style de la fin du siècle des lumières par un spécialiste de la littérature du XVIIIe siècle, La Duchesse de Vaneuse, dont le manuscrit a été retrouvé dans une malle entreposée dans un grenier, fut publié à titre posthume par les éditions José Corti en 1979.

  • Le levant

    Mircea Cartarescu

    Hymne à la liberté et plaidoyer pour la poésie, Le Levant raconte l'aventure de Manoïl, jeune homme sensible et courageux, tourmenté par les malheurs de son peuple, qui sonne la révolte et s'en va renverser le tyran phanariote, cruel et corrompu ; au cours de son périple - sur les mers, sous terre, dans les airs - il est accompagné de sa soeur, la pulpeuse Zénaïde, et de son soupirant français Laguedoc Brillant, du pirate grec Yaourta et de son fils Zotalis, néo-tzigane, et enfin du savant Léonidas, dit l'Anthropophage, et de sa compagne Zoé, révolutionnaire aux manches retroussées.

    Épopée roumaine jouissive et ludique, divisée en douze Chants et incrustée de pastiches, de poèmes, de récits d'aventures et de contes amoureux, comme de digressions post-modernes (dixit), selon une tradition allant des Mille et une nuits ou de L'Âne d'or à Jacques le fataliste, et au-delà (Joyce, Borges), ce livre original et savoureux est sans doute l'un des plus grands de l'auteur ; c'est aujourd'hui un classique, en sa terre natale.

  • - Les politiciens ne remarquent les pauvres que quand les ghettos brûlent. Brûle le drapeau, brûle les églises. Brûle !
    - Brûlons, mais ça réchauffera l´atmosphère !
    - Saviez-vous que, au début du processus de l´Anéantissement, Soupier était un homme d´affaires, et même un des premiers investisseurs de la World Bank ?
    - Tant pis.
    - Vous êtes sans doute un des tenants de l´anticulture ?
    - L´esprit coercitif de l´anticulture me dérange.
    Érudit et pince-sans-rire, disert et culotté, John Culard truffe d´anecdotes le panorama de l´art qu´il brosse, des intentionnistes au mouvement Dodo en passant par le Programme des projeteurs. Il aborde les thèmes de société, chamboule la bourse des valeurs, met en lumière les paradoxes de l´époque et ses points de non-retour.
    L'humour belge dans toute sa finesse.

  • La Nuit anglaise, pastiche bouffon jonché d'ossements et de ruines sinistres, paru en 1799, est un hilarant pot-pourri des grands classiques du roman gothique.

  • Al anunciar en la dedicatoria de la segunda Parte del Quijote (1615) la próxima salida de la que iba a ser su postrera novela, Cervantes, casi septuagenario y enfermo ya, parece lanzarse a sí mismo un último desafío, el más difícil para un creador: no superar a los demás, sino superarse a sí mismo. Autodesafío que la fortuna harto desigual de la obra - notable éxito hasta el siglo XVIII, largo eclipse posterior y lento resurgimiento actual - transforma hoy en permanente desafío para la crítica moderna. A él quiere responder el presente ensayo. Partiendo siempre del texto cervantino y poniendo en perspectiva las principales aportaciones de una extensa bibliografía, trata de formular el cuestionamiento adecuado para acercarse a la realidad específica del Persiles, novela de aventuras original y riquísimo taller de escritura. Un recorrido crítico, pues, que, tras una presentación general (una novela llena de sorpresas), examina el Persiles como novela pastiche (la relación con Heliodoro), como novela internacional (aspectos lingüísticos, narrativos e ideológicos) y como novela del deseo, sin olvidar su dimensión de transgresión irónica de todos los géneros constituidos y de la misma «novela de aventuras». Los ejes estructurantes así descubiertos permiten apreciar una diversidad barroca muy superior a la de un patchwork, y una empresa desidealizadora distinta a la del Quijote.

  • Quelles sont les relations entre les deux genres complexes, variés et changeants que constituent les romans grecs anciens et la poésie, épique, lyrique, dramatique, d'époque archaïque, classique, hellénistique ? Ce recueil de dix-sept articles, issus d'un colloque tenu à Nice en 2013, ouvre à nouveaux frais ce dossier. Au-delà des influences et intertextualités, quatre domaines sont étudiés : lien entre images et figures poétiques et romanesques ; jeux de références, lectures, réécritures ; effets de rythme et jeux de structure ; roman comme poésie et poésie comme roman. Chaque aspect fait l'objet d'approches à la fois théoriques et appliquées, présentant un état des lieux critique et proposant des perspectives renouvelées, voire des interrogations originales. Sont ainsi abordés l'évolution de la prononciation du grec à l'époque impériale, le rapport description/narration et l'ekphrasis , la métaphore et la fiction, la relation des romanciers anciens à la tradition rhétorique voire scolaire, le roman épique ou tragique et la poésie romanesque, ou encore les liens avec la littérature latine. Enfin, ce sont les relations entre théorie littéraire contemporaine et réflexivité ancienne, ainsi qu'entre littérature générale et philologie classique, qui sont ici réinterrogées.

  • Jonathan Roy revient en force avec un second recueil de poésie qui se déploie autour de l'image de la savèche (mot acadien désignant un papillon de nuit) pour transporter le lecteur dans l'univers contestable du Web. Il y remet en question le sens donné à la génération Y tout en construisant de poème en poème une prosodie qui lui est unique. Jonathan Roy compte sans aucun doute parmi les jeunes poètes les plus marquants de la production courante.

  • La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré !

    La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.

    Un pastiche très réussi du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé.

  • Miss Constance PHIPS, fille d'un riche industriel américain, disparaît mystérieusement à Paris, juste après son mariage avec un baron français dont elle est terriblement amoureuse.
    Le père de la mariée pense d'abord à une facétie de son enfant, mais, les heures passant, l'inquiétude grandit, d'autant que la police française piétine et ne trouve aucune piste ni explication à cette « fugue ».
    Face à l'inefficacité des forces de l'ordre, M. Reginald PHIPS, abattu, décide de lancer une compétition entre enquêteurs privés pour espérer retrouver la chair de sa chair.
    Ce sont alors cinq détectives qui sont sélectionnés.
    Quatre d'entre eux se révèlent être les élèves de maîtres de l'investigation : Sherlock Holmes, l'Inspecteur Lecoq, Nick Carter et l'Inspecteur Tony. Le quintette est complété par un sympathique bonhomme replet à la gouaille toute provençale...

  • La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré ! Et quand François se met au karaté, ça fait mal !Cette histoire est tirée de l'album Le petit Nicolas a bien grandi ! Pastiche, adapté du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé, pour un résultat très réussi.Retrouvez vite Nicolas, François et tous leurs copains dans l'intégralité du livre au format numérique !La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.

  • La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré ! Aujourd'hui, Brice invente un téléphone secret pour remonter le moral de Nicolas !Cette histoire est tirée de l'album Le petit Nicolas a bien grandi ! Pastiche, adapté du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé, pour un résultat très réussi.Retrouvez vite Nicolas, François et tous leurs copains dans l'intégralité du livre au format numérique !
    La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.

  • La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré ! C'est le jour de la visite médical, l'occasion de voir qui est le plus grand !Cette histoire est tirée de l'album Le petit Nicolas a bien grandi ! Pastiche, adapté du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé, pour un résultat très réussi.Retrouvez vite Nicolas, François et tous leurs copains dans l'intégralité du livre au format numérique !La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.

  • La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré ! Et quand François revient de vacances avec des kilos en moins, ça surprend !Cette histoire est tirée de l'album Le petit Nicolas a bien grandi ! Pastiche, adapté du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé, pour un résultat très réussi.Retrouvez vite Nicolas, François et tous leurs copains dans l'intégralité du livre au format numérique !La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.

  • La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré ! Nouvelle arrivée, Nathalie fait très forte impression dans la classe !Cette histoire est tirée de l'album Le petit Nicolas a bien grandi ! Pastiche, adapté du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé, pour un résultat très réussi.Retrouvez vite Nicolas, François et tous leurs copains dans l'intégralité du livre au format numérique !La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.

  • La vie politique ressemble à s'y méprendre à une cour de récré ! Et quand François monte sur un pédalo, spectacle garanti !Cette histoire est tirée de l'album Le petit Nicolas a bien grandi ! Pastiche, adapté du Petit Nicolas avec une écriture à la Goscinny et un dessin à la Sempé, pour un résultat très réussi.Retrouvez vite Nicolas, François et tous leurs copains dans l'intégralité du livre au format numérique !La suite d'une collection à succès : Le Petit Nicolas, Ségolène et les copains, Le petit Nicolas à l'Elysée.

  • Tout commence avec Paul Valéry, se moquant des conventions du roman, quand la littérature s´y prend les pieds : « La marquise sortit à cinq heures... » Depuis, c´est une phrase étendard : parce qu´il y en a tant, de livres et même de ceux qui se vendent et se vendent, qui prennent les recettes de l´illusion sans les remettre en chantier, les questionner. Non, « la marquise sortit à cinq heures » ne fait définitivement rien sortir de la langue. Sauf ici.
    Disons d´abord que c´est un jeu, une jouissance. Pas un amoureux de Simenon qui ne connaisse Lognon, dit le mal gracieux. Mais d´autres personnages de Simenon, des lieux aussi (le Picratt´s, le boulevard Lenoir, vont surgir dans le récit). Parce que, si la marquise est sortie, c´est lié à des tas et tas de choses louches. Et qui n´a pas sommeillé devant un Nestor Burma à la télévision ? Mais qu´on gratte encore un peu plus les strates d´écriture sous Kill that marquise, on verra passer - comme Fellini qui fait danser Proust et Kafka -, ledit Marcel, Emma Bovary ou Victor Hugo et bien d´autres. Et ça se complique même un peu lorsque des auteurs réels de romans policiers utilisent eux-mêmes des pseudonymes tirés de Simenon, et qu´ils viennent croiser le texte avec extraits de livres pour de vrai.
    Alors, exercice intellectuel où s´ennuyer et se perdre ? Que non. Voyez la Disparition de Perec : c´est pour de vrai un roman policier, et qui n´est pas prévenu tombera parfaitement dans le panneau tendu.
    L´art du jeu, c´est de créer une machine plus forte que vous, qui vous emporte où vous n´avez pas prévu d´aller. Michel Brosseau a lancé le 4 janvier 2010 un feuilleton quotidien sur le web, où les personnages ci-dessus évoqués, et cette marquise qui sort à toutes les heures, se croisent avec des anecdotes sociétales réelles. C´est un blog, distinct de A chat perché, le blog principal de l´auteur. Mieux, la marquise aura elle-même sa page Face Book pour se défendre de tout ce monde-là.
      L´expérience dure 150 jours, et autant d´épisode, et se clôt en juin dernier. La marquise est définitivement devenue roman Internet. Avec ce que ça comporte : on parle du tabac ou de la boule de fort, des liens vous embarqueront dans le monde réel. 150 épisodes qui se croisent et se décroisent, avec leurs galaxies baroques d´événements et de personnages  : les liens dans le texte renvoient au blog (et ses images), on se promène dans le texte lui-même. Les commentaires se greffent et influent sur la marche du roman : les liens vous embarqueront vers l´intervention des lecteurs en cours d´écriture. Et puis les Vases communicants : le 1er vendredi de chaque mois, on va tous écrire les uns chez les autres, bonne façon de découvrir, faire connaissance. Alors, à plusieurs reprises, un épisode de Kill that marquise va être confié à un autre auteur...
    Et on fait quoi quand ça finit ? Justement, c´est peut-être là que la Marquise invente l´édition numérique : là où le blog accompagne le chemin, l´édition numérique retransforme ce chemin en livre, mais un livre ouvert, multiple, neuf.
    Ah, quand même, un petit détail : si nous avons déjà accueilli Michel Brosseau sur publie.net avec Mannish Boy, plus près de Julien Gracq (qui traverse réellement le texte), et le début de carrière d´un jeune enseignant au temps du rock´n roll, Michel est réellement auteur de romans policiers. C´est comme les prestidigitateurs ou les funambules : faire un vrai roman policier en jouant des ficelles du roman policier, ça ne s´improvise pas. Il faut déjà connaître un peu ses bases. Nous, ça va, on a nos bases de lecteurs : que Lognon ici (et le jeune Lapointe bien sûr) avec joie renverse.

  • 1871, c'est l'année où Rimbaud, adolescent de dix-sept ans, fugue une nouvelle fois et part rejoindre Verlaine dans un Paris en pleine insurrection. Avec lui, il fréquente les cénacles littéraires et participe en particulier aux séances du Cercle zutiste, en 1871 et 1872. En compagnie d'artistes blagueurs et bohèmes, le jeune poète insolent s'adonne avec une aisance époustouflante au pastiche,. à la raillerie et à la blague de potache qui n'épargnent aucun des poétes reconnus. À travers les 22 pièces qu'il a laissées dans l'Album zutique, on découvre un Rimbaud provocateur et ludique.

empty