Naima

  • Stéphane Couturier

    Stephane Couturier

    • Naima
    • 4 Octobre 2017

    Couturier began his career as an art photographer in his native Paris in the early 1990's and has since made significant bodies of work.

  • The Blake Project

    Michel Paysant

    • Naima
    • 4 Octobre 2017

    The Blake Project a été réalisé à Masvingo (Zimbabwe) lors d'une résidence de Michel Paysant à la Fondation Zienzele avec des communautés de tresseuses de la région dans le cadre du projet Basket Case organisé par le British Council, l'Alliance Française et l'Institut Goethe sous la bannière EUNIC (European Union National Institutes for Culture, Zimbabwe Cluster). Découvrez les notes de voyage de Michel Paysant et la restitution des travaux pour l'installation finale à la National Gallery d'Harare. Les photographies sont d'Eric Gauss, la musique de Jacob Mafuleni & Gary Gritness (Nyami Nyami Records).

  • Parallèlement à ses études à l'École nationale des beaux-arts de Bourges, Paul Pouvreau suit les cours d'histoire de l'art de licence à la Sorbonne. En 1982 il participe à la rédaction de la rubrique « photographie » des Cahiers du Cinéma. Il rejoint en janvier 2010 l'équipe pédagogique de l'École nationale supérieure de la photographie d'Arles. Il enseignait auparavant la photographie à l'École supérieure des beaux-arts du Mans. Il développe un travail plastique sur l'interférence des signes visuels dans notre quotidien et les modifications que ceux-ci entraînent sur notre perception du réel. La photographie y occupe une part importante mais non exclusive.
    La présente monographie couvre l'ensemble de son travail depuis les années 1990 et présente photographies, dessins, vidéos, interventions dans le paysage et l'architecture.

  • Carole Fékété est née en 1970 à Alger, elle vit et travaille à Paris.
    Après des études à l'Université Paris 8 et une formation au tirage artisanal noir et blanc, Carole Fékété donne forme à son travail photographique autour de l'année 2000 avec une série de miniatures, La dînette, récompensée par le prix de la Fondation CCF (HSBC) pour la photographie.
    Le sujet est présenté le plus souvent sur fond neutre, isolé ou dans un espace indéterminé et sans ancrage contextuel. À l'exception d'un autoportrait grimé en Pierrot, la figure est absente mais tout ou presque y fait allusion sous forme de traces, de vestiges (Pierres tombales, Reliques, Pension Anatoli Vassiliev), de substituts (Les Armures, Les Statues) ou d'analogies (Le Singe). L'aspect sériel de la démarche tend à informer le sujet selon un point de vue unique et frontal alors que la caméra, précise dans le détail, assume sa fonction documentaire. Si l'image analogique ou numérique se forme par contact lumineux, son adhérence au réel, entre indice et fiction, constitue ici l'un de ses enjeux.
    La notion d'enregistrement suppose un principe de trace et d'empreinte dont l'économie, entre le reliquat et la perte, met en cause des lois qui régulent aussi les fonctions de la mémoire. Ce rapport que la photographie entretient à l'inscription et à l'élaboration du souvenir peut faire intervenir autant de sujets que de variantes dans la représentation d'un même motif. Le médium photographique est lui-même sujet de la création d'images et sa plasticité à l'épreuve de chaque nouvelle proposition. L'ensemble du travail constitue une réserve d'images hétérogènes qui peuvent faire l'objet de mises en relations selon le principe du montage. Après un premier film réalisé en 2013, Carole Fékété élargit sa pratique au domaine plus vaste de l'image en mouvement ainsi qu'à d'autres modes de relevés reproductibles tels que le scan direct d'objets (Plaques sensibles, Rubik's Cube, Nuancier) le stencil ou le sténopé.
    Son travail est exposé en France et à l'étranger. Il est présent dans les collections publiques et privées et a fait l'objet de différentes publications collectives et monographiques.

empty