Sciences humaines & sociales

  • La photographie, longtemps considérée comme le témoin le plus fidèle du réel, ainsi que l'affirme Roland Barthes dans La Chambre claire, apparaît ici comme une inépuisable source de fantasmagories, capable de tout (c'est sa richesse) mais incapable de fidélité (c'est à la fois son privilège et sa limite). Il en va de même de la reproduction sonore et de la peinture.

    Cet ouvrage est paru en 2006.

  • La sociologie visuelle connaît depuis quelques années un regain d'intérêt au sein de la communauté sociologique : les documentaires de Robert Flaherty, de Jean Rouch, de Raymond Depardon ou de Frederick Wiseman, les films de Dziga Vertov, de William Klein, de Jacques Tati ou de Ken Loach, les photos d'August Sanders, de Walker Evans, de Nan Goldin ou de Martin Parr font désormais partie intégrante de la culture sociologique.
    Il serait donc regrettable qu'ils échappent à la formation en sociologie à l'université sous prétexte qu'il s'agit là de cinéma ou de photographie, d'autant que la photographie et la vidéo sont des outils dont le chercheur doit se saisir pour comprendre ce que regarder veut dire.
    C'est en partie à quoi s'emploie cet ouvrage qui se présente autant comme un plaidoyer pour l'usage étendu de l'image en sociologie que comme un manuel destiné à s'exercer à la sociologie visuelle en développant des compétences propres au « regard sociologique ». La sociologie visuelle s'avère à cet égard un merveilleux instrument d'investigation sociologique qui se double d'une pédagogie du regard.

    Daniel Vander Gucht est docteur en sociologie, chef de travaux à l'ULB où il dirige le groupe de recherche en sociologie de l'art et de la culture ainsi que la Revue de l'Institut de sociologie. Il a fait paraître sous sa direction Art et société (Les Éperonniers, 1989), avec Nathalie Heinich et André Ducret La Mise en scène de l'art contemporain (Les Éperonniers, 1990) et avec Frédéric Varone Le Paysage à la croisée des regards (La Lettre Volée, 2006). Il est par ailleurs l'auteur de L'Art contemporain au miroir du musée (La Lettre Volée, 1999) ; Art et politique (Labor, 2004) ; La Jalousie débarbouillée (Labor, 2005) ; Ecce homo touristicus (Labor, 2006) et L'An passé à Jérusalem (La Lettre Volée, 2009) ; L'expérience politique de l'art. Retour sur la définition de l'art engagé (Les Impressions Nouvelles, 2014).

  • La psychanalyse et le cinéma, dont les naissances sont simultanées, peuvent se rejoindre dans cette interrogation commune sur le féminin et ses représentations, dont la folie fait partie : comment montrer, mettre en scène, les arcanes de la position féminine ? L'image de la féminité, qui trouve une expression particulièrement saisissante dans le cinéma, se construit à partir de représentations évoluant au cours de l'histoire, et se modifie au fil du temps et des époques. Mais la permanence et la multiplicité des représentations de cette figure du féminin avec ses interrogations, voire ses débordements quand il s'agit de la folie, n'est peut-être pas qu'un simple produit de l'histoire, ou du contexte social et culturel du moment. Derrière les évolutions et les mutations qui semblent contraindre les corps à se plier à des contingences sociales ou artistiques, il subsiste des permanences qui échappent à la mode et à ses processus, comme elles échappent également à ses supports ou à ses destinataires.

  • 1989, Pékin, place Tiananmen. Le mouvement étudiant est écrasé dans le sang. Un inconnu se dresse devant une colonne de chars, l'image fait le tour du monde. Cet homme devient le symbole de la révolte, mais on ignore son identité. Et même ce qu'il est devenu ou s'il est encore vivant.25 ans après, obsédé par ce rebelle inconnu surnommé « Tankman », Christophe Deloire part à sa recherche. Il retourne sur les lieux, rencontre les protagonistes, fouille des rapports classés « secret défense » et exhume des clichés inédits pour se rapprocher de l'homme sans visage qui, pendant trois minutes, a dansé avec des engins de mort.L'homme qui ne se retourne pas est le récit de cette enquête à la fois planétaire et intime. Ce livre nous plonge dans les secrets d'une Chine toujours plus troublante et nous révèle qu'un héros peut avoir plusieurs visages.

empty