Les Heures bleues

  • Vers Compostelle

    France Boisvert

    En 2004, France Boisvert rencontre sa tante Marthe, moniale dans une abbaye qu'elle a fondée à Westfield, dans le Vermont (É.-U.). Celle-ci célèbre son jubilé de vie en communauté, en retrait du monde. Elle lui parle du Chemin de Compostelle. France revient la voir en novembre 2006 et lui promet de faire cette randonnée. Le soir venu, sa tante meurt. France part alors s'acheter un sac à dos, des bâtons de marche et elle commence à s'entraîner. Elle partira le 15 mars et arrivera à destination le 15 mai, après deux mois de marche. Vers Compostelle raconte ce voyage qui lui a fait traverser la France et l'Espagne. Plus de 1 500 kilomètres à pied, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il grêle. Un beau voyage !

  • Un autre jour

    Jacques Boulerice

    Vous avez entre les mains un livre qui raconte un voyage en mots et en photos. Puisque c'est un voyage fictif, il est possible que ce soit le vôtre. Il se passe sur cinquante-deux bancs publics et retrace en autant de cartes postales la virée de la vie comme elle arrive ou comme il arrive qu'on l'invente. En espérant retenir un instant, les saisons s'arrêtent à l'occasion sur un banc. Chacun est libre et garde une place pour vous. Pour souffler un peu. Pour regarder le temps qu'il fait autour. Pour ensuite reprendre la route et ouvrir un autre jour.

  • Une poésie charnelle, des textes comme des envols qui reviennent vers soi toutes ailes tendues. Une réflexion, une méditation et surtout un regard tendre sur un bout de terre qui fait germer la poésie. Julie Stanton donne envie de la suivre, de marcher vers l'église au toit rouge, un livre à la main, tout en se laissant imbiber par les odeurs du fleuve et la poussée des saisons. [Yvon Paré, Lettres québécoises, hiver 2001]

  • Après l'anthologie de ses poèmes publiée dans la collection « Ovale » du Noroît en 2012, sous le titre Femme infrangible, Célyne Fortin publie ce recueil accompagné de dix photographies et
    de treize dessins qui marque le retour de l'auteure dans l'Abitibi de son enfance :
    « Là où il y a des "montagnes de bois dur" / Là où il m'était impossible de grandir / Mais où je reviens écrire / La Sarre qui m'a vu naître / Pays de mon enfance. »

  • Julie Stanton célèbre ici la mémoire de sa fille décédée de la sclérose en plaques, puis elle part à sa recherche au Pays des morts. Au cours de ce voyage onirique, la poète croisera sa soeur cadette, Madeleine, victime à 19 ans d'un accident d'automobile, ainsi que son père et sa mère. Un émouvant pèlerinage.

empty