Éditions Druide

  • À la parution de son premier roman, À cause des garçons, Samuel Larochelle a fait une entrée remarquée. Danielle Laurin écrivait dans Elle Québec : « Il a 27 ans, du bagou, du talent. » Voici la suite de cette première publication, le deuxième volet des tribulations amoureuses, professionnelles et existentielles d'Émile. Ponctué d'humour et d'élans d'émotions, ce deuxième titre aborde de front le couple sous toutes ses formes et tous ses angles, en plus d'écorcher l'homophobie ambiante et notre rapport à l'image.

    Été 2012. Émile Leclair est en Asie, perdu, malade et seul. Pourtant, six mois plus tôt, à Montréal, le couple qu'il formait avec Davide était un exemple de fulgurance amoureuse capable de convertir les plus cyniques. À travers le regard du jeune Gaspésien, ses souvenirs, son intensité et ses réflexions souvent très drôles, on revisite l'année toute en montagnes russes qui a précédé ce voyage et les surprises qui ont suivi... Sa complicité avec Davide a-t-elle succombé aux obstacles placés sur leur route ? Est-il plutôt arrivé quelque chose au peintre italo-iranien, dont la carrière semblait sur le point d'éclore ? Ou est-ce le jeune photographe qui aurait perdu pied, à travers ses premiers contrats, ses projets d'expositions et ses questionnements persistants sur le regard des autres ? D'une manière ou d'une autre, Émile gagne en maturité au fil du temps et des expériences. Et comme toujours, ses proches - Lilie, Clara, Charles, Bryan et la mamma - savent l'entourer, sans se gêner pour le confronter à ses certitudes sur le couple !

  • À l'aube de ses vingt ans, Émile quitte sa Gaspésie natale, pressé de vivre ses premières expériences amoureuses à Montréal, ville de toutes les promesses. S'il laisse avec peine son amie Lilie et son incomparable mamma, c'est dans la joie qu'il arpente les rues de la métropole... et les fiches des sites de rencontres. Lucide et naïf, démonstratif et mal assuré, assoiffé d'authenticité, mais en pleine crise d'identité, Émile découvre les montagnes russes du dating et réalise que l'aventure vient avec son lot de déceptions et d'humiliations. Croisant tour à tour des candidats charmants, troublants et repoussants, il commence à douter de ses choix. Et ça ne va pas mieux dans sa vie professionnelle, tout aussi remplie d'interrogations. À partir de quand doit-on cesser de croire que l'univers nous rit au visage? Se pourrait-il que les rêves et les envies d'Émile soient assombris par la perte de son père, quatre ans plus tôt ? Doit-il simplement développer cette chose qu'on appelle « le lâcher-prise » ?

    C'est drôle, c'est tendre, c'est vrai.
    C'est la «première fois» à l'heure d'Internet.
    C'est l'abondance et la solitude.
    C'est l'amitié et la famille, malgré tout. Par-dessus tout.

  • Alors que deux soeurs partagent leurs joies et leurs peines dans une résidence pour personnes âgées, un homme décide d'enjamber la rambarde de son penthouse pour commettre l'irréparable. Ailleurs, une femme exprime ses doutes à l'enfant qu'elle porte et qui va bientôt naître, tandis qu'une jeune fille évoque le drame du Bataclan. Chaque nouvelle, précédée d'une photographie d'Anne-Marie Guérineau, puise dans les bouleversements du quotidien pour mieux laisser filtrer une lumière qui nous réconcilie avec le côté éphémère de toute chose. Qui se cache réellement derrière ces clichés figés dans le temps ? La réponse est chaque fois étonnante.

  • À quoi pensons-nous quand nos jours sont comptés ? Nos réactions sont-elles différentes selon que nous avons vingt, quarante ou quatre-vingts ans ? Que retenons-nous de la vie à l'approche de nos derniers instants ?

    L'auteure Geneviève Landry et sa complice photographe Emmanuelle Brière ont rencontré des personnes de tous âges, mourantes ou atteintes d'une maladie potentiellement mortelle, pour les écouter, elles et leurs proches, parler de leur expérience et capter en photo une partie de leur essence. L'annonce du diagnostic, les peurs, la réaction des autres, la définition du bonheur : voilà ce dont ont parlé Alexis, 10 ans, qui veille sur sa maman malade ; Patrick, 38 ans, déchiré à l'idée de quitter sa famille ; André, 80 ans, qui a choisi de profiter de chaque instant qu'il lui reste ; et plusieurs autres. De cette démarche résulte un livre infiniment humain, une manifestation d'espoir où toutes les personnes impliquées, à travers une confession généreuse, laissent entrevoir leurs déceptions, mais aussi leurs joies. Laisser sa trace nous parle de la mort pour nous permettre de mieux
    savourer la vie.

  • Inspiré par le travail du photographe Gregory Crewdson, Hugues Corriveau plonge à pieds joints au coeur de l'Amérique contemporaine, sondant ses paradoxes et ses idéaux. En résulte un ouvrage tout à fait singulier et autonome, qui éclaire la solitude implacable montrée dans les oeuvres de Crewdson et interprète à sa façon l'envers de l'American dream.

    Se révèlent au fil des pages une violence latente, l'étrangeté d'un événement improbable, de curieux rêves et d'inexplicables phénomènes. À travers une grande charge émotive doublée d'une rare finesse psychologique, ces textes traduisent une réelle fascination pour l'humanité dans toute sa diversité. Les personnages de ces nouvelles se rejoignent pour donner à voir, de l'intérieur, la fragilité comme la force de ceux et celles qui résistent à leurs peurs et acceptent leur singularité.

empty